Leroy Merlin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Merlin.

Leroy Merlin

alt=Description de l'image Leroy Merlin.svg.
Création 1923
Dates clés 2008 : rachat des sociétés Castorama Italie et William Obrist
Forme juridique Société anonyme
Slogan « Et vos envies prennent vie »
Siège social Drapeau de France Lezennes, Lille (France)
Actionnaires Groupe Mulliez (84 %), salariés (16 %)
Activité Commerce de détail
Société mère Groupe Adeo (Groupe Mulliez à 85 %)
Sociétés sœurs Bricoman, Bricocenter, Aki, Weldom
Filiales Leroy Merlin (Italie) et William Obrist
Site web www.leroymerlin.fr
Chiffre d’affaires en augmentation 5,5 milliards d'euros (Leroy Merlin France 2012[1])
Un magasin Leroy Merlin à Pau (dép. 64, France)
Des chariots devant le Leroy Merlin de Pau

Leroy Merlin est une enseigne de grande distribution française spécialisée dans la construction, le bricolage et le jardinage. Elle fait partie de Groupe Adeo, en étant l'enseigne première et initiale. Cette enseigne est dédiée aux grandes surfaces de bricolage (supérieure à 5 000 m² de surface).

Elle est actuellement, en 2014, présente en Europe (France, Espagne, Portugal, Italie, Grèce, Roumanie, Pologne, Ukraine, Russie), en Asie (en Turquie et en Chine) et en Amérique du Sud au Brésil.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1923, Adolphe Leroy et Rose Merlin, enfants de commerçants et futurs jeunes mariés, créent à Nœux-les-Mines une société de surplus militaire baptisée « Au Stock américain » et dont l'activité est la revente des surplus de l'armée américaine restée sur le territoire français après la Grande Guerre. Les créateurs de l'entreprise constatent assez rapidement une augmentation de la demande en matière de construction et d'aménagement de la maison. Ils vendent donc des meubles et des produits de construction provenant des baraquements américains désassemblés car, jusque là, le particulier ne pouvait se les procurer que par l'intermédiaire de leur artisan local : le marché du bricolage vient de naître.

Entre 1952 et 1959, de nouvelles enseignes s'ouvrent à Merlimont, Longueau et Bruay-en-Artois (fief de la famille Merlin, aujourd'hui Bruay-la-Buissière).

En 1960, l'enseigne « Au Stock américain » devient « Leroy Merlin », puis en 1966, le premier magasin en libre-service ouvre à Nœux-les-Mines. En 1979, la famille Mulliez entre dans le capital de l'enseigne. En 1989, première implantation à l'international, en Espagne.

En 2003, les magasins Leroy Merlin quittent la Belgique et sont ensuite vendus au groupe néerlandais Vendex KBB[2]. En 2007, le groupe Leroy Merlin est rebaptisé « groupe Adeo ». En 2008, l'enseigne historique de Nœux-les-Mines déménage ses locaux pour la commune de Verquin. En 2009, l'enseigne Leroy Merlin devient le meneur du marché.

Organisation[modifier | modifier le code]

Implantation[modifier | modifier le code]

Carte des pays où est implanté Leroy Merlin.
Un Leroy Merlin à Kalisz en Pologne à côté d'un Carrefour
Un magasin Leroy Merlin en Grèce, c'est le premier magasin de l'enseigne ouvert en Grèce, à côté de l'aéroport Elefthérios Venizélos.

En 2008, Leroy Merlin rachète William Obrist en Pologne (3 magasins). Cette transaction évaluée à 45 M€, permet à ce dernier, implanté sur place depuis douze ans, d'étoffer son réseau. Il détient à ce jour (2 juin 2008), 24 magasins à son enseigne en Pologne.

La même année, Leroy Merlin rachète Castorama Italie (31 magasins) au groupe britannique Kingfisher pour un montant de 615 M€, soit un peu plus que celui évoqué à l’époque (560 M€) « pour tenir compte des bénéfices générés par la chaîne depuis cette date ». Potentiellement, ce sont 24 magasins qui seront transformés en Leroy Merlin et 7 magasins pourraient passer sous enseigne Bricocenter.

En 2009, Leroy Merlin est implantée en France, en Espagne, au Portugal, en Italie, en Pologne, en Russie, en Grèce, en Chine et au Brésil. En 2010, l'implantation se poursuit en Ukraine. En 2011, Leroy Merlin ouvre son premier magasin en Roumanie. En 2013, l'entreprise se donne cinq ans pour bâtir quinze magasins en Russie[3]. Leroy Merlin est également implantée à Chypre.

Gestion des ressources humaines[modifier | modifier le code]

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

L'entreprise veille à s'engager dans le domaine du développement durable. Par exemple, le toit du magasin qui s'est ouvert en octobre 2008 à Rueil-Malmaison a été aménagé pour récupérer l'eau de pluie afin de l'économiser en l'utilisant pour le rayon jardinage; le meilleur exemple étant le magasin de Valence, qui est le premier à être à " énergie positive"[4]

Chiffres clefs[modifier | modifier le code]

Monde[modifier | modifier le code]

  • CA Monde 2000 : 3,3 milliards d'euros
  • CA Monde 2001 : 3,7 milliards d’euros
  • CA Monde 2002 : 4 milliards d’euros
  • CA Monde 2003 : 4,8 milliards d’euros
  • CA Monde 2004 : 5,7 milliards d’euros
  • CA Monde 2005 : 6,7 milliards d’euros
  • CA Monde 2006 : 7,7 milliards d’euros
  • CA Monde 2007 : 9 milliards d’euros
  • CA Monde 2008 : 10,2 milliards d’euros
  • CA Monde 2009 : 11,2 milliards d’euros
  • CA Monde 2010 : 12,8 milliards d’euros

France[modifier | modifier le code]

  • CA France 2001 : 2,5 milliards d’euros
  • CA France 2011 : 4.9 milliards d'euros
  • CA France 2012 : 5,5 milliards d'euros

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annelot Huijgen, « Bricolage : Leroy Merlin détrône Castorama en Europe », sur Le Figaro,‎ 15 mars 2013 (consulté le 20 avril 2014)
  2. « Leroy Merlin quitte le marché belge », sur Batiactu.com,‎ 18/04/2003
  3. « Leroy Merlin conquit la Russie », Le Courrier de Russie / Izvestia,‎ 2013 (consulté le 25 janvier 2013)]
  4. leroymerlin.fr, (8/12/2009)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yannick Boucher, « Leroy-Merlin : Adolphe Leroy et Rose Merlin, deux cœurs çà l'ouvrage… », La Saga des marques, t. 1,‎ mai 2012, p. 48-51.

Liens externes[modifier | modifier le code]