Joannas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Joannas
Joannas
Église de Joannas
Blason de Joannas
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Canton Vallon-Pont-d'Arc
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Ligne
Maire
Mandat
Roger Vaschalde
2014-2020
Code postal 07110
Code commune 07109
Démographie
Population
municipale
311 hab. (2015 en diminution de 6,61 % par rapport à 2010)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 33′ 59″ nord, 4° 15′ 09″ est
Altitude Min. 309 m
Max. 1 207 m
Superficie 11,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative de l'Ardèche
City locator 14.svg
Joannas

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Joannas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Joannas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Joannas

Joannas est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les noms traditionnels en occitan sont Joanàs (prononcé "djounas") pour le village, et Los Joanèls (prononcé "lous djounèl") pour les habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

La Blache et Serre-Champ sont deux hameaux situés sur la route départementale D5, en direction du col de la Croix de Millet. Le hameau de Blaunac se situe au nord-est du centre du village, et possédait jadis sa propre école.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Joannas est limitrophe de sept communes[1], toutes situées dans le département de l'Ardèche et réparties géographiquement de la manière suivante :

Rose des vents Jaujac Prunet Rose des vents
Rocles N Rocher
O    Joannas    E
S
Sanilhac Tauriers Chassiers

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Joannas est un petit village adossé au Cham du Cros (1 202 m), l’un des premiers contreforts du Tanargue (montagne de moyenne altitude au sud du Massif central dont le nom signifie la montagne du tonnerre ).

Climat[modifier | modifier le code]

Climat moyen d'été 30/40°, climat moyen hiver 0/-6°. Le village est protégé du vent par le massif du Tanargue.

Histoire[modifier | modifier le code]

Joannas fait partie du Vivarais. Après les invasions barbares, puis les attaques sarrasines, Charlemagne a mis en place une organisation de l'empire carolingien basée sur la division des diocèses, elle-même issue des divisions de l'empire romain en nommant des comtes. Il n'y a plus de comte représentant l'empereur dans le Vivarais après la mort de Louis le Pieux. Depuis la division de l'empire carolingien prévue dans le traité de Verdun de 843, le Vivarais fait partie de la Lotharingie de l'empereur Lothaire. L'affaiblissement du pouvoir de l'empereur, la division de la Lotharingie et l'absence de comte va permettre à l'évêque de Viviers de devenir la puissance principale dans le Vivarais. Les barons du Vivarais lui prêtaient le serment de fidélité avec assistance en cas de guerre. Partie du royaume de Bourgogne, le Vivarais est devenu une partie du Saint-Empire romain germanique en 1032. L'empereur a donné à l'évêque de Viviers de nouveaux droits, droit de battre monnaie et droits de péage. Face à l'affaiblissement de l'empereur, le comte de Toulouse va s'implanter dans le Vivarais entraînant un conflit avec l'évêque sur les mines d'argent de Largentière. Le comte de Toulouse fait construire des châteaux autour de Largentière pour contrôler les mines. Pour assurer la protection de son domaine féodal, l'évêque a fait construire le château de Largentière. La croisade des Albigeois a entrainé le transfert de la propriété du comté de Toulouse aux Capétiens, l'évêque de Viviers s'emparant des domaines du comte dans le Vivarais. Cependant, au cours du XIIIe siècle, les rois de France vont profiter des difficultés des empereurs du Saint-Empire pour faire valoir leurs droits dans le Vivarais faisant partie du domaine des comtes de Toulouse. En 1307, Philippe le Bel obtient de l'évêque de Viviers qu'il se reconnaisse son vassal. Les seigneurs de Joannas rendent hommage aux évêques de Viviers[2]. Dans la répartition des revenus des paroisses entre l'évêque et le chapitre de Viviers, ceux de la paroisse de Joannas sont attribués au chapitre de la cathédrale.

  • en 1733, Valos et Valousset sont séparés de Joannas pour former la nouvelle paroisse de Laboule.
  • en 1833, Le Jal, le Vernet, L'Elze, Freyssenet, et Constant sont séparés de Joannas et rattachés à Rocles.
  • en 1833, Blaunac et le Clos sont séparés de Rocles et rattachés à Joannas.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Joannas

Les armes de Joannas se blasonnent ainsi :
De gueules au sautoir d'or cantonné de quatre fleurs de lys du même.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 mars 2008 Maurice Vaschalde    
mars 2008 mars 2014 Jean Labrot    
mars 2014 en cours
(au 24 avril 2014)
Roger Vaschalde[3] DVG Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2015, la commune comptait 311 habitants[Note 1], en diminution de 6,61 % par rapport à 2010 (Ardèche : +2,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8267839169249168379139551 003
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
961919928888826796759776727
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
677699674595527439396332292
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
295249191214224304327331315
2015 - - - - - - - -
311--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie locale[modifier | modifier le code]

Fête patronale le 22 mars, fête communale le dernier dimanche de juillet. Ses habitants sont appelés Joannassiens et Joannassiennes.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame de l'Annonciation, romane de la fin du XIIe siècle, restaurée et agrandie aux XVe et XVIe siècles, modifiée au XIXe siècle : l’église, construite au XIIe siècle, ne conserve plus que la nef de cette époque. Le chœur et les deux chapelles ont été rajoutés entre le XVe et XVIe siècles. Le clocher-peigne a été remplacé par un clocher-tour.
  • Château de Joannas (XIe et XIIe siècles) : le château de Joannas, bâtisse médiévale à base carrée, est inscrit en 1985 au titre des monuments historiques. Le château possède une belle cour intérieure. Il présente également des tourelles de style Renaissance et son donjon roman est une grande tour carrée dont l'accès se trouvait au premier étage. À sa construction au Moyen Âge, il était bien plus imposant qu'à présent. Il a été en partie rétrécit vers le XVIIe siècle, sous Richelieu ( Jean Régné). Propriété des familles Montréal- Balazuc, Marcha de Saint Pierreville Il est à présent le siège de la mairie, d’associations et de salles d’expositions.
  • Ancien château féodal de Logères du XIIe siècle, reconstruit au XVIIIe siècle sur les fondations d'une ancienne bâtisse du XIVe siècle : deuxième château se trouvant sur le territoire du village, il est la propriété de la famille Fontaine de Logères, fut reconstruit au XVIIIe siècle sur les fondations d’une ancienne bâtisse du XIVe siècle. Son parc de 4 hectares, offre la possibilité d'y découvrir un verger observatoire de variétés anciennes de fruits (pommes, poires, pêches, …), un jardin potager cultivé selon des méthodes traditionnelles et un jardin botanique de plantes aromatiques et médicinales.
  • Château de Pugnères.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Direction départementale de l'équipement (DDE), « Carte en relief de l'Ardèche avec limites communales », sur http://www.ardeche.equipement.gouv.fr, (consulté le 26 février 2011)
  2. Melchior de Vogüé, Une famille vivaroise : histoires d'autrefois racontées à ses enfants, tome 1, p. 355-356, imprimerie de Michel Pigelet, Sancerre, 1906 (lire en ligne)
  3. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le 30 juillet 2015).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Régné, Joannas en Vivarais et la psychologie du peuple Ardèchois, Vaison-la-Romaine, La bonne presse du midi,
  • Albert Rey, Joannas : dans ses origines, son passé, aux temps modernes, hier et aujourd'hui, Vaison-la-Romaine, La bonne presse du midi,
  • Raymond de Gigord, Le mandement de Joanas et ses seigneurs, Éditions la Bouquinerie (collection Vivarais ancien), Valence, 1891, republié en 2001 ; p. 351 (ISBN 2-908287-51-X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :