Canton de Brignoles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canton de Brignoles
Canton de Brignoles
Situation du canton de Brignoles dans le département de Var.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Arrondissement(s) Brignoles (11)
Draguignan (1)
Bureau centralisateur Brignoles
Conseillers
départementaux
Chantal Lassoutanie
Jean Pierre Véran
2015-2021
Code canton 83 01
Histoire de la division
Création 15 février 1790[1]
Modification(s) 15 brumaire an X[2],[3]
(4 novembre 1801)

22 mars 2015[4]

Démographie
Population 40 172 hab. (2015)
Densité 97 hab./km2
Géographie
Superficie 412,07 km2
Subdivisions
Communes 12

Le canton de Brignoles est un canton français situé dans le département du Var et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce canton est organisé autour de Brignoles dans l’arrondissement homonyme. Son altitude varie de 95 mètres (Saint-Antonin-du-Var) à 827 mètres (La Celle) pour une altitude moyenne de 248 mètres.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la suite du redécoupage cantonal de 2014, les limites territoriales du canton sont remaniées. Le nombre de communes du canton passe de 6 à 12.

Représentation[modifier | modifier le code]

Représentation avant 2015[modifier | modifier le code]

Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1833 1839 M. Mouttet   Propriétaire à Brignoles
1839 1845
(décès)
Louis Sextius Rimbaud Conservateur Maire de Brignoles
Député (1831-1834)
1845 1848 Jean-Baptiste Augustin Garnier   Avocat, substitut du Procureur du Roi, maire de Brignoles
1848 1852 Honoré Clavier Républicain Notaire à Brignoles, Représentant du peuple (1850-1851)
1852 1861 Louis Emilien Clément Bernardy   Maire de Brignoles
1861 1870 Joseph Lieutaud   Maire de Brignoles
1870 1871
(décès)
Marcel Barbaroux Républicain Docteur en médecine à Brignoles
Député (1871)
1871 1880 Louis Bagarry Droite Avocat, maire de Brignoles
1880 1886 Emile Rossollin Républicain Fabricant-tanneur à Brignoles
1886 1892 Louis Bagarry Droite Avocat à Brignoles
1892 1898 Louis-François Sauve Républicain Négociant à Brignoles
1898 1919 Charles Albert Rad. Fabricant-tanneur
Maire du Val (1894-1919)
Président du Conseil Général
1919 1928 Alix Barbarroux PRS
indépendant
Négociant, maire de Brignoles (1919-1925)
1928 1931
(décès)[5]
Louis Roche   Voyageur de commerce, maire de Brignoles
1931 1934      
1934 1940 Charles Gaou PCF Boulanger puis artisan charron
Conseiller municipal de Brignoles
Député (1936-1940)
1945 1979 Jean Marcel SFIO puis PS Courtier en vins puis garagiste
puis agent d'assurances
Maire de Brignoles
1979 1998 Jacques Cestor UDF-PR Professeur de physique-chimie
Maire de Brignoles (1980–1995)
1998 2011 Claude Gilardo PCF Maire de Brignoles depuis 2008
2011 2012
(annulation[6])
Jean-Paul Dispard FN  
2012 2013
(annulation[7])
Claude Gilardo[8] PCF Maire de Brignoles (2008-2014)
2013 2015 Laurent Lopez[9] FN  

Représentation à partir de 2015[modifier | modifier le code]

Conseillers départementaux successifs
Période élective Mandat Identité Nuance Qualité
2015 2021 2015 en cours Chantal Lassoutanie   LR Directrice d'établissement scolaire, adjointe au maire de Brignoles
3e Vice-présidente du Département.
2015 en cours Jean Pierre Véran   UDI Notaire
Maire de Cotignac, Président de l'association des Maires du Var

À l'issue du 1er tour des élections départementales de 2015, deux binômes sont en ballotage : Claudine Kauffmann et Laurent Lopez (FN, 39,57 %) et Chantal Lassoutanie et Jean Pierre Véran (Union de la Droite, 22,53 %). Le taux de participation est de 51,15 % (14 775 votants sur 28 888 inscrits)[10] contre 49,77 % au niveau départemental[11] et 50,17 % au niveau national[12]. Au second tour, Chantal Lassoutanie et Jean Pierre Véran (Union de la droite) sont élus avec 52,88 % des suffrages exprimés et un taux de participation de 52,61 % (7 184 voix pour 15 197 votants et 28 888 inscrits), le FN obtenant 6 401 voix soit 47,12 % des suffrages exprimés[13].

Composition[modifier | modifier le code]

Depuis 2015[modifier | modifier le code]

Le canton de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume regroupe 12 communes :

Liste des communes du canton
Nom Code
Insee
Intercommunalité Population
(dernière pop. légale)
Brignoles
(chef-lieu)
83023 CA de la Provence Verte 16 690 (2014)
Carcès 83032 CA de la Provence Verte 3 425 (2014)
La Celle 83037 CA de la Provence Verte 1 408 (2014)
Correns 83045 CA de la Provence Verte 880 (2014)
Cotignac 83046 CA de la Provence Verte 2 292 (2014)
Entrecasteaux 83051 CA de la Provence Verte 1 092 (2014)
Montfort-sur-Argens 83083 CA de la Provence Verte 1 297 (2014)
Rougiers 83110 CA de la Provence Verte 1 597 (2014)
Saint-Antonin-du-Var 83154 CA dracénoise 743 (2014)
Tourves 83140 CA de la Provence Verte 4 964 (2014)
Le Val 83143 CA de la Provence Verte 4 242 (2014)
Vins-sur-Caramy 83151 CA de la Provence Verte 989 (2014)

Avant 2015[modifier | modifier le code]

Situation du canton de Brignoles dans le département du Var avant 2015.

Le canton de Brignoles regroupait 6 communes et comptait 29 331 habitants (recensement de 2010 population municipale).

Liste des communes du canton
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Brignoles
(chef-lieu)
83023 CA de la Provence Verte 70,53 16 690 (2014) 237
Camps-la-Source 83030 CA de la Provence Verte 22,47 1 829 (2014) 81
La Celle 83037 CA de la Provence Verte 21,00 1 408 (2014) 67
Tourves 83140 CA de la Provence Verte 65,62 4 964 (2014) 76
Le Val 83143 CA de la Provence Verte 39,34 4 242 (2014) 108
Vins-sur-Caramy 83151 CA de la Provence Verte 16,30 989 (2014) 61

Démographie[modifier | modifier le code]

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2009
10 91512 78014 49416 04319 43622 19326 96827 971-
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
Population municipale à partir de 2006
(Sources : INSEE et cassini)

En 2014, la population municipale du nouveau canton était de 39 619 habitants[14].

Historique des élections[modifier | modifier le code]

Élection partielle de 2013[modifier | modifier le code]

Résultats de l'élection cantonale partielle des 6 et 13 octobre 2013 du canton de Brignoles
Candidat Parti Premier tour[15] Second tour
Voix % Inscrits % Exprimés Voix % Inscrits % Exprimés
Laurent Lopez FN 2 718 13,11 40,40 5 031 24,27 53,91
Catherine Delzers UMP 1 397 6,74 20,76 4 301 20,75 46,09
Laurent Carratala FG (PCF)-PS 981 4,73 14,58
Jean-Paul Dispard PDF 612 2,95 9,10
Magda Igyarto-Arnoult EELV 598 2,88 8,89
Christian Proust DVD 422 2,03 6,27
Résultats par catégories
Catégories Premier tour Deuxième tour
Nombre % Inscrits % Votants Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 20 728 100,00 20 728 100,00
Abstentions 13 815 66,65 10 888 52,53
Votants 6 913 33,35 100,00 9 840 47,47 100,00
Blancs et nuls 185 0,89 2,68 508 2,45 5,16
Exprimés 6 728 32,45 97,32 9 332 45,02 94,84

À la suite des annulations des élections cantonales de 2011 et 2012, une élection cantonale partielle est organisée pour le canton de Brignoles les 6 et 13 octobre 2013.

Le premier tour est marqué par une très faible participation (33 %). Laurent Lopez, candidat du Front national, arrive en tête avec 2 718 voix (40,4 % des suffrages exprimés) devant la candidate UMP Catherine Delzers avec 1 397 voix (20,8 % des suffrages exprimés). Les deux candidats de gauche, Laurent Carratala pour le PCF (981 voix soit 14,6 % des suffrages) et Magda Igyarto-Arnoult pour EE-LV (598 voix soit 8,9 % des suffrages) sont éliminés, alors que la gauche avait remporté de justesse ce canton en 2012. Jean-Paul Dispard, ancien candidat du FN qui avait remporté l'élection (ensuite annulée) en 2011, exclu et dissident du FN, a pour sa part obtenu 612 voix (soit 9,1 % des suffrages). L'extrême droite réunit ainsi au total plus de 49 % des voix lors de ce premier tour.

Le second tour est marqué lui aussi par un taux de participation faible, bien que supérieur à celui du premier tour (47,47 %). Laurent Lopez s'impose face à Catherine Delzers en réunissant 5 031 voix (soit 53,91 % des suffrages exprimés) tandis que son adversaire UMP obtient 4 301 voix (soit 46,09 % des suffrages). Les 2 926 inscrits supplémentaires qui se sont rendus aux urnes ont majoritairement été captés par Laurent Lopez.

La victoire du candidat FN, malgré le faible enjeu de l'élection et le petit nombre de votants fait l'objet de nombreux commentaires au niveau national, dans un contexte de montée du Front national dans les sondages, provoquant l'inquiétude des partis politiques « classiques » [16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Marie Prudhomme (1798), p. 362
  2. Notice communale de Brignoles sur le site de l'EHESS.
  3. Bernard Gaudillère (1995), p. 819.
  4. Décret no 2014-270 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Var.
  5. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2484541/f4.item.r=Brignoles.zoom
  6. L'élection a été annulée par le tribunal administratif de Toulon le 17 octobre 2011 (voir « Cantonales : l'élection du frontiste Jean-Paul Dispard annulée par la justice », AFP, ). Le Conseil d'État a confirmé ce jugement le 19 mars 2012 (voir « Le Conseil d'Etat invalide l'élection d'un conseiller général FN du Var », AFP, mis en ligne sur nouvelobs.com le ).
  7. Le 21 décembre 2012, le tribunal administratif de Toulon annule cette élection cantonale partielle estimant que « le nombre de suffrages exprimés au second tour (...) devant être regardés comme irréguliers est supérieur à la différence de voix entre les deux candidats lors de celui-ci » (voir AFP, « La justice annule une nouvelle fois les résultats des cantonales à Brignoles », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 27 décembre 2012)). Le jugement relève neuf signatures différentes entre le premier et le second tour, cinq procurations irrégulières, ainsi que trois votes de plus que le nombre d'inscrits dans les bureaux de vote de Brignoles et de Tourves. Cette annulation est confirmée par le Conseil d'État le 25 juillet 2013 (voir « Le canton de Brignoles retournera aux urnes à l'automne », sur http://www.varmatin.com/, Var-Matin, (consulté le 1er août 2013), et Décision du Conseil d'État du 25 juillet 2013).
  8. Brignoles : le communiste l'emporte de peu sur le FN, Le Figaro, 1er juillet 2012.
  9. Sophie de Ravinel, « Le Front national l'emporte largement à Brignoles », sur http://www.lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 14 octobre 2013)
  10. « Résultats du premier tour pour le canton de Brignoles », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 27 mars 2015)
  11. « Résultats du premier tour pour le département du Var », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 27 mars 2015)
  12. « Résultats du 1er tour pour la France entière », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 23 mars 2015)
  13. « Résultats du second tour pour le canton de Brignoles », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 1er avril 2015)
  14. Populations légales 2012 des cantons - découpage 2015, sur le site de l'Insee
  15. « Élection cantonale partielle de Brignoles : résultats du premier tour de scrutin », sur http://www.var.gouv.fr/, préfecture du Var, (consulté le 14 octobre 2013)
  16. https://www.lemonde.fr/politique/article/2013/10/14/brignoles-la-victoire-frontiste-seme-le-malaise-a-droite-et-a-gauche_3494991_823448.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne)
  • Bernard Gaudillère, Atlas historique des circonscriptions électorales françaises, Genève, Librairie Droz SA, , 839 p. (ISBN 2600000658, lire en ligne)
  • Claude Motte,Isabelle Séguy,Christine Théré, Communes d'hier, communes d'aujourd'hui : les communes de la France, Paris, Ined, , 407 p. (ISBN 9 782733 210284).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]