Blangy-Tronville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blangy.
Blangy-Tronville
Mairie.
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Boves
Intercommunalité Communauté d'agglomération Amiens Métropole
Maire
Mandat
Éric Guéant
2014-2020
Code postal 80440
Code commune 80107
Démographie
Gentilé Blangy-Tronvillois
Population
municipale
551 hab. (2011)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 52′ 50″ N 2° 25′ 28″ E / 49.8805555556, 2.4244444444449° 52′ 50″ Nord 2° 25′ 28″ Est / 49.8805555556, 2.42444444444  
Altitude Min. 22 m – Max. 117 m
Superficie 12,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Blangy-Tronville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Blangy-Tronville
Liens
Site web http://www.ville-blangy-tronville.fr/

Blangy-Tronville est une commune française, située dans le département de la Somme, en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Blangy-Tronville est une commune rurale de l'Amienois, située 10 km à l'est d'Amiens située dans la vallée de la Somme et est desservie par l'ancienne RN 29 (actuelle RD 1029) . Quinze des soixante hectares du marais de Blangy-Tronville (ou Grand Marais de la Queue) est protégé par un arrêté de biotope, et la commune se présente comme le poumon vert d'Amiens-Métropole.

Elle est traversée par la ligne de chemin de fer Amiens-Laon (sur laquelle se trouvait la halte de Blangy-Glisy) et l'autoroute A29.

La commune est constituée par la fusion dans anciennes communes de Blangy et de Tronville.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune provient de :

  • Blangiacum, constaté en 1200 et provenant du gentilice latin blandius
  • Trucivilla (Tronville), constaté en 1105 et provenant du germanique Drogo[1]

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité de la commune est agricole, avec ses huit exploitations concernant essentiellement la grande culture intensive (céréales, oléoprotéagineux (soja et pois) et betteraves sucrières, pomme de terre), qui utilisent les 950 hectares de la surface agricole utile de Blangy-Tronville, constituée de quatre types de sols : les cranettes (terres très crayeuses), les sols limoneux, les sols lourds et les limons de plateaux[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 2008 Jean-Robert Chateauroux    
Mars 2008 Aout 2009[3] Jean-Pierre Ludès[4]   Démissionnaire le 12 août 2009
31 août 2009[3] en cours
(au 6 mai 2014)
Éric Guéant SE puis NC Visiteur médical
Réélu pour le mandat 2014-2020 [5]

Après la démission de Jean-Pierre Ludès, des élections municipales partielles eurent lieu le 24 août 2009, permettant ensuite l'élection du nouveau maire, Éric Guéant, le 31 août 2009[3]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 551 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
400 395 393 449 454 458 458 442 436
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
447 434 420 411 402 380 370 336 324
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
326 322 326 321 313 304 275 301 319
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
313 320 335 490 565 553 532 526 551
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Médard[modifier | modifier le code]

Ancienne chapelle castrale, avec son Christ en pierre polychrome du XVIe siècle[8]

Jardin du Château[9][modifier | modifier le code]

Grand Marais de La Queue[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grand Marais de La Queue.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Origine du nom », sur http://www.ville-blangy-tronville.fr (consulté le 22 novembre 2009)
  2. « Situation géographique », sur http://www.ville-blangy-tronville.fr (consulté le 22 novembre 2009)
  3. a, b et c Jean-Christophe Fouquet, « BLANGY-TRONVILLE : Le nouveau maire est arrivé », Journal d'Amiens Métropole,‎ 9 septembre 2009, p. 5 (lire en ligne)
  4. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 9 juin 2008 (consulté le 15 juillet 2008)
  5. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  8. « Notice no PM80001504 », base Palissy, ministère français de la Culture
  9. « Notice no IA80000439 », base Mérimée, ministère français de la Culture