Salouël

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Salouël
Le centre ville de Salouël
Le centre ville de Salouël
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Boves
Intercommunalité Communauté d'agglomération Amiens Métropole
Maire
Mandat
Jean-René Hemard
2008-2014
Code postal 80480
Code commune 80725
Démographie
Gentilé Salouasiens
Population
municipale
4 010 hab. (2011)
Densité 876 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 52′ 15″ N 2° 14′ 35″ E / 49.8708333333, 2.24305555556 ()49° 52′ 15″ Nord 2° 14′ 35″ Est / 49.8708333333, 2.24305555556 ()  
Altitude Min. 27 m – Max. 105 m
Superficie 4,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Salouël

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Salouël
Liens
Site web site officiel de la ville

Salouël est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Salouël est un bourg périurbain de l'Amiénois, situé à proximité du chef-lieu de la Somme, Amiens

Les 3 communes « sœurs » de Salouël, Saleux et Pont-de-Metz ont leur habitat concentré autour de 2 axes se croisant justement au cœur de cette "agglomération" : la rivière Selle et l'ancienne RN 29.

Huit hectares sont couverts de bois et de taillis parmi les 458 ha de son territoire. Son altitude s’élève à 32 m à la mairie, 102 m aux Évents et à 98 m aux Monts de Saleux.

Hameaux, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Avec le temps, bien des lieux-dits furent oubliés, voire supprimés par la transformation du paysage : urbanisation et bouleversement du monde agricole.

  • "Les Aulnois", pré longeant la rivière, planté d'aulnes, dont le bois est très prisé en vannerie.
  • "La Cantereine", marais peuplé de grenouilles vertes
  • "Le Champ Dolent", situé à flanc de coteau entre Pont-de-Metz et Salouël, causait beaucoup de soucis aux paysans de l'époque, car l'eau ruisselait sur la pente et endommageait les cultures.
  • "La cressonnièrere", attestant que les villageois d'antan, tout comme aujourd'hui encore, cultivaient le cresson dans les eaux limpides provenant de la rivière.
  • La Croix Jourdain
  • Les Croquets
  • « Les Évents » (dans la parcelle "Le Bailly"), nommés à l'origine « Les Foulons » car on y cultivait l'herbe à foulon qui est un chardon utilisé pour carder les étoffes de laine et rendre le tissu plus doux.
  • Les Monts de Saleux
  • Le "Moulin à Vent", attestant de la présence sur la hauteur de cet équipement à usage collectif, aujourd'hui disparu.
  • "Les Rideaux", parcelle autrefois composée de champs fractionnés en gradins avec des haies pour protéger du glissement des limons.
  • "Le Sépulcre", situé entre Salouël et Dury.
  • Les Vignettes

Histoire[modifier | modifier le code]

En 2006, lors de la construction de logements des fouilles ont permis de découvrir des sites mésolithiques[1] sur des positions d’anciennes berges de la Selle[2].

De nombreuses aires d'habitats gallo-romains et des enclos imbriqués les uns dans les autres ont été précisément localisés, dans le creux de la Selle, ainsi protégés des vents dominants, par les photos aériennes de Roger Agache. Furent identifiés :

  • Au lieu-dit Les Croquets, des champs rectilignes jouxtant une grande ferme d'époque gallo-romaine.
  • A la Croix Jourdain, un enclos pastoral et une entrée en entonnoir.

Plusieurs vestiges semblant dater de l'époque mérovingienne furent découverts :

  • des ossements humains, sur la grande parcelle « Le Sépulcre » située entre Salouël et Dury.
  • trois sarcophages (traces d'un cimetière mérovingien ?), près de la route d'Amiens à Conty, dans un jardin, dont le propriétaire était un habitant de Saleux, un certain monsieur Biendinné.

Au Moyen Âge et même avant, on cultivait la vigne en Picardie, et dans la région en particulier, comme l'atteste à Salouël la parcelle du terroir nommée "Les Vignettes".

En 1342, était en fonction un moulin sur la rivière Selle, moulin à fouler les draps et appartenant à la famille Rabuisson, d'Amiens. Le grand champ de « foulons » se situait sur le haut du coteau, maintenant appelé Les Events.

Autrefois, Salouël faisait partie de la paroisse puis commune de Saleux. La séparation s’est réalisée par décret impérial en date du 11 décembre 1864.

Son affectation cantonale a changé depuis 1790 : d’abord intégrée au canton de Bovelles, puis à celui de Sains, elle relève depuis 1879 du canton de Boves.

Salouël, commune toute proche et au sud-ouest d’Amiens, n'a pas eu qu'une activité exclusivement rurale au cours de son histoire. La rivière au débit régulier et la proximité de la grande ville ont contribué, sans doute depuis le Moyen Âge, au développement de l'artisanat et de petits ateliers. Après la Seconde Guerre mondiale, et en particulier depuis les années 1965-1970 la transformation est plus brutale, par l'implantation successive du Campus (résidence universitaire du Bailly, Faculté de Lettres et de Droit, Bibliothèque universitaire, IUT) et de l' Hôpital Sud, allant de pair avec un accroissement démographique lié au développement pavillonnaire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1979 1990 Jean Letellier    
1990 1995 Léon Fontaine    
mars 1995 octobre 2005 Jean Douchet   ancien directeur de préfecture
démission pour raison de santé en 2005[3]
octobre 2005 2008 Jean-Pierre Ygouf   (fut 1er adjoint lors du mandat de Jean Douchet)
mars 2008 en cours Jean-René Hemard[4], [5]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Salouël s'appellent des Salouasiens ou des Salouasiennes[6]. En 2011, la commune comptait 4 010 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1866. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
885 769 820 947 1 001 1 022 1 124 1 066 1 092
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 093 1 003 1 039 1 002 976 994 1 019 1 193 2 004
1975 1982 1990 1999 2006 2011 - - -
2 788 3 061 3 679 4 162 4 258 4 010 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le centre ville de Salouël
  • Église
  • Moulins

Équipements divers, économie[modifier | modifier le code]

  • Mairie
  • École communale
  • 2 crèches
  • IUT
  • Hôpital Sud
  • Golf

Transports[modifier | modifier le code]

Salouël, l'IUT et l'Hôpital Sud seront desservis par le futur Tramway Amiens Métropole, se situant au terminus sud de sa première ligne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le mésolithique va de 9 600 à 5 500 avant notre ère.
  2. rapport d'activité 2006 de l’Inrap page 102
  3. Jean Vimeux, « Salouël : L'ancien maire Jean Douchet s'est éteint », Le Courrier picard, édition Grand Amiens,‎ 6 novembre 2010, p. 19 (ISSN 1285-8668)
  4. [xls] « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 27 janvier 2009 (consulté le 5 avril 2009)
  5. Antoine Caux, « Élections municipales : Salouël, les pieds sur terre », JDA Métropole, no 481,‎ 2 avril 2008, p. 3 (lire en ligne [PDF])
  6. Habitants.fr, « Nom des habitants des communes françaises » (consulté le 12 juillet 2008)
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]