Candas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Candas
L'église et la mairie.
L'église et la mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Bernaville
Intercommunalité Communauté de communes du Bernavillois
Maire
Mandat
Dominique Hersin
2008-2014
Code postal 80750
Code commune 80168
Démographie
Population
municipale
1 062 hab. (2011)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 06′ 29″ N 2° 15′ 37″ E / 50.1080555556, 2.26027777778 ()50° 06′ 29″ Nord 2° 15′ 37″ Est / 50.1080555556, 2.26027777778 ()  
Altitude Min. 97 m – Max. 166 m
Superficie 17,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Candas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Candas

Candas est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Arrivée dans le village depuis la rue venant du Moulin.

Candas, accessible en moins d'une heure de route d'Amiens ou d'Abbeville, est à mi-chemin entre Doullens (au Nord-Est) et Domart-en-Ponthieu (au Sud-Ouest).

Toponymie[modifier | modifier le code]

D'une part, le nom du village pourrait venir de « camp des Daces », peuplade venue de l'est ; d'autre part, ce pourrait être la résidence de Candiotus[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La seigneurie appartenait aux Hospitaliers et dépendait de la commanderie de Fieffes, une charte de 1224 en confirme la donation par Richard de Candas.

Le Valheureux appartenait au seigneur de Beauval[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1940 1958 Lucien Morel    
1958 1982 René Royon    
1982 1995 Jules Bourgeois[3]    
1995 en cours Dominique Hersin   Réélu pour le mandat 2008-2014[4]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 062 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 300 1 370 1 410 1 552 1 628 1 678 1 698 1 720 1 700
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 688 1 689 1 728 1 751 1 666 1 573 1 506 1 508 1 409
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 312 1 300 1 224 1 052 1 061 1 047 960 941 891
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
794 809 804 754 807 888 994 1 062 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le moulin Fanchon
  • Église Saint-Jean-Baptiste, construite en 1780
  • Monument aux morts, sur lequel sont gravés 77 noms[7],[8].
  • Calvaire en fer forgé
  • Le moulin Fanchon[9], restauré récemment (et après une dizaine d'années d'efforts et de démarches) grâce au dynamisme de l'Association de Sauvegarde du Patrimoine de Candas, est ouvert au public auquel sont proposées non seulement des explications sur le mécanisme, le mouvement des ailes et des meules, mais aussi des démonstrations de production de farine.
Le moulin avait cessé de tourner en 1923, à la mort du dernier meunier, Louis Fanchon (qui l'avait acquis en 1882). Avant le commencement des travaux de remise en valeur du site, les abords étaient envahis de verdure, la tour ronde (privée de sa toiture et bien sûr des ailes, etc) subsistait encore mais était elle-même couverte d'herbes, d'arbustes et de lierre, la faisant ressembler à un énorme soufflé.
La base de l'édifice est ronde, réalisée (ce qui est très habituel dans la région pour différents bâtiments) en grès, afin d'en assurer la solidité et la stabilité nécessaire, puisque le calcaire local (craie) est d'une fragilité telle que les pierres produites sont particulièrement gélives. La tour elle-même est un assemblage de brique, prolongeant en forme de cylindre se rétrécissant légèrement vers le haut les fondations en grès, matériau utilisé aussi pour l'encadrement complet de la porte et pour renforcer ponctuellement chacune des deux autres ouvertures (fenêtres aux étages). La tour de brique est décorée extérieurement de six frises horizontales la divisant en autant de niveaux. Chaque frise est constituée par une suite de blocs de pierre (ou de grès ?), chacun séparé régulièrement du suivant par un intervalle de brique.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Activités associatives, culturelles, sportives[modifier | modifier le code]

  • Harmonie de Candas : Composée de 40 musiciens en 2011-2012, elle est la survivante de la Fanfare créée en 1882[10].
  • Association de Sauvegarde du Patrimoine de Candas
  • Club de foot de Candas ABC2F [11]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes, références et sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://alainmoules.com/CANDAS/candas.htm
  2. Le Ponthieu, Gérard Bacquet, 1992, p. 233
  3. http://alainmoules.com/CANDAS/candas.htm
  4. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 9 juin 2008 (consulté le 18 juillet 2008)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  7. Les Morts pour la France - Somme
  8. MemorialGenWeb
  9. Le moulin de Candas, Pierre Desbureaux, « Le Généalogiste Picard » n° 103 (premier trimestre 2003), page 20 - (ISBN 0767-3752)
  10. Site de l'Harmonie de Candas
  11. Site Officiel du club de Football

Liens externes[modifier | modifier le code]