Abbaye Notre-Dame de Molesme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Abbaye de Molesme)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abbaye Notre-Dame.
Abbaye Notre-Dame de Molesme
Image illustrative de l'article Abbaye Notre-Dame de Molesme
Présentation
Culte Catholicisme
Type Abbaye
Rattachement Ordre cistercien
Début de la construction 1075
Fin des travaux Désaffectée fin XVIIIe siècle
Protection  Inscrit MH (1971)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Ville Molesme
Coordonnées 47° 56′ 03″ nord, 4° 21′ 25″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Notre-Dame de Molesme

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Abbaye Notre-Dame de Molesme

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

(Voir situation sur carte : Côte-d'Or)
Abbaye Notre-Dame de Molesme

L’abbaye Notre-Dame de Molesme est située dans la commune de Molesme en Bourgogne, dans le nord du département de la Côte-d'Or. Elle fut fondée par Robert en 1075 sur une terre du lieu-dit Molesme, offerte par le comte d'Auxerre, et est restée en activité jusqu'à la Révolution. Elle est aujourd’hui désaffectée. Ses vestiges font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'aventure cistercienne commence en 1075 avec la fondation de l'abbaye de Molesme par saint Robert[2], aidé des libéralités de Rainard Hugues et de Hugues de Merlennac, qui céda un terrain pour y construire l'établissement.

Né en Champagne, Robert de Molesme commence son noviciat à l'âge de quinze ans à l'abbaye de Montier-la-Celle, dans le diocèse de Troyes. Il en devient le prieur. Pétri de l'idéal de restauration du monachisme tel que saint Benoît l'avait institué, il quitte son prieuré en 1075 pour s'établir, avec sept ermites installés dans la forêt de Collan (ou Colan), près de Tonnerre, dans le lieu-dit de Molesme[3]. Vivant dans le plus grand dénuement, dans des abris constitués de branchages, le groupe adopte des règles de vie proches de celles des Camaldules, alliant la vie commune de travail et de l'office bénédictin à l'érémitisme.

En quelques années, la nouvelle abbaye attire de nombreux visiteurs et donateurs, religieux et laïcs, qui assez rapidement en modifient la nature. Une quinzaine d'années après sa fondation, Molesme possède une église magnifique et des bâtiments monastiques. Dans ce nouveau contexte, les exigences de Robert sont mal acceptées. Des divisions surviennent au sein de la communauté. Sachant qu'il ne parviendra pas à satisfaire son idéal de solitude et de pauvreté dans le climat de Molesme où s'opposent les partisans de la tradition et ceux du renouveau, Robert, avec l'autorisation du légat du pape Hugues de Die, accepte le lieu solitaire situé dans la forêt marécageuse du bas-pays dijonnais que lui proposent le duc de Bourgogne Eudes Ier et les vicomtes de Beaune, pour se retirer et pratiquer avec la plus grande austérité la règle de saint Benoît. Albéric et Étienne Harding, ainsi que vingt-et-un moines fervents, l'accompagnent dans ce lieu où ils s'installent le 21 mars 1098, pour y fonder ce qui deviendra l'abbaye de Cîteaux.

Au bout d'un an cependant, les moines de Molesme demandent au pape Urbain II d'intervenir auprès de Robert pour qu'il revienne les guider. Il revient à Molesme en 1100 et y meurt le 17 avril 1111. En 1154, Hugues archevêque de Sens confirme tous les dons faits à ce monastère par ses prédécesseurs[4]. Après Cîteaux, l'abbaye de Molesme a fondé plusieurs autres monastères, en France, en Angleterre, en Suisse et en Belgique.

Au fil de son histoire, l'abbaye a été plusieurs fois dévastée et pillée. Le monastère et son église sont une première fois détruits et ses possessions confisquées en 1472, lors de la guerre qui oppose la France à la Bourgogne. Reconstruits, ses bâtiments sont ensuite incendiés par les Huguenots vers la fin du XVIe siècle, lors des guerres de religion. Elle est enfin largement restructurée au cours du XVIIIe siècle avant d'être confisquée lors de la Révolution. Plusieurs familles de fermiers s'y installent alors et l'abbatiale, la salle du chapitre et la bibliothèque sont démolies pour servir de carrière de pierres.

Architecture[modifier | modifier le code]

L’abbaye au XVIIe siècle, planche gravée du Monasticon Gallicanum.

L'actuelle église Sainte-Croix de Molesme, ancienne chapelle des convers, est située sur ce plan au milieu du côté droit de la limite de clôture. Elle permet de situer l'importance de la collégiale et du reste des constructions.

Liste des abbés[modifier | modifier le code]

Carte des abbayes cisterciennes de Bourgogne.
  • 1075-1098 : (1er) saint Robert
  • 1098-1099 : (2e) Geoffroy, abbé pendant le séjour de Robert à Cîteaux.
  • 1099-1132 : (3e) Guidon Ier ou Gui († ), donna la terre de Nantri. Il gouverna pendant 32 ans et 3 semaines.
  • 1132-1140 : (4e) Evrard, gouverna 8 ans 7 mois et 3 semaines.
  • 1140-1148 : (5e) Giraud Ier, gouverna 8 ans 7 mois et 3 jours.
  • 1148-1156 : (6e) Étienne Ier
  • 1156-1163 : (7e) Guillenc, se démit.
  • 1164-1166 : (8e) Nivèle de Bazoche, ou Nivelon se démit.
  • 1170-1171 : (9e) Thibaud de Châtillon-Bazoches († 1171), prieur de Cluny.
  • 1171-1175 : (10e) Thomas, se démit.
  • 1175-1175 : (11e) Étienne II
  • 1175-1178 : (12e) Engelbert ou Engilbert, qu'on croit avoir été élu évêque de Chalon-sur-Saône en 1178 après avoir gouverné cette abbaye pendant 3 ans, se démit de son évêché et se retira chez les Chartreux[4].
  • 1178-1182-1184 : (13e) Étienne III, déposé en 1182, rétabli ensuite.
  • 1184-1187 : (14e) Renaud Ier ou Regnaud († 1188), se démit.
  • 1187-1191 : (15e) Gaucher Ier, déposé en 1191, nommé prieur de Saint-Quentin, devint abbé de Molesme pour la seconde fois en 1197.
  • 1192-1193 : (16e) Bruno
  • 1194-1195 : (17e) Étienne III, abbé pour la seconde fois, déposé au bout d'un an.
  • 1195-1197 : (18e) Eudes Ier ou Odon († 1197)
  • 1197-1209 : (19e) Gaucher Ier, abbé pour la seconde fois, gouverna pendant 12 ans et 3 mois.
  • 1208-1214 : (20e) Giraud II de Flandres ou Girard II, obligea Pierre, comte d'Auxerre, à lui faire satisfaction pour les injures qu'il en avait reçues. En 1212 il céda à Guillaume évêque de Langres les églises de Chaumont et d'Agneville. Il devint abbé de Cluny en 1214, puis évêque de Valence et patriarche de Jérusalem.
  • 1215-1218 : vacance
  • 1218-1227 : (21e) Eudes II ou Odon II, fut le premier à rendre témoignage des miracles de saint Robert qui fut canonisé en 1222.
  • 1227-1238 : (22e) Isembard ou Isambard († ), gouverna pendant 11 ans 7 semaines et 3 jours.
  • 1238-1251 : (23e) Christophe-Pierre d’Essoyes († 1251), abbé pendant 13 ans et 3 mois.
  • 1251-1270 : (24e) Guillaume Ier († 1270), fit faire la translation du corps de saint Robert le  ; gouverna 19 ans 7 mois.
  • 1270-1290 : (25e) Drogon († 1290), élu avec quelques difficultés et confirmé dans son poste par le légat de Grégoire X en 1274.
  • 1290-1303 : (26e) Étienne IV, pourvu par le pape.
  • 1303-1309 : (27e) Renaud II de La Bonne-Fontaine
  • 1309-1314 : (28e) Guidon II de La Grange († 1314)
  • 1314-1319 : (29e) Simon († 1319)
  • 1320-1321 : (30e) Étienne V, meurt avant d'être confirmé.
  • 1321-1349 : (31e) Guillaume II de Champenoy († 1349). Le pape le transféra de Molesme à Vézelay, mais il revint à son premier monastère en 1320. Il avait déjà exercé des actes de juridiction en 1318. Cet abbé unit un prieuré à la mense abbatiale en 1321.
  • 1349-1362 : (32e) Pierre de Saint-Fidole († , Troyes)
  • 1362-1368 : (33e) Guidon III Brécons, gouverna 2 ans et 5 mois, puis l'abbaye vaqua quelque temps.
  • 1368-1369 : (34e) Guidon IV
  • 1369-1378 : (35e) Jean Ier de Bellenod ou de Beauneud († 1378), reçut en 1372 la médaille pontificale de Grégoire XI.
  • 1378-1380 : (36e) Jean II de Ponteville ou Pontevie, se démit.
  • 1380-1395 : (37e) Guidon V de Chalier ou Chalario († 1395)
  • 1395-1427 : (38e) Barthélémy de Mâcon († 1427), docteur et professeur en théologie de la faculté de Paris, assista au concile de Pise.
  • 1427-1454 : (39e) Guillaume III d’Amoncourt († 1454 à Troyes), prieur de Varennes.
  • 1454-1458 : (40e) Gaucher II de Coussy († 1458), prieur de Saint-Quentin, puis abbé de Molesme.
  • 1458-1474 : (41e) Jacques Ier de Jussey ou Jussi († ). Sous son gouvernement, le monastère est ruiné en 1472 pendant les guerres de Louis XI avec Charles le Téméraire duc de Bourgogne.
  • 1474-1492 : (42e) Maurice de La Place de Meaux († 1492), nommé par le pape.
  • 1492-1508 : (43e) Philippe de Bournant ou Bournaut dit Franquelance († ), originaire de Troyes.
  • 1508-1511 : (44e) Guillaume IV d’Ailloncourt ou d'Aillaucour de Chaumont († , prieuré de Varennes)
  • 1511-1545 : (45e) Antoine Ier de Vienne († ), déjà abbé de La Ferté, Ordre de Cîteaux, nommé abbé de Molesme à la demande de Louis XII, il posséda également l'évêché de Chalon-sur-Saône. Se démit.
  • 1545-1575 : (46e) Antoine II de Vienne, petit-neveu du précédent, aumônier du roi, obtint l'abbaye à la démission de son oncle en 1545. Son gouvernement vers 1571, le monastère fut brûlé par les calvinistes.
  • 1575-1577-1586 : (47e) cardinal Anne de Pérusse des Cars de Givry
  • 1586-1589-1602 : (48e) Jacques II d’Avrily, abbé de l'abbaye de Marmoutier. Il vendit en compagnie de son frère également prénommé Jacques[5], ancien maître de la garde-robe du roi, la seigneurie de Villeloup dans la région de Troyes à Arnault de Blandin en 1585[6]. D'extraction modeste, il est aimé passionnément par le duc d'Anjou François de France (1555-1584). À la mort de ce dernier il marche en tête du cortège, devant l'effigie[7]. Henri III demande au cardinal d'Este de veiller à ce que le pape accepte et confirme les concordats passés entre le cardinal François de Joyeuse, Anne de Givry et Jacques d'Avrilly[8].
  • 1602-1615 : (49e) Renaud de Beaune[9] († 1606, Paris), archevêque de Bourges. Il prit possession de Molesme dans l'église Saint-Gatien de Tours, ne pouvant pas approcher de Molesme à cause des guerres civiles. Il devint archevêque de Sens.
  • 1615-1637 : (50e) François de Montmorency-Châteaubrun (° ~1590 - † ap. 1646)[10],[11],[12].
  • 1637-1648 : (51e) Armand de Bourbon-Condé, prince de Conti, prit possession le . Il se maria après avoir uni ce monastère à la congrégation de Saint-Maur en 1648.
  • 1652-1689 : (52e) Charles de La Rochefoucauld de Marcillac, il prit possession le , il fit bâtir l'église et se démit le .
  • 1689-1722 : (53e) Alexandre de La Rochefoucauld de Verteuil († ), frère de Charles.
  • 1723-1760 : (54e) Louis-Guy de Guérapin de Vauréal († , Nevers), Maître de l'Oratoire du roi, nommé le , est devenu évêque de Rennes, abbé de plusieurs abbayes et un des quarante de l'Académie française, mourut à
  • 1764-1779 : (55e) Joseph Marie Terray, Ministre d'État, Contrôleur général des finances, secrétaire de l'Ordre du Saint-Esprit, était Conseiller clerc au Parlement de Paris lorsqu'il fut nommé en 1764 à cette abbaye et obtint par la suite l'Abbaye Saint-Martin de Troarn.
  • 1779-1791 : 56eJean-Baptiste-Marie Champion de Cicé, évêque d'Auxerre, abbé de Landévennec, parlementaire[13] Il offrit une rente à perpétuité de cent pistoles sur l'hôtel de ville de Troyes en sa qualité de co-seigneur, au profit de la fabrique de Rumilly[14].

Propriétés[modifier | modifier le code]

Terres[modifier | modifier le code]

Abbayes, prieurés, églises[modifier | modifier le code]

  • Franchevaux (Libera vallis), Notre Dame, prieuré de bénédictines sous Molesme, fondé le 6 juillet 1159 par Pernelle (Pétronille-Elisabeth) de Chacenay, comtesse de Bar-sur-Seine. Diocèse de Sens, doyenné de Saint-Florentin, canton de Flogny-la-Chapelle, arrondissement de Tonnerre (Yonne). Ne pas confondre avec Franquevaux.
  • Extrait du cartulaire du prieuré de Jully les Nonnains : le 6 juillet 1159, Hugues, archevêque de Sens, raconte qu'il a reçu dans un lieu de son diocèse appelé Froidmanteau, des vierges du monastère de Jully, envoyées par Guilenc, abbé de Molesmes, à la prière de Pétronille, comtesse de Bar. Il déclare que, sous peine d'anathème, ce lieu sera appelé à l'avenir Franchevaux. Les religieuses ont été reçues par les plus grands personnages du pays, qui y avaient des possessions ou sans doute des religieuses de leur famille : Rahier, vicomte de Saint-Florentin ; le comte Henri de Troyes) ; Guillaume de Nevers et son fils, comte de Tonnerre ; Mile d'Hervi (Ervy-le-Châtel) ; Anséric II de Montréal ; Mile de Noyers ; Pétronille de Bar, fondatrice de ce nouveau monastère (qui y avait amené les religieuses) avec ses enfants : Manassès, Thibaud, Hemensanne.

Revenus[modifier | modifier le code]

L'abbaye est taxée 4 000 florins et elle vaut 15 000 livres[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Abbaye bénédictine (ancienne) », notice no PA00112545, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Bataille 1992, p. 35
  3. Jean Marilier, Histoire de l'Église en Bourgogne, Éditions du Bien Public, 1991, p. 82.
  4. a et b Temps 1775, p. 534.
  5. David Bates,Liens personnels, réseaux solidaires en France et dans les Iles Britanniques, Publication de la Sorbonne, Paris, 1957, 352 p., p.193.
  6. Catalogue général des manuscrits de la Médiathèque de l'agglomération troyenne, T XLIII, supp. 24-2920, n°2890 CGM
  7. David Bates, op.cit, p. 193.
  8. Pierre Champion et Michel François, Lettres de Henri III, t. VI, p. 305 : lettres n° 5471-5472 du 29 juillet 1583-1584. Société de l'Histoire de France , Jacqueline Boucher, Paris, 2006
  9. Temps 1775, p. 536.
  10. François de Montmorency-Châteaubrun, fils d'Anne de Montmorency-Fosseux et de Marie de Beaune ; abbé en 1608, âgé de 24 ans, de l'abbaye Notre-Dame du Tronchet, résigna ses deux abbayes et l'état ecclésiastique pour épouser le mardi Catherine Roger, qui lui donna trois enfants
  11. Hauréau 1856.
  12. Généanet, Anaïs Prion-Bigeon, Maison de Montmorency
  13. Philippe Joseph Benjamin Buchez, Histoire parlementaire de la Révolution française, ou journal ..., Paris, 1834, tome XII, p. 426.
  14. Jean Daunay, « Dictionnaire pour Rumilly », sur jean.daunay.free.fr (consulté le 19 juillet 2014)
  15. Temps 1775, p. 533.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Archives nationales, Baux et terriers 1663-1707 - S 3234 à S 3238.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Bataille, Pascal Dibie, Jean-Pierre Fontaine, Jean-Charles Guillaume, Jean-Paul Moreau, Ferdinand Pavy, Line Skorka, Gérard Taverdet et Marcel Vigreux (préf. Henri de Raincourt), Yonne., Paris, Editions Bonneton, (ISBN 2-86253-124-3) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (la) Bartholomeus Hauréau, Gallia christiana : in provincias ecclesiasticas distributa…, t. XIV, Firmin Didot, (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • J. Laurent, et A.M.J.J., Cartulaires de l'abbaye de Molesme, A. Picard & fils, Paris, 1907
  • Hugues du Tems, Le Clergé de France, ou tableau historique et chronologique ..., vol. 4, Paris, Brunet, , p. 533-536