Famille d'Agoult

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La famille d'Agoult est une des plus anciennes familles de la noblesse provençale dont sont issus les Simiane (vers 1090) et les Pontevès (vers 1215). La maison d’Agoult prend ce nom dès le début du XIe siècle et régnera sur le pays d’Apt et de Sault durant tout le Moyen Âge. Elle est une des branches de ce que l'on appelle « la maison de Saint Mayeul » : Humbert, le premier d'Agoult connu (en 992), est le neveu de Mayeul de Cluny. Elle occupa la première place de la noblesse de Provence jusqu'à l'extinction de la branche aînée (barons de Sault) dans les d'Artaud Montauban, au début du XVIe siècle. La maison de Villeneuve (devenue premier marquis de France en 1505 pour Trans-en-Provence) lui succéda jusqu'à la Révolution.

La branche souche des d'Agoult donne naissance au XIe siècle à deux importantes maisons de Provence : la maison de Simiane et la maison de Viens, puis au XIIIe siècle la maison de Pontevès. Toutes les autres branches qui en sont issues ultérieurement portèrent le nom d'Agoult : les d'Agoult de Provence, illustrés notamment par Fouquet d'Agoult, baron de La Tour d'Aigues et chambellan du roi René, formèrent de nombreuses branches dont la dernière, les d'Agoult d'Ollières, s'éteignit dans la première moitié du XIXe siècle.

Au début du XIIIe siècle, un deuxième ensemble s'installa dans la région de Sisteron (Mison) et est à l'origine des nombreuses branches des d'Agoult du Dauphiné, qui au début du XVIIe siècle se fixent par mariage dans la région de Grenoble (Hector d'Agoult, baron de Montmaur, conseiller au Parlement de Dauphiné, épouse la petite-fille de Soffrey de Calignon, chancelier du roi de Navarre) et se divisent en trois branches principales : d'Agoult-Montmaur, éteinte avec le comte d'Agoult, époux de Marie de Flavigny, la branche de Voreppe (avec ses deux rameaux de La Varenne et de Beauplan), qui se prolonge jusqu'à Hector d'Agoult, député du Sénégal, dernier du nom, mort au champ d'honneur en 1915, et la branche de Beauvesin, éteinte dès 1837. Au début du XXe siècle, les enfants issus du mariage entre le Baron Antoine Séguier, descendant du chancelier Séguier, et Clémentine d'Agoult, fille du comte Hector d'Agoult, ont relevé le nom Séguier d'Agoult.

Armes et devise[modifier | modifier le code]

Blason des Agoult

Blasonnement : D'or au loup rampant d'azur armé lampassé et vilené de gueules.

Un acte forgé au XIIe siècle prétend que le premier auteur de la Maison, un certain Loup (Wolf) d'Agoult, fils d'une princesse, aurait été recueilli par une louve. Il aurait alors reçu ces armes de l'empereur germanique Henri II ainsi que les terres de la vallée de Sault.

Devise : avidus committere pugnam = "impatients d'engager la bataille".

Sobriquet donné par le roi René d'Anjou (roi de Naples, duc d'Anjou et de Lorraine, comte de Provence) : « bonté et hospitalité ». Le roi René donna des sobriquets à diverses (27) familles aristocratiques de la Provence : « libéralité » de Villeneuve, « gravité » d'Arcussia, « grandeur » des Porcellets, etc..

Membres[modifier | modifier le code]

Le patronyme Agoult a été porté par :

Les premiers Agoult[modifier | modifier le code]

Moyen Age[modifier | modifier le code]

Comtesse Charles d'Agoult, née Marie de Flavigny (et alias Daniel Stern), et sa fille Claire d'Agoult (1849), par Jean-Auguste-Dominique Ingres.

Renaissance[modifier | modifier le code]

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Autres branches[modifier | modifier le code]

Blason des Agoult, comtes de Sault, au château de Lourmarin.

En plus de la branche principale, on trouve[4] :

  • Agoult-Sault
  • Agoult-Château-Arnoux
  • Agoult de Luc-en-Diois
  • Agoult des Beaumettes
  • Agoult-Mison
  • Agoult d'Ollières
  • Agoult-Trets
  • Agoult-Upaix
  • Agoult-Curbans
  • Agoult-Montauban
  • Agoult-Bonneval
  • Agoult-Chanousse
  • Agoult-Montmaur
  • Agoult-Voreppe
  • Agoult-Beauvesin
  • Agoult-Beauplan
  • Agoult-Saint Auban
  • Agoult-Angles
  • Félix d'Agoult
  • Flotte d'Agoult
  • Raffélis de Vincens d'Agoult
  • Séguier d'Agoult

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1096 : Agoult et Simiane partent en croisade à la suite d'Urbain II.
  • 1561 : érection de la baronnie de Sault en comté.
  • 1823 : Pair de France.
  • 1824 : Baron-pair de France.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l'histoire ..., Volume 1, par François-Alexandre Aubert de La Chesnaye Des Bois
  2. Allag (Claudine), Chrétienne d'Aguerre, comtesse de Sault, Paris, l'Harmattan (1995), pp. 1-236.
  3. Anne Hogenhuis, Juliette Adam, 1836-1936 : l'instigatrice, , 305 p. (ISBN 978-2-7475-2123-9, lire en ligne), p. 23.
  4. http://jean.gallian.free.fr/comm2/fam_fich/a/ag/agoult.htm

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : source utilisée pour la rédaction de cet article

  • François Alexandre Aubert de la Chenaye Desbois, Dictionnaire de la noblesse ... de France, Tome 1, 1770
  • Artefeuil, Louis Ventre, Histoire héroïque et universelle de la noblesse de Provence, Premier volume, Impr. de la veuve Girard, 1776
  • Jean-Louis Morand, GORDES notes d'histoire, mairie de Gordes
  • Agoult sur le site Provincia Catalogue des officiers du comte de Provence à la fin du Moyen-Age
  • Laure Verdon, « Le couple, stratégie d’identité et de perpétuation des lignages (Provence, xe-xiie siècle). Réflexions à partir de l’exemple des Agoult », Médiévales En ligne, n°65, automne 2013, . DOI