Hallencourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hallencourt
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Hallencourt
Intercommunalité Communauté de communes de la Région d'Hallencourt
Maire
Mandat
Frédéric Delohen
2014-2020
Code postal 80490
Code commune 80406
Démographie
Gentilé Hallencourtois
Population
municipale
1 402 hab. (2011)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 59′ 32″ N 1° 52′ 40″ E / 49.9922, 1.8778 ()49° 59′ 32″ Nord 1° 52′ 40″ Est / 49.9922, 1.8778 ()  
Altitude Min. 35 m – Max. 121 m
Superficie 20,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Picardie

Voir sur la carte administrative de Picardie
City locator 14.svg
Hallencourt

Géolocalisation sur la carte : Picardie

Voir sur la carte topographique de Picardie
City locator 14.svg
Hallencourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hallencourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hallencourt

Hallencourt est une commune française située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bourg picard du Vimeu situé à l'ouest du Département et à 13 km au sud d'Abbeville, au croisement de l'axe Nord-Sud reliant Fontaine-sur-Somme et Mérélessart par la Route départementale "RD 21" et de l'axe Est-Ouest reliant Bettencourt-Rivière et Frucourt, aisément accessible par l'ancien tracé de la RN1 (actuelle RD 901) ou l'ancienne RN 336 (actuelle RD 936).

Les autoroutes A16 et A28 sont situées à faible distance.

Économie et commerces[modifier | modifier le code]

  • une Société de fabrication d'équipements mécaniques en Laiton[1].

Géographie administrative[modifier | modifier le code]

L'ancienne commune d'Hocquincourt (code Insee 80441) a été fusionnée avec Hallencourt le 1er octobre 1972[2],[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dans les environs, on trouve : Saucourt, Vaudricourt, Woincourt, Béthencourt, Méréaucourt, Biencourt.

Tous ces noms de villages se terminent par -court. Ce sont le plus souvent des hameaux ou de petits villages ; l'appellatif toponymique -court (> français moderne cour) est issu du gallo-roman CŌRTE qui signifie « cour de ferme, ferme ». Cet appellatif est généralement précédé d'un nom de personne germanique. Ces formations toponymiques datent du Moyen Âge. Cette façon de nommer les lieux serait liée à l'apport germanique du VIe siècle[Note 1],[4]. En effet, les toponymes en -court typiques de l'extrême nord et nord-est de la France sont calqués sur les noms de lieux en -hof, -hov, -hoffen, -hoven « cour de ferme, ferme » des pays de langue germanique (Flandres, Alsace-Lorraine, Pays-Bas, Allemagne), ainsi aux Béthencourt, Bétancourt, etc. correspondent Bettenhof, Bettenhoffen, Bettenhoven, etc.

Histoire[modifier | modifier le code]

On a retrouvé des traces d'occupation néolithique dans le village, avec des puits d'extraction du silex, ainsi que des traces d'une villa gallo-romaine.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'argent à la bande de sable, accostée de deux cotices du même : au chef d'azur chargé de 3 bandes d'or, à la bordure de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[5]
Période Identité Étiquette Qualité
1959 1965 Joseph Hornstein   médecin
1965 1966 Pierre Longue Épée   huissier de justice
1966 1967 Gaston Deneux   commerçant
1967 1971 André Deschamps   pharmacien
1971 1983 Jean Canaple   négociant
1983 2014 Pierre Martin UMP instituteur, sénateur de la Somme
mars 2014[6] en cours
(au 6 mai 2014)
Frédéric Delohen    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 402 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 235 1 253 1 278 1 544 1 624 1 639 1 739 1 862 1 893
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 892 1 914 1 988 1 986 1 981 1 956 1 950 2 080 1 997
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 962 1 859 1 862 1 505 1 422 1 382 1 289 1 233 1 188
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 120 1 120 1 370 1 407 1 374 1 348 1 382 1 392 1 402
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Denis d'Hallencourt, XIXe siècle.
  • Église Saint-Firmin d'Hocquincourt des XVe et XVIe siècles, classée monument historique[11].
  • Ancien bâtiment industriel de la fin du XIXe siècle, (usine de tissage) 44, rue de la république[12].
  • Château de Beauvoir (chambres d'hôtes) et son parc du XVIIIe siècle[13].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Proposition émise en 1976, par Maurice Lebègue, professeur de Français à l'École Normale d'Amiens, suite à un travail réalisé sur l'origine des noms des communes de la Somme.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Favi SA - Hallencourt, « Favi - injection d'alliages cuivreux » (consulté le 10 mai 2008)
  2. Anciennes communes de la Somme
  3. FranceGenWeb, « CommunesGenWeb » (consulté le 10 mai 2008)
  4. Jacques Chaurand et Maurice Lebègue, Noms de lieux de Picardie, éditions Bonneton, 232 p., novembre 2000, p. 71 à p. 80, (ISBN 978-2-862-53265-3)
  5. Source : mairie d'Hallencourt.
  6. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 2 avril 2014, p. 13.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  9. Jacques Fouré - sité personnel, « Mémorial morts pour la France (80): nombres de morts » (consulté le 10 mai 2008)
  10. Jacques Fouré - sité personnel, « Hallencourt - Mémorial morts pour la France (80): nombres de morts » (consulté le 10 mai 2008)
  11. « Eglise à Hallencourt (80) », sur le site de Patrimoine de France (consulté le 5 septembre 2008)
  12. Benoît Dufournier, « Tissage de linge de table dit tissage Deneux Frères ; puis fonderies et ateliers du Vimeu, puis FAVI le Laiton Injecté ; puis usine d'ouvrages en matière plastique Vimplast à Hallencourt (80) », sur le site de Patrimoine de France,‎ 1987 (consulté le 5 septembre 2008)
  13. « Jardin d'agrément du château de Beauvoir à Hallencourt (80) », sur le site de Patrimoine de France (consulté le 5 septembre 2008)
  14. Alexandre Fillon, "La rage d'Edouard Louis", www.lexpress.fr, 25/02/2014.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]