Moislains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Moislains
Image illustrative de l'article Moislains
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Arrondissement de Péronne
Canton Canton de Péronne
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute Somme
Maire
Mandat
Jean-Pierre Carpentier
2014-2020
Code postal 80200
Code commune 80552
Démographie
Population
municipale
1 246 hab. (2011)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 59′ 26″ N 2° 57′ 53″ E / 49.9905555556, 2.96472222222 ()49° 59′ 26″ Nord 2° 57′ 53″ Est / 49.9905555556, 2.96472222222 ()  
Altitude Min. 62 m – Max. 152 m
Superficie 20,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moislains

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moislains

Moislains est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Moislains est traversé par le canal du Nord, qui suit la Tortille, affluent de la Somme.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Le sous-sol de la commune est, pour partie, d'origine secondaire, du Crétacé: craie, bélemnite, silex; tertiaire; quaternaire: diluvium gris gris, riche en débris d'animaux fossiles (mollusques fluviatiles ou terrestres, helix, planorbes, lymnées, cyènes...)[1].

Au nord de la commune on rencontre des terrains modernes et des marais transformés en prairies. Sous la terre végétale, on trouve de la marne (pierre à chaux) recouverte d'alluvions, des sables de Bracheux avec banc de silex, des argiles à lignite le long des pentes. Au nord-est et à l'est, des calcaires et argiles siliceux[1].

Relief, paysage, végétation[modifier | modifier le code]

Le relief de la commune est celui d'un plateau parcouru par une vallée - celle de la Tortille - et de petits vallons.

Le point culminant de la commune se situe à La Sablière (135 m)[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée du nord au sud par la Tortille, affluent de la rive droite de la Somme, au cours très sinueux[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Moislains est tempéré océanique avec vents dominants de nord-ouest et sud-ouest.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Urbanisme et aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

La commune de Moislains se compose d'un habitat groupé. Le village fut reconstruit après les destructions de la Première Guerre mondiale.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Moislains
Sailly-Saillisel Etricourt-Manancourt Equancourt
Rancourt Moislains Nurlu
Bouchavesnes-Bergen Aizecourt-le-Haut et Allaines Templeux-la-Fosse

Démographie[modifier | modifier le code]

À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Pour Moislains, cela correspond à 2005, 2010[2], etc. Les autres dates de « recensements » (2006, 2009, etc.) sont des estimations légales. En 2011, la commune comptait 1 246 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 398 1 583 1 468 1 557 1 728 1 791 1 801 1 841 1 764
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 727 1 756 1 794 1 771 1 766 1 507 1 497 1 488 1 477
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 415 1 400 1 351 955 1 334 1 402 1 442 1 308 1 398
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 463 1 579 1 464 1 434 1 376 1 366 1 320 1 319 1 257
2011 - - - - - - - -
1 246 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Toponymie[modifier | modifier le code]

On rencontre plusieurs formes pour désigner Moislains dans les textes anciens: Molanium (1070), Meulanum (1080), Melins (1147), Miolens (1164), Muesmalinoe (1202), Meilanoe (1214, Moilanse, Morlens, Molinoe (1330), Molemlinoe, Mzelins, Moislans, Moillans Mediolani villa[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1792 An II Antoine Guillain Magnier - -
An II An III Marie Charles Antoine Corbeaux - -
An III An IV Pierre Dollé - -
An IV An V Segard - -
An V An VI Blaise Le Grain - -
An VI An VI Pierre Martelle - -
An VI An VII Jean Baptiste Lescarcelle - -
An VII An VII Jean Louis Baudelot - -
An VII An VII Blaise Le Grain - -
An VII An X Jean Louis Baudelot - -
1807 1813 Philippe Capron - -
1813 1821 Gabriel François Capron - Meunier
1821 1824 Jean Baptiste Banchart - -
Les données manquantes sont à compléter.
1857 1864 Charles Augustin Prosper Caron - -
- 1872 M. Fourrière - -
1874 1890 Henri Loyeux - -
1890 1898 Jean Loyeux - -
1900 1925 Ernest Loyeux - -
1914 - Joseph Morienvalle - -
1925 1929 Jean Péru - -
1934 - Abel Bouchandam - -
1941 - Octave Loquel - -
- - Daboval - -
Les données manquantes sont à compléter.
20 juin 1939 mars 1959 Julien Auriol - -
mars 1959 mars 1983 Georges Obert - -
mars 1983 1995 Raymond Fouquet - -
1995 2001 Jean Lemoine - -
mars 2001 2008 Raymond Leriche DVD -
mars 2008[5] 2014 Jean-Hugues Mention -  
mars 2014[6] en cours
(au 6 mai 2014)
Jean Pierre Carpentier    

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Le village de Moislains existait déjà au VIIe siècle car il en fut fait donation à l'abbaye Saint-Vaast d'Arras.
  • Moislains obtint une charte communale en 1110.
  • En 1214, Girard d'Aquancourt avait des droits sur la taille et le moulin de Moislains.
  • En 1278, Pierre de Moislains prit part au tournoi de Ham.
  • Au XIVe siècle, il existait un château-fort à Moislains.
  • En 1557, les Espagnols et les Anglais furent défaits à Moislains.
  • Au XVIIIe siècle, 34 habitants de Moislains furent arrêtés pour avoir démoli le corps de garde de Péronne et molestés les receveurs des aides et impôts.
  • En 1870, les Prussiens occupèrent la commune[1].
  • En 1914, Moislains fut le théâtre d'un épisode tragique de la Grande Guerre, des soldats français originaire du département de la Charente furent pris en embuscade par l'armée allemande. Il y eut de nombreuses victimes.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre reconstruite de 1928 à 1932, par l'architecte Louis Faille, originaire de Nurlu. Le chemin de croix, la mosaïque du maître-autel ainsi que les vitraux (vingt et une verrières), sont l'œuvre de Gérard Ansart. Les vitraux furent réalisés par l'atelier Cagnart en 1932. L'église possède des orgues mises en valeur par l'Association des amis des orgues de Péronne, Moislains et Epehy (ADOPME) depuis 2008.
  • Cimetière militaire des Charentais qui rassemble les corps des soldats des 123e et 124e brigades d'infanterie composées essentiellement de jeunes hommes originaires du département de la Charente tombés le 28 août 1914 lors d'une attaque de l'armée allemande. Sur le monument au fond du cimetière a été gravée cette inscription : « La Charente à ses enfants morts pour la France le 28 août 1914 ».

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Ferdinand Carré était un ingénieur français, né à Moislains le 10 mars 1824, et mort le 11 janvier 1900 à Pommeuse, hameau du Poncet (Seine-et-Marne). Inventeur d'appareils frigorifiques destinés à produire de la glace, d'un régulateur de lumière électrique ou encore d'une machine à influence qui porte son nom. Il est l'auteur de nombreux travaux sur l'électricité. Chevalier de la Légion d'honneur en 1863.
  • Édouard-Edmond Carré, ingénieur civil, frère de Ferdinand, né à Moislains 22 janvier 1833, décédé le 7 mai 1894, chevalier de la Légion d'honneur en 1881, inhumé au cimetière de Moislains.
  • Marie-Omer-Augustin Fourrière, capitaine de cavalerie au 4ème dragons, né le 5 juin 1836 à Moislains, mort en 1910 à Lectoure (Gers), chevalier de la Légion d'honneur en 1882.
  • Jérôme Le Borgne, né en 1896 à Hénon (Côtes-d'Armor), fut mobilisé en 1915, démobilisé en 1919 avec le grade de lieutenant. Instituteur, puis directeur de l'école communale, il fut à nouveau mobilisé en septembre 1938, remobilisé en septembre 1939, fait prisonnier le 22 juin 1940 puis libéré. Arrêté le 1er juin 1944 pour faits de Résistance, déporté au camp de Neuengamme en Allemagne où il meurt en mai 1945. Jérôme Le Borgne est enterré à Moislains.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Paul Decagny, L'Arrondissement de Péronne ou recherches sur les villes, bourgs, villages et hameaux qui le composent, 1844 - réédition partielle, Péronne et son canton, Inval-Boiron, La Vague verte, 2010 (ISBN 978 - 2 - 913 924 - 75 - 8)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Notice géographique et historique sur la commune de Moislains, rédigée par M. Tholomé, instituteur, 189?, Archives départementales de la Somme
  2. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 9 mars 2012)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  5. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 27 janvier 2009 (consulté en 21 février 2009)
  6. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  7. Le point 50N3E sur le Degree Confluence Project