Ailhon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ailhon
Ailhon
Ailhon : l'église Saint-André.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Intercommunalité Communauté de communes du Bassin d'Aubenas
Maire
Mandat
Jean-Paul Lardy
2020-2026
Code postal 07200
Code commune 07002
Démographie
Population
municipale
551 hab. (2019 en augmentation de 0,73 % par rapport à 2013)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 35′ 56″ nord, 4° 20′ 34″ est
Altitude Min. 258 m
Max. 544 m
Superficie 7,8 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Aubenas
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Aubenas-2
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Ailhon
Géolocalisation sur la carte : Ardèche
Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Ailhon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ailhon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ailhon

Ailhon est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Située à une altitude de 406 mètres, Ailhon est une commune située dans le canton d'Aubenas-2 et l’arrondissement de Largentière. Les habitants se nomment les Ailhonais et les Ailhonaises. Son habitat est caractérisé par un regroupement de nombreux hameaux disséminés au sein de son vaste territoire.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Ailhon est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Aubenas, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 68 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (82,7 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (76 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (82,7 %), zones agricoles hétérogènes (15,2 %), prairies (2,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Une sépulture préhistorique au Gay et de nombreux vestiges au Daüs attestent de la présence humaine dès l'antiquité.

C'est en 1298 qu'apparaît pour la première fois le nom de la famille noble d'Ailhon (prononcé Ailhou en occitan et Alho en latin), lorsque Pierre d'Ailhon vend une maison fortifiée voisine du château de Mirabel.

Lors des guerres de Religion, principalement de 1586 à 1591, le village paie un lourd tribut : du fort d'Ailhon, pris et repris, il ne reste plus qu'une tour noyée dans la maison Chabert au sud du village.

En 1670, Ailhon participe à la révolte de Roure, provoquée par la rumeur d'une augmentation des impôts : les insurgés, armés de faux et de bâtons, sont massacrés par les armées du roi dans la plaine de Lavilledieu et Roure est condamné au supplice de la roue.

Les désordres suivant la Révolution permettent à la bande de brigands de Fourniquet de Chassiers (exécuté à Saint-Cirgues-de-Prades en mai 1800) d'écumer les environs.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1793 1794 Antoine Gourdon   Officier public
1794 1798 François Fulachier   Officier public
1798 1808 Antoine Chabert    
1808 1810 Jean Roudil   Adjoint
1810 1815 Jean Roudil   Maire
1815 1825 Claude Darlix    
1825 1830 Jean-Pierre Jaussen    
juillet 1830 1831 Jacques Jaussen    
1832 1834 François Veyrent    
1834 1848 Jacques Jaussen    
1848 1864 Louis Plantevin    
1864 1870 André Daygues    
1870 1873 Louis Jaussen    
1873 1875 Prosper Roure    
1876 1881 Henri Veyrent    
1881 1890 Gaston Ricard    
1890 1892 Cyprien Arlaud    
1892 1896 Pierre Guibourdenche    
1896 1900 Auguste Roudil    
1900 1904 Xavier Fulachier    
1904   Victorin Reynaud    
         
  2001 Roger Naud    
Michel Gilbert    
[Note 3] En cours
(au [9])
Jean-Paul Lardy PS Journaliste

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2019, la commune comptait 551 habitants[Note 4], en augmentation de 0,73 % par rapport à 2013 (Ardèche : +2,47 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
522447516543646659660667668
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
639616592533600518493514523
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
468437408326331308268248199
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
159140134173290336446462535
2017 2019 - - - - - - -
554551-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 30,9 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (30,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 27,5 % la même année, alors qu'il est de 31,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 273 hommes pour 274 femmes, soit un taux de 50,09 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,19 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
0,4 
6,7 
75-89 ans
3,7 
24,8 
60-74 ans
19,1 
21,1 
45-59 ans
22,5 
20,0 
30-44 ans
19,5 
8,3 
15-29 ans
11,1 
18,7 
0-14 ans
23,6 
Pyramide des âges du département de l'Ardèche en 2018 en pourcentage[15]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ou +
2,4 
8,6 
75-89 ans
11,2 
20,1 
60-74 ans
20,3 
21,7 
45-59 ans
20,7 
16,9 
30-44 ans
16,5 
14,4 
15-29 ans
13 
17,4 
0-14 ans
15,8 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Daüs (élévation, tertre en celtique) : site préhistorique.
  • Château de Rochemure.
  • Église Saint-André. L'église date du XIe siècle pour les parties les plus anciennes. Agrandie et remaniée jusqu'au début du XVIe siècle, elle abrite de nombreuses sculptures. On y trouve au fond le tronc monumental d'un ormeau planté en 1593 — comme dans de nombreuses paroisses — sur ordre de Sully pour célébrer l'adhésion de Henry IV à la religion catholique.
Vue générale d'Ailhon, côté sud.
Vue générale d'Ailhon, côté nord.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-Albin Mazon (1828-1908), Notice Historique sur l'Ancienne Paroisse d'Ailhon, Privas, Imprimerie centrale, .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Réélu en 2014[8] et en 2020.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le ).
  9. Liste des maires de l'Ardèche [PDF], Préfecture de l'Ardèche, (consulté le ).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  14. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Ailhon (07002) », (consulté le ).
  15. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Ardèche (07) », (consulté le ).