Charles Dufresne (artiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dufresne et Charles Dufresne.

Georges-Charles Dufresne, dit Charles Dufresne, est un peintre, graveur, sculpteur et décorateur français né à Millemont le 23 novembre 1876 et mort à La Seyne-sur-Mer le 8 août 1938.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles Dufresne est issu d'une famille de marins et pêcheurs de Granville et des îles Chausey. Il abandonne sa scolarité en 1887 et fait un apprentissage chez un graveur. Il reçoit une formation académique à l'École des beaux-arts de Paris dans l'atelier de gravure en médailles d'Hubert Ponscarme, puis devient l'assistant du médailleur et sculpteur Alexandre Charpentier.

Plus attiré par la peinture, il se met à peindre au pastel des scènes parisiennes de café-concert, de cirques et de guinguette un peu dans l'esprit de Toulouse-Lautrec. Certaines de ces œuvres sont conservées à Paris au musée Carnavalet. Il expose au Salon de la Société nationale des beaux-arts dont il devient sociétaire en 1903, et se lie alors d'amitié avec André Dunoyer de Segonzac, Jean Frélaut et Charles Despiau.

Entre 1900 et 1908, il devient très ami avec un jeune graveur américain Herbert Lespinasse qu'il accompagnera en Italie lors d'un long voyage en 1903. Durant ce séjour, ils passeront quelques jours à la villa Médicis à Rome. Durant l'été 1908, il sera invité par Jean Frélaut en Bretagne et rencontrera Henry de Waroquier.

En 1910, il concourt avec un pastel au prix de l'Afrique du Nord, qu´il remporte. Il réside alors durant deux années à la villa Abd-el-Tif à Alger, où il commence à abandonner le pastel pour la peinture à l'huile. De retour à Paris en 1912 dans son atelier de l'île Saint-Louis, il peint dans des couleurs luxuriantes des scènes orientales issues de son imagination et de ses souvenirs. Juste avant la Première Guerre mondiale, il est influencé par certaines écoles nouvelles, ses formes se simplifient ses couleurs deviendront plus sombres.

En 1914, Dufresne est mobilisé. Gravement atteint par les gaz, il est transféré à la section camouflage de l'armée avec Charles Despiau, Roger de La Fresnaye et le poète Charles Vildrac sous les ordres de Dunoyer de Segonzac. À cette époque, il excelle dans l'art de scènes de guerre cubistes.

Entre 1918 et 1921, il peint beaucoup de portraits, de paysages de Normandie et des natures mortes. En 1921, Jacques Rouché, directeur de l'Opéra de Paris, lui commande les décors du ballet Antar. En 1923, il est l'un des cofondateurs du Salon des Tuileries.

C'est en 1924 que Louis Süe et André Mare lui commandent des cartons de tapisseries destinés à recouvrir des sièges d'un mobilier de salon présenté à l'Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de Paris en 1925, où il remporte un vif succès.

Il enseigne à l'Académie scandinave à des peintres comme Maria Elena Vieira da Silva ou Jacques Despierre.

À partir de 1930, ses couleurs deviennent définitivement chatoyantes et il peint alors des scènes religieuses, mythologiques, de chasses aux fauves, ou encore de plage.

En 1936, Guillaume Janneau, directeur du Mobilier national, le charge de composer des cartons de tapisserie pour un mobilier de Rollin sur le thème de La Plage ou les Plaisirs de l'été. Ce canapé est aujourd'hui déposé au Conseil constitutionnel.

En 1937, il est chargé de la décoration de deux panneaux dans le grand foyer du palais de Chaillot, puis de cinq grandes peintures murales pour l'amphithéâtre de la faculté de pharmacie de Paris en 1938[1] qu'il termine juste avant de mourir à La Seyne-sur-Mer.

La Biennale de Venise lui rend hommage en 1938 en lui consacrant une salle entière.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1905: Paris, Salon de la Société des artistes indépendants
  • 1922: Paris, galerie Barbazanges
  • 1923: Paris, Salon des Tuileries
  • 1929: États-Unis, Cambridge, Fogg Art Museum, « French Paintings of the 19th and 20th Centuries »
  • 1930: Paris, galerie Georges Petit, « 100 ans de Peinture Française »
  • 1930: États-Unis, New York, Museum of Modern Art, « Painting in Paris »
  • 1931: Paris, galerie Dru, « Peintures, gouaches et pastels de Charles Dufresne »
  • 1933 et 1936: : États-Unis, Pittsburgh, Carnegie Institute, « Annual International Exhibition »
  • 1937: Paris, Petit Palais, « Les Maîtres de l'Art Indépendant 1895-1937 »
  • 1937: Paris, École nationale des beaux-arts, « Commandes de l'État »
  • 1938: Paris, galerie du Nouvel Essor
  • 1938: Italie, Biennale de Venise, « Hommage à Charles Dufresne »
  • 1938: Pays-Bas, La Haye, musée municipal, « L'Orient et l'Algérie dans l'art français »
  • 1942: Paris, galerie de France
  • 1944: Paris, musée de l'Orangerie, « Cartons et tapisseries modernes des manufactures nationales »
  • 1947: Algérie, Alger, musée national des beaux-arts, « Charles Dufresne et Jean Launois »
  • 1966: Grande Bretagne, Londres, Sphinx Gallery, « Dufresne Paintings & Watercolors »
  • 1971: États-Unis, New York, Hirschl & Adler Galleries, « Charles Dufresne, A Retrospective Exhibition »
  • 1972: Suisse, Lausanne, galerie Paul Valloton, « Exposition rétrospective Charles Dufresne »
  • 1975: Paris, galerie René Drouet, « Hommage à Dufresne »
  • 1987: Paris, musée d'art moderne de la ville, « L'art indépendant »
  • 1987-1988: Troyes, musée d'art moderne, « Charles Dufresne, rétrospective »
  • 1988: Granville, musée d'art moderne Richard Anacréon, « Charles Dufresne, Hommage de son pays d'origine »
  • 1994: Paris, Bibliothèque nationale, « Charles Dufresne : L'œuvre gravé »
  • 2000: Paris, galerie Zlotowski, « Charles Dufresne »
  • 2009: Paris, galerie des Gobelins, Mobilier national, « Élégance et Modernité : 1908-1958 », Canapé Les Plaisirs de la Plage, cartons de tapisserie de Charles Dufresne sur un mobilier de Rollin
  • 2012 : Saint-Tropez, musée de l'Annonciade, « Charles Dufresne, un rêve oriental »
  • 2012 : Metz, Centre Pompidou, « 1917 », trois œuvres des collections nationales datées de 1917
  • 2014 : Saint-Tropez, musée de l'Annonciade, « La couleur sous la lumière de l'Orient : de Delacroix à Matisse »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Lhote, « Charles Dufresne », in La nouvelle Revue Française, 26ème année, no 301, Octobre 1938, p. 686.
  • François Fosca, Charles Dufresne, Bibliothèque des arts, Lausanne, 1958.
  • Charles Dufresne 1876-1938, catalogue de la rétrospective au musée d'art moderne de Troyes, 1987.
  • Charles Dufresne, Hommage de son pays d'origine, catalogue de l'exposition à Granville, 1988.
  • Thomas Dufresne, « Catalogue raisonné de l'œuvre gravé de Charles Dufresne », in Nouvelles de l'estampe, no 134, 1994, p. 3-40.
  • Michel Charzat, La Jeune Peinture Française : 1910-1940, une époque, un art de vivre, 2010
  • Charles Dufresne, un rêve oriental, catalogue de l'exposition du musée de l'Annonciade à Saint Tropez, 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dont deux études sont conservées au musée de l'Annonciade à Saint-Tropez.