Crocodile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Crocodylinae

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crocodile (homonymie).

Les Crocodiles (Crocodylinae) constituent une sous-famille de crocodiliens de la famille des crocodilidés.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot vient du latin crocodilus, lui-même issu du grec ancien κροκόδειλος, krokodeilos, qui, selon Hérodote serait initialement le nom donné par les Ioniens aux lézards épineux des murailles et par analogie aurait été étendu aux crocodiles vivant dans le Nil. La forme actuelle, « crocodile », a longtemps coexisté avec le crocodelle et cocodrille avant d'être seule conservée au XVIe siècle.

Description[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2014)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les crocodiles vivent dans les régions chaudes. Toutes les espèces fréquentent les eaux douces (même le crocodile marin, en particulier durant les saisons tropicales humides). Ils vivent immergés dans des cours d'eau stagnante où ils passent leurs journées à guetter leurs proies. Ils peuvent rester 50 minutes sous l'eau, soit assez de temps pour préparer des embuscades. Ils sont très agiles dans l'eau, mais plutôt maladroits sur la terre ferme, bien qu'ils puissent courir assez rapidement. Les crocodiles sont parfaitement adaptés à la vie aquatique. Leurs poumons peuvent se déplacer vers l'avant ou l'arrière de leur corps. Cette capacité leur permet de garder leur tête au-dessous de l'eau et leur corps immergé, complètement cachés dans les marécages boueux. Leurs yeux, leurs oreilles et leurs narines sont placés très haut sur le crâne, ce qui leur permet de voir, de respirer et d'entendre ce qui se passe aux alentours alors qu'ils passent inaperçus auprès de leurs proies. Le crocodile est l'un des plus grands reptiles. Le crocodile marin et le crocodile du Nil atteignent ou dépassent 7 mètres de long. Ils se nourrissent d'animaux qui viennent boire à la rivière, les capturent grâce à leurs puissantes mâchoires et les entraînent au fond de l'eau afin de les noyer. L'impact de leur morsure[Quoi ?] peut atteindre 5 000 lbf (plus de 22 000 N). Ils ont plusieurs paires de muscles qui leur permettent d'engendrer ce mécanisme mortel. Une paire de muscles située à l'arrière de la tête leur permet de produire la force nécessaire pour surgir de l'eau et surprendre leur proie à l'aide d'une morsure fatale et deux paires de muscles situées aux extrémités de leur mâchoires pour empêcher leur crâne de se fracasser. Ces deux paires de muscles absorbent une partie de la force produite. Puis le crocodile déchiquète et lacère sa proie avec de brusques mouvements de tête et en tournant sur lui-même. À force de rentrer et de sortir hors de l'eau, la proie se noie malgré ses efforts. Le crocodile, lui, possède une valve qui s'ouvre et se ferme au fond de sa gueule. Celle-ci lui permet d'éviter de se noyer avec sa proie.

Les crocodiles du Nil ne s'alimentent plus si la température est inférieure à 15,7 °C et ils ne sont plus capables de nager si la température est inférieure à 7,6 °c[1]. L'espérance de vie d'un crocodile peut atteindre 100 ans[2].

Reproduction[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2014)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

À l'époque de la reproduction, les femelles creusent un trou au bord de la rivière pour y pondre leurs œufs. Elles les recouvrent ensuite de sable et montent la garde jusqu'à l'éclosion qui a lieu une centaine de jours plus tard. Les œufs et les bébés crocodiles sont une des proies préférés des serpents. La température du nid décide si tous les bébés seront des mâles ou des femelles . En sortant de l’œuf, les petits crocodiles poussent des cris aigus. Ils percent leur coquille à l'aide d'une petite dent spécifique, qui tombera peu de temps après leur éclosion. À ce signal, la mère vient les délivrer du sable. Elle les dépose ensuite dans une poche située au fond de sa gueule et, les mâchoires à demi fermées, les descend un à un vers la rivière. Une fois son travail acheminé, elle abandonne ses petits qui sont alors à la merci de nombreux prédateurs. Seuls environ 5% des bébés les plus puissants survivront.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Espèces actuelles[modifier | modifier le code]

Genres fossiles[modifier | modifier le code]

D'après Fossilworks Paleobiology Database (mai 2014)[3]

Répartition[modifier | modifier le code]

Distribution des crocodiles par espèces.

Les crocodiles se rencontrent dans les régions tropicales humides.



Phylogénie[modifier | modifier le code]

Cladogramme d'après Brochu et Storrs (2012)[4] :

 Crocodylinae 


"Crocodylus" pigotti



"Crocodylus" gariepensis




Euthecodon arambourgii



Euthecodon brumpti




Osteolaeminae

Rimasuchus lloydi




Voay robustus



Osteolaemus tetraspis - Crocodile nain






Mecistops cataphractus - Crocodile à nuque cuirassée


 Crocodylus 

Crocodylus checchiai



Crocodylus palaeindicus




Crocodylus anthropophagus



Crocodylus thorbjarnarsoni




Crocodylus niloticus - Crocodile du Nil




Crocodylus siamensis - Crocodile du Siam




Crocodylus palustris - Crocodile des marais




Crocodylus porosus - Crocodile marin



Crocodylus johnsoni - Crocodile de Johnston



Crocodylus mindorensis - Crocodile des Philippines




Crocodylus novaeguineae - Crocodile de Nouvelle-Guinée



Crocodylus raninus








Crocodylus acutus - Crocodile américain



Crocodylus intermedius - Crocodile de l'Orénoque



Crocodylus rhombifer - Crocodile de Cuba



Crocodylus moreletii - Crocodile d'Amérique centrale






Phylogénie moléculaire des espèces actuelles[5] :

Crocodile et Homme[modifier | modifier le code]

Les plus grandes espèces de crocodiles peuvent être très dangereuses pour les humains. Ceux d'eau salée et du Nil sont les plus à redouter, tuant des centaines de personnes chaque année en Asie du Sud-Est et en Afrique. Les autres espèces de crocodiliens comme le caïman noir sont aussi redoutables pour les humains.

Économie[modifier | modifier le code]

Ferme[modifier | modifier le code]

Il existe des fermes de crocodiles : Il s’agit d'établissement destiné à la reproduction et l'élevage des crocodiliens en vue de produire de la viande, du cuir, voire d'autres produits issus de la bête. Il existe aussi de parc de loisirs tel que La Ferme aux crocodiles à Pierrelatte en France.

Maroquinerie[modifier | modifier le code]

Portefeuilles en peau de crocodile en vente à la ferme aux crocodiles de Samut Prakan (Thaïlande).

La peau de crocodile sert en maroquinerie pour faire des sacs à main, des chaussures, des portefeuilles, etc.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Crocodile dépecé, Viêt Nam.
Filet de queue de crocodile

La chair du crocodile peut être agrémentée de différentes façons. Elle peut être dégustée par exemple en fondue à Taiwan, ou encore sautée au gingembre au Cambodge[6]. La queue est un morceau prisé, la chair cuite devient légèrement mâchue, élastique, à l'instar du calamar.

Culture[modifier | modifier le code]

Symboles et croyances[modifier | modifier le code]

  • Logo de « Lacoste », venant du surnom de son inventeur, le joueur de tennis René Lacoste.
  • Dans beaucoup de caricatures politiques, les capitalistes sont représentés comme des crocodiles.
  • Logo du journal satirique soviétique, puis russe, "Kрокодил" (Krokodil).
  • Blason de Nîmes, où l'animal est attaché à un palmier, sans doute en référence au retour d'Afrique de la septième légion qui est venue se baser à Nîmes.
  • Trois crocodiles sont l'emblème de la ville de Bamako, capitale du Mali.
I5
Le hiéroglyphe de Sobek
  • Petsuchos était le crocodile sacré de la ville de Médinet el-Fayoum durant l'Égypte antique. Il est lié au dieu de l'eau et de l'inondation Sobek.
  • En Égypte antique, c'était l'un des douze animaux sacrés associé aux douze heures du jour et de la nuit.
  • Dans la mythologie hindoue, le dieu du Gange Gangâ a pour compagnon un crocodile.
  • Le célèbre étang aux crocodiles de Karachi (Pakistan) entretient plus de cinquante de ces reptiles : ils sont considérés comme des divinités.
  • D'après une légende papoue, c'est un crocodile, nommé Kabakmeli, qui a créé le monde et ses habitants.

Dans les villages de Sabou et de Bazoulé au Burkina Faso, le crocodile est l'animal totémique des habitants, donc sacré. Il est associé aux mythes fondateurs des villages et à la cosmogonie locale. C'est l'un des seuls endroits au monde où l'homme à la possibilité de chevaucher ces sauriens sans se soucier.

Chanson et cinéma[modifier | modifier le code]

  • Ah ! les crocodiles est une chanson enfantine racontant l'histoire d'un crocodile s'en allant à la guerre aux éléphants.
  • Schnappi, das kleine Krokodil, chanson enfantine allemande qui connut un fort succès sur Internet en 2004.
  • Y a un crocodile est une chanson de François Velliet (Franz) où un crocodile rend visite à un enfant par le trou de sa baignoire.
  • Crocodile Dundee
  • Katia et le crocodile est un film en noir et blanc pour les enfants et les adultes.
  • Il coccodrillo come fa ? est une chanson italienne pour enfants

Littérature[modifier | modifier le code]

Langage[modifier | modifier le code]

  • Verser des larmes de crocodile : se dit lorsqu'on mime une fausse tristesse. L'expression ferait référence aux larmes hypocrites que le crocodile est réputé verser lorsqu'il dévore ses proies[7]. Selon une autre explication, elle réfèrerait à une ancienne légende gréco-latine selon laquelle les crocodiles du Nil attiraient les naïfs en gémissant[8]. Cependant, l'expression n'est attestée qu'au XVIe siècle[9] ; l'image du crocodile pleurant en mangeant des hommes, quant à elle, a été popularisée vers le début du XVe siècle[10].

C'est peut-être aussi dû aux mœurs du crocodile du Nil qui vient à terre le jour, où il n'attaque pas et assaille dans l'eau la nuit, c'est-à-dire à un moment où on s'y attend le moins.

  • En espéranto le verbe « krokodili » signifie « agir comme un crocodile », et renvoie à l'idée de « parler une langue nationale à l'intérieur d'un milieu espérantophone ». On pourrait le traduire par « faire des messes basses » ou « parler en aparté ».
  • Une substance psychotrope, la Désomorphine, porte le surnom de "Krokodil" en raison des traces qu'elle peut laisser sur la peau de ses usagers[11].
  • En biologie, larmes de crocodile est synonyme de réflexe gusto-lacrymal et de syndrôme gusto-lacrymal[12].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. M. Bolton, L'élevage des crocodiles en captivité, Food and Agriculture Organisation, , 15 p. (ISBN 9252028757 et 9789252028758, lire en ligne)
  2. [1]
  3. Fossilworks Paleobiology Database, consulté le mai 2014
  4. (en) C. A. Brochu et G. W. Storrs, « A giant crocodile from the Plio-Pleistocene of Kenya, the phylogenetic relationships of Neogene African crocodylines, and the antiquity of Crocodylus in Africa », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 32, no 3,‎ , p. 587 (DOI 10.1080/02724634.2012.652324).
  5. Hervé le Guyader, « Sur les bords du Nil, espèces de crocodiles ! », Pour la science, no 477,‎ , p. 92-94.
  6. Crocodile sauté au gingembre.
  7. Cette explication est donnée, par exemple, à « crocodile », Centre national de ressources textuelles et lexicales, ou sur l'article de blog « larmes de crocodiles », consulté le 28/01/2008.
  8. Dictionnaire des expressions et locutions - éd. 2003 (Alain Rey et Sophie Chantreau).
  9. Étymologie et histoire de «crocodile» dans le Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales.
  10. D. Malcolm Shaner et Kent A. Vliet. «Crocodile Tears: And thei eten hem wepynge». BioScience, vol. 57 no 7, juillet/aout 2007.
  11. http://www.marieclaire.fr/,la-krokodil-nouvelle-drogue-qui-ravage-la-peau-et-les-os,698165.asp
  12. « larme », Centre national de ressources textuelles et lexicales.