René de Naurois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

René de Naurois (24 novembre 190612 janvier 2006) est un prêtre et un résistant français. Il a été décoré de l’ordre de la Libération et a reçu le titre de « Juste parmi les nations » en 1989 pour son action en faveur des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Œufs de Héron crabier récoltés par Naurois - Muséum de Toulouse

De 1933 à 1939, alors qu'il fait de longs séjours en Allemagne, à Berlin, d'abord comme étudiant en philosophie, puis, après son ordination en 1936, comme aumônier, il rencontre de nombreuses personnalités opposées à Hitler et au régime nazi et peut informer régulièrement l'évêque de son diocèse, Mgr Saliège, à Toulouse, des exactions et des dangers de ce régime. Il revient en France en 1939 pour participer à la campagne de France, puis, démobilisé, rentre à Toulouse. Il demande dès juin 1940 à son évêque l'autorisation de rejoindre le Général de Gaulle à Londres, mais Mgr Saliège lui répond expressément le 1er juillet 1940: « Votre devoir est de rester ».

En 1940, il participe aux côtés de Dunoyer de Segonzac à la fondation de l'école des cadres d'Uriage où il fait venir entre autres Emmanuel Mounier, Jean Lacroix, Hubert Beuve-Méry, ou Benigno Cacérès. Il est renvoyé de l'école des cadres d'Uriage, en même temps qu'Emmanuel Mounier, à la suite d'une visite de l'amiral Darlan en juin 1941. Il participe activement à la résistance en zone libre, à Pau, à Grenoble, à Toulouse au sein du mouvement Vérités, qui deviendra le mouvement Combat, animé par son fondateur Henri Frenay. Il entre également en décembre 1941 dans le mouvement de Résistance Témoignage Chrétien. Avec son cousin, Bruno de Solages qui est le recteur de l'institut catholique de Toulouse où il enseigne, il protège des juifs de la persecution. Au cours de l'année 1942, il organise le sauvetage de Juifs en leur faisant passer la frontière suisse. René de Naurois est l'un des 177 commandos Kieffer, seuls Français qui débarquent en Normandie le 6 juin 1944.

Il fait plusieurs découvertes ornithologiques importantes, en 1959 et 1960, en Mauritanie, qui lui valent d'entrer dans la section biologie animale au CNRS en 1960. En 1969, il soutient sa thèse de doctorat d'État sur les oiseaux de la côte occidentale d'Afrique. Sa thèse est intitulée Peuplements et cycles de reproduction des oiseaux de la côte occidentale d'Afrique du cap Barbas, Sahara espagnol à la frontière de la République de Guinée (elle sera éditée dans les Mémoires du Muséum national d'histoire naturelle).

L'IPNI lui attribue une abréviation en botanique.

Naurois est l’abréviation botanique officielle de René de Naurois.
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI

Honneurs[modifier | modifier le code]

La Ville de Toulouse lui a dédié une allée dans le quartier des Minimes.

Il est enterré dans le cimetière de Ranville, qui fut la première ville libérée le 6 juin 1944 lors du débarquement de Normandie auquel il participa.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :