Mariac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mariac
Mariac
Le quartier du Pont-de-Fromentières.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Tournon-sur-Rhône
Canton Le Cheylard
Intercommunalité Communauté de communes Val'Eyrieux
Maire
Mandat
Maurice Roche
2014-2020
Code postal 07160
Code commune 07150
Démographie
Gentilé Mariacois, Mariacoises
Population
municipale
597 hab. (2015 en diminution de 9,55 % par rapport à 2010)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 52′ 54″ nord, 4° 21′ 54″ est
Altitude Min. 508 m
Max. 1 075 m
Superficie 16,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative de l'Ardèche
City locator 14.svg
Mariac

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Mariac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mariac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mariac
Liens
Site web mariac.fr

Mariac est une commune française située dans le département de l'Ardèche, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Mariac accueille environ 700 habitants appelés Mariacois et Mariacoises, ou encore Mariachous en occitan[1].

Cette commune se situe à 5,5 km du Cheylard et fait partie de la communauté de communes Val'Eyrieux.

Géographie[modifier | modifier le code]

Mariac vue depuis Chaussinand (Accons).

Localisation[modifier | modifier le code]

Mariac est située au cœur des Boutières. Cette commune a une superficie de 1 638 hectares (dont 718 recouverts de forêts[2]) et s’étage de 502 à 1 073 m d’altitude. Cette altitude maximale est atteinte à Coudiol près de Cornuscle à la limite de la commune.

Cinq communes entourent Mariac. À l’est se trouve Accons, au sud Dornas, puis Saint-Andéol-de-Fourchades au sud-ouest, Arcens à l’ouest et enfin Saint-Martin-de-Valamas au nord.

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Six hameaux appartiennent à la commune de Mariac. Il s’agit de Trapayac au nord de la commune, Chadenac au nord-ouest, Ribefaite, Seynac, Girond et Cornuscle au sud-ouest en prenant la D282. On peut également nommer les hameaux qui sont pour la plupart considérés comme des quartiers. À savoir Marijon, Tournay, Laroche de Tournay, Garnier, les Lèches, les Baumes, la Fabrique, l’Armurier et le Manson.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Arcens
Chanéac
Saint-Martin-de-Valamas
Jaunac
Le Cheylard
Rose des vents
N Saint-Barthélemy-le-Meil
O    Mariac    E
S
Dornas
Saint-Andéol-de-Fourchades
Saint-Martial
Saint-Christol
Saint-Genest-Lachamp

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Mariac s’est développée le long de la Dorne qui la traverse d’ouest en est et qui est alimentée par le ruisseau de Girond qui provient du hameau du même nom.

Le pont de fromentières permettait le passage du froment entre les deux berges de la rivière. Ce pont a donné son nom au lieu-dit le Pont-de-Fromentières qui fait partie de la commune de Mariac.

L'un des points culminants de Mariac est appelé Rocherine, il s'élève à 1 010 m d'altitude et est accessible par le GR420 à mi parcours entre Cornuscle et Chadenac de l'Ubac. Le serre de Jusclas (1 000 m) et le serre de Mourgue (985 m) sont accessibles eux aussi par le GR 420, ils se situent au nord de Chadenac de l'Ubac.

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat de l'Ardèche.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Deux routes départementales traversent Mariac. Il s’agit de la D282 qui relie Cornuscle au Pont-De-Fromentières et la D578 en direction du Cheylard à l’ouest et de Dornas à l’est.

Pistes cyclables[modifier | modifier le code]

Aucune.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La ligne Le Chambon-Le Cheylard dessert Mariac. Elle fonctionne un mercredi sur deux en semaines paires.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Mariac est composée principalement de maisons individuelles. Toutefois, il existe quelques logements sociaux de type HLM dans le hameau de Ribefaite, ainsi qu'au Pont-de-Fromentières dans la rue du stade.

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune, est trop souvent rapportée sans aucune preuve tangible à un composé du nom latin Marius couplé au suffixe -acum, indiquant la possession, donnant domaine, ou villa de marius. Le monastère de Marriaco est connu par le cartulaire de Saint-Chaffre.

Histoire[modifier | modifier le code]

La fontaine d’eau de Cornuscle.

Mariac a longtemps été un village d’agriculteurs et de paysans. À l’époque, Mariac comptait de nombreux élevages bovins et ovins ainsi que beaucoup de fermes. C’est grâce à la Dorne et la force motrice des eaux que des tanneries, des scieries, des moulinages et des fabriques se sont installés. Mais l’activité qui a su se dégager est le moulinage de la soie. Cette activité s’est peu à peu transformée jusqu’à la production actuelle de tissus de verre. Notamment grâce à l’usine de moulinage de M. Marius Chomarat[1], entreprise qui a évolué jusqu’à devenir la société Chomarat actuelle.

Mariac a de tout temps fait partie d’une seule paroisse. Mais dans les environs de 1853, la commune a été divisée en deux paroisses différentes[3]. À savoir la paroisse de Mariac (613 ha) et celle du Pont-de-Fromentières (876 ha). Plus tard en 1873, probablement à la suite de rivalités, le maire M. Adrien Jabon (1871-1881) avait mis en place le 1er avril 1873 un projet de division de la commune, afin que Mariac et le Pont-de-Fromentières soient séparés en deux communes distinctes. Mais ce projet n’a pas abouti.

Ces rivalités entre Pontois et Mariachous n’existent plus à l’heure actuelle. On peut supposer que ces petits différends étaient dus à des querelles de clocher[1]. La langue occitane, quant à elle, a longtemps été parlée dans la commune, elle est de plus en plus supplantée par le français. Cependant, le « patois » est encore beaucoup parlé par les anciens de la commune. Mais malheureusement, cette langue n’est plus transmise aux générations nouvelles. Bien que chaque année l’Ardecho, un chant traditionnel en patois, soit chanté lors de l’Ardéchoise.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Mariac vue depuis la Fare (Saint-Andéol-de-Fourchades).

Le résultat de l'élection présidentielle de 2012 dans cette commune est le suivant[4] :

Candidat Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Eva Joly (EÉLV) 10 2,04
Marine Le Pen (FN) 103 20,98
Nicolas Sarkozy (UMP) 134 27,29 243 52,37
Jean-Luc Mélenchon (FG) 58 11,81
Philippe Poutou (NPA) 3 0,61
Nathalie Arthaud (LO) 7 1,43
Jacques Cheminade (SP) 1 0,20
François Bayrou (MoDem) 51 10,39
Nicolas Dupont-Aignan (DLR) 12 2,44
François Hollande (PS) 112 22,81 221 47,63
Inscrits 589 100,00 589 100,00
Abstentions 87 14,77 81 13,75
Votants 502 85,23 508 86,25
Blancs et nuls 11 1,87 44 7,47
Exprimés 491 83,36 464 78,78

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Mariac fait partie de la zone naturelle du Moyen-Vivarais et plus précisément des Boutières. Toutefois Mariac ne fait pas partie de la communauté de communes des Boutières. Mariac fait également partie du parc naturel régional des Monts d’Ardèche depuis décision du conseil municipal du 3 juillet 2013.

Mariac est adhérente au Sivu des Inforoutes de l’Ardèche depuis le [5].

Mariac faisait partie de la communauté de communes du Pays du Cheylard depuis le , date de création de cette communauté de communes. Désormais elle a intégré la communauté de communes Val'Eyrieux depuis le 1er janvier 2014.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires de Mariac.

Quatre maires seulement ont été élus depuis 1945 à Mariac :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
13 mai 1945 21 mars 1971 Louis Bonnet    
21 mars 1971 13 mars 1983 Louis Roux    
13 mars 1983 18 juin 1995 Abel Mariac    
18 juin 1995 en cours
(au 24 avril 2014)
Maurice Roche[6] DVG Instituteur retraité

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Aucune.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Étant entourée par de nombreuses communes appartenant au parc naturel régional des Monts d'Ardèche, Mariac en fait partie depuis le 3 juillet 2013.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Aucun.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8].

En 2015, la commune comptait 597 habitants[Note 1], en diminution de 9,55 % par rapport à 2010 (Ardèche : +2,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1501 0061 2291 1851 2601 4421 3581 3311 336
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2791 3131 2801 2371 1921 1751 2191 2491 291
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1401 1601 063937946937911812796
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
734820816789788732710644597
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (26,2 %).

Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,4 % contre 48,4 % au niveau national et 48,7 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 14,8 %, 15 à 29 ans = 16,2 %, 30 à 44 ans = 20,1 %, 45 à 59 ans = 26 %, plus de 60 ans = 22,9 %) ;
  • 49,6 % de femmes (0 à 14 ans = 17,3 %, 15 à 29 ans = 12,8 %, 30 à 44 ans = 20,7 %, 45 à 59 ans = 23 %, plus de 60 ans = 26,2 %).
Pyramide des âges à Mariac en 2007 en pourcentage[11]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
1,4 
7,5 
75 à 89 ans
11,4 
15,1 
60 à 74 ans
13,4 
26,0 
45 à 59 ans
23,0 
20,1 
30 à 44 ans
20,7 
16,2 
15 à 29 ans
12,8 
14,8 
0 à 14 ans
17,3 
Pyramide des âges du département de l'Ardèche en 2007 en pourcentage[12]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,5 
7,7 
75 à 89 ans
11,4 
15,4 
60 à 74 ans
15,7 
21,7 
45 à 59 ans
20,6 
20,5 
30 à 44 ans
19,5 
15,7 
15 à 29 ans
14,4 
18,7 
0 à 14 ans
16,8 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Mariac est située dans l'académie de Grenoble.

Établissements scolaires[modifier | modifier le code]

La ville administre 1 école maternelle et 1 école élémentaire communales. Il existait également une école catholique ouverte en 1971, Les Tilleuls qui accueillait des élèves de 2 à 11 ans. Cette école est fermée depuis le 31 août 2013.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

L'Ardéchoise passe à Mariac
  • Ville-à-joie : organise des fêtes et des bals, chaque année l’association organise une fête d'été, une autre dans la période de fin d'année au cours de laquelle le père-Noël descend du clocher à Pont de Fromentières et d'autres évènements au cours de l'année.
  • Les amis de la Dorne : Association qui organise des voyages, des repas et la dégustation des bugnes et de la galette des rois (épiphanie) pour les personnes âgées.
  • Les amis de Girond : Girond est un hameau de Mariac possédant un vieux four à pain[13]. L’association a mis en place un jardin odorant pour les non-voyants (jardin botanique) et une salle d’exposition.
  • Pétanque de la Dorne : club de boulistes qui participent à quelques compétitions et tournois de pétanque.
  • Boutesca : association qui met à disposition les 60 voies d’escalade à la sortie de Mariac en direction de Dornas.
  • Forme et détente : association qui initie les habitants à la gym, le Tai-chi-chuan, le yoga et la sophrologie.
  • Les anciens Combattants : association qui rassemble les combattants et prisonniers des guerres d’Algérie, de Tunisie et du Maroc. Cette association participe aux frais d’aide ménagère, au portage des repas à domicile et à la téléassistance. Elle organise également des rencontres, des réunions, des repas et des voyages.
  • Les créa’artistes : cette association permet aux habitants de faire du patchwork, de la couture, du bricolage et du dessin.
  • Tennis club de Mariac : association qui initie les jeunes au tennis et leur permet de faire des tournois et des championnats de tennis.
  • ADMR : association d’Aide à Domicile en Milieu Rural. Elle forme des bénévoles à aider des personnes âgées ou handicapées.
  • les gais-lurons : club de théâtre amateur, troupe itinérante.

Santé[modifier | modifier le code]

Mariac disposait d'un cabinet de médecine générale dans lequel deux médecins officiaient à tour de rôle. Ce cabinet a été fermé.

Sports[modifier | modifier le code]

Des terrains de tennis et de foot ainsi qu’un site d’escalade de 60 voies sont mis à disposition des jeunes. Un terrain de pétanque permet également aux boulistes du village d’organiser des tournois. Récemment, un espace d’animation a été mis en place et abrite une garderie, une cantine et un petit centre de loisirs.

Mariac dispose également de deux aires de jeux : une à côté de la mairie et l'autre appelée Manu-Plage près du pont de Garnier.

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Mariac est un village attractif pour les ménages. La Société Textiles et Plastiques Chomarat offre de nombreux emplois aux habitants dans le secteur de la fibre de verre. De plus, la ville du Cheylard propose des emplois grâce à l’entreprise de bijouterie Groupe GL et la fabrique de machines à embouteillage Perrier. De plus, Mariac compte une dizaine d’agriculteurs dans l’horticulture, l’apiculture et la production locale de volailles, de fromage de brebis et de laine de mouton.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Selon l’enquête de l’INSEE en 1999[14], les revenus moyens par ménage sont de l’ordre de 14 606  par an, alors que la moyenne nationale est de 15 027  par an. Aucun foyer n’est soumis à l’impôt de solidarité sur la fortune.

Le revenu fiscal médian par ménage était en 2006 de 16 998 , ce qui place Mariac au 11 014e rang parmi les 30 687 communes de plus de 50 ménages en métropole[15].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 1999, la population de Mariac se répartissait à 45,7 % d’actifs, ce qui est légèrement supérieur au 45,2 % d’actifs de la moyenne nationale, 20,5 % de retraités, un chiffre également supérieur au 18,2 % national. On dénombrait également 23,5 % de jeunes scolarisés et 10,3 % d’autres personnes sans activité.

Le taux d’activité de la population des 20 à 59 ans de Mariac était de 86 %, avec un taux de chômage de 6,8 % (en 1999), donc bien inférieur à la moyenne nationale de 12,9 % de chômeurs[16].

Répartition des emplois par domaine d’activité

  Agriculteurs Artisans, commerçants, chefs d’entreprise Cadres, professions intellectuelles Professions intermédiaires Employés Ouvriers
Mariac 6,5 % 9,1 % 5,2 % 10,4 % 24,7 % 44,2 %
Moyenne nationale 2,4 % 6,4 % 12,1 % 22,1 % 29,9 % 27,1 %
Sources des données : INSEE[14]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Mariac offre quelques services, notamment une boulangerie et un garage automobile, un bar et un magasin de chaussures, une épicerie, mais des commerces plus importants (supermarché) sont installés à La Palisse (Zone Industrielle du Cheylard). Mariac dispose également d’une garderie, d’une bibliothèque, d’une salle des fêtes et d’un club du troisième âge.

Télécommunication[modifier | modifier le code]

Depuis 2004, Mariac est couverte par un relais de téléphonie mobile. En juin 2008, un pylône d’accès Wi-Fi (Numéo) avait été installé au Serre-en-Don, rendant accessible le haut débit à une grande partie de la commune. Mariac a aussi accès à l’ADSL par ligne téléphonique, depuis l'installation d'un répartiteur à Pont de Fromentières. Un hotspot est en cours d'installation près de la mairie afin de proposer un accès wi-fi.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Carte interactive du patrimoine de Mariac.
  •      Architecture religieuse
    • 1 L’église Saint-Étienne de Mariac
    • 2 L’église du XIXe siècle du Pont-de-Fromentières
    • 3 Le clocheton du Pont-de-Fromentières
  •      Architecture civile
    • 1 La ferme de Garnier
    • 2 Le pont de Garnier
    • 3 La passerelle en bois du Pont-de-Fromentières
    • 4 Le hameau de Girond

L’église Saint-Étienne de Mariac[modifier | modifier le code]

L’église Saint-Étienne et sa statuette taillée dans la poutre d’une ancienne maison (visible au-dessus du porche).

Il s’agit d’une église du XIIe siècle de style romano-gothique[17],[18] dédiée à saint Étienne, patron de la paroisse. Cette église a été restaurée en 1962[19]. Elle possède un clocher-peigne et un calvaire classé monument historique.

L’église du XIXe siècle du Pont-de-Fromentières[modifier | modifier le code]

L’église du XIXe siècle du Pont-de-Fromentières.

Construite en 1853, elle remplace le petit clocheton du Pont-de-Fromentières.

Le pont de Garnier[modifier | modifier le code]

Le pont de Garnier est daté de la moitié du XVIIIe siècle[20], il se situe à l’entrée de Mariac. Il permet l’accès à la ferme de Garnier.

La ferme de Garnier[modifier | modifier le code]

La ferme de Garnier.

La tradition indique qu'un tunnel relierait la ferme de Garnier à l’ancien relais de chasse situé sur l’autre rive de la Dorne.

Le clocheton du Pont-de-Fromentières[modifier | modifier le code]

Le pont de fromentière ainsi que l’ancien clocher du village (visible à droite).

Il se situe sur la rive gauche de la Dorne et date de 1770, il appelait à la messe jusqu’à la construction de l’église du Pont-de-Fromentières en 1853.

Le hameau de Girond[modifier | modifier le code]

Le four à pain de Girond.

Girond est un hameau pittoresque situé sur la D282 entre Seynac et Cornuscles. Il est animé par l'association « Les amis de Girond ». Cette dernière met en avant le four banal, le jardin des plantes médicinales, une collection d'outils ardéchois utilisés dans les champs et d'autres choses encore. Le four à pain est notamment utilisé lors des fêtes, sa restauration a été demandée en 1971 par l’abbé Michel.

La passerelle en bois du Pont-de-Fromentières[modifier | modifier le code]

La passerelle en bois du Pont-de-Fromentières.

Construite en 2005, d'une longueur de 25 m, elle relie le stade à l’ancienne mairie. Cette passerelle a été conçue afin de permettre un accès aux personnes à mobilité réduite, grâce à une rampe.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Les nouveaux bâtiments de la mairie accueillent une agence postale, une bibliothèque et une salle d’activités.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L’Écho de Mariac, bulletin d’informations municipales, années 1995, 2000, 2003, 2004 et 2007.
  • L’Écho de Mariac, bulletin d’informations municipales, années 2008, 2009, 2010, 2011, 2012 et 2013. Consultable en ligne.
  • Les régionalismes de Mariac, Regard sur le français parlé à Pont-de-Fromentières, Ardèche – Fernande Maza-Pushpam Consultable en ligne

Iconographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Fernande Maza-Pushpam, Les régionalismes de Mariac - Regard sur le français parlé à Pont-de-Fromentières, Ardèche, Centre de dialectologie, Université Stendhal-Grenoble 3, , 288 p. (ISBN 2902709781) Consultable en ligne
  2. « Inforoutes de l’Ardèche : données insee de Mariac », sur www.mariac.fr (consulté le 6 novembre 2008).
  3. Renseignement sur la circonscription religieuse de la commune de Mariac, archive du 20 mai 1873 de la mairie de Mariac
  4. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Mariac » (consulté le 2 janvier 2016)
  5. « Inforoutes de l’Ardèche : Commune de Mariac », sur www.mariac.fr (consulté le 6 juin 2009).
  6. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le 30 juillet 2015).
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. « Évolution et structure de la population à Mariac en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 janvier 2010)
  12. « Résultats du recensement de la population de l'Ardèche en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 janvier 2010)
  13. « Girond, hameau de charme des Boutières », sur membres.lycos.fr/girond/ (consulté le 7 juin 2009).
  14. a et b « Mariac - Ardèche (Code postal - 07160) », sur www.linternaute.com (consulté le 10 août 2008).
  15. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur site de l'INSEE (consulté le 9 septembre 2009).
  16. « Mariac (Ardèche - 07160) : données économiques », sur www.journaldunet.com (consulté le 7 juin 2009).
  17. Lucien Avenas, Petit guide de visite de l’Église Saint-Étienne de Mariac, Ardèche
  18. « Patrimoine d'Ardèche », sur patrimoine-ardeche.com, (consulté le 24 juin 2009).
  19. « Mariac (Ardèche) - Fiche - Quid.fr »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Quid.fr (consulté le 7 juin 2009)
  20. École de Mariac, « Le pont de Garnier », sur www.ac-grenoble.fr (consulté le 6 juin 2009).