Arnouville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arnouville
La fontaine, place de la République.
La fontaine, place de la République.
Blason de Arnouville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Sarcelles
Canton Villiers-le-Bel
Intercommunalité Val de France
Maire
Mandat
Michel Aumas
2008-2014
Code postal 95400
Code commune 95019
Démographie
Population
municipale
13 737 hab. (2011)
Densité 4 837 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 59′ 00″ N 2° 25′ 00″ E / 48.9833, 2.4167 ()48° 59′ 00″ Nord 2° 25′ 00″ Est / 48.9833, 2.4167 ()  
Altitude 75 m (min. : 40 m) (max. : 76 m)
Superficie 2,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arnouville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arnouville
Liens
Site web http://www.arnouville95.fr

Arnouville, anciennement Arnouville-lès-Gonesse, est une commune située à l'extrémité sud-est du Val-d'Oise, à 18 km au nord de Paris.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Arnouville[1]
Villiers-le-Bel
Sarcelles Arnouville[1] Gonesse
Garges-lès-Gonesse Bonneuil-en-France

Arnouville est limitrophe de : Gonesse, Bonneuil-en-France, Garges-lès-Gonesse, Sarcelles et Villiers-le-Bel.

La commune est desservie par le RER D avec la gare RER située sur son territoire : gare de Villiers-le-Bel - Gonesse - Arnouville.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Durant le XIe siècle, le village porte le nom du propriétaire du principal domaine, un certain Ermenoldis ou Ermenoldu. Le bourg s’appelait alors Ermenouville.

C'est en 1757 que le bourg prend le nom définitif d’Arnouville, sous l’influence du Comte J.B. Machault. La ville s’appelle Arnouville-lès(près de)-Gonesse, pour ne pas être confondue avec Arnouville-lès-Mantes.

Arnonville en 1794, le village est rebaptisé Arnouville en 1801, puis Arnouville-lès-Gonesse en 1843. Le , le Premier ministre autorise le changement de nom de la commune : Arnouville redevient le nom officiel de la commune[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

La terre d'Arnouville fut en 1757, érigée en comté en faveur de Jean-Baptiste de Machault d'Arnouville, garde des sceaux et ancien contrôleur général des finances de Louis XV. Le château que ce seigneur y fit bâtir n'est qu'en partie réalisé.

Louis XVIII resta à Arnouville pendant les trois jours qui précédèrent son entrée à Paris. C'est là que le , 3 000 hommes de la garde nationale de Paris se rendirent pour complimenter le roi.

Cette commune abrite une importante communauté arménienne[3].

Communauté arménienne[modifier | modifier le code]

Les arméniens exterminés à partir de 1915 dans l'Empire ottoman débarquent à Marseille au tout début des années 1920. De nombreuses familles remontent la vallée du Rhône jusqu'à Paris. Les premiers Arméniens arrivent à Arnouville à partir de 1922. Ils venaient d’Anatolie, des villes : Amasya, Afyon ou de grandes villes comme Istanbul, Ankara, Kütahya. Ils s’installèrent dans le quartier de la Fosse aux poissons et s’orientèrent vers des activités commerciales et artisanales[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Arnouville fait partie de la juridiction d’instance de Gonesse, et de grande instance ainsi que de commerce de Pontoise[5],[6].

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Les maires de la commune[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Michel Aumas UMP puis UDI (PR)  
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 13 737 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
340 311 242 273 277 275 293 281 355
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
342 373 446 394 453 492 459 452 488
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
519 606 909 1 677 4 020 6 285 6 879 6 552 7 932
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
10 227 11 114 11 085 10 530 12 223 12 291 12 833 13 737 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8])
Histogramme de l'évolution démographique


Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Arnouville-lès-Gonesse (Val-d'Oise).svg

Les armes d'Arnouville se blasonnent ainsi : D'argent aux trois têtes de corbeaux de sable arrachées de gueules (qui sont de Machault).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Arnouville compte trois monuments historiques sur son territoire.

  • Église Saint-Denis, rue du Ratelier (inscrite monument historique par arrêté du 12 juin 1986[9]) : Elle a été édifiée en 1782 en briques locales couvertes d'enduit pour la première phase de sa réalisation par l'architecte Jean-Baptiste Chaussard. La nef de six travées s'accompagne de collatéraux et est couverte d'une voûte en berceau. Le chœur est très étroit et se termine par un chevet plat. La façade de style classique est d'une grande sobriété et ne possède aucune fenêtre. Cinq dalles funéraires provenant de l'ancienne église ont été disposées sur le sol ; elles datent de 1537 pour la plus ancienne et de 1773 pour la plus récente[10],[11].
  • Château d'Arnouville (inscrit monument historique par arrêté du 17 octobre 2000[12]) : Ce long bâtiment de style classique, sans étage mais avec une mansarde, a été construit entre 1750 et 1758 selon les plans de l'architecte Pierre Contant d'Ivry, pour le compte de Jean-Baptiste de Machault d'Arnouville, ministre du roi Louis XV. Les descendants de Machault d’Arnouville y résidèrent et s’y succédèrent jusqu’en 1868. Le château abrite aujourd'hui une école d'horticulture, dont les élèves assurent l'entretien du parc à la française. Une orangerie contemporaine du château subsiste comme dernier élément des vastes dépendances. La grille d'entrée du parc est remarquable ; elle a été réalisée en 1754 par Nesle, artisan serrurier local[10].
  • Fontaine monumentale, place de la République (inscrite monument historique par arrêté du 29 mars 1929[13]) : Élément central du plan en étoile du nouveau village voulu par le seigneur local Jean-Baptiste de Machault, elle orne le rond-point de l'actuelle place de la République depuis 1750. Elle est décorée de sculptures d’après les dessins de Claude Guillot-Aubry.

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Grange de la ferme-Cheval, 23 avenue de la République : Aujourd'hui restaurée, cette solide grange du XVIIIe siècle témoigne de l'importance de l'activité agricole à Arnouville avant l'urbanisation intensive du secteur[10].
  • Église arménienne catholique Saint Grégoire l'Illuminateur, 69 avenue Henri-Barbusse : L'installation d'Arméniens rescapés du génocide arménien sur la commune date de 1922, et ils construisent une petite église en 1927. Elle est bénie par Monseigneur Bahaian, évêque d'Ankara, en date du [10].
  • Notre-Dame-de-la-Paix, 16 rue Paul-Bert : C'est la plus grande église d'Arnouville, construite en 1959 dans un style rompant avec l'architecture sacrale conventionnelle. L'édifice est remarquable pour son immense vitrail qui en constitue la façade[10].
  • Église arménienne apostolique Sainte Croix de Varac, 31-33 rue Saint Just. Elle est construite en 1931. Dans la cour de l'église, un khatchkar, une stèle sculptée ornée d'un croix, a été érigé en mémoire des un million cinq mille victimes arméniennes du génocide de 1915.
  • Monument au génocide arménien, rue Jean-Jaurès : La stèle inspiré de l'art traditionnel arménien : un Khatchkar a été inauguré le par le maire, Michel Aumas, l'ambassadeur de l'Arménie, Edward Nalbandian, et par plusieurs personnages éclessiastiques.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes limitrophes d'Arnouville sur Géoportail.
  2. Décret n° 2010-772 du 8 juillet 2010 portant changement du nom de communes (JORF n°0158 du 10 juillet 2010 page 12777), consulté le 19 mars 2011
  3. Article sur le site Arnouville et son passé
  4. [1]
  5. Site du Conseil général - Administration du Val-d'Oise
  6. Ministère de la justice - Conseil Départemental de l'Accès au Droit du Val-d'Oise
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  9. « Église Saint-Denis », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  10. a, b, c, d et e Jean-François Humbert et Dominique Renaux, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Arnouville », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ octobre 1999, p. 1017-1020 (ISBN 2-84234-056-6).
  11. Dominique Foussard, « Arnouville-lès-Gonesses - Saint-Denis », Églises du Val-d’Oise : Pays de France, vallée de Montmorency, Gonesse, Société d’histoire et d’archéologie de Gonesse et du Pays de France,‎ 2008, p. 38-39 (ISBN 9782953155402).
  12. « Château, parc, orangerie et chapelle », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. « Fontaine du XVIIIe siècle », base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]