Borée (Ardèche)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Borée
Borée (Ardèche)
Vue du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Intercommunalité Communauté de communes de la Montagne d'Ardèche
Maire
Mandat
Anne-Marie Marion
2020-2026
Code postal 07310
Code commune 07037
Démographie
Population
municipale
147 hab. (2020 en diminution de 10,37 % par rapport à 2014)
Densité 5,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 53′ 57″ nord, 4° 14′ 26″ est
Altitude Min. 807 m
Max. 1 753 m
Superficie 27,67 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Haut-Eyrieux
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Borée
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Borée
Géolocalisation sur la carte : Ardèche
Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Borée
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Borée
Liens
Site web mairie-boree.fr

Borée est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Il s'agit d'une des commune dont le territoire borde géographiquement le Massif du Mézenc et ses habitant sont les Boréens, ou les Boréyous et les Boréyounes, en patois occitan[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

Le petit village de Borée, qui présente un aspect essentiellement rural est situé dans le département de l'Ardèche, sur les contreforts du massif du Mézenc qui domine le plateau ardéchois et les monts du Vivarais. L'ensemble du territoire est localisé en zone de moyenne montagne, dans la partie du Massif central appelée Haut-Vivarais.

Ce territoire fait intégralement partie de l'Ardèche, sur la bordure occidentale de ce département, non loin de la limite avec le département voisin de la Haute-Loire.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Village de Borée et le mont Mézenc

Le village et ses hameaux sont situés sur le pentes du mont Mézenc, un dôme de phonolite datant de 7 millions d'année. Ce volan est entouré de plateaux basaltiques du même âge et d'autres dômes de phonolite ou de trachyte.

Climat[modifier | modifier le code]

Positionné entre la région montagneuse des Boutières et les hauts plateaux de l'Ardèche, le village de Borée se positionne dans un secteur de moyenne montagne connu localement sous le vocable de « montagne ardéchoise » ou « monts du Vivarais ». Ce secteur est constitué de hauts plateaux situés sur la ligne de partage des eaux entre l'océan Atlantique et la mer Méditerranée et son climat reste extrêmement rude et froid en hiver où la burle souffle souvent, favorisant la formation de congères.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune abrite deux sources de cours d'eau notable du département de l'Ardèche :

  1. La Saliouse, longue de 19,2 kilomètres[2], elle se jette dans l'Eyrieux au niveau de Saint-Martin-de-Valamas.
  2. L'Eysse, un affluent de l'Eyrieux, d'une longueur de 23 km[3] et qui rejoint également l'Eyrieux sur le territoire de Saint-Martin-de-Valamas.

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est principalement traversé par plusieurs routes départementales dont :

  • la RD 278 et la RD 378 qui relie la commune avec celle de Saint-Martin-de-Valamas
  • la RD 337 qui relie la commune avec celle de Saint-Martial (jonction avec la RD 378).
  • la RD 410 qui relie le bourg central de la commune avec celle de Fay-sur-Lignon en Haute-Loire;

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Borée est une commune rurale[Note 1],[4]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[5],[6]. La commune est en outre hors attraction des villes[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (77,3 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (67,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (49,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (24,9 %), prairies (21,3 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (2,6 %), zones agricoles hétérogènes (1,4 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

L'ensemble du territoire de la commune de Borée est situé en zone de sismicité no 2 (sur une échelle de 5), comme la plupart des communes situées sur le plateau et la montagne ardéchoise[11].

Terminologie des zones sismiques[12]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 2 Sismicité faible accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Borée provient du nord-occitan bòria qui signifie « ferme, métairie »[13] (français « borie »).

Histoire[modifier | modifier le code]

Borée, Le Béage, Les Estables et la Chartreuse de Bonnefoy sur la carte Cassini.

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Durant l'Antiquité, le territoire de Borée et de l'ensemble du Haut-Vivarais se situait aux limites de nombreux territoires de tribus gauloises dont celles des Vellaves au nord-est, celles des Segovellaunes au nord-ouest et celles des Gabales, au sud-est et celle des Helviens au sud-ouest.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Époques moderne et contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1848, une partie de la paroisse de Borée fut détachée par Jean-Antoine Rochette et érigée en paroisse de La Rochette, puis en 1856, une partie de la commune de Borée fut détachée et érigée en commune indépendante sous le nom de La Rochette.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 avril 2014 Georges Murillon[14] DVD  
avril 2014 mai 2020 Laurent Chanut[15]   Agriculteur exploitant
mai 2020 en cours Anne-Marie Marion[16]   Employée administrative d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[18].

En 2020, la commune comptait 147 habitants[Note 2], en diminution de 10,37 % par rapport à 2014 (Ardèche : +2,15 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 8001 8491 9301 5191 8482 0152 0142 0452 052
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4571 3631 2621 2741 2221 3651 4281 3261 289
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1281 1921 0791 025940911814675606
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
476408301225193135160167164
2018 2020 - - - - - - -
144147-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

En 1963, un téléski fut mis en service à Borée, dans le cirque des Boutières, au lieu-dit du Cuzet[21]. Jusqu'au début des années 1980, date de la cessation de son exploitation, permit aux skieurs de profiter des pentes au sud-est du Mont Mézenc. Ce secteur reste accessible en ski de randonnée, le plus souvent depuis la commune voisine des Estables. Le téléski, faute de neige, a été démonté en octobre 2016[22].

Médias[modifier | modifier le code]

Deux organes de presse écrite sont distribués dans la commune :

Il s'agit d'un journal hebdomadaire français basé à Valence et diffusé à Privas depuis 1999. Il couvre l'actualité pour tout le département de l'Ardèche.
Il s'agit d'un journal quotidien de la presse écrite française régionale distribué dans la plupart des départements de l'ancienne région Rhône-Alpes, notamment l'Ardèche. La commune est située dans la zone d'édition du Nord-Ardèche (Annonay - Le Cheylard).

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Dolmen des Baumes Borée

Patrimoine gastronomique[modifier | modifier le code]

Ces trois produits culinaires portent la marque collective « Goûtez l'Ardèche » :

  • La violine de Borée est une pomme de terre à la chair violette qui sert à produire la crème de violine ; elle a été importée en France en 1540 par un moine franciscain ; elle est classée légume ancien.
  • La « crème de violine » : confiture au goût de châtaigne à base de violine.
  • Le « triffou » : petit gâteau sans gluten à base de crème de violine.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Zone du vivaro-alpin (Pierre Bec).

Linguistiquement et historiquement, le territoire de Borée est situé dans la zone linguistique du Vivaro-alpin, variété du nord-occitan qui est utilisé dans la majeure partie de l'Ardèche, dans les Alpes du Sud en France et dans les vallées orientales du Piémont, en Italie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Borée (Ardèche) possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, page sur la commune de Borée.
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Saliouse (V4100540) » (consulté le )
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau (V4110500) »
  4. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Préfecture du Rhône, page sur les risques sismiques
  12. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  13. Joannès Dufaud, Des mots à la phrase occitane, Parlarem en Vivarès, 2004, p. 26.
  14. Préfecture de l'Ardèche fichier au format PDF daté du 1er juillet 2008
  15. Répertoire national des élus (RNE) - version de juillet 2020, consulté le 3 juillet 2020
  16. « Répertoire national des élus (RNE) - version octobre 2021 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le )
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  21. « TKD du Cuzet », sur remontées-mécaniques.net, (consulté le )
  22. « Borée, l’ex-petite station de ski ardéchoise qui a perdu sa neige », lemonde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  23. « L'ÈRE DU TCHIER DE BORÉE », sur ardechoise.com (consulté le ).
  24. Albin Mazon - Notice sur Saint-Martin-de-Valamas et ses environs (1896/1991) - Éditions Dolmazon

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]