Fay-sur-Lignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fay-sur-Lignon
Fay-sur-Lignon
Le dyke volcanique de Fay-sur-Lignon.
Blason de Fay-sur-Lignon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Le Puy-en-Velay
Intercommunalité Communauté de communes Mézenc-Loire-Meygal
Maire
Mandat
Christian Chorliet
2020-2026
Code postal 43430
Code commune 43092
Démographie
Gentilé Faynois, Faynoises
Population
municipale
355 hab. (2019 en diminution de 7,31 % par rapport à 2013)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 59′ 14″ nord, 4° 13′ 38″ est
Altitude Min. 1 079 m
Max. 1 380 m
Superficie 13,24 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Mézenc
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fay-sur-Lignon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fay-sur-Lignon
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Fay-sur-Lignon
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Fay-sur-Lignon

Fay-sur-Lignon est une commune française située dans le département de la Haute-Loire, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune avec localisation de la mairie.

La commune, traversée par le 45e parallèle nord, est de ce fait située à égale distance du pôle Nord et de l'équateur terrestre (environ 5 000 km)[réf. souhaitée].

La commune de Fay-sur-Lignon se trouve dans le département de la Haute-Loire, en région Auvergne-Rhône-Alpes[1]. Elle fait partie de l'ancienne province de Velay située au sud-est du Massif central.

Elle se situe à 36,74 km par la route[Note 1] du Puy-en-Velay[2], préfecture du département, et à 14,89 km[3] de Chambon-sur-Lignon, bureau centralisateur du canton de Mézenc dont dépend la commune depuis 2015. La commune fait également partie du bassin de vie de Chambon-sur-Lignon.

Les communes les plus proches[Note 2] sont[4] : Les Vastres (2,8 km), Chaudeyrolles (4,4 km), Saint-Clément (4,8 km), Champclause (5,7 km), Saint-Front (6,7 km), Mazet-Saint-Voy (6,9 km), La Rochette (7,9 km) et Mars (8,4 km).

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du parc naturel régional des Monts d'Ardèche depuis 2013[5], couvert en grande partie par les Monts du Vivarais, que l'on retrouve au sud du village avec le Mont Signon, il est doté, depuis 2014, du label Géoparc mondial attribué par l'UNESCO pour son patrimoine géologique extraordinaire[6].

En effet, les Monts d'Ardèche sont connus pour leur volcanisme[7], Fay-sur-Lignon n'y fait pas exception puisqu'il est située sur des roches volcaniques[8] et plus précisément du basalte datant de 8 à 10 millions d'années (époque géologique miocène)[9]. Étant situé dans la région du Velay, on y retrouve également des bassins sédimentaires oligocène et quaternaire ainsi qu'un dôme granito-migmatitique développé à la fin du Carbonifère[10]. Des formations sablo-argileuses à argilo-sableuses et des rivières de pierre sont aussi observables sur le territoire de la commune[11].

De plus, Fay-sur-Lignon est un graben, ce qui signifie que le territoire du village est situé sur un fossé tectonique entre deux failles normales[10].

La superficie de la commune est de 13,24 km2. L'altitude du territoire varie entre 1 079 m et 1 380 m[Note 3].

Paysages[modifier | modifier le code]

L'Auvergne-Rhône-Alpes est divisée en neuf paysages, le village de Fay-en-Lignon fait partie de l'un d'entre eux, « Les Hautes-Terres »[12],[13], il s'agit d'un paysage caractéristique de la région. Relativement plat, ses grands plateaux d'altitude permettent d'observer la grandeur des massifs l'entourant[14].

Face à ce paysage particulier, les hommes ont dû s'adapter, notamment aux conditions climatiques. On y retrouve donc beaucoup de petites maisons regroupées dans des villages, des potagers abrités par des bouquets de hêtres ou de sorbiers ainsi que des murets pour délimiter les aménagements[15].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Fay-sur-Lignon est dit tempéré chaud. Les précipitations sont significatives, même pendant le mois le plus sec. Par ailleurs, le climat est de type Cfb selon la classification de Köppen. En moyenne la température est de 7,9 °C[16]. Également, les plateaux du Velay sont connus pour le burle, un vent du Nord typique du centre-sud de la France[15].

Ci-dessous un tableau météorologique de la station la plus proche, celle de Landos située à environ 47,5 km en voiture[17].

Statistiques 1981-2010 et records Station LANDOS-CHARBON (43) Alt: 1148m 44° 51′ 24″ N, 3° 50′ 36″ E
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −3,7 −3,4 −1,2 0,9 4,9 8,1 10 10,1 6,8 4,4 −0,2 −3 2,8
Température moyenne (°C) −0,5 0,1 3,1 5,6 9,8 13,4 15,8 15,8 11,7 8,2 3 0 7,2
Température maximale moyenne (°C) 2,8 3,6 7,4 10,2 14,7 18,7 21,6 21,6 16,5 12 6,2 3 11,6
Record de froid (°C)
date du record
−19,5
05.1995
−20,9
05.2012
−21,6
01.2005
−10,7
08.2003
−5,9
01.2004
−0,6
04.2001
2,3
03.1996
1
30.1993
−2,6
30.1995
−9,4
26.2003
−12,4
28.2013
−18,6
16.2001
−21,6
2005
Record de chaleur (°C)
date du record
18,2
20.2008
18,6
26.2019
20,7
17.2004
22,8
30.2005
26,4
11.2012
33,4
27.2019
34,3
07.2015
33,2
05.2003
27,6
13.2020
23,7
20.2014
19,9
02.2020
18,8
02.2015
34,3
2015
Précipitations (mm) 43,7 31 34,6 70,9 99,9 76,3 58,8 73 98,2 95,8 81,7 52,9 816,8
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 1 mm 8,7 7,6 7 10,2 10,4 9,2 6,9 8,3 8,9 11 10,5 8,8 107,2
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 5 mm 2,9 1,9 1,9 4,4 5,9 4,8 3,6 4,4 5,1 5,3 4,1 2,3 46,6
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 10 mm 1 0,7 0,9 2,5 3,5 2,4 1,9 2,6 2,9 3 2,1 1,2 24,6
Source : [MétéoFrance] « Fiche 43111002 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/08/2021 dans l'état de la base


Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

La commune, bordée par le Lignon, offre de sublimes milieux naturels dont plusieurs sont classées. Évidemment, les Monts d'Ardèche sont à la fois classés parc naturel régional de France et Géoparc mondiaux UNESCO.

Quatre sites sont également classés Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) par le Conservatoire d'Espaces Naturels d'Auvergne parmi lesquels le Mezenc - Meygal[18], Les Roches[19], la narce de Champclause et la Freydeyre[20] et la Haute-Vallée du Lignon[21] qui est également considérée Natura 2000[22].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Fay-sur-Lignon est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[23],[I 1],[24]. La commune est en outre hors attraction des villes[I 2],[I 3].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (73,3 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (69,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (61,8 %), forêts (21,7 %), zones agricoles hétérogènes (11,5 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (3 %), zones urbanisées (1,9 %)[25].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 341, alors qu'il était de 356 en 2013 et de 341 en 2008[I 4].

Parmi ces logements, 51 % étaient des résidences principales, 30,2 % des résidences secondaires et 18,8 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 75,7 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 24 % des appartements[I 5].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Fay-sur-Lignon en 2018 en comparaison avec celle de la Haute-Loire et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (30,2 %) supérieure à celle du département (16,1 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 72,4 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (66,7 % en 2013), contre 70 % pour la Haute-Loire et 57,5 pour la France entière[I 6].

Le logement à Fay-sur-Lignon en 2018.
Typologie Fay-sur-Lignon[I 4] Haute-Loire[I 7] France entière[I 8]
Résidences principales (en %) 51 71,5 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 30,2 16,1 9,7
Logements vacants (en %) 18,8 12,4 8,2

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Fay-sur-Lignon est un petit village traversé par plusieurs routes départementale. Les D42 et D154 rejoignent la D26 qui elle-même rejoint l'ancienne route nationale 500 (aujourd'hui déclassée en départementale). En effet, la D500 est l'axe principal de la commune, intersection de toutes les autres routes à savoir la D274 et la D262[Note 5].

Concernant les transports en commun, aucun arrêt de bus n'est présent dans la commune, le plus proche est celui de Chambon-sur-Lignon traversé par trois lignes du réseau régional[26]. Evidemment, on ne retrouve aucun transport de long trajet dans le village, les plus proches sont la gare du Puy-en-Velay, la gare TGV de Saint-Etienne et l'aéroport Le Puy-en-Velay - Loudes[27].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Fay-sur-Lignon n'est pas considérée territoire à risques importants d'inondation, elle n'est donc pas soumise à un Plan de Prévention des Risques d'Inondation ni à un Programme d'Actions de Prévention des Inondations. En termes de risque sismique, la commune est classée risque faible (Zone 2), aucun Plan de Prévention des Risques Sismiques n'est donc en place. Cependant, une partie du village est fortement exposé au retrait-gonflements des sols argileux[28]. Enfin, d'après l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire, elle est potentiel radon de catégorie 3[29], donc très exposé au radon, un gaz radioactif issu de la désintégration de l'uranium et du radium présents naturellement dans le sol et les roches.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention connue du village est Faino en 1097[30].

Le -o final latinise de manière erronée.

En réalité, il s'agit d'un ancien faï(n) issu de fagu, suivi du suffixe -inum au sens de « hêtraie »[31]. Ernest Nègre considère que le mot latin lucus (lucu) est sous-entendu et que la chute du -n final est caractéristique de cette région. Le remplacement de Fai par Fay est selon lui, une francisation[32].

Cette solution permet d'expliquer qu'on n'a pas *Fau, mais Fai, avec postérieurement à 1097 une probable diphtongaison : [fa'i] > [faj]. La paroisse prit le nom de Fay-le-Froid en 1602[33] (jusqu'en 1922), pour la distinguer des nombreux Fay.

Il n'y a cependant aucune raison d'y voir une homonymie étymologique avec les autres Fay du nord de la France qui remonte à l'oïl fay qui signifiait « hêtraie » (donc pas pertinent en Velay) et est issu du bas latin fagetu(m) « hêtraie », de fagus, hêtre suivi du suffixe -etu(m), servant à désigner un ensemble d'arbres appartenant à la même espèce et qui a donné -ay, -y, -ey en ancien français.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au début du Xe siècle, la famille de Faÿ, branche des Chapteuil, installa sur le dyke basaltique une forteresse qui donna naissance au bourg.

En 1922 et pour favoriser le tourisme, le maire Charles Chazot fit rebaptiser la commune « Fay-sur-Lignon », du nom de la rivière qui coule à son pied.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Fay-sur-Lignon est membre de la communauté de communes Mézenc-Loire-Meygal[I 9], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Saint-Julien-Chapteuil. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[34].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement du Puy-en-Velay, au département de la Haute-Loire, en tant que circonscription administrative de l'État, et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[I 9].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton du Mézenc pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[I 9], et de la première circonscription de la Haute-Loire pour les élections législatives, depuis le redécoupage électoral de 1986[35].

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Fay-sur-Lignon, commune de moins de 1 000 habitants, est élu au scrutin majoritaire plurinominal à deux tours[36] avec candidatures isolées ou groupées et possibilité de panachage[37]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 11. La totalité des onze candidats en lice est élue dès le premier tour, le , avec un taux de participation de 62,71 %[38]. Christian Chorliet est élu nouveau maire de la commune[39].

Dans les communes de moins de 1 000 habitants, les conseillers communautaires sont désignés parmi les conseillers municipaux élus en suivant l’ordre du tableau (maire, adjoints puis conseillers municipaux) et dans la limite du nombre de sièges attribués à la commune au sein du conseil communautaire[40]. Un siège est attribué à la commune au sein de la communauté de communes Mézenc-Loire-Meygal. Le maire Christian Chorliet représente ainsi la commune au sein du conseil communautaire[41].

Listes des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1934 1967 Ferdinand Chabagno DVD Médecin
conseiller général (1945-1967)
avant 1988 ? Joseph Vailli    
mars 2001 mars 2014 Raymond Devidal DVD Agriculteur
mars 2014 En cours
(au 27 août 2014)
Christian Chorliet[42]    

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Résultats pour la commune des scrutins français.
Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours.
Année Élu Battu Participation
2002[43] 89,11 % Jacques Chirac RPR 10,89 % Jean-Marie Le Pen FN 77,36 %
2007[44] 56,00 % Nicolas Sarkozy UMP 44,00 % Ségolène Royal PS 79,52 %
2012[45] 44,10 % François Hollande PS 55,90 % Nicolas Sarkozy UMP 82,08 %
2017[46] 69,50 % Emmanuel Macron EM 30,50 % Marine Le Pen FN 76,72 %
Élections législatives, résultats des deux meilleurs scores du dernier tour de scrutin.
Année Élu Battu Participation
2002[47] 74,87 % Jacques Barrot UMP 25,13 % Jean-Jacques Orfeuvre LV 59,89 %
2007[48] 70,04 % Laurent Wauquiez UMP 13,66 % Renée Vaggiani PS 68,98 %
2012[49] 68,45 % Laurent Wauquiez UMP 31,55 % Guy Vocanson SOC 70,36 %
2017[50] 64,67 % Isabelle Valentin LR 35,33 % Cécile Gallien EM 54,97 %
Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores.
Année Liste 1re Liste 2e Participation
2004[51] 34,22 % Pierre-Joël Bonté PS 65,78 % Valéry Giscard d'Estaing UMP 60,31 %
2010[52] 46,06 % René Souchon PS 53,94 % Alain Marleix UMP 59,05 %
2015[53] 67,04 % Laurent Wauquiez LR 25,14 % Jean-Jack Queyranne PS 62,30 %
2021[54] 70,94 % Laurent Wauquiez LR 19,66 % Fabienne Grebert EELV 41,46 %
Référendums.
Année Oui (national) Non (national) Participation
1992[55] 54,62 % (51,04 %) 45,38 % (48,96 %) 67,62 %
2000[56] 81,63 % (73,21 %) 18,37 % (26,79 %) 36,80 %
2005[57] 47,16 % (45,33 %) 52,84 % (54,67 %) 73,71 %

Finances communales[modifier | modifier le code]

La commune de Fay-sur-Lignon est enregistrée au répertoire des entreprises sous le code SIREN 214 300 923[58]. Son activité est enregistrée sous le code APE 84.11Z, correspondant aux administrations publiques générales[59].

En 2019, le budget communal s'équilibrait à 676 000  dont 487 000  en section de fonctionnement et 189 000  en investissement. La part d'impôts locaux dans les produits de fonctionnement s'établissait à 33,83 %, contre 35,06 % pour la strate de communes équivalente, avec des taux d'imposition fixés à 20,63 % pour la taxe d'habitation (y compris THLV), 15,57 % et 78,09 % pour la taxe foncière sur le bâti et le non-bâti. Par ailleurs l’encours de la dette communale s’établit à 2 304 €/habitants contre 551 €/habitants pour la strate[60].

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Eau[modifier | modifier le code]

Fay-sur-Lignon est approvisionnée en eau potable par deux stations de pompage souterraine. En 2019, ils ont respectivement pompé 45 032 m3 et 9 885 m3 soit un volume total de 54 917 m3 seulement réservé à l'eau potable[61]. La même année, 100% des eaux étaient réservées à la consommation, aucune utilisation industrielle ni pour l'irrigation[62].

La distribution d'eau potable a été confiée au Syndicat des eaux de Fay-sur-Lignon / Les Vastres, tandis que l'assainissement collectif est réalisé par la commune[63].

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède une école élémentaire de 23 élèves[64].

Télécommunications[modifier | modifier le code]

Au 30 septembre 2020, 97,8 % de la Haute-Loire est éligible au Haut-Débit, réparti en 53,1 % de Très Haut Débit et 44,7 % de Bon Haut Débit[65]. Cependant, au premier trimestre 2021, la commune n'est toujours pas éligible à la fibre optique, aucun locaux ou habitation ne peuvent être raccordés en FttH[66].

Concernant la télécommunication mobile, la quasi-totalité du territoire de Fay-sur-Lignon est couvert en 4G par les quatre opérateurs principaux, à savoir Free Mobile, SFR, Bouygues Télécom et Orange[67]. Aucun site 5G n'est par contre présent dans le village[68],[69].

Santé[modifier | modifier le code]

L'hôpital le plus proche est celui d'Yssingeaux[70],[71], ville située à 24,21 km par la route[72]. Le « Centre Hospitalier Jacques Barrot » est divisé en trois pôles, le sanitaire (réanimation, soins palliatifs, dialyse, etc.), l'hébergement médico-social (EHPAD, Alzheimerien, etc.) et enfin, le pôle domicile proposant des services d'infirmiers à domicile[73].

L'Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, le plus proche est l'EHPAD « La Cerreno » à Saint Martin de Valamas[74] (19,10 km par la route[75]). Egalement, une maison de retraite se trouve à Chambon-sur-Lignon[74] (14,89 km par la route[76]).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[77]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[78].

En 2019, la commune comptait 355 habitants[Note 6], en diminution de 7,31 % par rapport à 2013 (Haute-Loire : +0,6 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
702525500834879856803881924
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8528118178108701 2381 2501 2191 253
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2161 1651 0661 021983933898860756
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
656621527480441399422429383
2018 2019 - - - - - - -
357355-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[79] puis Insee à partir de 2006[80].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 26,9 %, soit en dessous de la moyenne départementale (31 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 40,9 % la même année, alors qu'il est de 31,1 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 183 hommes pour 174 femmes, soit un taux de 51,26 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (49,13 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[I 10]
HommesClasse d’âgeFemmes
2,2 
90 ou +
4,0 
15,8 
75-89 ans
19,5 
19,1 
60-74 ans
21,3 
21,9 
45-59 ans
19,5 
12,0 
30-44 ans
10,9 
16,9 
15-29 ans
13,8 
12,0 
0-14 ans
10,9 
Pyramide des âges du département de la Haute-Loire en 2018 en pourcentage[I 11]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,4 
75-89 ans
11,6 
19,7 
60-74 ans
19,6 
21,6 
45-59 ans
20,5 
17,2 
30-44 ans
16,4 
15,3 
15-29 ans
13,4 
17,4 
0-14 ans
16,1 

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune compte 156 ménages fiscaux[Note 7], regroupant 322 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 17 710 [I 12] (20 800  dans le département[I 13]).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
Division 2008 2013 2018
Commune[I 14] 3,2 % 6 % 6,6 %
Département[I 15] 6,3 % 7,7 % 7,7 %
France entière[I 16] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 196 personnes, parmi lesquelles on compte 73,5 % d'actifs (66,8 % ayant un emploi et 6,6 % de chômeurs) et 26,5 % d'inactifs[Note 8],[I 14]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui de la France et du département.

La commune est hors attraction des villes[Carte 2],[I 17]. Elle compte 135 emplois en 2018, contre 167 en 2013 et 130 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 136, soit un indicateur de concentration d'emploi de 99,2 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 47,2 %[I 18].

Sur ces 136 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 76 travaillent dans la commune, soit 56 % des habitants[I 19]. Pour se rendre au travail, 69,1 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 15,4 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 15,4 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 20].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église du XIIe siècle dont la façade fut construite avec des pierres provenant de l'ancienne abbaye de la Chartreuse de Bonnefoy en Ardèche, et son dyke en phonolithe surmonté d'une croix datant de 1861. Saint Nicolas est son saint patron.

La fontaine de Saint-Régis du nom de saint Jean-François Régis (31 janvier 1597, Fontcouverte, Aude - 31 décembre 1640, Lalouvesc, Ardèche) apôtre du Velay et du Vivarais, qui s'y désaltérait en 1636 lors de sa mission d'évangélisation des villages alentour.

Une croix de mission, située sur une place Principale tout près de l'ancienne bascule où l'on pesait animaux et chargements. Également le monument des Trois Croix situé, quant à lui, sur une petite butte à l'ancien sommet du village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Fay-sur-Lignon Blason
D'azur au coq hardi d’argent, crêté, barbé, becqué et membré de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Chambon, Fay-le-Froid maintenant Fay-sur-Lignon : Aspects historiques, , 256 p.
  • Pierre Chambon, Fay-le-Froid maintenant Fay-sur-Lignon : Habitation et population, , 418 p.
  • Pierre Chambon, Fay-le-Froid maintenant Fay-sur-Lignon : Formation, Vie sociale, Économie, Histoire, fin 2012/2013, 416 p.
  • Ferdinand Royet, Notes historiques sur la paroisse de Fay-le-Froid, Saint-Maurice-de-Lignon, Per lous chamis, , 416 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chef-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. Répertoire géographique des communes (RGC) 2015. En 2016, le RGC a été remplacé par la base Admin Express qui ne comporte plus que l'altitude moyenne de la commune, les altitudes minimale et maximale pouvant être trouvées par un système d'information géographique.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. Selon le fond cartographique de l'Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) visible sur le site Géoportail.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  7. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  8. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  2. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Commune rurale - définition » (consulté le ).
  2. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  3. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  4. a et b « Chiffres clés - Logement en 2018 à Fay-sur-Lignon » (consulté le ).
  5. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Fay-sur-Lignon - Section LOG T2 » (consulté le ).
  6. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Fay-sur-Lignon - Section LOG T7 » (consulté le ).
  7. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  8. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  9. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Fay-sur-Lignon » (consulté le ).
  10. « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Fay-sur-Lignon (43092) », (consulté le ).
  11. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Haute-Loire (43) », (consulté le ).
  12. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Fay-sur-Lignon » (consulté le ).
  13. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  14. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Fay-sur-Lignon » (consulté le ).
  15. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  16. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  17. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  18. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Fay-sur-Lignon » (consulté le ).
  19. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  20. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Institut national de la statistique et des études économiques, « Métadonnées de la communes de Fay-sur-Lignon » (consulté le )
  2. Stephan Georg, « Distance entre Fay-sur-Lignon et Le Puy-en-Velay », sur https://fr.distance.to (consulté le )
  3. Stephan Georg, « Distance entre Fay-sur-Lignon et Chambon-sur-Lignon », sur https://fr.distance.to (consulté le )
  4. « Communes les plus proches de Fay-sur-Lignon », sur www.villorama.com (consulté le )
  5. Parc naturel régional des Monts d'Ardèche, « Charte du parc (2013-2029) » [PDF] (consulté le )
  6. Parc naturel régional des Monts d'Ardèche, « Un Géoparc, qu'est ce que c'est ? » (consulté le )
  7. Parc naturel régional des Monts d'Ardèche, « Géotourisme » (consulté le )
  8. Parc naturel régional des Monts d'Ardèche, « Le patrimoine géologique des Monts d'Ardèche » (consulté le )
  9. Parc naturel régional des Monts d'Ardèche, « Carte géologique des Monts d'Ardèche » [PDF] (consulté le )
  10. a et b Bureau de recherches géologiques et minières, « Notice explicative de la feuille Yssingeaux à 1/50'000 » [PDF] (consulté le )
  11. Bureau de recherches géologiques et minières, « Notice explicative de la feuille Le Monastier-sur-Gazeille à 1/50'000 » [PDF] (consulté le )
  12. Institut national de l'information géographique et forestière, « Carte des familles et ensembles de paysages d'Auvergne » (consulté le )
  13. Centre de ressources régional des paysages d'Auvergne-Rhône-Alpes, « Carte des paysages d'Auvergne-Rhône-Alpes » [PDF] (consulté le )
  14. Centre de ressources régional des paysages d'Auvergne-Rhône-Alpes, « L'atlas pratique des paysages d'Auvergne » [PDF] (consulté le )
  15. a et b Centre de ressources régional des paysages d'Auvergne-Rhône-Alpes, « Ensemble paysager du Mézenc » (consulté le )
  16. « Climat de Fay-sur-Lignon », sur fr.climate-data.org (consulté le )
  17. Stephan Georg, « Distance entre Fay-sur-Lignon et Landos », sur https://fr.distance.to (consulté le )
  18. Inventaire National du Patrimoine Naturel, « ZNIEFF 830007467 - Mézenc - Meygal » (consulté le )
  19. Inventaire National du Patrimoine Naturel, « ZNIEFF 830020263 - Les Roches » (consulté le )
  20. Inventaire National du Patrimoine Naturel, « ZNIEFF 830008007 - Narce de Champclause et la Freydeyre » (consulté le )
  21. Inventaire National du Patrimoine Naturel, « ZNIEFF 830020259 - Haute Vallée du Lignon » (consulté le )
  22. Institut National du Patrimoine Naturel, « FR8301088 - Haute Vallée du Lignon » (consulté le )
  23. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  24. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  25. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  26. Région Auvergne-Rhône-Alpes, « Plan du réseau en Haute-Loire » [PDF] (consulté le )
  27. « Transports à proximité de Fay-sur-Lignon », sur www.eterritoire.fr
  28. Géorisques, « Les risques près de Fay-sur-Lignon » (consulté le )
  29. Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, « Carte du potentiel radon en France » (consulté le )
  30. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 283a.
  31. ibidem
  32. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Volume 1, Droz, 1990, p. 337, no 5436 [1].
  33. Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie, Ch. Delagrave, 1878, p. 1012.
  34. « communauté de communes Mézenc-Loire-Meygal - fiche descriptive au  », sur la Base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  35. « Découpage électoral de la Haute-Loire (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  36. Article L. 252 du Code électoral (consulté le ).
  37. « Municipales : le mode de scrutin dans les communes de moins de 1000 habitants », sur le site Vie-publique.fr, (consulté le ).
  38. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections municipales 2020 de Fay-sur-Lignon » (consulté le )
  39. Ville de Fay-sur-Lignon, « Le conseil Municipal » (consulté le )
  40. « Conseillers communautaires : les règles de l'élection », sur le site Vie-publique.fr, (consulté le ).
  41. Communauté de communes Mézenc-Loire-Meygal, « Les élus titulaires » (consulté le )
  42. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 27 août 2014).
  43. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2002 » (consulté le )
  44. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2007 » (consulté le )
  45. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2012 » (consulté le )
  46. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2017 » (consulté le )
  47. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections législatives 2002 » (consulté le )
  48. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections législatives 2007 » (consulté le )
  49. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections législatives 2012 » (consulté le )
  50. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections législatives 2017 » (consulté le )
  51. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections régionales 2004 » (consulté le )
  52. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections régionales 2010 » (consulté le )
  53. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections régionales 2015 » (consulté le )
  54. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections régionales 2021 » (consulté le )
  55. Ministère de l'Intérieur, « Référendum du 20 septembre 1992 » (consulté le )
  56. Politiquemania, « Référendum du 24 septembre 2000 » (consulté le )
  57. Ministère de l'Intérieur, « Référendum du 29 mai 2005 » (consulté le )
  58. Infogreffe, « Commune de Fay-sur-Lignon » (consulté le )
  59. « Commune de Fay-sur-Lignon », sur www.societe.com (consulté le )
  60. « Les comptes de la commune », sur www.impots.gouv.fr (consulté le )
  61. Banque nationale des prélèvements quantitatifs en eau, « Données sur les prélèvements en eau : Eau potable » (consulté le )
  62. Banque nationale des prélèvements quantitatifs en eau, « Données sur les prélèvements en eau : Tout usage » (consulté le )
  63. Observatoire national des services d'eau et d'assainissement, « Organisation des services : Commune de Fay-sur-Lignon (43) » (consulté le )
  64. Ministère de l'Éducation, « Annuaire des établissements scolaires : Fay-sur-Lignon » (consulté le )
  65. Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse, « Couverture départementale en très haut débit et en bon haut débit » (consulté le )
  66. Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse, « Carte des déploiements en fibre optique » (consulté le )
  67. Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse, « Déploiement de la 4G en Haute-Loire » [PDF] (consulté le )
  68. Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse, « Carte de couverture 5G » (consulté le )
  69. Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse, « Observatoire du déploiement 5G en Auvergne-Rhône-Alpes » (consulté le )
  70. Fédération hospitalière de France, « Établissement sanitaire de la Haute-Loire » (consulté le )
  71. Fédération hospitalière de France, « Centre Hospitalier d'Yssingeaux » (consulté le )
  72. Stephan Georg, « Distance entre Fay-sur-Lignon et Yssingeaux », sur fr.distance.to (consulté le )
  73. Ville d'Yssingeaux, « Le Centre Hospitalier Jacques Barrot » (consulté le )
  74. a et b Portail national d'information pour les personnes âgées et leurs proches, « Annuaire des EHPAD et maisons de retraite » (consulté le )
  75. Stephan Georg, « Distance entre Fay-sur-Lignon et Saint Martin de Valamas », sur fr.distance.to (consulté le )
  76. Stephan Georg, « Distance entre Fay-sur-Lignon et Chambon-sur-Lignon », sur fr.distance.to (consulté le )
  77. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  78. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  79. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  80. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.