Cunfin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cunfin
Cunfin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Canton Bar-sur-Seine
Intercommunalité Communauté de communes de l'Arce et de l'Ource
Maire
Mandat
Didier Diot
2014-2020
Code postal 10360
Code commune 10119
Démographie
Population
municipale
184 hab. (2015 en diminution de 12,8 % par rapport à 2010)
Densité 5,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 02′ 32″ nord, 4° 40′ 08″ est
Altitude Min. 209 m m
Max. 384 m m
Superficie 33,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte administrative de l'Aube
City locator 14.svg
Cunfin

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Cunfin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cunfin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cunfin

Cunfin est une commune française située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Fontette Villars-en-Azois Rose des vents
Verpillières-sur-Ource N Lanty-sur-Aube
O    Cunfin    E
S
Grancey-sur-Ource Autricourt Riel-les-Eaux

Cunfin, commune forestière importante[réf. nécessaire], compte 25 hectares d'Appellation d'Origine Contrôlée Champagne, située au milieu de monts et de vaux, son altitude minimale est de 209 mètres, l'église se situe à 257 mètres. Cunfin a aussi été longtemps considéré comme une des forêts les plus denses de France, les druides y sont venus s'y réfugier[réf. nécessaire].

Il est sur la voie romaine de Lasticum à Bar-sur-Aube ou voie de Bar.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du latin Confinium, de confinis avec le suffixe -ium, (« Contigu, voisin »).

Histoire[modifier | modifier le code]

Des cercueils de pierre gallo-romain ont été découverts dans un cimetière où ont été retrouvées des épées et médailles[1].

Le village est connu comme étant un arrêt de st Bernard sur le chemin de Molesme à Clairvaux où il fit deux miracles sur un enfant boiteux et une femme aveugle.

En 1789, le village dépendait de l'intendance et de la généralité de Châlons, de l'élection de Bar-sur-Aube, du bailliage principal de Chaumont et du bailliage seigneurial de la Ferté-sur-Aube.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Claude Paris[2]    
mars 2014 en cours Didier Diot DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2015, la commune comptait 184 habitants[Note 1], en diminution de 12,8 % par rapport à 2010 (Aube : +1,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7977708569891 1191 1741 2111 2521 247
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0111 027970904894877841764638
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
587580552409443395372383310
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
320300231222237199209211212
2013 2015 - - - - - - -
191184-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le finage de la commune est couvert de forêts où prennent naissance de nombreuses sources (certaines seraient miraculeuses[réf. nécessaire]). Il y a également une statue de la Madone ainsi qu'une chapelle (Sainte-Anne). Et en suivant le ruisseau qui traverse le village, on accède aux anciens lavoirs. Près du cimetière où plusieurs soldats de la Première Guerre mondiale reposent se situe l'église Saint Maurice construite en 1737-1739[7].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L'abbé Teinturier.
  • Bernard de Clairvaux qui passa à Cunfin et prêcha sous un chêne majestueux à côté de la chapelle Sainte-Anne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Socard, Revue critique, 16.
  2. Conseil général de l'Aube mise à jour au 10 avril 2008
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. Marguerite Beau, Essai sur l'architecture religieuse de la Champagne méridionale auboise hors Troyes, La Renaissance, 1991

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :