Huile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Huile d'Olive Tanche.JPG

Une huile est un corps gras qui est à l'état liquide à température ambiante et qui ne se mélange pas à l'eau.

Les huiles sont des liquides gras, visqueux, d'origine animale, végétale, minérale ou synthétique. Elles se différencient des graisses qui sont pâteuses dans les conditions normales d'utilisation. Le beurre n'est pas considéré comme une huile bien qu'il soit liquide dans certains pays chauds. Dans les pays tempérés, certaines huiles, normalement liquides, peuvent se figer par temps froid.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom est issu du latin oleum (« huile d'olive »), qui a donné en ancien français olie, oile (d'où l'anglais oil), puis uile (XIIIe siècle). Le h initial n'a aucun caractère étymologique. En effet, il a été ajouté à partir du XIIIe siècle pour empêcher la lecture du u initial comme un v, car ces deux sons se notaient par le seul et unique v[1]. L'ajout d’un h a donc permis d'éviter la confusion entre uile et vile (ancienne graphie de ville, d'où vilain) (voir également huit, huître, huis).

Le vocable latin oleum, dérivé du latin olea « olivier » et « olive », est un proche parent du grec ἔλαιον (elaion), « huile d'olive, huile »[2], mot issu du grec ἐλαία (elaia), « olivier »[3].

Composition[modifier | modifier le code]

Les huiles végétales sont essentiellement constituées d'acides gras et les huiles animales d'esters de la glycérine. On différencie :

Note : le beurre, le suif, le saindouxetc. sont des graisses d'origine animale, mais les graisses utilisées en lubrification résultent du mélange de deux constituants essentiels, une huile de base et un savon, auxquels on adjoint de petites quantités d'autres substances ou additifs.

Les principaux acides gras que l'on trouve dans les huiles sont l'acide oléique, l'acide palmitique, l'acide linoléique et l'acide stéarique.

Huiles végétales[modifier | modifier le code]

Les huiles végétales sont pour certaines comestibles et pour d'autres seulement utilisées dans l'industrie, en peinture, en savonnerie ou en pharmacie.

Les principales huiles végétales, en termes de production, sont :

Voir aussi la liste des principales huiles alimentaires.

Il existe aussi des matières grasses végétales à l'état solide à température ambiante : beurre de karité, beurre de cacao, ...

Huiles animales[modifier | modifier le code]

Les huiles animales sont aussi utilisées dans l'industrie, en peinture, en savonnerie ou en pharmacie. Les principales huiles et graisses animales sont :

Huiles minérales[modifier | modifier le code]

Traînée de pétrole dans le détroit du Prince William lors de la marée noire de l'Exxon-Valdez.
Article détaillé : Huile minérale.

Les huiles minérales sont obtenues par distillation de la houille, du pétrole ou de certains schistes bitumineux et servent essentiellement comme lubrifiants des organes mécaniques des machines et des moteurs. Elles sont également souvent utilisées dans les produits cosmétiques.

Une tache d'huile minérale sur un papier peut être éliminée en chauffant suffisamment, ce qui n'est pas le cas pour une tache d'huile végétale ou animale.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Usage alimentaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Huile alimentaire.

Usage comme combustible[modifier | modifier le code]

Avec les développements de l'électricité (1880), du pétrole, et du gaz naturel (1960), les applications de l'huile, comme combustible liquide, ou gaz combustible, disparaissent peu à peu.

Les huiles végétales (mais plus largement la biomasse) suscitent un nouvel intérêt dans des applications de gazéification et de cogénération.

Usage comme carburant[modifier | modifier le code]

Les huiles suscitent un intérêt particulier comme carburant dès 1891 avec les expériences de Rudolf Diesel sur ses moteurs.

Actuellement deux grandes voies d'utilisation sont ouvertes :

  • l'huile végétale carburant (HVC) ou huile végétale brute (HVB) ou huile végétale pure (HVP) peut être utilisée directement, dans les moteurs Diesel, pure ou en mélange, mais, notamment à cause de sa viscosité relativement élevée, l'utilisation d'une fraction d'huile importante nécessite l'usage d'un moteur adapté ;
  • le biodiesel (aussi appelé en France diester), obtenu par la transformation des triglycérides qui constituent les huiles végétales ; la transestérification de ces huiles, avec du méthanol ou de l'éthanol, produit des esters d'huile végétale, respectivement méthyliques (EMHV) et éthyliques (EEHV), dont les molécules plus petites peuvent alors être utilisées comme carburant (sans soufre, non toxique et hautement biodégradable) dans les moteurs à allumage par choc électrique.

Les huiles proviennent du palmier à huile, du tournesol, du colza, du jatropha ou du ricin et sont extraites par pressage (écrasement) à froid, à chaud, voire avec un solvant organique.

Usage comme lubrifiant[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Huile moteur et Huile de synthèse.

En industrie (pompes, chaînes de convoyages)

Usage en hydraulique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Fluide hydraulique.

Usage en savonnerie[modifier | modifier le code]

L'usage du beurre dans les savons de Marseille est proscrit par Jean-Baptiste Colbert de Seignelay au profit de l'huile d'olive. En 1829 on emploie dans les savons, principalement de l'huile d'olive, d'œillette et de noix[7]. Il faut par la suite ajouter huile d'arachide, huile de coprah, huile de palme, huile de palmiste. Suif et saindoux - des graisses animales - sont également employés.

Usage dans les peintures et mastics[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : mastic (matériau) et peinture à l'huile.

Les huiles furent employé comme liant, ou sous forme d'huile essentielle comme dissolvant, dans la confection des peintures, des vernis et des mastics.

En peinture début XIXe siècle on emploie plusieurs espèces d'huiles, tant pour broyer que pour détremper les couleurs:

  • l'huile de lin provenant de la graine de lin; elle est la plus jaune et la plus grasse de toutes, et celle dont on fait l'usage le plus habituel[Q 1]. -
  • L'huile de noix que l'on tire du fruit du noyer; elle est plus limpide que celle de lin, mais moins siccative: on en fait peu d'usage[Q 1]
  • L'huile blanche ou d'œillet, que l'on extrait de la plante du pavot blanc; celle-ci est la plus blanche, c'est avec elle que l'on broie ordinairement toutes les couleurs[Q 1].
  • L'huile de poix - Huile dont on fait usage comme résine pour des vernis communs[Q 2].

L'huile de lin, l'huile d'œillette sont naturellement siccatives. L'huile de noix est semi-siccative.

Les liquides propres à dissoudre les résines qui entrent dans la composition des vernis sont appelés dissolvants - Ces dissolvants sont l'éthanol (esprit de vin), l'essence éthérée de térébenthine, l'huile d'aspic, l'huile de lavande, et les huiles siccatives d'œillet, de linetc.[Q 3].

  • L'essence de térébenthine, Huile essentielle, sert ordinairement à détremper les couleurs broyées à l'huile; si elle n'ajoute pas à l'adhérence que procure l'huile de lin, et si même elle détruit son brillant, elle a aussi l'avantage, par sa limpidité, de donner aux couleurs plus de développement, de les rendre plus brillantes, et de les faire plus promptement sécher - L'essence sert encore sous la molette pour triturer de certaines couleurs, lorsqu'elles doivent être détrempées au vernis - Elle agit encore comme mordant sous le pinceau qui trace les veines lorsqu'il s'agit d'imiter le bois d'acajou; enfin elle est le dissolvant de toutes les résines propres à la composition des vernis gras et des vernis à l'essence[Q 4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site du CNRTL : étymologie de huile [1]
  2. ἔλαιον, Henry George Liddell, Robert Scott, A Greek-English Lexicon, Perseus Digital Library.
  3. ἐλαία, Henry George Liddell, Robert Scott, A Greek-English Lexicon, Perseus Digital Library.
  4. Présentation de l'huile de phoque en tant que produit de santé naturel sur le site de Santé Canada http://www.hc-sc.gc.ca/
  5. Jean-Paul Labourdette, Dominique Auzias Roumanie 2011 Petit Futé, books.google.be
  6. Bulletin de séances, Volume 5,Partie 2. Société chimique de Paris. L. Hachette, 1863 (Consulter en ligne)
  7. Léon Droux. La savonnerie. Eug. Lacroix, 1870 sur Consulter en ligne

Bibliographie[modifier | modifier le code]

J.M. Morisot, Tableaux détaillés des prix de tous les ouvrages du bâtiment. Vocabulaire des arts et métiers en ce qui concerne les constructions (Peinture dorure), Carilian,‎ (lire en ligne)

  1. a, b et c p. 18
  2. p. 19
  3. p. 12
  4. p. 14

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]