Désaignes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Désaignes
Désaignes
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Tournon-sur-Rhône
Canton Lamastre
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Lamastre
Maire
Mandat
Marc Bard
2014-2020
Code postal 07570
Code commune 07079
Démographie
Gentilé Désaignois
Population
municipale
1 087 hab. (2015 en diminution de 8,89 % par rapport à 2010)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 59′ 44″ nord, 4° 31′ 03″ est
Altitude Min. 380 m
Max. 1 170 m
Superficie 50,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Désaignes

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Désaignes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Désaignes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Désaignes

Désaignes est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les habitants sont appelés les Désaignois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Désaignes est une des plus vastes communes d'Ardèche avec 5 072 hectares de superficie. Située au cœur de la vallée du Doux, son chef-lieu de canton est Lamastre. La commune fait partie du parc naturel régional des Monts d'Ardèche.

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Labatie-d'Andaure
Saint-Agrève
Lafarre Nozières
Le Crestet
Rose des vents
N
O    Désaignes    E
S
Saint-Jean-Roure
Saint-Julien-Boutières
Saint-Prix Lamastre

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant l'Antiquité, le village se trouvait sur une piste naturelle qui, en suivant le vallée du Doux, remontait vers le plateau ardéchois et le centre de la Gaule. Une piste passait à Désaignes, "la voie des Marchands". Les Gaulois semblent s'être installés dans la zone de Pré-Lacour et de Pujol, le long de la rivière du Syalles. On trouve encore aujourd'hui des débris de poteries, voire des fondations de maisons. L'emplacement de la commune se trouvait dans le territoire helvien qui fut soumis à Rome et inclus dans la Province Narbonnaise dès 121 avant J.-C. Les Romains entreprirent d'améliorer les pistes existantes. Des vestiges de leur présence ont été trouvés sur la commune (thermes, villas et sources d'eau minérale). De nouvelles découvertes archéologiques, mises au jour en 2010, attestent du passé romain de la commune de Désaignes[2].

Désaignes s'est développé au Moyen Âge. Il s'agissait d'un des bourgs les plus importants du Vivarais, puisqu'il comptait près de 3 000 habitants intra-muros, pour seulement 1 182 aujourd'hui sur toute la commune dont 500 dans le village. Le village fut par la suite marqué par les Guerres de religion et la Résistance lors de la Seconde Guerre mondiale. Son déclin au cours du XXe siècle est dû au fait que le train qui devait passer par Désaignes s'est finalement arrêté à Lamastre, 7 km plus bas. C'est donc cette localité qui a profité de cet atout pour se développer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 en cours
(au 24 avril 2014)
Marc Bard[3] DVG Artisan

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5].

En 2015, la commune comptait 1 087 habitants[Note 1], en diminution de 8,89 % par rapport à 2010 (Ardèche (département) : +2,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 340 3 055 2 807 3 320 3 595 3 554 3 947 3 846 3 953
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 843 3 881 3 941 3 742 3 508 3 609 3 671 3 600 3 683
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 641 3 414 3 162 2 567 2 583 2 367 2 315 2 027 1 735
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 672 1 482 1 284 1 182 1 087 1 105 1 132 1 182 1 093
2015 - - - - - - - -
1 087 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Désaignes, qui date du XIVe siècle. Parmi ses éléments d'architecture : un escalier à vis, une chapelle et de belles cheminées. Le musée municipal est aujourd'hui installé dans ses murs et ses caves accueillent un point de présentation et de dégustation des produits régionaux. Le musée reprend des éléments de la vie rurale d'autrefois ainsi que l'histoire du village. Du côté ouest du château, le long de la rue des Remparts se trouve une grille mobile en fer forgé classée monument historique.
  • Trois châteaux privés des XVe siècle et XVIe siècle.
Bloc sculpté provenant de l'ancienne église. Inscription: "Ma maison est la maison d'oraison A 1608 Noel Bore[l] IHS.
  • Temple protestant : au centre du bourg, il est adossé à la forteresse du XIe siècle dont il a gardé le donjon pour clocher. Construit entre 1820 et 1844, il remplace un premier temple détruit en 1684 sur ordre de l'évêque de Valence. on peut y voir de belles fenêtres romanes ainsi qu'une pierre gravée, provenant du premier temple et placée au-dessus de la porte : « Ma maison est la maison d'oraison ».
  • Église de style roman et néo-roman.
  • Nombreux fragments du rempart qui entourait jadis la ville.
  • Portes médiévales : la porte du Bourg de l'homme (classée monument historique), la porte Fornat et la porte Janot.
  • Fontaine Barbière.
  • Ponts : du Buisson (1746), de la Fabrique ou du Massoire (1886) et du Syalles (1900).
  • Fermes et hameaux typiques de l'habitat rural dispersé.
  • Culture en terrasses.

Le village est inscrit au patrimoine historique depuis 1972 et labellisé Village de caractère depuis 2007.

Événements[modifier | modifier le code]

  • Concert Zik en Dez : en avril.
  • Trail l'Ardéchois : vers les mois d'avril-mai, grande course pédestre de montagne.
  • Festival de musique traditionnelle : début juillet, plein air et entrée libre.
  • Fête Médiévale : deuxième week-end d'août, manifestation sur une journée avec un marché, des spectacles de rue, des combats médiévaux, un repas et un spectacle pyrotechnique le soir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

le village vu de la Vierge
vue générale : le temple, le château et l'église

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]