Plastic Omnium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Compagnie Plastic Omnium SE
logo de Plastic Omnium
illustration de Plastic Omnium
Calandre d'une Peugeot 3008
fabriquée par Plastic Omnium

Création
Dates clés 1987 : changement de direction
1er juillet 2001 : changement de direction
Fondateurs Pierre Burelle ( - )
Personnages clés Laurent Burelle, Jean Burelle
Forme juridique Société anonyme à conseil d’administration
Société européenne
Action Euronext : POM
Siège social Lyon 7e
Drapeau de France France
Actionnaires Burelle SA (58,5 %), Public (39,0 %), Autocontrôle et salariés (2,5 %)
Activité Automobile, Environnement
Société mère Burelle (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Effectif 32 000 environ
Site web www.plasticomnium.com

Capitalisation 4 013 M€ (avril 2019)
Chiffre d'affaires 7 245 M€ (2018)[1]
Résultat net 533 M€ (2018)

Plastic Omnium est un groupe industriel français, créé en 1946 par Pierre Burelle et contrôlé par la famille de ce dernier (Éliane Lemarié, Jean Burelle, Laurent Burelle, président-directeur général du groupe de 2001 à 2019).

Avec un chiffre d’affaires de 9,2 milliards d’euros en 2019, le groupe emploie 32 000 personnes[2] dans 131 usines, 26 centres de R&D et 26 pays dans le monde. Plastic Omnium est coté à la Bourse de Paris dans l'indice Next 150 et CAC Mid 60.

Plastic Omnium est membre de la Plateforme automobile et de l'association européenne des équipementiers automobiles, le CLEPA. Plastic Omnium est par ailleurs membre du Conseil de l'hydrogène.

Historique[modifier | modifier le code]

Les origines de Plastic Omnium tel qu'il est connu actuellement remontent à 1875 avec la création de l’Union mutuelle des propriétaires lyonnais (UMDP), dirigée par Pierre-Louis dit Émile Burelle de 1877 à sa mort en 1926. Son fils, Charles Burelle, diplômé de l'École centrale de Lyon, lui succéda à ce poste jusqu'à sa mort en 1963. Cette société, spécialisée dans l'assainissement fusionna avec Plastic Omnium en 1965[3],[4] et est à l'origine de leur activité de conteneurs à ordures ménagères et de services aux collectivités locales (cédée en 2018).

La compagnie Plastic Omnium voit le jour le à Paris. Elle est créée par Pierre Burelle, petit-fils de Pierre-Émile Burelle, qui installe son premier atelier dans une cave au 33 rue du Louvre à Paris. Si l’activité du groupe est au départ diversifiée, elle est constituée autour du rôle croissant des matières plastiques dans les industries mécaniques. L’automobile devient vite un débouché majeur.

Après une première usine ouverte à Langres en 1963, le groupe s’internationalise : la première usine hors de France voit le jour en 1968 à Valence en Espagne. Moins de dix ans plus tard, en 1977, le groupe s’implante aux États-Unis dans le Massachusetts. En 1989 le groupe ouvre sa première usine en Asie, à Singapour. En 1997, il s’installe au Mexique et en 2001 au Brésil. En 2007, Plastic Omnium s’implante en Chine.

Elle acquiert l’UMDP, en 1965, Landry et Techni-Plaste Industrie en 1986 qui lui permettent d’élargir ses activités aux réservoirs à carburant, et elle acquiert Reydel Industries, spécialisée dans l'intérieur du véhicule en 1995, dont l’activité sera revendue quatre ans plus tard à Visteon.

En 2007, Plastic Omnium rachète pour 142 millions d'euros le groupe allemand SULO (de), entreprise de fabrication et commercialisation d'équipements de collecte des déchets[5].

Entre 2008 et 2018, l'entreprise diminue de 34 % le nombre de ses salariés en France afin de délocaliser à l'étranger une part croissante de son activité[6].

En 2010, Plastic Omnium rachète la part du groupe Solvay dans Inergy, la joint-venture constituée avec ce dernier en 2000.

En le groupe acquiert[7],[8] l'activité de pare-chocs du groupe Faurecia. Cette acquisition est devenue effective en , à la suite de l’approbation de la Commission européenne[9].

En , le groupe prend le contrôle à 66,66% du leader mondial des modules bloc avant automobile, HBPO.

En 2018, le bonus de Laurent Burelle s'élève à près de 5 millions d'euros, un montant jugé élevé pour une entreprise absente du CAC 40, en plus d'une rémunération fixe annuelle de 90 000 euros[6].

En , Plastic Omnium se retire de la fabrication de conteneurs à ordures ménagères et du service aux collectivités locales en cédant sa filiale Plastic Omnium Environnement pour 220 millions d'euros au consortium Latour Capital et Bpifrance (Banque publique d'investissement)[10].

Nouvelle marque commerciale de Plastic Omnium

Au , Plastic Omnium opère un changement dans sa gouvernance. Laurent Burelle demeure le président du groupe, Laurent Favre en devient le directeur général et Félicie Burelle le directeur général délégué.

En , en pleine pandémie de Covid-19, alors que Plastic Omnium avait initialement indiqué que ses dirigeants réduiraient leur salaire pour participer à l'effort commun[11], Laurent Burelle décide de recourir massivement au dispositif de chômage partiel payé par l’État, et de convertir les salaires non-payés (une trentaine de millions d'euros) en primes pour ses actionnaires, c'est-à-dire essentiellement lui-même et sa famille, déclenchant l'indignation[12].

Activité[modifier | modifier le code]

Le groupe Plastic Omnium est organisé autour de deux métiers : les pièces et modules de carrosserie pour les constructeurs automobiles, en plastique ou en composite : pare-chocs, ailes, modules blocs avant et arrière, poutres d’absorption des chocs et hayons[13]. D'autre part, Clean Energy Systems (auparavant Inergy Automotive Systems jusqu’au rachat par Plastic Omnium de la part détenue par Solvay dans cette société commune en 2010) conçoit, développe et fabrique des systèmes de carburant et de dépollution[14].

Effectifs et présence dans le monde[modifier | modifier le code]

Au , Plastic Omnium comptait 32 000 salariés et 131 usines répartis dans 26 pays dans le monde[15].
Porté par les marchés d'Europe et d'Asie, en 2019 le chiffre d'affaires a été de 9,2 milliards d'euros et le bénéfice net de 258 millions d'euros.

Principaux concurrents[modifier | modifier le code]

Pièces de carrosserie

Systèmes de carburant

Conseil d'administration[modifier | modifier le code]

Le conseil d'administration se compose de quinze membres, dont six sont indépendants et n'entretiennent avec la société, son groupe ou sa direction, aucune relation risquant de compromettre leur liberté de jugement.

Par décision de l’Assemblée générale du , la Compagnie Plastic Omnium a choisi de cumuler les fonctions de président et de directeur général. La fonction de président-directeur général est assurée par Laurent Burelle entre le et le .

Au , un changement de gouvernance s'est opéré : Laurent Burelle a cédé les fonctions de directeur général à Laurent Favre, tout en conservant la position de président du groupe Plastic Omnium.

Données financières[modifier | modifier le code]

Données financières (millions d'€)
Années 2009[16] 2010[17] 2011[18] 2012[19] 2013[20] 2014[21] 2015[22] 2016[23] 2017[24] 2018[25]
Chiffre d'affaires 2 459 3 250 4 220 4 806 5 125 5 314 5 982 6 936 8 001 8 244
Marge opérationnelle 102 227 297 335 395 431 470 558 641 610
Résultat net 31 150 171 181 208 237 258 312 425 553
Capitaux propres 440 618 739 830 944 1 110 1 287 1 504 1 754 2 094
Endettement net 406 538 471 390 355 330 268 800 563 698

Actionnariat[modifier | modifier le code]

Mise à jour au [26].

Burelle (holding) 58,5%
BNP Paribas Asset Management 1,60%
Plastic Omnium (auto-contrôle) 1,55%
Norges Bank Investment Management 1,44%
Capital Research & Management WI 1,26%
The Vanguard Group 1,02%
Oppenheimer Fund 1,01%
Plastic Omnium (employés) 0,99%
Dimensional Fund Advisors 0,62%
Laurent Burelle 0,57%


Recherche[modifier | modifier le code]

Plastic Omnium a ouvert deux centres mondiaux de R&D ; près de Lyon (créé en 2003) et à Compiègne (2015), puis il a créé deux autres centres de R&D ; l'un à Bruxelles (actif depuis le 1er juillet, ciblant le thème des réductions d'émissions, les énergies nouvelles, les piles à combustible et le stockage de l'hydrogène, avec 150 personnes attendues avant fin 2019) et l'autre à Wuhan, la capitale chinoise des technologies de l'hydrogène (inauguré le avec un objectif de 200 personnes avant fin 2019 pour travailler sur les tests mécaniques et notamment de réservoirs à hydrogène sous haute pression)[27]. Ces centres travailleront sur trois thèmes : carburants, dépollution et énergies nouvelle (hydrogène notamment). Ces deux projets représentent un investissement total de 100 millions d'euros environ, selon un communiqué[27].

[modifier | modifier le code]

Il a été conçu par Raymond Loewy. En 1966, Pierre Burelle confie à celui qui sera désigné par le Times comme le « père du design industriel » la mission de lui dessiner un logo pour son entreprise, fabriquant alors des pare-chocs et autres produits automobiles dans le but de les alléger et de les rendre accessibles au plus grand nombre[28]. Ce logo est inchangé depuis.

Activité de lobbying[modifier | modifier le code]

Pour l'année 2017, Plastic Omnium déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant qui n'excède pas 75 000 euros[29].

Références[modifier | modifier le code]

  1. zonebourse
  2. « Site internet du groupe Plastic Omnium » (consulté le )
  3. Patrick Déniel, « De l'UMDP à Plastic Omnium », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne)
  4. Sabine Delanglade, « Plastic Omnium, les leçons d'une mutation », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  5. « Plastic Omnium : acquisition de Sulo Environmental Technology », sur zonebourse.com, (consulté le )
  6. a et b « Pascal Lamy, Pierre Moscovici, Jacques Attali... Les cerveaux du naufrage », sur www.marianne.net,
  7. Emmanuel Egloff, « Laurent Burelle : « Plastic Omnium réalise la plus importante acquisition de son histoire » », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  8. Philippe Escande, « Faurecia-Plastic Omnium, pare-chocs gagnants », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  9. Communiqué de presse de la Commission européenne du 11 juillet 2016 autorisant, sous conditions, l'acquisition des activités de composants automobiles de Faurecia par Plastic Omnium
  10. « Plastic Omnium a cédé sa division environnement pour 220 M EUR », sur Le Figaro,
  11. Laurence Boisseau, « Sodexo : les dirigeants divisent par deux leur rémunération », sur lesechos.fr, .
  12. Laurent Lacombe, « Laurent Burelle, le patron des grands patrons qui prend le chômage partiel et garde ses dividendes », L'Obs, (consulté le )
  13. « Présentation de la division Intelligent Exterior Systems », sur www.plasticomnium.com (consulté le )
  14. « Présentation de la division Clean Energy Systems », sur www.plasticomnium.com (consulté le )
  15. « Plastic Omnium dans le monde », sur www.plasticomnium.com (consulté le )
  16. "Résultats Annuels 2009" – Plastic Omnium, 2009
  17. "Résultats Annuels 2010" – Plastic Omnium, 17 mars 2011
  18. "Résultats Annuels 2011" – Plastic Omnium, 8 mars 2012
  19. "Résultats Annuels 2012" – Plastic Omnium, 28 février 2013
  20. "Résultats Annuels 2013" – Plastic Omnium, 27 février 2014
  21. "Résultats Annuels 2014" – Plastic Omnium, 25 février 2015
  22. "Résultats Annuels 2015" – Plastic Omnium, 25 février 2016
  23. "Résultats Annuels 2016" – Plastic Omnium, 23 février 2017
  24. "Résultats Annuels 2017" – Plastic Omnium, 15 février 2018
  25. "Résultats Annuels 2018" – Plastic Omnium, 14 février 2019
  26. Zone Bourse, « Actionnaires », sur www.zonebourse.com (consulté le )
  27. a et b AFP et Connaissance des énergies (2019) Plastic Omnium ouvre deux centres de recherche en Belgique et en Chine, 4 juillet 2019
  28. (en) Dale D. Buss, « Logo letters : backward by design », Automotive News,‎ (lire en ligne)
  29. « Fiche Organisation « Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur www.hatvp.fr (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]