Francis Carco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie « Carco » redirige ici. Pour l’article homophone, voir Carcaud.
Francis Carco
Description de cette image, également commentée ci-après

Francis Carco en 1923,
agence de presse Meurisse.

Nom de naissance François Carcopino-Tusoli
Alias
Jean d'Aiguières
Naissance
Nouméa
Décès (à 71 ans)
Paris
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

Compléments

Francis Carco, nom de plume de François Carcopino-Tusoli, est un écrivain, poète, journaliste et parolier français, né le à Nouméa (Nouvelle-Calédonie) et mort le à Paris. Il est aussi connu sous le pseudonyme de Jean d'Aiguières[1].

Peintre des rues obscures[modifier | modifier le code]

Carco passe ses cinq premières années en Nouvelle-Calédonie, où son père travaille comme Inspecteur des domaines de l'État. Chaque jour, il voit passer, sous les fenêtres de la maison familiale de la rue de la République, les bagnards enchaînés en partance pour l'île de Nou. Il restera marqué toute sa vie par ces images qui lui donneront le Goût du Malheur. Son père est nommé en Métropole.

Il réside alors avec sa famille à Châtillon-sur-Seine. Confronté à l'autoritarisme et à la violence paternelle, il se réfugie dans la poésie, où s'exprime sa révolte intérieure.

En 1901, la famille s’installe au no 31 avenue de la République, à Villefranche-de-Rouergue, puis, au gré des mutations du père, à Rodez de 1905 à 1907. Il fait de fréquents séjours chez sa grand-mère au no 4 rue du Lycée, à Nice. Il fait quelques séjours à Agen, où il est surveillant durant quatre mois avant de se faire renvoyer par le proviseur, ayant été surpris laissant sans surveillance les élèves dont il avait la charge, puis à Lyon et Grenoble, des villes dont il parcourt et observe les bas-fonds. Au cours de ces séjours, il rencontre les jeunes poètes qui fonderont avec lui, dès 1911, l'École fantaisiste : Robert de la Vaissière, qui est son collègue au lycée d'Agen, Jean Pellerin, Léon Vérane, Tristan Derème, entre autres.

Carco s'installe à Paris en janvier 1910. Il commence à fréquenter Montmartre. Un bon de consommation en poche, qu'il a découpé dans une revue, il se rend au cabaret du Lapin Agile, où il croise notamment Pierre Mac Orlan, Maurice Garçon et Roland Dorgelès. Après avoir poussé avec succès la « goualante » (chantant des chansons des Bat d'Af) à l'invitation du père Frédé, maître des lieux, il est immédiatement accueilli à la grande table où se réunissent les bohèmes de ce temps. Il est aussi l'ami de Guillaume Apollinaire, Max Jacob, Maurice Utrillo, Gen Paul, Amedeo Modigliani, Jules Pascin, Paul Gordeaux. Il assure également la critique artistique dans les revues L'Homme libre et Gil Blas. Sentant qu'il risque sa perte dans ce « Montmartre des plaisirs et du crime », il rejoint Nice où sa grand-mère lui « donne la croûte et fournit un ameublement soigné ».

Il publie son premier recueil, La Bohême et mon cœur, en 1912. Au début 1913, Carco retourne à Paris. Il s'installe au no 13 quai aux Fleurs. Il rencontre Katherine Mansfield, compagne de John Middelton Murry, journaliste londonien. « Rebelle et pure jeune fille » originaire de Nouvelle-Zélande, elle quitte quelques mois le domicile conjugal. Il entame avec elle une relation troublante, inaboutie, un « amour voué au désastre », comme il le disait lui-même, qui le marquera jusqu’à la fin de ses jours. Il prête son appartement à Katherine Mansfield pendant qu'il effectue son service militaire à Gray, près de Besançon. Il dira que cette dernière, dans les lettres qu'elle lui adressera alors de Paris, lui a donné toute l'inspiration et les descriptions de Paris qu'il utilisera lorsqu'il publiera Les Innocents en 1916.

En 1914, il publie au Mercure de France, grâce à l'appui de Rachilde, femme d'Alfred Valette le patron de la revue, Jésus-la-Caille, histoire d’un proxénète homosexuel, dont il a écrit la plus grande partie lors de son exil-refuge chez sa grand-mère à Nice. Ce premier roman est applaudi par Paul Bourget. Mobilisé en novembre 1914 à Gray en tant qu'intendant des postes (il a pour habitude d'écrire des poèmes sur les enveloppes des courriers qu'il distribue aux soldats), il rejoint, grâce à l'aide de Jean Paulhan, un corps d’aviation à Avord, près de Bourges, puis à Étampes et enfin à Longvic près de Dijon. Il aura très peu l'occasion de voler et de mettre en valeur son brevet d'aviateur (brevet no 5016) obtenu le , se blessant au genou gauche et étant assez vite démobilisé.

Il rencontre l'écrivaine Colette dans les couloirs du journal L'Éclair en 1917 : « J'ai rencontré une grrrande dame » écrira-t-il à son ami Léopold Marchand. Leur amitié durera jusqu'à la mort de Colette. Ils passeront des vacances ensemble en Bretagne. Il la conseillera pour ses achats de tableaux.

D'autres livres suivront, notamment L'Homme traqué (1922) distingué, grâce au soutien de Paul Bourget, par le grand prix du roman de l'Académie française. Exprimant dans une langue forte et riche des sentiments très violents, L'Homme traqué est un des romans les plus émouvants de Carco. Viendront ensuite L’Ombre (1933), Brumes (1935) dont il dira à la fin de sa vie que ce fut son meilleur roman. Citons également l'Équipe, Rue Pigalle, Les Innocents, Rien qu'une femme, Perversité, Vérotchka l'étrangère, La Lumière noire, L'homme de minuit, Surprenant procès d'un bourreau.

Il a aussi écrit ses Souvenirs sur Toulet et Katherine Mansfield, Maman Petitdoigt illustré par le peintre et graveur André Deslignères, De Montmartre au Quartier latin, À voix basse, Nostalgie de Paris, des reportages sur le Milieu, et des biographies romancées de François Villon, Paul Verlaine, Utrillo (1938) et Gérard de Nerval (1955).

Son œuvre est riche d'une centaine de titres, romans, reportages, souvenirs, recueils de poésie, mais aussi pièces de théâtre comme Mon Homme qui lancera la rue de Lappe à la Bastille.

Il réside successivement à Cormeilles-en-Vexin où il rachète le Château Vert, domaine d'Octave Mirbeau, avec les droits d'auteurs gagnés avec Mon Homme, puis revient aux pieds de la Butte, rue de Douai, puis au no 79 quai d'Orsay.

En 1932, à l'occasion de conférences qu'il donne à Alexandrie, en Égypte, il fait la connaissance d'Éliane Négrin, épouse du prince du coton égyptien Nissim Aghion. Sur ce coup de foudre, il quitte sa première femme, Germaine Jarrel (ils divorcent le ), au grand dam de ses amis de la Butte, pour accueillir à ses côtés Éliane Négrin, qui laisse son mari, ses richesses et ses trois enfants en Égypte. Sans rancune, Aghion leur adressera un télégramme de félicitations lors de leur mariage le .

En septembre 1939, le couple emménage à L'Isle-Adam, avant de s'exiler à Nice, puis en Suisse (Éliane Négrin étant d'origine juive), où il retrouve son ami, le peintre Maurice Barraud, qui a illustré en 1919 Au coin des Rues, et se lie d'amitié avec Jean Graven, valaisan, poète à ses heures, et éminent criminologue « dans la vie publique », qui représentera la Suisse au procès de Nuremberg, puis inventera, à la conférence de Rome qui suivra la Seconde Guerre mondiale, le terme de « Crimes contre l'humanité ». Après la guerre, il s'installe à nouveau à L'Isle-Adam.

De 1948 à son décès dû à la maladie de Parkinson, Carco habitera au no 18 quai de Béthune, sur l'île Saint-Louis, à Paris. Il meurt le à 20 heures, en écoutant L'Ajaccienne jouée par la Garde républicaine, qui passait sous ses fenêtres. Il est inhumé au cimetière parisien de Bagneux. Son frère, Jean Marèze, qui s’est suicidé en 1942, et sa seconde femme, Éliane Négrin, morte en 1970, reposent à ses côtés.

Carco a été élu membre de l'Académie Goncourt le au fauteuil de Gaston Chérau. Surnommé « Le romancier des Apaches », il réalisa les plus forts tirages d'édition de l'entre-deux-guerres.

Sources d'inspiration[modifier | modifier le code]

Il définit lui-même son œuvre comme « un romantisme plaintif où l’exotisme se mêle au merveilleux avec une nuance d’humour et désenchantement ». Dans ses livres transparaît l'aspiration à un ailleurs : « Des rues obscures, des bars, des ports retentissant des appels des sirènes, des navires en partance et des feux dans la nuit ». L'enfant battu par son père corse consacra sa vie aux minorités et en fera souvent le sujet de ses romans : Canaques, témoins de ses premières années à Nouméa, prostitués, mauvais garçons.

À noter[modifier | modifier le code]

Broom icon.svg
Les sections « Anecdotes », « Autres détails », « Le saviez-vous ? », « Citations », etc., peuvent être inopportunes dans les articles (janvier 2014).
Pour améliorer cet article il convient, si ces faits présentent un intérêt encyclopédique et sont correctement sourcés, de les intégrer dans d’autres sections.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Roman[modifier | modifier le code]

  • 1914 : Jésus-la-Caille
  • 1916 : Les Innocents
  • 1917 : Badigeon aviateur
  • 1918 : Les Malheurs de Fernande (ce livre, remanié, est intégré à partir de 1920 dans Jésus-la-Caille, constituant son livre troisième)
  • 1919 : Les Mystères de la morgue ou les Fiancés du IVe arrondissement, écrit en collaboration avec Pierre Mac Orlan
  • 1919 : Scènes de la vie de Montmartre
  • 1919 : Bob et Bobette s'amusent
  • 1919 : L’Équipe
  • 1919 : Boudebois ou le Roman comique d'un aviateur
  • 1921 : Rien qu'une femme
  • 1922 : L'Homme traqué (Grand prix du roman de l'Académie française)
  • 1923 : Verotchka l'étrangère ou le Goût du malheur
  • 1925 : Perversité
  • 1927 : Rue Pigalle
  • 1930 : La Rue
  • 1933 : L'Ombre
  • 1934 : La Lumière noire
  • 1935 : Brumes
  • 1935 : Ténèbres
  • 1937 : Blümelein 35
  • 1938 : L'Homme de minuit
  • 1943 : Surprenant procès d'un bourreau
  • 1945 : Les Belles Manières
  • 1949 : Morsure
  • 1954 : Compagnons de la mauvaise chance

Biographie romancée[modifier | modifier le code]

  • 1926 : Le Roman de François Villon, La Table Ronde
  • 1928 : La Légende et la Vie d'Utrillo
  • 1953 : Gérard de Nerval, Albin Michel
  • 1956 : Utrillo, Grasset

Souvenirs[modifier | modifier le code]

  • 1920 : Maman Petitdoigt
  • 1921 : Francis Carco raconté par lui-même
  • 1922 : Promenades pittoresques à Montmartre
  • 1927 : De Montmartre au Quartier latin
  • 1929 : Complémentaires
  • 1934 : Mémoires d'une autre vie
  • 1934 : Amitié avec Toulet
  • 1934 : Souvenirs sur Katherine Mansfield
  • 1938 : À voix basse
  • 1938 : Montmartre à vingt ans
  • 1938 : Souvenirs de Montmartre et d'ailleurs
  • 1940 : Bohème d'artistes
  • 1941 : Nostalgie de Paris
  • 1944 : L'Ami des peintres
  • 1947 : Ombres vivantes
  • 1953 : Francis Carco vous parle
  • 1957 : Rendez-vous avec moi-même

Reportage[modifier | modifier le code]

  • 1927 : L'amour vénal
  • 1929 : Images cachées
  • 1929 : Printemps d'Espagne
  • 1932 : Traduit de l'argot
  • 1933 : Palace-Égypte
  • Prisons de femmes
  • Paname
  • 1935 : La dernière chance
  • 1935 : Les hommes en cage
  • 1936 : La route du bagne
  • 1940 : Heures d'Égypte

Varia[modifier | modifier le code]

  • 1911 : Instincts
  • 1912 : La Bohème et mon cœur
  • 1913 : Chansons aigres douces
  • 1913 : Au vent crispé du matin
  • 1920 : Petits airs
  • 1924 : Messieurs les vrais de vrai
  • 1930 : Paris la nuit (scénario)
  • 1931 : Prisons de femmes
  • 1931 : Suite espagnole
  • 1936 : La Route du bagne
  • 1936 : La Rose au balcon
  • 1936 : Petite Suite sentimentale
  • 1937 : À l'amitié
  • 1939 : Verlaine
  • 1939 : Poésies (recueil de poèmes dans lequel figurent des poèmes comme À Éliane)
  • 1948 : Poèmes en prose
  • 1949 : Morte Fontaine
  • 1949 : La Romance de Paris
  • 1955 : Poésies complètes ; édition illustrée d'aquarelles et dessins par P. Berger, Yves Brayer, Dignimont, A. Dunoyer de Segonzac, Fontanarosa, Thevenet, Villeboeuf, M. Vlaminck
  • 1952 : Au pied des tours de Notre-Dame[3]

Adaptation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Francis Carco »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Cabaret Voltaire (consulté le 25 novembre 2013)
  2. « Dossier dans l’ordre de la Légion d'honneur de François Marie Alexandre Carcopino-Tusoli, non communicable », base Léonore, ministère français de la Culture
  3. Francis Carco, Gilles Freyssinet, Le Paris de M'sieur Francis, Arcadia Editions, 2005, p. 337

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Peyré, Francis Carco, Éditions de Pau-Pyrénées, 1923.
  • Jean-Jacques Bedu, Francis Carco au cœur de la bohème, éditions du Rocher, 2001 (ISBN 2-268-03982-X).
  • Jean-Jacques Bedu et Gilles Freyssinet, Douze romans de Francis Carco, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2004 (ISBN 2-221-10192-8).
  • Gilles Freyssinet, Le Paris de M'sieur Francis, Arcadia, 2005 (ISBN 2-913019-31-5).
  • André Négis, Mon ami Carco, Albin Michel, 1953 (rééd. 1986).
  • André Nolat, Romances de la rue : Notes sur quatre écrivains : Mac Orlan, Carco, Simonin, Boudard, Éditions Baudelaire, 2009.
  • Philippe Chabaneix, Francis Carco, Collection « Poètes d'aujourd'hui » No 13, Éd. Seghers, 1949.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :