Léproserie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Deux lépreux demandant l'aumône, d'après un manuscrit de Vincent de Beauvais (XIIIe siècle).
Ancienne maladrerie du (XVe siècle à Lomme.

Une léproserie (ladrerie, maladrerie ou maladière) est un lieu d'isolement et de prise en charge des malades de la lèpre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier hôpital du monde musulman a été créé pour traiter les patients atteints de la lèpre ainsi que pour les isoler du reste de la population, vers l'année 700. Ce premier bimaristan a été fondé à Damas sous le règne du calife omeyyade Abd al-Malik[1]. À la différence des léproseries de Byzance, celles du monde musulman ne sont pour la plupart pas rattachées à une religion ou à un ordre religieux[1].

Au début du XIIIe siècle, le testament du roi Louis VIII dénombre 2 000 léproseries dans le Royaume de France, c'est-à-dire sur un territoire plus restreint que celui de la France moderne[2]. La maladrerie des Frères du Val, à Abbeville[3], et la maladrerie de Saint Lazare à Saint-Ouen-l'Aumône[4] ont par exemple été fondées au XIIe siècle.

On les trouvait au bord des routes[5] et leurs chapelles étaient souvent dédiées à saint Lazare ou à Marie-Madeleine[6],[7].

Au Canada, certains lazarets étaient isolés sur des îles : l'île de Sheldrake (1844-1848) au Nouveau-Brunswick, puis l'île d'Arcy (1891-1924) et l'île de Bentinck (1924-1957) en Colombie-Britannique[8]. Le lazaret de Tracadie (1849-1965) a remplacé celui de l'île de Sheldrake[9].

L'île de Spinalonga en Crète était l'une des léproseries les plus connues d'Europe (fermeture en 1957)[réf. nécessaire].

La léproserie de Fontilles en Espagne héberge toujours une quarantaine de patients[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Medieval Science, Technology, and Medicine: An Encyclopedia, par Thomas F. Glick, Steven John Livesey, sur Google books
  2. L A. Labourt Recherches sur l'origine des ladreries, maladreries et léproseries - Page 2, Paris : Guillaumin, 1854
  3. D'après « Grand Laviers et ses deux mille ans d'histoire » (déc. 2000), éd. F. Paillart, Abbeville, pp. 83-98. Cet ouvrage cite à son tour le Bull. de la Société d'Émulation Historique et Littéraire d’Abbeville, no  consacré aux études de Mme Hanotte (date non précisée). Plusieurs chartes seigneuriales sont citées.
  4. Cf. Léon Le Grand, Statuts d'hôtels-dieu et de léproseries – Recueil de textes du XIIeXIVe siècle, Paris, Alphonse Picard & Fils, coll. « Collection de textes pour servir à l'étude et à l'enseignement de l'histoire »,‎ 1901, p. 231-33.
  5. [http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5553292f/f6.image.r=Soci%C3%A9t%C3%A9%20arch%C3%A9ologique%20et%20historique%20de%20l%27Orl%C3%A9anais.langFR Les Voies antiques de l'Orléanais (Civitas Aurelianorum). Jacques Soyer. Dans Mémoires de la Société archéologique et historique de l'Orléanais, t. 37. Orléans, 1936.
  6. Cf. par exemple la maladrerie de Saint-Ouen l'Aumône, en Île de France, ou de Varzy, en Bourgogne, où l'hospice est doté d'une chapelle Saint-Lazare.
  7. La léproserie Saint-Lazare de Linas. J.-P. Dagnot, C. Julien. Chronique du Vieux Marcoussy, 2009.
  8. Milot J. Les lazarets en terre canadienne Source L'Université de Montréal, Montréal, Québec ; Can J Infect Dis Med Microbiol. 2008 Mar;19(2):193-6.(résumé)
  9. site du musée historique de Tracadie
  10. Courrier international 27/08/2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Études des lépreux et des léproseries au Moyen Âge dans le nord de la France », CAHMER, no 20,‎ 2007
    Actes de la journée d’Aizier 9 avril 2005.
  • J. Vincent, Vicissitudes d'un léproserie poitevine : du XVe au XIXe siècle : Sainte Catherine de Parthenay (Deux-Sèvres), Paris, Rivière,‎ 1929.
  • René Héry, Les léproseries dans l'ancienne France, Paris, Pedone,‎ 1896
  • Léon Le Grand, Statuts d'hôtels-Dieu et de léproseries : recueils de textes des XIIe au XIVe siècle, Paris, Alphonse Picard & Fils, coll. « Collection de textes pour servir à l'étude et à l'enseignement de l'histoire »,‎ 1901