Airaines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Airaines (homonymie).
Airaines
Panorama d'Airaines avec l'église Saint-Denis.
Panorama d'Airaines avec l'église Saint-Denis.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Molliens-Dreuil
Intercommunalité Communauté de communes du Sud-Ouest Amiénois
Maire
Mandat
Albert Noblesse
2014-2020
Code postal 80270
Code commune 80013
Démographie
Gentilé Airainois(e)(s)
Population
municipale
2 354 hab. (2011)
Densité 95 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 57′ 57″ N 1° 56′ 39″ E / 49.9658333333, 1.94416666667 ()49° 57′ 57″ Nord 1° 56′ 39″ Est / 49.9658333333, 1.94416666667 ()  
Altitude Min. 15 m – Max. 116 m
Superficie 24,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Airaines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Airaines
Liens
Site web site officiel de la Mairie

Airaines est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune d'Airaines est traversée par la rivière Airaines[1], affluent gauche du fleuve Somme. C'est aussi le confluent avec le principal affluent de l'Airaines, la rivière de Dreuil qui vient de la commune d'Allery[1].

Hameaux, quartiers, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Dourier avant 1914
  • Dourier : au Nord-Est du bourg.
  • Dreuil-Hamel : s'étirant à l'Ouest, et parsemé de vergers et de prés.
Par arrêté du 26 septembre 1972[2] avec effet au 1er octobre 1972, Dreuil-Hamel est rattachée à Airaines (fusion simple) ; le code Insee de Dreuil-Hamel est 80255.

Surfaces boisées[modifier | modifier le code]

Sur la commune d'Airaines, 10 toponymes référencent des bois ou forêts : Bois Caporal, Bois Courchon, Bois Dacheux, Bois de la Metz, Bois de Grands Champs, Bois Saint-Hélier, La Grande Remise, Les Larris, la Remise des Manants, la Remise Lemaire.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Airaines
Sorel-en-Vimeu et
Longpré-les-Corps-Saints
Bettencourt-Rivière
Allery Airaines Hangest-sur-Somme
Métigny Tailly Quesnoy-sur-Airaines

Histoire[modifier | modifier le code]

Dépose du clocher de l'église de Dreuil http://leshistoiresdairaines.blogspot.com/

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1891 1898 Jules André   conseiller général de Molliens-Vidame (1894-1898)[4]
    Gabrielle Scellier UDF-CDS  
    Jean Vérité SE  
mars 1989 juin 1995 Jean-Luc Lefebvre PS Enseignant
juin 1995 mars 2001 Pierre Laboulet SE Directeur d'entreprise
mars 2001 avril 2014 Jean-Luc Lefebvre C&E Enseignant
avril 2014[5] en cours
(au 5 mai 2014)
Albert Noblesse UMP Agriculteur retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants d'Airaines sont les Airainois[6].

En 2011, la commune comptait 2 354 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 490 1 084 1 600 1 857 1 930 1 935 1 967 2 080 2 061
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 145 2 229 2 270 2 168 2 074 2 025 1 933 1 822 1 871
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 889 1 818 1 830 1 693 1 679 1 612 1 617 1 120 1 431
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 673 1 961 2 303 2 385 2 175 2 099 2 101 2 354 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

De gueules à l'aigle d'argent accompagnée de 8 fleurs de lis en orle.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Saint-Denis

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Denis[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église Saint-Denis d'Airaines.

Le Prieuré[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame[9]
Article détaillé : Prieuré d'Airaines.

Église de Dreuil-Hamel[modifier | modifier le code]

Cet édifice est d'autant plus remarquable que son clocher, à la silhouette si élégante, a la particularité d'être en charpente, depuis le sol. La pierre extérieure n'étant en fait qu'une "enveloppe" censée mieux résister aux intempéries.

Autres édifices[modifier | modifier le code]

Les tours des ducs de Luynes[modifier | modifier le code]

Ancienne voie de chemin de fer[modifier | modifier le code]

De nos jours, la ligne de chemin de fer n'existe plus. Cette ligne faisait essentiellement du trafic fret en desservant les coopératives agricoles, mais aussi quelques voyageurs.

La gare d'Airaines se situait au point kilométrique (PK) 6,700 depuis la gare de Longpré-les-Corps-Saints, non loin de la coopérative, et était la plus importante de la ligne.

La ligne Longpré-les-Corps-Saints – Longroy-Gamaches, à voie unique, a été ouverte le 9 mai 1872 et déclassée le 10 novembre 1993 ; elle desservait[10] :
Longpré-les-Corps-Saints – Bettencourt-Rivière – Airaines – Allery – Wiry-au-Mont – Forceville – Oisemont – Cerisy-Buleux – Martainneville-Saint-Maxent – Vismes-au-Val – Maisnières – Gamaches – Longroy-Gamaches.

Tracé schématique de la ligne.
Ligne Longpré-les-Corps-Saints Longroy-Gamaches.png

Airaines dans les arts[modifier | modifier le code]

Airaines est citée dans le poème d’Aragon, Le Conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[11].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Plaque de l'Avenue du Capitaine T'Choréré à Airaines
  • Charles N'Tchoréré Capitaine (1896-1940), Avec les hommes du 53e RICMS, défenseur de la commune lors de l'avancée des troupes allemandes, il donne sa vie pour la France.

Activités associatives, culturelles, festives et sportives[modifier | modifier le code]

  • Orchestre de batterie-fanfare
  • Un carnaval est organisé au printemps, tous les deux ans. En 2007, il fut l'occasion de voir défiler le géant local, Catherine et celui de Ham, Armandine. La dernière édition eut lieu en avril 2009.

Sur les autres projets Wikimedia :

Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René BOYENVAL, René DEBRIE et René VAILLANT, Répertoire des noms de famille de la Somme en 1849, éditions Éklitra, Amiens, 1972, 232 pages
  • François Rouillard, l'enfer d'Airaines, les 5, 6 et 7 juin 1940, roman historique sur les combats d'Airaines de juin 1940 éditions la vague verte, 2002

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau, « Fiche rivière de dreuil (E6450900) » (consulté le 6 décembre 2008)
  2. Journal officiel du 3 janvier 1973
  3. Scheck, R. (2007). Une saison noire. Les massacres de tirailleurs sénégalais. Mai-juin 1940. Paris : Tallandier. p. 46-47.
  4. Dictionnaire du personnel politique de la Somme (1800-1945), Jean-Michel Schill, 2011, Archives départementales de la Somme
  5. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 8 avril 2014, p. 18.
  6. habitants.fr, « Nom des habitants des communes françaises - Airaines (80270) » (consulté le 6 décembre 2008)
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  9. Informations sur le Prieuré
  10. « LONGPRE-LES-CORPS-SAINTS - LONGROY-GAMACHES », sur le site de BLAISE PICHON (consulté le 14 juillet 2014).
  11. Louis Aragon, «Le Conscrit des cent villages», publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris : Seghers, 2004 (2e édition). (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375
  12. Site officiel de Kriftel

Ouvrages[modifier | modifier le code]