Schlumberger (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Schlumberger
logo de Schlumberger (entreprise)
illustration de Schlumberger (entreprise)

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Dates clés 1926 : création par les Frères Schlumberger
Fondateurs Frères SchlumbergerVoir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société anonyme avec appel public à l'épargneVoir et modifier les données sur Wikidata
Action NYSE : SLB
Euronext : SLB
Siège social Bureaux principaux à Houston, Paris, et la Haye. Présence dans plus de 100 pays
Direction CEO: Olivier Le Peuch
EVP & CFO: Simon Ayat
Activité Service pétrolier
Produits Services et équipements pour entreprises pétrolières
Filiales Schlumberger Oilfield Services, WesternGeco, Schlumberger Information Services...
Effectif 105 000 (2018)
Site web www.slb.com

Capitalisation 48 001 millions USD (février 2020)
Chiffre d'affaires 32 917 millions USD (2019)
Résultat net 10 137 millions USD (2019) perte[1]

Schlumberger Limited est une entreprise multinationale de services et équipements pétroliers.

Elle fut fondée en France sous le nom de « Société de prospection électrique » en 1926 par deux Alsaciens, les frères Conrad et Marcel Schlumberger, grâce à leurs idées innovantes pour détecter différents types de roches par conductivité électrique.

La société (100 000 employés dans le monde dont 1 200 en France) est désormais installée aux Antilles néerlandaises, mais ses principaux bureaux (sièges) sont situés à Houston, Paris, et La Haye avec un centre de recherche et développement à Clamart. La société Schlumberger est cotée à la Bourse de Paris, à la Bourse de New York, à la Bourse d'Amsterdam, ainsi qu'à la Bourse de Zurich.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1926, la société est créée en tant que Société de prospection électrique (SPE) par Conrad et Marcel Schlumberger. En 1934, Schlumberger Well Surveying Corporation (désormais Schlumberger Wireline) est créée. En 1940, à cause de la guerre en Europe, le siège est transféré à Houston (Texas).

En 1948, Schlumberger inaugure le centre de recherche de Ridgefield, Connecticut. En 1956, Schlumberger Limited est fondée à Curaçao en tant que holding regroupant toutes les branches de Schlumberger. En 1960, Dowell Schlumberger est créé par Schlumberger et Dow Chemical.

En 1970, Schlumberger prend le contrôle de la Compagnie des compteurs qui devient « Compteurs Schlumberger ». En 1979, Schlumberger acquiert Fairchild Semiconductor pour 425 millions de dollars. En 1985, Schlumberger créé l'entreprise de forage Sedco Forex Drilling Company. En 1987, Schlumberger vend Fairchild à National Semiconductor pour 122 millions de dollars. En 1992, Schlumberger acquiert GeoQuest Systems, puis en 1998, Camco International.

En 2000, WesternGeco, filiale de Geco-Prakla, une division de Schlumberger, créée en coentreprise avec Baker Hughes. En 2001, Schlumberger acquiert l'entreprise du secteur technologies de l'information et de la communication de Sema, pour 5,2 milliards de dollars. En 2001, Schlumberger cesse ses activités de comptage et décide de se séparer de sa branche compteurs, acquise en 1970. Cela donne alors naissance à la société Actaris. En 2003, Parkeon est créée à la suite de la cession de la division parking et billettique. En 2004, Schlumberger revend Sema à Atos Origin pour 1,5 milliard de dollars US.

En 2005, Schlumberger acquiert Waterloo Hydrogeologic. En 2006, Schlumberger acquiert des 30 % de participation de Baker Hughes dans WesternGeco, désormais à 100 % sa filiale. En 2007, Schlumberger acquiert plusieurs entreprises en Europe : Tyumenpromgeofizika, Eastern Echo, Insensys, V.I.P.S. et InnerLogix. La même année, Schlumberger termine le rachat de Geosystem, entreprise italienne.

En 2010, Schlumberger s'offre la pépite Geoservices[2], leader mondial du mud logging, présidé par Philippe Salle, qui quittera le groupe après une année d'intégration.

En , en raison de la chute des prix du pétrole, Schlumberger annonce vouloir supprimer 9 000 emplois[3]. Le même mois, Schlumberger annonce l'acquisition de 45,65 % de Eurasia Drilling, une entreprise para-pétrolière russe, pour 1,7 milliard de dollars, dans un contexte économique tendu entre la Russie et l'Occident[4]. Le , la société annonce la suppression de 11 000 emplois supplémentaires, portant à 20 000 le nombre de salariés licenciés en l'espace de quelques mois[5].

En , Schlumberger acquiert Cameron International, une entreprise parapétrolière américaine, pour 14,8 milliards de dollars en échange d'actions et en liquidités (Cameron et Schlumberger avaient annoncé en 2012 la création de OneSubsea[6]). Cette acquisition est justifiée dans une optique de réduction de coût selon les dirigeants de Schlumberger[7]. Au total sur l'année 2015, l'entreprise s'est séparée de 34 000 employés, dont 10 000 lors du quatrième trismestre de 2015[8].

Le le groupe annonce le départ de Paal Kibsgaard après huit années à la tête de l'entreprise[9]. Il est remplacé à partir du 1er août par Olivier Le Peuch, présent depuis 32 ans au sein du groupe. Mark Papa devient président du conseil d'administration[10].

Au second trimestre 2019, le bénéfice net de Schlumberger est en hausse de 14 % à 492 millions de dollars[11],[12].

Le , la société annonce se séparer de 21 000 salariés ce qui représente un quart de ses effectifs, suite à une nouvelle perte nette de 3,43 milliards de dollars au second trimestre 2020[13].

Principaux actionnaires[modifier | modifier le code]

Au [14]:

The Vanguard Group 8,02%
Capital Research & Management 7,30%
SSgA Funds Management 4,84%
Dodge & Cox 4,27%
Capital Research & Management I.I. 3,88%
BlackRock Fund Advisors 2,41%
First Eagle Investment Management 2,06%
Massachusetts Financial Services 1,97%
Franklin Advisers 1,50%
Capital Research & Management G.I. 1,36%


Géosciences et partenariats universitaires[modifier | modifier le code]

Le groupe dispose de partenariats avec diverses institutions universitaires et a créé plusieurs centres de formation interne accueillant 1 200 personnes/jour (dont 500 pour le seul campus Schlumberger d’Abu Dhabi). En 2008, hors forage et logging, environ 10 % de l'effectif est consacré aux géosciences (géologues, géophysiciens et ingénieurs de réservoirs)[15].

Direction[modifier | modifier le code]

Direction exécutive[modifier | modifier le code]

  • Olivier Le Peuch, directeur général (CEO)
  • Stephane Biguet, Chief Financial Officer (CFO)
  • Ashok Belani, Executive Vice President Technology[16]
  • Jean-François Poupeau, Corporate Engagement
  • Alex Juden, Secretary and General Counsel
  • Patrick Schorn, Executive Vice President – Wells
  • Khaled Al Mogharbel, Executive Vice President – Operations
  • Hinda Gharbi, Executive Vice President – Reservoir & Infrastructure

Dirigeants historiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Merry Bromberger - Comment ils ont fait fortune, 1954 (Plon)
  • Ken Auletta - The Art of Corporate Success[18], 1984 (Putnam)
  • Anne Gruner-Schlumberger et René Sellal, Les alsaciens et l'Amérique du XVIe siècle au début du XXe siècle, Mulhouse, Bulletin de la Société Industrielle de Mulhouse, , 144 p. (ISSN 0037-9441)
    Bulletin n°2 de 1985. Les débuts de la prospection pétrolière aux Etats-Unis par la famille Schlumberger, pp. 113-114
  • René Sellal, Les alsaciens et l'Amérique du XVIe siècle au début du XXe siècle, Mulhouse, Bulletin de la Société Industrielle de Mulhouse, , 144 p. (ISSN 0037-9441)
    Bulletin n°2 de 1985. Conrad Schlumberger et la prospection électrique à travers "la boîte magique ou les sources du pétrole" d'Anne Gruner Schlumberger, pp. 115-121

Références[modifier | modifier le code]

  1. Listes Thématiques d'investissement
  2. Schlumberger s'offre la pépite Geoservices
  3. Chute des prix du pétrole: Schlumberger supprime 9.000 emplois, 7,5% de ses effectifs, lefigaro.fr, 15 janvier 2015
  4. Schlumberger to buy $1.7 billion stake in Russian oil driller, Katya Golubkova, Reuters, 20 janvier 2015
  5. Baisse des prix du pétrole : 11 000 emplois en moins chez Schlumberger, Le Monde, 17 avril 2015
  6. Schlumberger : crée une coentreprise avec Cameron
  7. Schlumberger to buy oilfield gear maker Cameron in $14.8 billion deal, Reuters, 26 août 2015
  8. Pétrole : Schlumberger a supprimé 34 000 postes en un an, Claude Fouquet, Les Échos, 22 janvier 2015.
  9. « SCHLUMBERGER : un nouveau directeur général à compter du 1er août », sur Capital.fr, (consulté le 20 juillet 2019)
  10. Guilhem Garnier, « Un Français à la tête du géant des services pétroliers Schlumberger », sur Le Revenu, (consulté le 20 juillet 2019)
  11. « Schlumberger change de patron, annonce un bénéfice en hausse au deuxième trimestre », sur FIGARO, (consulté le 20 juillet 2019)
  12. « Schlumberger : résultats et nouveau patron au programme », sur Boursier.com (consulté le 20 juillet 2019)
  13. (fr)20 Minutes avec AFP, « Schlumberger prévoit la suppression de 21.000 emplois, soit un quart de ses effectifs », sur 20minutes.fr, (consulté le 25 juillet 2020)
  14. Zone Bourse, « SCHLUMBERGER NV : Actionnaires », sur www.zonebourse.com (consulté le 14 février 2020)
  15. Source : BRGM ; étude emplois en géosciences. Mars 2008, BRGM, page 40-41
  16. Schlumberger Ltd, Bloomberg
  17. "Schlumberger: départ du PDG ", Le Figaro, 21 juillet 2011
  18. The Art of Corporate Success - Google Book

Liens externes[modifier | modifier le code]