Communauté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section adopte un point de vue régional ou culturel particulier et nécessite une internationalisation. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Merci de l'améliorer ou d'en discuter sur sa page de discussion ! Vous pouvez préciser les sections à internationaliser en utilisant {{section à internationaliser}}.

Une communauté est, dans le sens courant (sens commun), un ensemble de personnes vivant ensemble.

En biologie une communauté représente un système au sein duquel des organismes vivants partagent un environnement commun et intéragissent.

La notion de communauté est également un concept du droit qui désigne un groupe de personnes possédant et jouissant de façon indivise d'un patrimoine en commun. En France, s'oppose traditionnellement à celui de société et d'association qui reposent sur un pacte ou une convention volontairement formée par ses membres. Par extension, la communauté désigne uniquement les biens qui sont communs à plusieurs personnes.

Dans son usage politique actuel le plus courant, le mot communauté évoque des collectivités historiques ou culturelles, telles qu'entendues dans les débats sur les minorités ou le communautarisme.

Communautés écologiques[modifier | modifier le code]

En écologie, une communauté est un ensemble d'organismes appartenant à des populations d'espèces différentes constituant un réseau de relations.

Au sens strict, ce terme est synonyme de biocénose. Cependant, dans la pratique, les écologues, l'utilisent dans une acception plus restreinte pour désigner des entités constituant des sous ensembles de la biocénose au plan structural et/ou fonctionnel. (par ex : les communautés des saprophages, des herbivores, organismes planctoniques autotrophes…)

Communautés humaines[modifier | modifier le code]

La communauté est un état de ce qui est commun à plusieurs personnes ; similitudes.

Au sens étymologique originel : cum munus. La communauté est donc un groupe de personnes (« cum ») qui partagent quelque chose (« munus ») — un bien, une ressource, ou bien au contraire une obligation, une dette. Le mot communauté est dérivé du mot communal, état ou caractère de ce qui est commun

Selon Roberto Esposito[1] :

« La communauté n'est pas une propriété, un plein, un territoire à défendre et à isoler de ceux qui n'en font pas partie. Elle est un vide, une dette, un don (tous sens de munus) à l'égard des autres et nous rappelle aussi, en même temps, à notre altérité constitutive d'avec nous-mêmes. »

Un groupe d'individus est une communauté et non une équipe lorsque :

  • les membres ont rejoint une communauté parce qu'ils partagent des points d'intérêt communs : ils peuvent se connaitre ou non et l'adhésion peut être ouverte ou fermée ;
  • la durée d'une communauté est indéterminée : les communautés ne visent pas à mener un projet à son terme, mais elles peuvent servir à proposer des changements ;
  • les membres d'une communauté sont plutôt considérés comme égaux en droits, bien que quelqu'un ou un organisme doive créer la communauté ;
  • les membres rejoignent une communauté parce qu'ils ont une attente de ce groupe d'individus : chaque membre décide généralement comment, quand et en quoi il contribuera. Mais ceux qui s'investissent le plus dans la communauté y auront une position plus élevé[2].

Définitions de communauté en sociologie[modifier | modifier le code]

En sociologie, une communauté est un regroupement de personnes autour d'une thématique commune[3]. Ainsi, les communautés sont plus ou moins cohésives et leurs membres partagent entre eux une certaine culture, des normes et des valeurs. Sociologiquement la notion de communauté implique l'existence d'éléments sémantiques partagés et qui rallient autour de lui, des gens. De nombreux types de communautés sont étudiés en sociologie :

Il peut s'agir de partager un territoire commun, une appartenance sociale commune, mais ce sens est plus arbitraire que sociologique; le terme est pris dans un sens large, tel un découpage catégoriel des populations. Parfois, surtout lorsque le recours au formalisme l'exige[3], la définition est plus restrictive qui implique que les acteurs sociaux interagissent effectivement autour d'une thématique commune : des gens interagissant sur un forum de discussion en ligne autour d'un thème politique forment une communauté épistémique, puisqu'effectivement ils interagissent autour d'éléments sémantiques communs[4].

Communautés intentionnelles[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Communauté intentionnelle.

Cette expression est davantage utilisée au Québec qu'en France ; elle semble proche de la signification d'une communauté sociologique quoique d'acception un peu plus limitée. Un ensemble de personnes d'origines diverses ayant choisi consciemment de vivre ensemble en un lieu donné et sous une forme organisationnelle et architecturale définie constitue une communauté intentionnelle. L'expression se réfère à des formes d'habitation dites alternatives. En 2007, Christophe Cousin réalisa un voyage de près de deux ans à travers les communautés intentionnelles qui ont notamment pour vocation la construction d'un monde meilleur.

Communautés libertaires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : communauté libertaire.

Une communauté libertaire ou milieux libre est une communauté intentionnelle d'inspiration libertaire plus ou moins durable, plus ou moins organisée, centrée autour de l'autogestion, de la maîtrise du travail social, de l'épanouissement personnel, de valeurs morales. L'objectif en est, principalement, d'expérimenter, dans des groupes plus ou moins vastes, des rapports sociaux antiautoritaires dégagés des contraintes du capitalisme et de l'État, notamment en matière de liberté sexuelle.

Communautés épistémiques[modifier | modifier le code]

Une communauté épistémique rassemble autour d’une question, d’une nécessité, d’un objectif ou d’un intérêt partagé, des acteurs, qui peuvent être hétérogènes, qui échangent pour transformer leurs savoir-faire et savoir tacites épars en connaissances explicites, opérationnelles et partagées dont ils se serviront spécifiquement en fonction de leurs besoins particuliers.

Ce type de communauté organise une production collaborative de connaissance au travers de pratiques de communication qui se développent autant dans le réel, le virtuel (cf. infra) ou dans une combinaison de ces deux dimensions.

Communautés historiques[modifier | modifier le code]

La communauté historique du hameau de Rozewerf (Pays-Bas).

Une communauté est un groupe humain constitué géographiquement ou historiquement sur un territoire donné, et qui partage une culture ou une langue commune. C'est le cas des peuples, nations, civilisations, ethnies ou minorités ethniques, pour lesquelles les critères géographique et historique sont fondamentaux.

Communautés linguistiques[modifier | modifier le code]

Une communauté linguistique est un groupe humain qui utilise la même langue (ou dialecte, ou parler) et dont les éléments communiquent entre eux en cette langue.

Cependant, une communauté linguistique n'est pas homogène, car elle se compose de groupes humains ayant des comportements socioculturels différents, variant géographiquement, ce qui provoque des différences dans le vocabulaire, la prononciation. Une communauté linguistique ne peut donc être totalement homogène, et elle se divise elle-même en d'autres communautés linguistiques.

À l'intérieur même d'une communauté linguistique peuvent exister des variantes. Cependant les différences ou la distance peuvent ne rien modifier au sentiment d'appartenance à une communauté linguistique, comme c'est le cas pour les Québécois et les Français. Il s'agit donc de communautés d'intérêt.

Dans un État monolingue comme la France, qui ne reconnaît qu'une seule langue officielle, et donc une seule communauté linguistique officielle[réf. nécessaire] , il peut exister plusieurs communautés linguistiques de fait, outre celle pratiquant la langue officielle de l'administration. L'individu peut donc appartenir à plusieurs des communautés linguistiques existantes, mais généralement à la communauté officielle et à une communauté non "officielle" pour le parler régional (française et bretonne, française et basque, française et kabyle, etc).

Il y a des États ou entités où coexistent plusieurs langues officielles, et donc plusieurs communautés linguistiques. Des exemples de tels États sont :

Communautés religieuses[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Communauté religieuse.

Une communauté religieuse est un ensemble de personnes qui poursuivent le même idéal religieux (les conseils évangéliques par exemple).

Elle peut être un groupe humain reflétant la société civile, ayant adopté une religion ou un courant religieux. Un tel groupe est plus ou moins important, de quelques personnes (une « secte », une minorité) à un sous-groupe de la population d'un État (par ex. la communauté musulmane de France).
De tels groupes peuvent être dénommés Églises[5] (ce qui n'a pas de caractère national ou universel, et correspond dans l'Histoire du Christianisme aux actuels diocèses).

La communauté religieuse peut aussi être un groupe organisé en vue d'atteindre l'idéal religieux affiché. Il peut s'agir:

  • d'une organisation de laïcs et éventuellement de clercs séculiers (anciennes congrégations laïques du Christianisme)
Articles détaillés : Confrérie et Institut séculier.
Article détaillé : Vœux religieux.

Communautés scientifiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Communauté scientifique.

Une communauté scientifique, du point de vue sociologique est un réseau de chercheurs œuvrant sur des thématiques communes de recherche[3]. "La communauté scientifique" au singulier et au sens large, est un découpage catégoriel. Pour le sociologue, cette dite communauté est dans les faits constituée de nombreuses communautés épistémiques. Au sein d'une même branche scientifique il peut exister une multitude de communautés épistémiques.

Communautés sur Internet[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Communauté en ligne.

La communauté en ligne n’est pas monolithique car elle est formée d'une mosaïque de groupes aux comportements sociolinguistiques et identitaires hétérogènes, entrant parfois en conflit les uns avec les autres.

En ingénierie des connaissances, on parle souvent par exemple de communauté de pratique, qui s'applique à des ensembles d'individus qui partagent et mettent à jour des informations pour leur travail dans un même logiciel de groupe de travail (en abrégé logiciel de groupe, formé à partir de l'anglais groupware).[réf. nécessaire]

Le terme de communauté est d'un emploi généralisé dans le monde du web pour désigner l'ensemble des parties prenantes au développement et à l'utilisation d'une base de code. La communauté est constituée de personnes (physiques, éventuellement morales) allant des core developers qui maintiennent la base de code et prennent les décisions techniques importantes aux simples utilisateurs, en passant par les contributeurs, qui peuvent aider à l'effort collectif en détectant des bugs, proposant des correctifs ou aidant à des tâches telles que la documentation.

Le logiciel libre (ou "open source"), pour de multiples facteurs est une thématique qui a rallié de nombreux acteurs et des communautés du libre ont émergées : "Les hackers ne sont pas seulement des êtres rationnels, capables de calculer le rendement espéré d’une contribution au libre. Ce sont des êtres passionnés doués d’un sens social."[6]


Les interactions des contributeurs aux projets de partage de la connaissance qu'est Wikipédia démontrent qu'il s'agit d'une communauté [7].

Histoire[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

En France sous l'Ancien Régime, le mot communauté désigne toutes les personnes morales de droit public dont les statuts résultent généralement d'une Ordonnance royale ou en particulier de lettres patentes, aussi bien dans le domaine de l'organisation religieuse (communautés religieuses)[8] que dans celui des pouvoirs administratifs (par exemple la Communauté d'un régiment[9], Communauté de la Noblesse), locaux (les Communautés d'habitants, les Communautés des villes, les communautés provinciales), professionnels (les communautés de métier), éducatifs (les communautés des collèges) ou privés (communauté matrimoniale et lignagière, communautés de voisinage). Plusieurs arrêts des parlements nous indiquent que tous les pauvres de chaque ville ou paroisse étaient légalement constitués en une communauté capable de recevoir tous les dons ou legs faits "aux pauvres" et qui était distincte de la communauté des habitants.

Bien que nos sociétés aient presque partout remplacé ces communautés par des formes sociétales d'association, le terme de communauté (ou son équivalent corps) conserve toujours un sens juridique, administratif et politique précis, par exemple pour les copropriétés, les communes, les professions organisées en ordre, les corps de la Fonction publique, les familles, les congrégations religieuses, et bien sûr les diverses doctrines communistes.

Communautés internationales[modifier | modifier le code]

On parle couramment de la communauté internationale pour désigner l'attitude commune de plusieurs pays/États dans les problèmes de diplomatie, de politique extérieure, d'écologie, etc.

On peut aussi considérer les communautés basées sur des accords internationaux : la Communauté européenne, ou l'ONU.

Communautés administratives[modifier | modifier le code]

En France, le mot est repris dans la terminologie administrative pour désigner une association de collectivités territoriales :

En Belgique, les communautés belges sont des entités fédérées compétentes notamment en matière de culture et d'enseignement. Elles sont au nombre de trois :

Au Pays de Galles, une communauté est la plus petite des divisions administratives territoriales.

Dérivés[modifier | modifier le code]

Le mot communauté a servi à construire les termes :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Roberto Esposito, Communitas. Origine et destin de la communauté (trad. de l'italien par Nadine Le Lirzin) précédé de Conloquium de Jean-Luc Nancy, Paris, PUF, coll. « Les Essais du Collège International de Philosophie », 2000 (ISBN 2-13-050174-5).
  2. Laurie McCabe, Judith Hurwitz, Marcia Kaufman, Le travail collaboratif pour les nuls : édition spéciale IBM, Wiley Publishing inc., 2009, (ISBN 978-0-470-58702-7), pages 18 et 19.
  3. a, b et c Camille Roth, « Coévolution des auteurs et des concepts dans les réseaux épistémiques : le cas de la communauté « zebrafish» », Revue française de sociologie, Éditions Technip & Ophrys, vol. Vol. 49, no 3,‎ , p. 523-558 (ISSN 0035-2969, résumé, lire en ligne)
  4. CONEIN, Bernard. Communautés épistémiques et réseaux cognitifs: coopération et cognition distribuée. Revue d’économie politique, 2004, vol. 113, p. 141-159.
  5. http://www.revelationbible.fr/quisommesnous.html exemple d'une église-communauté
  6. François Montagne, « Le logiciel libre et la communauté autorégulée », Revue d'économie politique, Dalloz, vol. Vol. 117, no 3,‎ , p. 387-405 (ISSN 0373-2630, résumé, lire en ligne)
  7. Julien Levrel, « La vigilance participative. Une interprétation de la gouvernance de Wikipédia », Réseaux, La Découverte, vol. n° 154, no 2,‎ , p. 51-89 (ISSN 0751-7971, résumé, lire en ligne)
  8. Le terme apparaîtrait en français en 1538) d'après le Dictionnaire historique de la langue française, Dictionnaires Le Robert. Il serait attesté bien avant si, auparavant, les questions ecclésiastiques n'avaient pas toujours été évoquées par écrit en latin.
  9. Elles existent toujours en Angleterre où les régiments ont toujours une personnalité morale et un patrimoine.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]