Camon (Somme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Camon.
Camon
L'église côté sud en pierre sur soubassement de grès.
L'église côté sud en pierre sur soubassement de grès.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Amiens 4e (Est)
Intercommunalité Communauté d'agglomération Amiens Métropole
Maire
Mandat
Jean-Claude Renaux
2014-2020
Code postal 80450
Code commune 80164
Démographie
Population
municipale
4 517 hab. (2011)
Densité 350 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 53′ 16″ N 2° 20′ 48″ E / 49.8878, 2.346749° 53′ 16″ Nord 2° 20′ 48″ Est / 49.8878, 2.3467  
Altitude Min. 22 m – Max. 84 m
Superficie 12,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Camon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Camon

Camon est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Pont de Camon, dans les années 1910.

Camon est divisée entre le bourg, sur la rive droite de la Somme et le Petit-Camon, sur la RD 929 (ancienne RN 29) d'Amiens à Albert.

Le contournement routier d'Amiens, par l'Est, est réalisé, sur le territoire de la commune, par un ouvrage d'art de 943 m, le viaduc Jules-Verne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Deux hypothèses coexistent sur l'origine du nom de la localité :

- Ca-mont : champ sur un mont,

- Le nom proviendrait de Castri-Mons : fort de Camon, camp de César de Camon[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des dépôts d'armes de l'âge du bronze attestent d'une présence humaine très ancienne.

En 1313, il y avait trois moulins situés chemin des Moutiers, aujourd'hui chemin des prêtres[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

De 1790 à 1801, la commune relève de l'administration et de la justice de paix du canton de Querrieux.

En l'an VII et jusqu'au 10 germinal de l'an VIII (30 mars 1800), tous les mariages civils du canton sont prononcés au chef-lieu, conformément à l'article IV de la Loy du 13 fructidor de l'an VI (30 août 1798).

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1945 mars 1959 Paul Garçon SFIO  
mars 1959 mars 1971 Lucien Jovelin PCF  
mars 1971 mars 1983 Emile Baheu PCF  
mars 1983 juin 1995 Albert Becard PCF  
juin 1995 mars 2001 Michel Ponthieu SE  
mars 2001 en cours
(au 6 mai 2014)
Jean-Claude Renaux PCF Réélu pour le mandat 2014-2020 [2]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 517 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
827 909 956 1 182 1 409 1 446 1 433 1 459 1 561
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 537 1 512 1 523 1 432 1 413 1 452 1 538 1 553 1 569
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 690 1 715 1 659 1 816 1 799 1 870 1 800 1 764 1 830
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
2 110 3 008 4 350 4 214 3 920 4 366 4 547 4 572 4 517
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Didier Drogba, Philippe Mexès et Yann M'Vila ont joué lors du tournoi international du club de l'US Camon Football.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://camonpassionnement.pagesperso-orange.fr/revolution.htm
  2. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :