Villers-Bocage (Somme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villers-Bocage.
Villers-Bocage
Image illustrative de l'article Villers-Bocage (Somme)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Villers-Bocage
Intercommunalité Communauté de communes du Bocage et de l'Hallue
Maire
Mandat
Isabelle Warcoin
2014-2020
Code postal 80260
Code commune 80798
Démographie
Gentilé Villers-Bocagiens
Population
municipale
1 447 hab. (2011)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 59′ 52″ N 2° 19′ 06″ E / 49.9978, 2.3183 ()49° 59′ 52″ Nord 2° 19′ 06″ Est / 49.9978, 2.3183 ()  
Altitude Min. 85 m – Max. 136 m
Superficie 14,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Picardie

Voir sur la carte administrative de Picardie
City locator 14.svg
Villers-Bocage

Géolocalisation sur la carte : Picardie

Voir sur la carte topographique de Picardie
City locator 14.svg
Villers-Bocage

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villers-Bocage

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villers-Bocage

Villers-Bocage est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

La commune porte:

  • D'argent à deux bandes de sable au chef de sinople chargé de trois quintefeuilles d'argent. [1]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune en picard est Villér-Bocage.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Villers-Bocage est chef-lieu de canton.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 2014 Jean-Claude Morgand[2]    
mars 2014[3] en cours
(au 6 mai 2014)
Isabelle Warcoin    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 447 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 040 1 126 1 194 1 300 1 435 1 502 1 498 1 560 1 575
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 550 1 482 1 392 1 290 1 246 1 084 1 045 1 002 921
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
824 808 750 648 653 652 674 629 653
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
683 750 1 009 984 1 094 1 309 1 430 1 431 1 436
2011 - - - - - - - -
1 447 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église paroissiale[modifier | modifier le code]

L'église dédiée à saint Georges, est un édifice gothique flamboyant, bâti en craie.

Sa façade est constituée par un large mur pignon construit au XIIIe siècle, et surmonté d'un clocher. Le portail est encadré par quatre colonnettes dont les chapiteaux sculptés sont très altérés.

La nef comporte trois vaisseaux d'inégale hauteur : le vaisseau central est beaucoup plus élevé que les collatéraux. Les ouvertures du côté sud à linteau courbe ont été percées au XVIIIe siècle. En revanche, du côté nord, les fenêtres sont en arc brisé, dans le style du XVIe siècle (la porte latérale ne fut ouverte qu'au XIXe siècle)

À l'intérieur, les arcades de la nef sont d'une grande simplicité ; des piliers chanfreinés de section carrée sont couronnés par un arc brisé, dont la mouluration est également réduite à un chanfrein. À l'entrée du chœur toutefois, la colonne contre le pilier sud est le signe d'une structure plus ancienne, dont témoignent aussi les fenêtres en plein cintre au-dessus des arcades. La nef remonte en effet au XIIIe siècle comme la façade, mais les arcades ont été ensuite redessinées. Le vaisseau central conserve une charpente ancienne avec des entraits et des poinçons apparents.

La partie orientale de l'église est formée d'un chœur avec transept et d'une abside à cinq pans. Le décor des arcades est beaucoup plus travaillé que dans la nef. Les arcs reposent sur des colonnes avec un tailloir à quatre becs, dont l'une porte la date"1539". En outre, sur un entrait désormais disparu, on pouvait lire la date "1542", indiquant l'achèvement du chœur. À l'entrée du chœur se trouvent quatre stalles de la seconde moitié du XVIe siècle, qui servirent de modèle pour exécuter plus tard (non sans simplification) les autres rangées de stalles installées dans le chœur. Elles sont sculptées : les appuis-mains sont en forme de tête humaine ; les joues sont ornées de figures de saints en bas-relief, surmontées par les statuettes des quatre évangélistes.

Près des fonts baptismaux se trouve une "Mise au tombeau", provenant de l'abbatiale bénédictine de Bertaucourt-les-Dames.

Dans la chapelle nord, une grotte de Lourdes en plâtre peint, a été installée en 1903[6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le site de la commune http://www.villers-bocage.fr/deco_histo.php?act=ok&idhisto=1&#bas
  2. Le maire sortant a été réélu au terme des élections municipales de 2008. Il s'agit de son quatrième mandat Source : Quotidien Le courrier picard - édition Région d'Amiens du 29 mars 2008
  3. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  6. Itinéraires du Patrimoine, livret no 181.Direction régionale des Affaires culturelles de Picardie, Amiens

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :