Fils et filles de déportés juifs de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fils et filles de déportés juifs de France

Cadre
Forme juridique Association loi de 1901
But recherche et diffusion de documents concernant les Juifs de France pendant la Seconde Guerre mondiale
Zone d’influence France
Fondation
Fondation 1979
Fondateur Serge Klarsfeld et Beate Klarsfeld
Identité
Siège 12, rue La Boétie, Paris 8e
Personnages clés Serge Klarsfeld (Président)

Fils et filles de déportés juifs de France (FFDJF) est une association française créée et présidée depuis par Serge et Beate Klarsfeld en 1979, qui a été membre de la Mission d'étude sur la spoliation des Juifs de France, dite Mission Mattéoli.

Cette association qui publie le Bulletin de liaison des Fils et filles des déportés juifs de France, recherche les responsables survivants, allemands et français, de la Shoah dont elle exige l'arrestation, le jugement et la condamnation.

Elle a fait campagne pour obtenir l'inculpation, le jugement et la condamnation de Maurice Papon, et une proclamation officielle et solennelle des autorités françaises reconnaissant les responsabilités du Régime de Vichy dans la persécution des Juifs perpétrée au nom de la France par des fonctionnaires et des policiers français.

En outre, elle regroupe, archive et diffuse toutes les informations sur la Shoah en France. En mars et avril 2007, elle a ainsi participé à une exposition à l'Hôtel de ville de Paris sur les 11 400 enfants juifs déportés de France[1].

L'association regroupe environ 2 000 membres.

Affaire Dieudonné[modifier | modifier le code]

Le vendredi 3 janvier 2014, Arno, Serge et Beate Klarsfeld appellent, au nom des fils et filles de déportés juifs de France, à manifester à Nantes pour demander l’interdiction du spectacle que l’humoriste Dieudonné doit donner au Zenith le 9 janvier 2013, estimant que « les gens qui vont voir Dieudonné y vont pour entendre casser du juif »[2],[3],[4], et que ses spectacles « sont des meetings politiques à caractère antisémite »[5]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]