Compagnie des chemins de fer du Nord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Compagnie du Nord.
Compagnie des chemins de fer
du Nord
Création 20 septembre 1845
Disparition 1er janvier 1938
Fondateur(s) James de Rothschild
Forme juridique Société anonyme
Siège social Drapeau de la France Paris (France)

La Compagnie des chemins de fer du Nord est une compagnie française qui exploite le réseau ferroviaire du Nord de la France de 1845 à 1938. Elle est créée le 20 septembre 1845 par le banquier James de Rothschild et ses associés, sous le nom de Compagnie du chemin de fer du Nord, pour exploiter la concession par l'État des lignes de Paris à la frontière belge par Lille et Valenciennes, avec des embranchements annexes. Elle gardera le nom de Compagnie du Chemin de fer du Nord malgré l'absorption d'autres compagnies du secteur Nord de la France. Elle acquiert rapidement une forte densité de réseau et de trafic, et sert de modèle aux autres grandes compagnies. Elle est une des principales composantes de la SNCF créée en 1938.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'État concède le 10 septembre 1845 la ligne Paris-frontière belge par Lille et Valenciennes et les embranchements vers Dunkerque et Calais. La Compagnie du chemin de fer du Nord, compagnie française, est créée le 20 septembre 1845 par le banquier James de Rothschild, Jean-Henri Hottinguer et Edward Blount, au capital de 200 millions et 20 000 actionnaires[1]. Mais en 1847, les valeurs françaises ne représentent toujours que 2,7 % de l’épargne française.

Lors du krach de 1847, l'action de la compagnie est celle qui résiste le mieux à la défiance des investisseurs, même si elle perd plus de la moitié de sa valeur. Dès mars 1849, elle a quasiment retrouvé son niveau de 500 francs fixé lors de la création en 1845.

Date émission 22 septembre 1845 5 décembre 1845 9 janvier 1846 30 septr 1847 février 1848 7 mars 1848 6 avril 1848 mars 1849
Cours 500 francs 845 francs 710 francs 757 francs 329 francs 536 francs 390 francs 302 francs[2] 463 francs[3]

Créée pour assurer le trafic vers la région Nord en particulier vers les régions minières, la Belgique et la Grande-Bretagne, la première ligne joint, dès 1846, Paris à Douai et Lille.

Extension du réseau[modifier | modifier le code]

Le réseau vers 1853
Le réseau en 1914

Le réseau est vite étendu vers Valenciennes, Amiens et Boulogne par absorption des autres compagnies présentes dans la région (Picardie et Flandres, Nord-Est, Lille à Béthune, Lille à Valenciennes, etc.) :

Rapidement, le réseau Nord devient l’un des plus denses et des plus actifs en France et la compagnie est reconnue comme ayant un des meilleurs bureaux d'études du matériel[4].

Au même titre que pour la Compagnie de l'Est, une filiale est créée en Belgique, sous le nom de "Compagnie du Nord - Belge". Elle exploite notamment les lignes Liège - Namur (actuelle ligne 125 belge) et Namur - Dinant - Givet (ligne 154).

Les locomotives à vapeur de la compagnie du Nord sont d'abord d'un vert éclatant à filets rouges puis les machines "Compound" reçoivent la fameuse livrée « chocolat » à filets jaunes. Les machines de service mixte ou de manœuvre restent noires.

Composante de la SNCF[modifier | modifier le code]

En 1937, la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) est créée à l'initiative du gouvernement, Cyrille Grimpret étant directeur général des chemins de fer au ministère des travaux publics. Par convention avec l'État, la Compagnie cède son activité à la nouvelle société nationale, qui gère depuis lors la plupart des réseaux français. convention du 31 août 1937 sous la dénomination de "Compagnie du Chemin de fer du Nord" et représentée par M.M. le Baron Edouard de Rothschild, Président du conseil d'administration , et René Mayer, vice président.

La Compagnie du Nord[modifier | modifier le code]

Après la reprise de son activité principale par la SNCF, la Compagnie des chemins de fer du Nord devient la Compagnie du Nord. En association avec la Compagnie du P.O., elle sert de holding au groupe Rothschild. La banque Rothschild est alors une filiale de la Compagnie du Nord[5].

En 1978, la banque Rothschild absorbe la Compagnie du Nord et redevient l'entreprise principale du groupe[5].

La Bank Barclays deviendra propriétaire de fait des actifs et archives de la Compagnie après le rachat de la Banque Rothschild .

Le matériel roulant[modifier | modifier le code]

Le dépôt de La Plaine au début du XXe siècle
Locomotive en gare de Saint-Saëns
Locomotive système Petiet, à 4 cylindres et 2 essieux moteurs
Locomotive type 140, construite par Cail en tête d'un train de voyageur en gare de Paris Nord

À l'origine de la compagnie, le matériel se compose de locomotives livrées au Nord et du matériel acquis auprès des autres compagnies, lors des fusions. Il s'en est suivi un nombre important de séries de machines très diverses.

On peut classer ces machines en deux catégories :

  • Les machines de vitesse pour trains de voyageurs.
  • Elles ont des roues de grand diamètre et elle tirent des trains légers, généralement ces machines sont du type 120 ou 021
  • Les machines pour trains de marchandises.
  • Elles possèdent trois essieux moteurs au minimum, et des roues de faible diamètre, ces machines sont du type 030.

Comme pour tout le parc des grands réseaux, au début du XXe siècle :

  • les 120 sont transformées en 220,
  • les 030 en 040 puis en 140.

Sections de chemins de fer de campagne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chemin de fer militaire (France).

Pour organiser ses transports et les constructions et exploitations de lignes militaires, le ministère de la Guerre a une direction dénommée : Direction des Chemins de fer de Campagne (D.C.F.C.). Le personnel des sections technique d'ouvriers de Chemins de fer de Campagne est recruté dans le personnel des réseaux, parmi les ingénieurs, employés et ouvriers au service des grandes compagnies et du réseau de l'État, soit volontaires, soit assujettis au service militaire par la loi de recrutement était réparti en dix sections :

  • 5e section : Nord.
  • 8e section : Est, État et Nord.

Personnalités de la compagnie[modifier | modifier le code]

  • James de Rothschild (1792-1868), banquier, fondateur de la compagnie en 1845.
  • Jules Petiet (1813-1871), ingénieur en chef, directeur de l'exploitation et directeur du matériel de la Compagnie, de 1846 à 1871.
  • Charles-Urbain Bricogne (1816-1898), ingénieur en chef du matériel, inventeur du frein Bricogne.
  • Charles Albert Dehaynin (1841-1908), administrateur (il sera aussi président de la Compagnie des Chemins de Fer de l’État Algérien).
  • Albert Sartiaux : polytechnicien et Ingénieur des ponts et chaussées, il débute sa carrière au « service voirie[6] en 1893. Il en devient l'une des personnalités marquantes comme directeur de l'exploitation.

Objets commémoratifs[modifier | modifier le code]

La numismatique ferroviaire évoque la Compagnie du chemin de fer du nord au travers de plusieurs médailles à l'occasion d’un événement officiel :

  • 1846 : inauguration[7] ;
  • 1846 : inauguration (banquet de Lille)[8] ;
  • 1846 : inauguration (duc de Nemours et duc de Montpensier)[9] ;
  • 1846 : inauguration (chemin de fer d'Amiens) ;
  • 1848 : incendie de la gare du Nord à Lille (2 médailles sur le même sujet) ;
  • 1857 : inauguration de la ligne Paris à Beauvais ;
  • sd : jeton de présence au conseil d’administration de la compagnie[10] ;
Médaille Paris Gare du Nord/Locomotive type 231 (Pacific)

Soit au titre d’un événement à caractère social (liste non exhaustive) :

  • 1929 : Gare fleurie[11] ;
  • 1932 : Compétition de natation[12] ;
  • 1935 : Concours hippique[13] ;
  • 1934 : Prix à un chef de gare[14] ;
  • 1936 : Régates à Enghien[15] ;
  • sd : Association Amicale Chemin de fer du Nord[16]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "La Révolution industrielle" par Patrick Verley, Folio-Histoire, (2008) page 190
  2. "Journal des économistes"
  3. "Histoire des chemins de fer en France", Volume 1 par François Caron, chez Fayard, (1997), page 195
  4. Honoré Le Goaster, Cours de Chemin de Fer, Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité, coll. « Institut industriel du Nord de la France »,‎ 1910 (lire en ligne)
    Prof. Le Goaster, Ing des Arts en Manufactures, Inspecteur Principal de l'exploitation au Chemin de Fer du Nord
  5. a et b Jean Suret-Canale, Afrique et capitaux : géographie des capitaux et des investissements en Afrique tropicale d'expression française, volume 2, Éditions L'Harmattan, 1987, p. 168 [lire en ligne].
  6. La Revue hebdomadaire, Volume 30, Numéros 5-6, Librairie Plon, 1921. p. 374 (...) entre en 1893, à vingt et un ans, aux chemins de fer du Nord, service de la voie. Les polytechniciens y sont bien accueillis. M. Albert Sartiaux, numéro 1 de sa promotion... extrait en ligne (consulté le 14 mai 2010).
  7. Description de la médaille sur Numisrail
  8. Description de la médaille sur Numisrail
  9. Description de la médaille sur Numisrail
  10. Description de la médaille sur Numisrail
  11. Description de la médaille sur Numisrail
  12. Description de la médaille sur Numisrail
  13. Description de la médaille sur Numisrail
  14. Description de la médaille sur Numisrail
  15. Description de la médaille sur Numisrail
  16. Description de la médaille sur Numisrail

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ministère des travaux publics, Recueil des lois et conventions relatives aux chemins de fer du Nord, de l'Est, d'Orléans, de Paris-Lyon-Méditerranée et du Midi : 1883 à 1910, Paris, Imprimerie nationale,‎ 1911, 821 p. (lire en ligne)
  • Auguste Moyaux, Les chemins de fer autrefois et aujourd'hui et leurs médailles commémoratives. Notice historique suivie d'un atlas descriptif des médailles de tous les pays, Bruxelles, Charles Dupriez (1905 [1], 1910 et 1925).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]