Gare de Mâcon-Ville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mâcon-Ville
Image illustrative de l'article Gare de Mâcon-Ville
Le bâtiment voyageurs et l'entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Ville Mâcon
Adresse 1, avenue de la gare
71000 Mâcon
Coordonnées géographiques 46° 18′ 09″ N 4° 49′ 28″ E / 46.302505, 4.824365 ()46° 18′ 09″ Nord 4° 49′ 28″ Est / 46.302505, 4.824365 ()  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFF / SNCF
Exploitant SNCF
Services TGV
TER Bourgogne
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles
Mâcon à Ambérieu
Moulins à Mâcon
Voies 6 (+ voies de service)
Quais 3 centraux et 1 latéral de service
Transit annuel 1,2 million[1] (2010)
Altitude 188 m
Historique
Mise en service 10 juillet 1854
Architecte Alexis Cendrier (bv d'origine)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Mâcon-Ville

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Mâcon-Ville

La gare de Mâcon-Ville est une gare ferroviaire française des lignes de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles, de Mâcon à Ambérieu et de Moulins à Mâcon. Elle est située au centre de la ville de Mâcon, préfecture du département de Saône-et-Loire en région Bourgogne.

Elle est mise en service en 1854 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Lyon (PL). Le bâtiment monumental d'origine, dû à l'architecte Alexis Cendrier, est détruit à la fin de la Seconde Guerre mondiale ; il est remplacé par un bâtiment dans le style des années 1950. Elle est appelée « gare de Mâcon » jusqu'à l'ouverture de la gare TGV dénommée : Gare de Mâcon-Loché-TGV.

C'est une gare grandes lignes de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) desservie par des TGV ; c'est également une gare régionale du réseau TER Bourgogne desservie par des trains express régionaux.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare de bifurcation de Mâcon-Ville est située au point kilométrique (PK) 439,735[2] de la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles, entre les gares de Senozan et de Crêches-sur-Saône, au PK 143,947[2] de la ligne de Moulins à Mâcon, déclassée de Paray-le-Monial à Mâcon, et au PK 0,000, de la ligne de Mâcon à Ambérieu avant la gare de Pont-de-Veyle. Elle est établie à 188 mètres d'altitude.

Histoire[modifier | modifier le code]

La « gare monumentale de Mâcon » est mise en service le 10 juillet 1854 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Lyon (PL), lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la section de Chalon (Saint-Côme) à Lyon (Vaise) de sa ligne de Paris à Lyon[3].

Le bâtiment voyageurs d'Alexis Cendrier vers 1900.

Gare hors classe, le bâtiment voyageurs est dû à l'architecte de la Compagnie PL Alexis Cendrier. Construit en 1854, ce bâtiment dispose d'un corps central à trois ouvertures avec deux étages et des combles. De chaque côté du corps central, les deux ailes comportent neuf ouvertures et un étage. Outre les espaces techniques et ceux destinés aux voyageurs, cet important édifice permettait le logement du personnel. On y trouve, notamment, les appartements du chef de gare, de ses sous-chefs, du receveur et des facteurs[4].

Le 20 juillet 1857, la gare de Mâcon est reliée avec Ambérieu par Pont-de-Veyle et Bourg-en-Bresse avec l'ouverture, par la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM) du dernier tronçon de la ligne de Mâcon à Ambérieu. Longue de deux kilomètres, cette portion de ligne comprend d'importants ouvrages : le pont sur la Saône (200 mètres de long et 20 mètres de haut), des viaducs de décharge et d'importants remblais, dont les travaux ont été retardés par les importantes pluies du printemps, ne permettant pas l'ouverture le 6 juin comme la section de Pont-de-Veyle à Bourg-en-Bresse[5].

Intérieur de la gare vers 1900.

Le 16 août 1870, une nouvelle voie relie la gare de Mâcon avec l'ouverture de la ligne de Paray-le-Monial à Mâcon par la Compagnie de la Dombes. En 1883, cette ligne est reprise par le PLM qui réorganise le réseau en créant la ligne de Moulins à Mâcon[6].

La gare de Mâcon figure dans la nomenclature 1911 des gares, stations et haltes, du PLM[7]. Elle porte le no 10 de Paris à Marseille et à Vintimille[8], le no 22 de la ligne de Moulins à Mâcon[9], et le no 1 de la ligne de Mâcon à Modane[10]. C'est une gare, pouvant recevoir et expédier des dépêches privées, qui dispose des services complets, de la grande vitesse (GV) et de la petite vitesse (PV)[11].

Le bâtiment voyageurs de 1854 est détruit en 1944 pendant la Seconde Guerre mondiale[4]. Après la guerre, on a reconstruit le bâtiment dans un style moderne et fonctionnel.

Le , est mise en œuvre l'électrification en courant 1 500 V continu entre Chalon-sur-Saône et Lyon-Perrache. Les locomotives électriques 2D2 9100 remplacent les locomotives à vapeur 241 P entre Paris, Dijon et Lyon.

Elle est renommée « gare de Mâcon-Ville » lors de l'ouverture de la gare TGV dénommée : Gare de Mâcon-Loché-TGV[12].

En 2011, des travaux sont réalisés pour rénover la gare, notamment pour améliorer l'information et le confort des voyageurs[13].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

L'intérieur du hall de gare
L'intérieur du hall de gare.

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichets ouverts tous les jours. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport. C'est une gare « Accès Plus » ayant des aménagements, des équipements et des services pour les personnes à mobilité réduite. On y trouve notamment un espace d'accueil commercial SNCF, avec points d'information et de vente des titres de transports, un accueil du service jeune voyageur, une salle d'attente, un service des objets trouvés, et des toilettes payantes accessibles à tous. D'autres services commerciaux sont proposés, notamment un distributeur de boissons et de friandises, un kiosque à journaux, une cabine photographique et un photocopieur[14].

Desserte[modifier | modifier le code]

Les dessertes sont assurées majoritairement par des trains TER Bourgogne, sur les lignes FH01 Dijon - Mâcon - Grenoble via Lyon et FH02 Dijon - Mâcon ainsi que par des TER Rhône-Alpes sur la ligne Mâcon - Bourg - Ambérieu - Lyon. Des TGV provenant de Dijon-Ville, voire de Metz pour l'un d'entre eux, desservent la gare en direction du sud (Marseille, Nice et Bordeaux).

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Située en centre-ville, les abords de la gare sont pourvus d'installations destinées au service des voyageurs : parking à vélos gratuit, point de dépose-minute, parking gratuit, gare routière, et station de taxis. La gare routière contiguë propose des correspondances avec les autobus du réseau urbain et les autocars départementaux.

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

La gare de de Mâcon-Ville est ouverte au service du fret[15] (conteneurs, wagons isolés).

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ma Ville Macon no 10 p. 23, décembre 2010
  2. a et b Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, volume 2, La Vie du Rail, août 2011 (ISBN 978-2-918758-44-0), p. 146
  3. François et Maguy Palau, « 1.22 Chalon (Saint Côme)-Lyon (Vaise) : 10 juillet 1854 », dans Le Rail en France : Le Second Empire, Tome 1, 1852-1857, Palau, Paris, 1998 (ISBN 2-950-94211-3), p. 79
  4. a et b François Poupardin, « Les bâtiments voyageurs édifiés le long de la ligne impériale », Revue d’histoire des chemins de fer [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 10 mai 2011, consulté le 20 septembre 2013. URL : http://rhcf.revues.org/404
  5. François et Maguy Palau, « 2.37 traversée de la Saône à Mâcon : 20 juillet 1857 », dans Le Rail en France : Le Second Empire, Tome 1, 1852-1857, Palau, Paris, 1998 (ISBN 2-950-94211-3), p. 193
  6. Site Histoire de lignes oubliées : ligne de Moulins à Mâcon (consulté le 20 septembre 2013).
  7. Site gallica.bnf.fr, Nomenclature des gares, stations et haltes du Chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée, 1911 : Nomenclature des gares, stations et haltes, par ordre alphabétique p. 28 intégral (consulté le 20 septembre 2013)
  8. Nomenclature gares PLM, 1911, Nomenclature par ordre Topographique p. 80 intégral (consulté le 20 septembre 2013)
  9. Nomenclature gares PLM, 1911, Nomenclature par ordre Topographique p. 104 intégral (consulté le 20 septembre 2013)
  10. Nomenclature gares PLM, 1911, Nomenclature par ordre Topographique p. 149 intégral (consulté le 20 septembre 2013)
  11. Nomenclature gares PLM (explication des renvois), 1911, p. 5 lire (consulté le 20 septembre 2013)
  12. Site tourisme Yalvin, Gare de Mâcon ville lire (consulté le 21/10/2009).
  13. Site sortiramacon : Nouvelle gare de Mâcon-Ville, 20 novembre 2011 (consulté le 20 septembre 2013).
  14. Site SNCF TER Bourgogne : Gare de Mâcon Ville lire (consulté le 20 septembre 2013)
  15. Site Fret SNCF : la gare de Mâcon-Ville.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Dijon-Ville Dijon-Ville TGV Lyon-Part-Dieu Perpignan
Dijon-Ville Dijon-Ville TGV Lyon-Part-Dieu Bordeaux-Saint-Jean
Dijon-Ville Dijon-Ville TGV Lyon-Part-Dieu Toulouse-Matabiau
Francfort-sur-le-Main Besançon Franche-Comté TGV TGV Lyon-Part-Dieu Marseille-Saint-Charles
Strasbourg-Ville Besançon Franche-Comté TGV TGV Lyon-Part-Dieu Montpellier-Saint-Roch
Strasbourg-Ville Chalon-sur-Saône TGV Lyon-Part-Dieu Lyon-Part-Dieu
Metz-Ville Dijon-Ville TGV Lyon-Part-Dieu Nice-Ville
Metz-Ville Chalon-sur-Saône
ou Dijon-Ville
TGV Lyon-Part-Dieu Marseille-Saint-Charles
Dijon-Ville
ou Paris-Bercy
Tournus TER Bourgogne Belleville-sur-Saône Lyon-Part-Dieu
ou Lyon-Perrache
Chalon-sur-Saône Senozan TER Bourgogne Terminus Terminus
Terminus Terminus TER Rhône-Alpes Pont-de-Veyle Ambérieu
ou Bourg-en-Bresse
Terminus Terminus TER Rhône-Alpes Crêches-sur-Saône
ou Belleville-sur-Saône
Vienne
ou Lyon-Perrache
Terminus Terminus TER Rhône-Alpes Crêches-sur-Saône Valence-Ville