Longueau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Longueau
Logo de la commune
Logo de la commune
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Amiens 4e (Est)
Intercommunalité Communauté d'agglomération Amiens Métropole
Maire
Mandat
Colette Finet
2014-2020
Code postal 80330
Code commune 80489
Démographie
Gentilé Longacoissiens
Population
municipale
5 775 hab. (2011)
Densité 1 689 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 52′ 15″ N 2° 21′ 25″ E / 49.8708333333, 2.3569444444449° 52′ 15″ Nord 2° 21′ 25″ Est / 49.8708333333, 2.35694444444  
Altitude Min. 23 m – Max. 64 m
Superficie 3,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Picardie

Voir sur la carte administrative de Picardie
City locator 14.svg
Longueau

Géolocalisation sur la carte : Picardie

Voir sur la carte topographique de Picardie
City locator 14.svg
Longueau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Longueau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Longueau
Liens
Site web http://www.ville-longueau.fr/

Longueau est une commune française située dans le département de la Somme et la région Picardie. Les habitants de Longueau sont des Longacoissiens ou Longacoissiennes[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouve plusieurs formes dans les textes anciens pour désigner Longueau: Longua aqua (1101), Longue Yaue (1312), Longliau (1754).

Géographie[modifier | modifier le code]

Longueau est voisine d'Amiens. Grâce à l'étoile ferroviaire construite par la Compagnie des chemins de fer du Nord en 1846, Longueau est une des gares de l'agglomération amiénoise. Jusqu'à la construction de la ligne T.G.V. Paris-Lille, les trains Paris-Nord - Lille s'y arrêtaient et évitaient ainsi le rebroussement en gare d'Amiens.

Géographie physique[2][modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Le sol de la commune est pour la plus grande partie marécageux ou silico-calcaire. Le sous-sol est crayeux.

Relief, paysage, végétation[modifier | modifier le code]

Le relief de la commune est constitué par la vallée de l'Avre, affluent de la rive gauche de la Somme et de l'éminence qui sépare les deux vallées. Le point culminant de la commune est de 142 m.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par l'Avre qui traverse le marais de Longueau et qui conflue avec la Somme en aval de Longueau à La Neuville, quartier de l'est d'Amiens. Des étangs artificiels ont été créés par l'extraction de la tourbe depuis le XIVe siècle, ils ont été partiellement comblés pour former des hortillonnages.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Urbanisme et aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

La commune était peuplée de 400 habitants en 1793. L'arrivée du chemin de fer fit passer la population à plus de 1 000 habitants en 1900 et à plus de 5 000 aujourd'hui. La ville de Longueau est limitrophe de celle d'Amiens avec laquelle elle ne fait qu'une seule et même agglomération. Le centre ville s'est constitué sur la route d'Amiens à Saint-Quentin / Amiens-Roye-Noyon qui se sépare à la Fourche de la Croix de Fer, à l'est de la Commune. Des cités ouvrières de cheminots ont été construites de part et d'autre de cette voie centrale : la cité de Longueau (la plus importante) entre la rue principale et la gare, la Cité du cimetière, la Cité du château et la cité de l'Avre à l'ouest de la commune. L'habitat à Longueau est presque exclusivement individuel.

Sur le plan scolaire, Longueau est doté de plusieurs écoles maternelles et primaires et d'un collège. Une crèche accueille les plus petits.

Equipements[modifier | modifier le code]

  • École maternelle(s) : 2 (Anne Franck et Louis Prot)
  • École élémentaire(s) : 2 (André Mille et Paul Baroux)
  • Collège) : 1 (Joliot Curie)
  • Lycée : non (proximité Amiens)
  • Médecins généralistes : 4
  • Pharmacies : 2
  • Gare : 1
  • Cinéma : non (proximité Amiens)
  • Boulangeries : 2
  • Épicerie : 1
  • Librairie, papeterie, journaux : 1
  • Piscine : non (proximité Amiens)

Activités économiques et de services[modifier | modifier le code]

Longueau est une ville dont l'activité a été depuis la seconde moitié du XIXe marquée par le chemin de fer. L'intensité du trafic voyageurs et marchandises a entraîné la construction d'infrastructures : gare de voyageurs, gare de triage, dépôt circulaire (rotonde), ateliers de réparation… qui aujourd'hui sont très largement délaissés exceptée la gare de voyageurs.

Les activités économiques de Longueau se situent désormais - en plus du commerce de détail dans la rue principale - à la périphérie est de la ville au lieu-dit, la Croix de fer, où se sont installés hypermarché, grandes surfaces de matériels et matériaux de bricolage, jardinerie, magasins d'articles de sports, de meubles, hôtels, restaurants qui constituent le Pôle Jules Verne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Longueau
Amiens Camon
Longueau Glisy
Cagny Boves

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 775 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
442 439 463 486 604 597 605 668 660
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
720 704 741 681 686 822 858 848 1 002
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 240 1 352 1 439 2 323 3 484 3 835 3 906 2 770 4 811
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
5 316 5 485 5 598 5 309 4 940 5 220 5 179 5 188 5 439
2011 - - - - - - - -
5 775 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (21 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,6 %, 15 à 29 ans = 18,2 %, 30 à 44 ans = 20,2 %, 45 à 59 ans = 23,5 %, plus de 60 ans = 17,5 %) ;
  • 51,7 % de femmes (0 à 14 ans = 18,2 %, 15 à 29 ans = 14,3 %, 30 à 44 ans = 21,8 %, 45 à 59 ans = 20,9 %, plus de 60 ans = 24,8 %).
Pyramide des âges à Longueau en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
0,9 
6,3 
75 à 89 ans
10,9 
10,8 
60 à 74 ans
13,0 
23,5 
45 à 59 ans
20,9 
20,2 
30 à 44 ans
21,8 
18,2 
15 à 29 ans
14,3 
20,6 
0 à 14 ans
18,2 
Pyramide des âges du département de la Somme en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,0 
5,9 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,3 
20,6 
45 à 59 ans
20,0 
21,0 
30 à 44 ans
19,8 
20,6 
15 à 29 ans
19,3 
19,5 
0 à 14 ans
17,5 

Culture, fêtes, sport et loisirs[modifier | modifier le code]

Étoile Sportive des Cheminots de Longueau[modifier | modifier le code]

Stèle hommage à Mr Emile Noël installé dans le stade du même nom

En 1923, l'Étoile Sportive des Cheminots de Longueau (ESCL) est créé par un ingénieur en chef des ateliers de wagonnage de la Compagnie des chemins de fer du Nord, Mr Emile Noël (1847-1936).

Ce club regroupe plusieurs discipline :

Associations culturelles[modifier | modifier le code]

Associations liées au chemin de fer :

  • A.M.A.L. (Association des Modélistes ferroviaires d'Amiens-Longueau), A.R.P.D.O. (Association pour la Recherche et la Préservation de Documents et d'Objets anciens du chemin de fer en Picardie), Rotonde 80.
  • A.M.C.L. (Avenir Musical des Cheminots de Longueau)

Fêtes[modifier | modifier le code]

  • Fête du rail, qui a lieu tous les 3 ans, en octobre.
  • REAL II (Rencontres européennes artisanales de Longueau) qui furent organisées les 21 et 22 mai 2011[7].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Entrée Longueau par Amiens

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 1793 Pierre Beauvais - -
1793 1795 Etienne d'Heilly - -
1795 1797 Phalempin Corbillon - -
An VI (1797) An VIII (1799) Louis d'Heilly - -
An VIII (1799) 1806 Etienne d'Heilly - -
1806 1823 François d'Heilly - -
1823 1846 Pierre Vaincamps   -
1846 1888 Alexandre Manier - -
1888 1900 Flory Wattebled - -
1900 1906 Victor Legrand - -
1906 1908 Léon Degez - -
1908 1925 Jules Devauchelle - Président-fondateur de
l'Avenir musical des cheminots (1904)
1925 1939 Louis Prot PCF Mécanicien à la Compagnie des chemins de fer du Nord
député de la Somme
1939 1945      
1945 1967 Louis Prot[8] PCF Député de la Somme
1967 1973 Michel Couillet PCF Cheminot
Député de la Somme
1973 février 1987 Paul Hédé PCF Cheminot
avril 1987 mars 2008 Joël Brunet PCF[9] Enseignant
mars 2008[10] en cours
(au 6 mai 2014)
Colette Finet PCF Enseignante retraitée
Réélue pour le mandat 2014-2020 [11]

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Longueau était un fief du Chapitre cathédral d'Amiens mais d'autres fiefs existaient dans la commune qui possédait un échevinage en 1252. L'existence d'une léproserie est attestée en 1277. Dès le XIVe siècle on extrayait de la tourbe dans les marais.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

  • En 1561, des protestants brûlent toutes les images de l'église et profanent les vases sacrés.
  • En 1636, Longueau est brûlé par les Espagnols.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

  • En 1870-1871, Les habitants de la commune subirent l'occupation prussienne lors des combats de Dury, Boves et Gentelles et durent payer à l'occupant des réquisitions.
  • Depuis l'arrivée du chemin de fer en 1846 :

La commune est fortement marquée par son histoire cheminote.

Articles détaillés : Dépôt de Longueau et Gare de Longueau.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les Armoiries de Longueau furent adoptées par le conseil municipal, le 8 janvier 1971, reprenant les principales dispositions du sceau de Pierre Caignet, prévôt de Longueau en 1405[12].

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

« D'argent aux trois aigles de sable, accompagnées en chef d'une étoile aussi de sable. »

Ornements extérieurs 
Citation à l'ordre de l'armée du 4 novembre 1920 :
« courageuse cité située dans la zone des combats pendant la guerre, dont les habitants ont supporté sans faiblesse de fréquents bombardements, s'est signalée par une belle ténacité dans le succès de nos armées[14] ».
Citation à l'ordre de la division du 11 novembre 1948 :
« Commune au cœur magnifique et au patriotisme exemplaire. Sur la ligne de feu, atteinte par l'ennemi le 20 mai 1940, a subi de lourds et violents bombardements.
Occupée par l'ennemi, a subi de nouveaux bombardements aériens en 1943. En mars 1944, a subi des bombardements d'une violence telle qu'elle fut évacuée par ordre des autorités d'occupation. Vingt et un bombardements en trois jours, totalisant 1 470 bombes.
Aux deux tiers détruite (471 immeubles complètement détruits dont sept bâtiments publics, école, poste, église, salle des fêtes, 1 132 immeubles partiellement détruits, dont plus de 200 très gravement endommagés). Toutes ses importantes installations ferroviaires, sauf la gare de voyageurs, complètement détruites, plus de réseau d'adduction d'eau potable utilisable, plus de réseau d'éclairage public et en particulier plus de communications téléphoniques.
Cruellement frappée dans ses enfants: 84 tués, dont 68 par bombardements, 8 morts en déportation, 5 morts au Champ d'honneur, 3 fusillés, 66 autres blessés et 25 déportés.
A supporté dignement ses pertes et ses souffrances. S'est remise courageusement et avec ardeur au travail et, par le patriotisme de ses fils cheminots, a rendu très promptement à la Nation, l'important nœud ferroviaire qui la traverse[15] ».

Blasonnement ferroviaire[modifier | modifier le code]

La commune de Longueau est marraine de 2 locomotives, une électrique et une thermique

  • BB 22385 : le 26 avril 1986, à l'occasion des "100 ans de Chemins de Fer en Picardie" (en 2013, le blason n'est plus sur la locomotive, elle est dans un coin du dépôt de Villeneuve-Saint-Georges)
  • BB 75007 : le 14 novembre 2007, pour rappeler que la commune est intimement liée à celle du chemin de fer [16] (en 2013, depuis la mise en peinture grise et la location via Akiem, le blason n'est plus sur la locomotive)

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cimetière militaire anglais
  • Église Saint-Médard fut détruite dans les bombardements de la Seconde Guerre mondiale et reconstruite en 1960 par l'architecte Marcel Gogois. Elle est bâtie en pierre de taille et béton sur un plan irrégulier. La façade est flanquée de deux tours rondes assez massives. Le chœur est surmonté d'une flèche en béton ajouré et vitré. Longueau dépend de la paroisse Saint-Domice[17].
  • Hôtel-de-ville
  • Cimetière militaire[18], sur le côté de l'axe principal traversant la commune (avenue Henri Barbusse), à l'angle de la rue des Alliés. Une haute croix blanche y est dressée, comme dans la plupart des cimetières du Commonwealth de la région.
  • Trois tombes de combattants britanniques, dans le cimetière communal[19].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Prot, né le 28 juin 1889 à Tonnerre et décédé à Longueau le 19 octobre 1972. Mécanicien à la Compagnie des Chemin de fer du Nord, fondateur du Syndicat des Cheminots de Longueau puis délégué du personnel auprès de la direction de la Compagnie. Membre du Parti communiste en 1923. Maire de Longueau de 1925 à 1939 et de 1945 à 1966. Arrêté le 8 octobre 1939 après l'interdiction du Parti communiste français, il est interné en Algérie le 28 avril 1941 et regagna la métropole à la Libération. De nouveau député de la Somme de 1945 à 1958 et maire de Longueau de 1945 jusqu'à sa démission en 1967[20].
  • André Mille, instituteur et résistant, décédé le 24 septembre 1943. L'une des écoles élémentaires de la ville porte son nom.
  • Paul Baroux, instituteur, fusillé par les Allemands le 15 décembre 1941 à Châteaubriant. Son nom a été donné à une école de la ville.
  • Maxime Gremetz, ancien député de la Somme, (ne demeure plus à Longueau).

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Inventaire général du Patrimoine culturel, Églises et chapelles des XIXe et XXe siècles (Amiens métropole). Textes : Isabelle Barbedor. Photographies : Thierry Lefébure (collection Parcours du Patrimoine no 331). Lyon : Lieux-Dits, 2008, 72 pages. ISBN 978-2-914528-47-4.

Liens[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Habitants.fr, « Nom des habitants des communes françaises » (consulté le 12 juillet 2008)
  2. Notice géographique et historique sur la commune de Longueau, rédigé par Monsieur Caron, instituteur, 1899, Archives départementales de la Somme
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  5. « Évolution et structure de la population à Longueau en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 20 novembre 2010)
  6. « Résultats du recensement de la population de la Somme en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 20 novembre 2010)
  7. Site officiel du comité de jumelage de Longueau
  8. « LOUIS, VICTOR PROT », sur Assemblee Nationale,‎ nc (consulté le 23 mars 2013)
  9. Nota : En 2007, n'est plus membre du PCF, selon le Courrier Picard du 29 décembre 2007
  10. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 13 août 2008 (consulté le 21 novembre 2008)
  11. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  12. Demay, sceaux de Picardie, no 1212
  13. Jacques Estienne et Mireille Louis, Armorial du Département et des Communes de la Somme, préface de Pierre-Marcel Wiltzer, Préfet de la région Picardie, Préfet de la Somme, Abbeville, 1972, Imprimerie F. Paillart pp. 47-48
  14. Jacques Estienne et Mireille Louis, Armorial du Département et des Communes de la Somme, préface de Pierre-Marcel Wiltzer, Préfet de la région Picardie, Préfet de la Somme, Abbeville, 1972, Imprimerie F. Paillart pp.47-48
  15. Jacques Béal, Jacques, Hommes et Combats en Picardie 1939/1945, Amiens, Martelle éditions, 1998 p. 160
  16. Une loco nommée Longueau
  17. Site de la paroisse Saint-Domice
  18. (en) Site avec photo et mention du nombre de combattants inhumés, et deux autres sites l'un avec deux photos et l'autre illustré par une seule photo, mais donnant les noms des soldats identifiés
  19. (en) peterswar.net et inmemories.com
  20. Biographie sur le site de l'Assemblée Nationale