Longes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Longes
Longes
Vue d'ensemble en 2020, avec les monts qui sont stylisés sur le logo de la commune.
Image illustrative de l’article Longes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Lyon
Intercommunalité Vienne Condrieu Agglomération
Maire
Mandat
Lucien Bruyas
2020-2026
Code postal 69420
Code commune 69119
Démographie
Population
municipale
975 hab. (2018 en augmentation de 5,75 % par rapport à 2013)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 30′ 20″ nord, 4° 41′ 21″ est
Altitude Min. 210 m
Max. 785 m
Superficie 24,06 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Lyon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Mornant
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Longes
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Longes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Longes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Longes

Longes est une commune du département du Rhône, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Longes est située au pied des montagnes du Pilat, au sud-ouest du département du Rhône.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Tartaras (Loire) Trèves Rose des vents
Châteauneuf (Loire) N Les Haies
Condrieu
O    Longes    E
S
Sainte-Croix-en-Jarez (Loire) Pavezin (Loire) La Chapelle-Villars (Loire)

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Longes est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (62,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (65 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (34,7 %), zones agricoles hétérogènes (27 %), prairies (18,1 %), terres arables (17,2 %), zones urbanisées (2,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,5 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'implantation d'un prieuré bénédictin serait à l'origine de la création de Longes. Le village de Longes entra ensuite dans les possessions de la maison de Roussillon. Une légende associe le nom de Longes, par ailleurs attesté dès le XIIIe siècle, à celui du centurion romain Longinus qui aurait percé le flanc du Christ de sa lance. Une autre tradition ferait remonter le nom de la commune à Longus, terrible géant et chef de l’escorte de Jules César lors la bataille du Fautre. Longes fut à plusieurs reprises ravagée par les guerres de religion et par les épidémies de peste du XVIe siècle et du XVIIe siècle. Jusqu'à la Révolution, Trèves fut une annexe de la paroisse de Longes. Le décret du instituant les communes confirma la primauté de Longes sur Trèves, laquelle devint commune à part entière à compter du .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1959 1982 Joseph Voyant   Sénateur de 1959 à 1977
1982 2001 Gabriel Escoffier    
2001 2008 Marie-Claire Brosson    
mars 2008 en cours Lucien Bruyas Sans étiquette Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9].

En 2018, la commune comptait 975 habitants[Note 3], en augmentation de 5,75 % par rapport à 2013 (Rhône : +4,48 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0811 2741 4921 4081 4331 4051 4261 4611 015
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
980938898861862792834768776
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
760691651614618589576538520
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
476471457610654763824833909
2017 2018 - - - - - - -
977975-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

NB : la chute de la population entre les recensements de 1846 et 1851 est due à la création de la commune de Trèves en 1849.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Longes possède une école primaire publique. Elle était auparavant divisée en deux pôles : l'un dans le bourg et l'autre dans le hameau de Dizimieux.

Jusqu'au début des années 2010, il y avait également une école primaire privée.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Chaque année, l'association des jeunes de la commune de Longes (AJCL) organise la vogue de Longes le dernier week-end du mois de juin.

L'association des parents d'élèves de l'école publique organise depuis 2011 un « marché de la création »[12], qui se déroule au printemps, avec une trentaine de créateurs au rendez-vous.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Une course de cyclisme sur route, le Grand Prix de Longes, est organisée chaque mois d'août par l'UCA Pélussin depuis 1978[13].

Un club de pétanque, l'Amicale Boule Longearde, est domiciliée à Longes depuis 2000[14]. L'Association des 4 vents propose pour les adultes des cours de gymnastique et de danse de salon[15].

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, au début du XXe siècle.
  • Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, construite au XIVe siècle et agrandie au XIXe siècle.
  • Le four à pain et le lavoir en impluvium.
  • Le mont Monnet, l'un des sommets du massif du Pilat (782 m d'altitude).
  • Chapelle de Dizimieux, dans le hameau du même nom, construite en 1883.
  • Chapelle de Nuzières, dans le hameau du même nom.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « deux fleurs » au concours des villes et villages fleuris[16].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Frêne, ouvrier agricole dont le QI exceptionnel a été dévoilé lors des tests d'incorporation militaire et qui est devenu chercheur en physique, a vécu son enfance à Longes[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lyon », sur insee.fr (consulté le 3 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 30 avril 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 30 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  12. « La FCPE prépare son premier marché de la création », Le Progrès,‎ (lire en ligne).
  13. « Grand Prix de Longes », sur wiki.directvelo.com (consulté le 11 avril 2013).
  14. « Amicale Boule Longearde », sur net1901.org (consulté le 11 avril 2013).
  15. « Association des 4 vents », sur cc-condrieu.mairies69.net (consulté le 11 avril 2013).
  16. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).
  17. Jean-François Rullier, « Jean Frêne n'est pas au bout de ses émotions », sur lanouvellerepublique.fr, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :