Saint-Cirgues-en-Montagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Cirgues.

Saint-Cirgues-en-Montagne
Saint-Cirgues-en-Montagne
place de Saint Cirgues en Montagne
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Canton Thueyts
Intercommunalité CC de la Montagne d'Ardèche
Maire
Mandat
Éric Lespinasse
2014-2020
Code postal 07510
Code commune 07224
Démographie
Population
municipale
209 hab. (2015 en diminution de 15,04 % par rapport à 2010)
Densité 9,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 45′ 24″ nord, 4° 05′ 33″ est
Altitude Min. 919 m
Max. 1 464 m
Superficie 21,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative de l'Ardèche
City locator 14.svg
Saint-Cirgues-en-Montagne

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Saint-Cirgues-en-Montagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Cirgues-en-Montagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Cirgues-en-Montagne
Vue sur Saint-Cirgues en Montagne

Saint-Cirgues-en-Montagne est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint-Cirgues-en-Montagne est limitrophe de huit communes[1], toutes situées dans le département de l'Ardèche et réparties géographiquement de la manière suivante :

Rose des vents Lachapelle-Graillouse Le Lac d'Issarlès Cros-de-Géorand Rose des vents
Issanlas N Usclades-et-Rieutord
O    Saint-Cirgues-en-Montagne    E
S
Mazan-l'Abbaye Le Roux Montpezat-sous-Bauzon

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune provient de saint Cyr, honoré dans l'église paroissiale qui porte son nom, dont une des formes occitanes du nom est Cirgue. Le -s final ne s'explique pas par l'évolution phonétique normale de Cyricus, puisque dans les mots latins en -us, la consonne disparaît à date ancienne.

Article détaillé : Cyr de Tarse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Route de l'étain via la vallée du Rhône

La route de l'étain passait par la vallée du Rhône qui était l'unique voie d'approvisionnement en minerai pour les pays méditerranéens pendant l'âge du bronze. L'étain, venu d'Armorique et de Cornouailles, était transporté jusqu'à l'estuaire de la Loire. De là, il remontait le fleuve afin de rejoindre le Rhône[2]. Ce trajet est attesté par Diodore de Sicile qui, au Ier siècle avant notre ère, parlait d'un périple de trente jours pour atteindre l'embouchure du Rhône[3]. Certains suggèrent un passage par Roanne[2], d'autres par la route du Puy-en-Velay et le col du Roux[4], près de Saint-Cirgues-en-Montagne[3]. Trafic qui n'était pas sans risque comme en témoigne l’hypogée de Roaix, daté de la fin du chalcolithique. Situé au quartier des Crottes, il contenait 30 corps qui tous portent des traces de blessures ou de traumatismes mortels, résultat d'une guerre locale liée au trafic de l'étain[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

en 1793 la commune de Mazan est créée par scission de Saint-Cirgues-en-Montagne


Politique et administration[modifier | modifier le code]

mairie de Saint-Cirgues-en-Montagne
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 mars 1971 Paul Ollier MRP Notaire
Conseiller général (1961-1973 puis 1973-1979)
mars 1971 mars 1977 Jean-Paul Sion CDP Chirurgien-dentiste
mars 1977 mars 1989 Pierre Duvert DVG Principal de collège
mars 1989 mars 2001 Aimé-Fernand Rochette DVD Géomètre
mars 2001 en cours
(au 24 avril 2014)
Éric Lespinasse[6] UMP-LR Hôtelier-restaurateur
Conseiller général (2004-2011)

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8].

En 2015, la commune comptait 209 habitants[Note 1], en diminution de 15,04 % par rapport à 2010 (Ardèche : +2,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
660570642655716760765838839
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8098409028611 0171 0349641 0441 103
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1021 1731 147873881828818740781
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
543498462397361285254246209
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Diocèse de Viviers en 1923[11].

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Saint-Cirgue-en-Montagne fait partie des zones de productions du Picodon, du fin gras du Mézenc, du Jambon de l'Ardèche, du saucisson de l'Ardèche, des Volailles d'Auvergne, des vins Ardèche (IGP) et Méditerranée (IGP)[12].

Industrie[modifier | modifier le code]

Commerce et artisanat[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Randonnées en raquette en hiver à partir du village.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Abside de l'église de Saint-Cirgues-en-Montagne

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

L'abbé Tauleigne (7 avril 1870 - 5 juin 1926) est né dans le village[14]. Né Auguste Jean-Baptiste Tauleigne, il fait ses études au grand séminaire (institut séculier de formation des prêtres) de Sens et est reçu prêtre le 18 décembre 1899. Il enseigne les sciences comme professeur au petit séminaire (école de niveau secondaire) de Joigny, puis devient curé de Pontigny (Yonne). Il a inventé un procédé simple pour la photographie en couleurs et a travaillé sur les anaglyphes, la projection d'images multiples et d'objets opaques, les condenseurs à court foyer, les objectifs à grande ouverture et d'autres sujets d'optique. Il a aussi travaillé sur de multiples autres domaines, dont la carburation, l’acoustique (puissant haut-parleur à air comprimé), l’électricité, la télégraphie sans fil... Le radio-stéréomètre, une de ses nombreuses inventions, permettait de mesurer la profondeur d'un corps étranger dans le corps - mis au point pendant la guerre de 1914-1918 pour extraire les balles des corps des soldats. Il a reçu le prix de la fondation Carnegie en 1923[11],[15]. Une rue de Pontigny, où il est décédé, porte son nom.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Direction départementale de l'équipement (DDE), « Carte en relief de l'Ardèche avec limites communales », sur http://www.ardeche.equipement.gouv.fr, (consulté le 20 février 2011)
  2. a et b La route de l'étain
  3. a et b Les chemins du Roux
  4. Entre les communes du Roux et de Saint-Cirgues-en-Montagne, la route départementale D160 emprunte aujourd'hui le tunnel du Roux
  5. Jean Gagnepain, Préhistoire du Verdon : Alpes de Haute-Provence et Var, des origines à la conquête romaine, Édisud et Parc naturel du Verdon, Aix-en-Provence, 2002. (ISBN 2-7449-0347-7), p. 76.
  6. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le 31 juillet 2015).
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. a et b Corret Pierre, Dr, L'œuvre scientifique de l'abbé Tauleigne, Causerie Scientifique en mémoire de M. l'abbé Tauleigne. Dans La Croix, mercredi 16 juin 1926. ISSN-L 0242-6412.
  12. Zones de productions IGP et AOC
  13. Église Saint-Cirice sur clochers.org.
  14. Les savants en Ardèche - l'abbé Tauleigne. Service éducatif des archives départementales de l'Ardèche.
  15. L’enseignement de l’optique au travers du prisme bourguignon. Michel Pauty. Bulletin de l'Union des physiciens n° 838, vol. 95, novembre 2001, pp. 1601-1617. Abbé Tauleigne : p. 1611.

Liens externes[modifier | modifier le code]