Chazey-Bons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chazey-Bons
Chazey-Bons
Mairie de Chazey-Bons.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Belley
Intercommunalité Communauté de communes Bugey Sud
Maire
Mandat
Philip Lallement
2020-2026
Code postal 01300, 01510
Code commune 01098
Démographie
Gentilé Bondolans
Population
municipale
1 159 hab. (2019)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 48′ 12″ nord, 5° 40′ 56″ est
Altitude Min. 223 m
Max. 423 m
Superficie 15,44 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Belley
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Belley
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Chazey-Bons
Géolocalisation sur la carte : Ain
Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Chazey-Bons
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chazey-Bons
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chazey-Bons
Liens
Site web chazey-bons.fr

Chazey-Bons est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle devient une commune nouvelle à la suite de la fusion avec Pugieu.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à 7 km au nord de Belley, la commune se trouve dans la zone délimitée de production AOC des vins du Bugey.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune depuis 2017.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chazey-Bons est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Belley, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 31 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Bons[modifier | modifier le code]

Ancienne paroisse (Bons-monalium, Buntz, Buns) sous le vocable de saint Maurice, réunie à celle de Chazey.

L’évêque de Belley nommait à la cure.

En 1155 fut créée l'abbaye de Bons, fille de celle du Betton, dans la lignée de Notre-Dame de Tamié[6].

Ce monastère de filles nobles de l'ordre de Cîteaux, sous le vocable de Notre-Dame, fut fondé vers 1155, par Marguerite de Savoie (ap.1130-1157), fille du comte Amédée III de Savoie, qui s'y fit elle-même religieuse. En 1183, le pape Lucius III le prit sous la protection toute spéciale du Saint-Siège.

Parmi les plus anciens bienfaiteurs de Bons, on compte Guichard IV, sire de Beaujeu et seigneur du Valromey (1195), Pierre II, comte de Savoie (1268), Sibylle de Baugé, comtesse de Savoie (1294), Louis Ier, seigneur de Vaud et du Bugey (1340), et Louis II, baron de Vaud, qui lui donna, en 1334, quarante sols viennois de rente et un droit de gerberie à prendre sur les habitants de Passin en Valromey.

D'après des terriers de 1369, 1454, 1476 et 1538, on voit que les religieuses, outre les fonds qu'elles possédaient autour de leur monastère , percevaient encore, dans le Valromey, des redevances sur les villages de Sutrieu, Montgonod, Lompnieu, Tremblay, Champagne, Châteauneuf, Chavilleu, Ossy, Chassonod, Musin, etc.

Au XVIIe siècle, les dames de Bons tombèrent dans « l'oubli le plus complet de la discipline du cloître et même de la morale chrétienne. » Pierre Camus, évêque de Belley, cité par M. Guillemot, s'exprime ainsi au sujet de Bons dans son Anti-Moine : « Il n'y a en ce couvent aucune trace ni vestige de clôture, ni aucune sorte d'observance. C'est un abord général de toutes compagnies, un vrai abreuvoir d'Afrique. Sous prétexte de parenté et de consanguinité, il s'y fait de merveilleuses conversations. Bref, le désordre y était tellement invétéré, par faute de jugement et de discrétion, que la licence était prise pour une liberté honnête et que ce libertinage y tenait lieu de franchise ». Ce désordre, qui était cependant dans les mœurs du temps, était trop public pour ne pas amener une répression. Le successeur de Pierre Camus, Jean de Passelaigue, voulut, en vertu de son autorité diocésaine, forcer les religieuses à la clôture et vint lui-même à Bons, dans ce but, en 1632. Les religieuses se rirent de ses menaces aussi bien que de ses remontrances et lui refusèrent l'entrée du couvent. Le cardinal de Richelieu, devenu abbé de Cîteaux, parut seul assez redoutable pour vaincre leur résistance. Il approuva les mesures prises par l’évêque de Belley et ordonna la clôture forcée. Saisies de crainte, les dames de Bons firent l'acquisition d'une maison à Belley, où elles se retirèrent, abandonnant ainsi leur ancien monastère, témoin et souvenir trop vivace de leur vie dissipée.

La première abbesse de Bons se nommait Dulgardis. Celle qui fit opérer le transfert était dame Gilberte de Laigne. Parmi les autres abbesses on en trouve qui appartenaient aux nobles familles de Grammont, de Montferrand, de Matafelon, de Montluel, de Saint-André, de Chissé, d'Escrivieux, de Mareste, de Salins, de Villette, de Vignod, etc.

Le , M. de Barral, comte de Rossillon, démembra de son comté la terre de Bons et la vendit en toute justice à Philibert Parraz-Brillat, avocat au Parlement, qui en reprit le fief le de l'année suivante.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La ville bénéficie d'une gare sur la ligne de Pressins à Virieu-le-Grand à partir de . Si le trafic voyageur cesse en , le trafic marchandise continue jusqu'en . Bien qu'une grande campagne de travaux ait lieu jusqu'en 2014 et que le trafic ait repris 3 ans durant, la ligne révèle malgré tout un état d'usure et de fatigue jugé dangereux par la SNCF et Réseau ferré de France. Faute d'accords financiers, elle est laissée en l'état et progressivement abandonnée[7],[8],[9].

Le , la commune absorbe celle de Pugieu qui devient commune déléguée[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Chazey-Bons est membre de la communauté de communes Bugey Sud, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Belley. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[11].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Belley, au département de l'Ain et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[12]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Belley pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[12], et de la troisième circonscription de l'Ain pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[13].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Lucien Verard    
2008 2020 Didier Bonnard SE  
2020 En cours Philip Lallement    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique jusqu'en 2015[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[15],[Note 3].

En 2014, la commune comptait 850 habitants, en augmentation de 16,44 % par rapport à 2009 (Ain : 5,95 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
590460560658671660645731788
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
733667692663667749728681673
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
654651636582574600589511501
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
502590681728684664715831850
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Évolution démographique à partir de 2015[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2019, la commune comptait 1 159 habitants[Note 4].

Évolution de la population  [ modifier ]
2015 2016 2017 2018 2019
1 0531 0791 1121 1441 159
(Sources : Insee à partir de 2015[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le donjon de la Bâtie fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [19].

La maison Brillat fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [20].

L'église de Bons, l'église de Chazey, la chapelle de Pugieu et la chapelle de Cressieu[21].

L'abbaye de Bons était située sur le territoire de l'actuelle commune.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Melville Glover, « L'abbaye du Beton en Maurienne », Chambéry, Imprimerie Puthod Fils, (consulté le ), p. 9.
  7. Histoire de lignes oubliées, « Ligne de Pressins à Virieu-le-Grand », sur lignes-oubliees.com, (consulté le ).
  8. Vélos Rails du Bugey, « Il était une voie... dans le Bugey », sur velorail01.fr, (consulté le ).
  9. Michel Deprost, « Ligne Virieu le Grand/ Peyrieu : une voie ferrée à bout de soufle », Enviscope,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. Recueil spécial du 7 juillet 2016, sur ain.gouv.fr.]
  11. « communauté de communes Bugey Sud - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le )
  12. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Chazey-Bons », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  13. « Découpage électoral de l'Ain (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  19. Notice no PA00116375, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. Notice no PA00116376, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « Les édifices religieux », sur chazey-bons.fr.