Mars (Ardèche)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mars
Mars (Ardèche)
Église de Saint Romain le Désert.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Tournon-sur-Rhône
Intercommunalité Communauté de communes Val'Eyrieux
Maire
Mandat
Françoise Roche
2020-2026
Code postal 07320
Code commune 07151
Démographie
Population
municipale
251 hab. (2021 en diminution de 4,92 % par rapport à 2015)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 01′ 20″ nord, 4° 19′ 19″ est
Altitude Min. 759 m
Max. 1 138 m
Superficie 18,69 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Haut-Eyrieux
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Mars
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Mars
Géolocalisation sur la carte : Ardèche
Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
Mars
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
Mars

Mars est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle s'appelait Saint-Romain-le-Désert jusqu'en 1909.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le 45e parallèle nord.

Situation et description[modifier | modifier le code]

Située sur le bord du Lignon, Mars est limitrophe avec le département de la Haute-Loire et notamment de la commune du Chambon-sur-Lignon. Son altitude moyenne est d'environ 1 020 mètres. Elle fait partie du plateau Vivarais-Lignon, plateau à forte identité protestante marqué par les guerres de Religion.

Essentiellement agricole, la commune s'étend sur 1 500 hectares dont une partie est occupée par le golf du Chambon. La commune connaît quelques sites volcaniques comme Montréal et Hugons, qui sont les derniers promontoires d'origine volcanique en allant vers l'est. Mais l'essentiel des terres est granitique. Le climat est rigoureux et on connaît de grandes périodes d'enneigement durant l'hiver ou de grands froids. L'hiver 2004-2005 a été marqué par de très grandes chutes de neige et « la burle », vent qui soulève la neige, a constitué des congères de 5 mètres de haut aux Hugons cette année-là.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat de montagne ou de marges de montagne et est dans la région climatique Sud-est du Massif Central, caractérisée par une pluviométrie annuelle de 1 000 à 1 500 mm, minimale en été, maximale en automne[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 7,9 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16,2 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 125 mm, avec 10,7 jours de précipitations en janvier et 6,8 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « St-Agrève Rad », sur la commune de Saint-Agrève à 6 km à vol d'oiseau[3], est de 8,8 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 044,3 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Une partie du territoire de la commune est bordée par le Lignon.

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par la route départementale 15 (RD 15).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Mars est une commune rurale[Note 1],[7]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[8],[9]. La commune est en outre hors attraction des villes[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (54,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (54,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (44,9 %), prairies (38,6 %), zones agricoles hétérogènes (16,2 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,4 %)[12].

L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

L'ensemble du territoire de la commune de Mars est situé en zone de sismicité no 2 (sur une échelle de 5), comme la plupart des communes situées sur le plateau et la montagne ardéchoise, mais non loin de zone de sismicité no 3, située sans la partie orientale du département de l'Ardèche[13].

Terminologie des zones sismiques[14]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 2 Sismicité faible accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le pont de Mars, sur le Lignon, et son gouffre d'eau.

Située le long d'une voie romaine reliant Le Puy à Annonay, la commune de Mars prend ce nom le par décret du Président de la République d'alors, Armand Fallières[15]. La commune s'appelait alors Saint-Romain-le-Désert et Mars n'en était qu'un hameau. La demande avait été formulée par le conseil municipal le au motif qu'il y avait alors plus d'habitants au lieu-dit Mars (78 contre 20 à Saint-Romain) et que l'ajout Le Désert portait préjudice au renom du village. Des motifs religieux furent également évoqués de façon officieuse car la majorité des habitants, protestants, pratiquaient au temple construit à Mars et que l'église, à Saint-Romain, n'attirait qu'une minorité de la population communale[15],[16].

Le nom de Mars proviendrait d'un monument construit par les Romains le long de la voie romaine traversant la commune et dédié au dieu Mars[15]. Des monuments de ce type furent érigés dans la région afin de fêter la victoire écrasante des légions de Fabius Maximus sur les troupes de Bituitos, roi des Arvernes (territoire de l'Auvergne actuelle) en 121 avant Jésus-Christ, établissant la domination romaine sur le Vivarais, le Velay et l'Auvergne (cette bataille est située près du confluent de l'Isère et du Rhône).

La famille féodale de Faÿ posséda la seigneurie.

L'église romane de Saint-Romain-le-Désert est particulièrement bien située permettant de voir les Alpes à l'est et la chaîne des Cévennes à l'ouest se terminant par le Mézenc. Au XVIe siècle, la paroisse de Saint-Romain a été marquée par les guerres de religion qui ont détruit le château de Montréal comme celui du bourg de Saint-Agrève en 1575 (commune limitrophe). En 1583, on compte 62 familles protestantes pour 13 catholiques[15]. Au début du XIXe siècle, on recense 700 réformés pour 200 catholiques. En 1850, un temple réformé est érigé et subsiste encore aujourd'hui. En parallèle, un culte Darbyste se développe après le passage de l'évangéliste anglais John Darby dans la région en 1840 et la conversion du pasteur de la commune des Vastres, en 1850. Des réunions darbystes ont lieu dans une ferme de Saint-Romain-le-Désert avant qu'un local ne soit aménagé aux Brus, toujours existant aujourd'hui[15].

Le , des événements tragiques ont lieu dans une auberge située au lieu-dit du Pont-de-Mars. Une importante enquête est menée par le Procureur du Roi et des juges dépêchés de Villeneuve-de-Berg après la découverte d'un corps mutilé dans un bois, près du hameau des Brus. L'évêque de Viviers fait lire un Monitoire dans toutes les paroisses du Haut-Vivarais afin de récolter des témoignages. Après une longue instruction, l'aubergiste, Antoine Daudé, sera emprisonné au Puy avant d'être libéré quelques années plus tard, faute de preuves suffisantes. Son gendre, Pierre Fayon, fut condamné aux galères[17].

Une grande foire réunissait les habitants au lieu-dit Mars au début du printemps. Elle ne réunit plus personne aujourd'hui.

Le tourisme est important et on compte 270 résidences secondaires. Un petit hôtel/restaurant, un camping, ainsi que des gîtes proposent de l'hébergement. Les actifs sont artisans, agriculteurs, bûcherons, ou travaillent au bourg des communes proches. Un héliciculteur s'est installé en 2003 et se lance dans la production d'escargots de mars.

Activités liées à l'astronomie[modifier | modifier le code]

Leroy Chiao, Jeffrey Hoffman, Richard Linnehan et Jean-Jacques Favier.

La commune a profité de son nom pour développer ses activités culturelles et touristiques[18]. Elle a ainsi accueilli grâce à l'invitation lancée par l'association Annonay Berceau de l'Aérostation, en 2001, Leroy N. Chiao, Jeffrey A. Hoffman et Richard M. Linnehan, trois astronautes américains de la NASA, ainsi que le spationaute français Jean-Jacques Favier, du CNES[19],[18]. L'idée originale de faire atterrir en montgolfière des astronautes US et le spationaute français sur Mars. Depuis 2006, la commune accueille également le Festival des étoiles, et le club d'astronomie de Mars (CAM) a vu le jour en 2009[18]. L'observatoire astronomique Hubert Reeves, créé pour accueillir une coupole de 5 m, contient un télescope de 600 mm de type Ritchey-Chrétien F8, installé sur une monture équatoriale à entraînement direct (« direct-drive ») ; son inauguration et l'ouverture au public s'est tenue au printemps 2015[18].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 Aimé Abel    

(décès)[20]
Henri Guillot    
En cours
(au )
Françoise Roche[21]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[23].

En 2021, la commune comptait 251 habitants[Note 2], en diminution de 4,92 % par rapport à 2015 (Ardèche : +2,22 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
350568627545909870873896924
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
836845868850875913948930937
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
900877891797749750720651582
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
493396295244181216273279276
2015 2020 2021 - - - - - -
264254251------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble.

Équipement culturel et sportif[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Deux organes de presse écrite de niveau régional sont distribués dans la commune :

Il s'agit d'un journal hebdomadaire français basé à Valence et diffusé à Privas depuis 1999. Il couvre l'actualité pour tout le département de l'Ardèche.
Il s'agit d'un journal quotidien de la presse écrite française régionale distribué dans la plupart des départements de l'ancienne région Rhône-Alpes, notamment l'Ardèche. La commune est située dans la zone d'édition du Nord-Ardèche (Annonay - Le Cheylard).

Cultes[modifier | modifier le code]

La communauté catholique et l'église Saint-Romain de Mars (propriété de la commune) sont rattachées à la paroisse Saint Agrève en Vivarais qui compte huit autres communes. Cette paroisse dont le presbytère (maison paroissiale) est située à Saint-Agrève est, elle-même, rattachée au diocèse de Viviers[26].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La voie romaine de « Valence au Puy en Velay ».
  • L'église romane de Saint Romain le Désert du XIe siècle.
  • Le temple protestant de Mars.
  • Le pont de Mars, enjambant le Lignon, et qui donna son nom à l'auberge attenante, célèbre pour les crimes qui s'y déroulèrent en 1725[17].
  • « Montréal », ancien volcan où restent quelques orgues basaltiques et quelques traces du château détruit durant les guerres de Religion.
  • Flossac ou château de Maleval, une maison forte du XVIIe siècle.
  • L'architecture en granit et les toits en lauzes.
  • « Hugons », un hameau sur un promontoire basaltique avec quelques orgues visibles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Commune de résidence de l'artiste Gilles Roussi.
  • Commune familiale du dessinateur scénariste et romancier Bruno Claret.
  • Commune de naissance de Marie Anne Delphine Callon, arrière-grand-mère de Claude François.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. « Orthodromie entre Mars et Saint-Agrève », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « St-Agrève Rad », sur la commune de Saint-Agrève - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « St-Agrève Rad », sur la commune de Saint-Agrève - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  7. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. Préfecture du Rhône, page sur les risques sismiques
  14. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  15. a b c d et e Jean Montabonel, Du Chiniac au Mézenc, à l'aube des temps nouveaux : le pays de Saint-Agrève, Devesset, Mars, les Vastres, le Mézenc, Fay, Saint-Clément, Polignac, Editions du Roure, , 224 p. (ISBN 2-906278-60-2), p. 89-101.
  16. « Présentation de la commune de Mars (Ardèche) », sur POP (Plateforme ouverte du Patrimoine), Ministère de la Culture
  17. a et b Jean Peyrard, En Loire, Haute-Loire, Ardèche, avec les brigands et bandits de grand chemin, Saint-Étienne, Éditions Le Hénaff, , 230 p. (ISBN 2-86502-021-5), p. 91-116
  18. a b c et d « Planète Mars : Le Projet », sur Office de Tourisme du pays de Saint Agrève (consulté le ).
  19. A. B., « Insolite : Il y a de la vie sur Mars ! », sur ledauphine.com (Le Dauphiné libéré), mis en ligne le 23 août 2014 (consulté le ).
  20. « Henri Guillot, maire de Mars, est décédé », sur ledauphine.com, (consulté le ).
  21. Liste des maires de l'Ardèche [PDF], Préfecture de l'Ardèche, (consulté le ).
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  26. Site ardeche.catholique.fr, page sur la paroisse de Saint-Agrève en Vivarais.