Dury (Somme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dury.
Dury
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Boves
Intercommunalité Communauté d'agglomération Amiens Métropole
Maire
Mandat
Anne Pinon
2014-2020
Code postal 80480
Code commune 80261
Démographie
Population
municipale
1 245 hab. (2011)
Densité 113 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 50′ 46″ N 2° 16′ 14″ E / 49.8461, 2.270649° 50′ 46″ Nord 2° 16′ 14″ Est / 49.8461, 2.2706  
Altitude Min. 59 m – Max. 117 m
Superficie 10,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dury

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dury

Dury est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé au bord de l'autoroute A29 au sud d'Amiens. De par l'agrandissement de la ville d'Amiens, une partie de la commune se retrouve à présent accolée à l'agglomération, le village n'étant à présent quasiment plus séparé de cette dernière.

Il est aisément accessible par l'A16 également.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En 710 apparaît le nom de Dury. D’abord Duriacus, puis Duriacum, Durenum, enfin Dury Amilly (Gens durs au travail).

Histoire[modifier | modifier le code]

L’occupation du site de Dury à l’époque préhistorique est attestée par des outils de pierre datant du paléolithique et du néolithique découverts par les enfants de l’école.

Une voie romaine appelée chaussée Brunehaut aurait traversé la commune. Une légende affirme même que « Les trois Mousquetaires » l’auraient empruntée pour se rendre à Londres chercher les fameux ferrets de la Reine.


Les premiers seigneurs de Dury furent Maxent en 690 et Hildevent en 710.

Dès 1080, Raoul de Dury céda au chapitre de Notre Dame d’Amiens ce qu’il possédait dans ce lieu et en 1085, Guy et Yves, Comtes d’Amiens, donnèrent à ce corps religieux le vicomte de Dury. Enfin en 1195, Pierre l’Aveugle, maire de Dury, vendit la mairie au chapitre d’Amiens.

En 1348 apparaît la famille Picquet de Dourier dont la noblesse fut confirmée en 1665 par M. de Colbert, Intendant de Picardie. La famille Picquet de Dourier occupa le château jusqu’à la Révolution puis disparut.

Pendant la guerre de 100 ans, en octobre 1415, Henri V d’Angleterre traversa Dury avec son armée.

En 1666, la peste, qui fit tant de ravages à Amiens, n’épargna pas Dury.

L’église fut détruite par le feu en 1726 ainsi qu’un grand nombre de maisons.

En 1805, un incendie embrasa la commune et détruisit les maisons des deux côtés de la grand’route. Le cimetière renferme quelques monuments remarquables, entre autres, celui de M. Caumartin mort en 1849 après avoir pris, comme député libéral, une part importante à la Révolution de 1830.

En 1870, les habitants eurent particulièrement à souffrir de l’invasion allemande. Le 27 novembre 1870 se déroula la bataille de Dury au cours de laquelle les soldats français luttèrent héroïquement mais durent cependant se replier devant un ennemi bien supérieur en nombre.

Durant la guerre de 1914-1918, le Maréchal Foch établit son quartier général dans la commune. D’abord au 1 route nationale, puis au château. C’est là qu’il prépara les plans et dirigea les opérations de la bataille de la Somme.

Enfin, en 1940, après la percée de Sedan, d’importants combats se déroulèrent dans un secteur s’étendant de Vers sur Selle à Saint-Fuscien et en particulier sur le plateau de Dury, l’une des plus importantes positions clés de la Somme. L’encerclement des armées alliées par les divisions blindées de Guderian, la 7ème D.I.C. et la 16ème D.I. opposèrent à Dury, du 20 Mai au 8 Juin une courageuse résistance à l’avance ennemie.

On peut trouver une relation détaillée de ces combats dans l’excellent ouvrage du Docteur Vasselle « La bataille au Sud d’Amiens ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[1]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1896 1920 Auguste Andrieux    
1920 1964 Étienne Ducastel    
1964 1965 Charles Houiller    
1965 1973 Pierre Desse    
1973 1975 Théophile Véru    
1975 2000 Pierre Desse    
2000 2001 Michel Quezin    
2001 avril 2014 Benoît Mercuzot UMP  
avril 2014[2] en cours
(au 6 mai 2014)
Anne Pinon    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 245 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
630 516 707 779 833 792 833 820 806
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
744 766 754 693 641 679 669 630 1 091
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 104 1 117 1 163 887 1 215 1 452 1 486 590 1 246
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 517 1 694 1 698 1 561 1 341 1 141 1 239 1 248 1 245
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Village fleuri : trois fleurs attribuées en 2007 par le Conseil des Villes et Villages Fleuris de France au Concours des villes et villages fleuris[5].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Durant la guerre de 1914-1918, le Maréchal FOCH établit son quartier général dans la commune. D’abord au 1 route nationale, puis au château. C’est là qu’il prépara les plans et dirigea les opérations de la bataille de la Somme.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les Maires de Dury », sur le site de la ville (consulté le 6 juillet 2008)
  2. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  5. « Le palmarès des villes et villages fleuris », Le Courrier picard édition de l'Oise,‎ 5 juillet 2008

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Inventaire général du Patrimoine culturel. Eglises et chapelles des XIXe et XXe siècles (Amiens métropole). Textes : Isabelle Barbedor. Photographies : Thierry Lefébure (collection Parcours du Patrimoine n° 331). Lyon : Lieux-Dits, 2008, 72 pages. ISBN 978-2-914528-47-4.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :