La Burbanche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Burbanche
La Burbanche
Mairie de La Burbanche.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Belley
Intercommunalité Communauté de communes Bugey Sud
Maire
Mandat
Patrick Marié
2020-2026
Code postal 01510
Code commune 01066
Démographie
Population
municipale
92 hab. (2020 en augmentation de 29,58 % par rapport à 2014)
Densité 8,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 50′ 48″ nord, 5° 33′ 44″ est
Altitude Min. 334 m
Max. 860 m
Superficie 10,82 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Belley
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Belley
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
La Burbanche
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
La Burbanche
Géolocalisation sur la carte : Ain
Voir sur la carte topographique de l'Ain
La Burbanche
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
La Burbanche

La Burbanche est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Burbanche est un petit village situé dans une vallée, au pied de deux grands escarpements rocheux. Il est composé de cinq hameaux : les Hôpitaux, la Grange des Prés, le Grand Tare, le Fays et Tare. La commune s'étend sur 1 082 hectares. La commune est marquée notamment par la « cluse des hôpitaux » qui inclut deux lacs. Autrefois envahi de vignes, les deux versants de la vallée sont aujourd'hui couverts de buis.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Burbanche est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Belley, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 31 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (80,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (84,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (74,5 %), prairies (14,2 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (6,3 %), zones agricoles hétérogènes (5,1 %)[6].

L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Histoire[modifier | modifier le code]

Paroisse (Ad Vuilbaenchiis, super Vilbenchias, locus qui vulgo dicitur Vuilbaenchies, territorium Wilbenchie, domus Vulbenchie, Welbanchie, de Bulbenche, ecclesia de la Bourbanche, la Bulbanche) sous le vocable de la Sainte-Vierge. L’évêque de Belley nommait à la cure, qui était unie, au XVIIe siècle, à celle de Rossillon. Cette paroisse date du commencement du XIe siècle.

Vers 1020-1037, au moment de la consécration de son église (in consecratione istius ecclesiae), onze gentilshommes du Bugey (nobiles homines), parmi lesquels un Rodolphe de Saint-Sulpice, donnèrent à l'abbaye de Savigny, en Lyonnais, toute la terre qui dépendait de la Burbanche.

Les religieux de Savigny y établirent un prieuré (prieuré de Burbanche), qui passa avant 1200, à l’abbaye de Cluny, laquelle l'unit à celui d'Innimont (prieuré d’Innimont). Les possessions du prieuré de La Burbanche étaient enclavées, en quelque sorte, dans celles des chartreux de Portes. De là, de nombreuses contestations. Deux transactions mirent fin à une longue querelle (vetus querela), en réglant les limites réciproques : la première, en 1239, au sujet des forêts, la seconde, en 1248, au sujet des dîmes. Cette dernière est sous le sceau de Hugues, cardinal de Sainte-Sabine, et de Pierre de Pont, évêque de Belley.

Une des fontaines de La Burbanche était au XVIIe siècle le but d'un pèlerinage fréquenté. On y apportait, parfois de fort loin, les enfants mort-nés, qui revivaient au contact de l'eau, croyait-on, un espace de temps suffisant pour recevoir le baptême.

Comme seigneurie, La Burbanche fut démembrée du comté de Rossillon en Bugey, et vendue, le , par M. de Barral de Montferra, comte de Rossillon, à Marin Gehaud de la Burbanche. La veuve de ce dernier, Pierrette Parraz d'Andert, en reprit le fief en 1774.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Burbanche est membre de la communauté de communes Bugey Sud, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Belley. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[7].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Belley, au département de l'Ain et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[8]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Belley pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[8], et de la cinquième circonscription de l'Ain pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[9].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants de la commune étant inférieur à 100, le nombre de membres du conseil municipal est de 7[10].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Roger Genand    
2001 2008 Aimé Bourdon    
2008 2014 Gilbert Rouget    
2014 En cours Patrick Marié   Contremaître
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12].

En 2020, la commune comptait 92 habitants[Note 3], en augmentation de 29,58 % par rapport à 2014 (Ain : +5,07 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
434473409504509469516467443
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
683454408410409386369336320
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
288279272211174182188131127
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1138061556056636370
2014 2019 2020 - - - - - -
718992------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église de l'Annonciation de La Burbanche.

Lieux et Monuments[modifier | modifier le code]

  • Église de l'Annonciation de La Burbanche : elle inclut un groupe sculpté de Vierge à l'Enfant en bois (XVe siècle)[15],[16].
  • Chapelle du cimetière de La Burbanche.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Général Antoine Honoré Hector Tancrède Collet-Meygret[17], né le à La Burbanche, décédé le à Paris). Il devient le , Commandant l'Artillerie en Algérie, général de brigade. Le , il devient Commandant la division d'Alger (Algérie), général de division. Grand officier de la Légion d'honneur, officier de l’Instruction Publique, Grand Croix du Nicham Iftikar, officier de la Couronne d’Italie, Chevalier de la Valeur Militaire de Sardaigne, décoré des Médailles d’Italie et du Mexique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  7. « communauté de communes Bugey Sud - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur banatic.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  8. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Burbanche », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  9. « Découpage électoral de l'Ain (avant et après la réforme de 2010) », sur politiquemania.com (consulté le ).
  10. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  15. « Groupe sculpté : Vierge à l'Enfant, bois et traces de polychromie, XVe siècle vue de face », sur culture.gouv.fr.
  16. « Groupe sculpté : Vierge à l'Enfant, bois et traces de polychromie, XVe siècle vue du revers », sur culture.gouv.fr.
  17. André Chagny Le général Collet-Meygret (1834-1910). Le Bugey militaire. 1911.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]