Philips

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Philips Records)
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Phillips.

Philips

alt=Description de l'image Philips logo new.svg.
Création 15 mai 1891 à Eindhoven
Fondateurs Gerard Philips, Frederik Philips
Forme juridique Société cotée en Bourse
Action Euronext : PHIA
NYSE : PHG
Slogan « Innovation and you » (international)
« Innovation et vous » (Canada francophone, France[1])
Siège social Drapeau : Pays-Bas Amsterdam
Direction Frans van Houten, CEO
Activité Électronique
Produits Électroménager
Éclairage
Systèmes médicaux
Effectif 118'000 (2012)
Site web www.philips.com
Capitalisation 14,6 milliards d'€ (2009)
Chiffre d’affaires 25,42 milliards d'€ (2010)
Résultat net 231 millions d'€ (2012)
Siège social à Amsterdam

Koninklijke Philips Electronics N.V. (« Électronique royale néerlandaise Philips S.A. »), plus connu sous le nom de la société Philips, est l'un des plus grands groupes mondiaux en matière d'électroménager, d’équipement médical et d’éclairage. Son siège social est à Amsterdam.

Aujourd’hui, la société, qui emploie 116 000 personnes dans plus de 60 pays, a réalisé en 2009 un chiffre d’affaires de 23,2 milliards d’euros. Philips est organisée en trois activités, chacune d’entre elles correspondant à un domaine d'activité stratégique (DAS) de l’entreprise :

  • Healthcare (« soins de santé ») : solutions de santé
  • Lighting (« éclairage ») : solutions d’éclairage pour professionnels et particuliers
  • Consumer Lifestyle (« mode de vie du consommateur ») : produits grand public

Histoire[modifier | modifier le code]

Statue d'Anton Philips à Eindhoven.

Fondation[modifier | modifier le code]

La société a été fondée en 1891 par les frères Gerard (1858-1942) et Anton Philips (1874-1951) à Eindhoven, aux Pays-Bas. L'entreprise a commencé par produire des lampes à filament de carbone devenant au début du XXe siècle l'un des plus grands fabricants d'Europe. La première manufacture sert aujourd'hui de musée.

De 1891 à 1915[modifier | modifier le code]

Le développement des nouvelles technologies d'éclairage combiné à l'effervescence de la Révolution industrielle en Europe conduisent à la création en 1914 du premier laboratoire de recherche Philips. C'est la Light Tower d'Eindhoven, aujourd'hui un des symboles architecturaux de la ville. Cette entité a pour objet l'observation et l'étude des phénomènes physiques et chimiques.

De 1915 à 1925[modifier | modifier le code]

La mise en place du laboratoire de recherche en 1914 a permis une série de découvertes. Ces dernières ont contribué au développement de nouvelles innovations. Ainsi, en 1918, Philips présente son tube à rayons X médical : c'est le début de son implication dans le domaine des systèmes médicaux. Aux États-Unis, la marque de commerce est Norelco.

De 1925 à 1940[modifier | modifier le code]

En 1925, Philips est impliqué dans les premiers essais des téléviseurs ; un an plus tard, le 27 janvier 1926, on fête la naissance officielle de la télévision. En 1927, l'entreprise se lance dans la production de récepteurs radios. En 1933, elle vend son 100 millionième tube TSF.
La même année, Philips, qui a poursuivi ses efforts de recherche en matière médicale, démarre sa production d'équipements médicaux de radiologie aux États-Unis.
En 1939, le lancement du premier rasoir électrique, le Philishave, marque les débuts de la compagnie dans les produits de soins pour hommes.

Rasoir Philips

De 1940 à 1950[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le 9 mai 1940, les dirigeants de Philips ont été informés de l'invasion allemande des Pays-Bas du lendemain. Ils ont alors décidé de fuir aux États-Unis, emmenant avec eux une large portion du capital de la compagnie. Ils ont ainsi pu faire fonctionner la compagnie à distance pendant la guerre, l'ayant fait déménager (sur papier) aux Antilles néerlandaises. Après la guerre, Philips a redéménagé à Eindhoven, aux Pays-Bas (de 1997 à 2001, le siège social a été déménagé à Amsterdam). Beaucoup de centres de recherche avaient été cachés ou cadenassés, de sorte qu'après le retrait des Allemands, Philips a pu rapidement reprendre ses activités.
Durant les années 1940 et 1950, la science et la technologie connaissent un essor spectaculaire. Les laboratoires de recherche Philips s'inscrivent dans cette lancée : têtes pivotantes pour les rasoirs, de nombreuses avancées sur les transistors et des circuits intégrés, des contributions au développement de l'enregistrement, de la transition et de la reproduction des images télévisées.

De 1950 à 1960[modifier | modifier le code]

Philips a créé son label de disques dans les années 1950 avec l'arrivée sur le marché de la première platine de disques électrique. Mais c'est surtout l'apparition, après la guerre, du 33 tours microsillon qui va lancer le label : le 28 septembre 1950, Philips fonde Philips Phonografic Industries dont le siège est à Baarn aux Pays-Bas. Pour la musique populaire, le catalogue de Philips est la reprise quasi intégrale de celui de la Dutch Decca Company. Fontana sera le label jazz, dirigé un temps par Boris Vian. Otto Glastra van Loon est chargé de constituer le catalogue classique qui en quelques années devient très imposant et attire de grands noms, parmi lesquels la pianiste Clara Haskil dont le premier disque chez Philips Phonographic Industries paraît en 1951. Philips devient alors l'un des grands labels de musique classique.

De 1960 à 1970[modifier | modifier le code]

En 1962, on assiste au regroupement des activités musicales de Philips et de Siemens (propriétaire de Deutsche Grammophon depuis 1941). Un an plus tard, l'intérêt de Philips Phonographic Industries pour la musique, du fait de son label, est grandissant. Aussi, les avancées technologiques de l'entreprise conduisent à lancer la cassette audio.
En 1965, Philips fabrique ses premiers circuits intégrés.

De 1970 à 1980[modifier | modifier le code]

Les laboratoires de recherche Philips sont à l'origine d'avancées significatives dans le traitement, le stockage et la transmission d'images, de sons et de données. Ces avancées conduisent à l'invention du disque optique LaserVision, du Compact Disc et des systèmes de télécommunication optique. De ce fait, le label musical connaît lui aussi des avancées significatives : l'entité issue du regroupement de Philips Phonographic Industries et de Siemens donne naissance en 1971 au groupe PolyGram, qui acquiert le label Decca en 1980.
Vers le début des années 1970, Philips a introduit la cassette à ruban audio avec un large succès, mais a échoué dans l'imposition de son standard pour les cassettes à ruban vidéo, le V2000, en faveur de betamax et surtout de VHS, puis pour la cassette DCC (Digital Compact Cassette) lancée en novembre 1992 en partenariat avec Matsushita (Panasonic, Technics) face au MD de Sony, lequel sera finalement le seul survivant malgré un départ favorable à la DCC.
Dans le domaine de l'éclairage, la recherche contribue au lancement de nouvelles lampes PL et SL à économie d'énergie.

Par ailleurs, le 6 septembre 1972, Philips rejoint le consortium Unidata, projet européen lancé le 28 janvier 1972 destiné à permettre dans les années 1970 l'émergence d'une grande industrie informatique européenne à l'identique d'Airbus dans l'aéronautique. Les compétences des trois participants étaient valorisées : la Compagnie internationale pour l'informatique (CII) recevait la maitrise d'œuvre l'architecture des machines et le logiciel, la technologie électronique revenait à Philips, et Siemens se chargeait des périphériques mécaniques. Valéry Giscard d'Estaing élu président en 1974 mit fin au projet en 1975 : la France dénonça unilatéralement l'accord Unidata et CII fusionna avec Honeywell-Bull. En 1982, Philips sera l'un des trois industriels désignés par le "GIE Carte à mémoire" pour tester la carte à puce : CII-Honeywell Bull à Blois, Schlumberger (aidée de Moreno) à Lyon, et Philips à Caen. C'est le modèle CII-HB qui gagnera la compétition. Désormais, Philips et Bull formeront un binôme dans le domaine de la carte à puce, proposant l'un l'autre des solutions quasi-interchangeables.

De 1980 à 1990[modifier | modifier le code]

En 1983, Philips lance le Compact Disc. C'est également à cette époque (en 1984) que Philips fête la fabrication de son 100 millionième téléviseur. L'activité continue de croître dans les années 1980 avec l'acquisition de la division télévision de GTE Sylvania et des lampes Westinghouse.

De 1990 à 2000[modifier | modifier le code]

Les années 1990 ont été marquées par un changement radical pour Philips. La société, en proie à des difficultés, a dû procéder à une restructuration. La structure de l’entreprise a été simplifiée et le grand nombre de secteurs d’activités sur lesquels Philips était engagé a été réduit. La société a alors pu reprendre ses activités sur des bases saines.
S'appuyant sur la réussite de son Compact Disc, Philips fait le choix de collaborer avec Sony pour lancer en 1995 une nouvelle innovation : le DVD.
En 1998, le groupe canadien Seagram rachète PolyGram et crée Universal Music Group.

Les années 2000[modifier | modifier le code]

En franchissant le XXIe siècle, Philips continue de se développer. Consciente que pour de nombreuses personnes, la société reste un simple fabricant d'équipements électroniques grand public, l’entreprise décide de se donner une nouvelle image, reflétant mieux ses produits et son implication dans les domaines de la santé, de l'art de vivre et de la technologie. En 2004, Philips dévoile la nouvelle promesse de la marque : « Du sens et de la simplicité ».

Le 1er septembre 2006, Philips a créé une spin-off de Philips Semiconductors en la vendant à un groupe d'investisseurs privés américain. La nouvelle société s'appelle NXP et est détenue à 80,1 % par le groupe d'investisseurs, Philips gardant les 19,9 % restants. Le nom NXP fait référence au slogan Consumer Next Experience ainsi qu'à la plateforme multimédia Nexperia (en) de Philips Semiconductors. Les ventes de Philips connaissent alors un nouveau départ, délaissant les activités cycliques pour la construction d'une société centrée sur les applications, l'innovation et la promesse « Du sens et de la simplicité » de la marque.

En 2007, le Groupe Philips a acquis Genlyte Group (en) en vue de renforcer sa position sur le marché nord-américain de l’éclairage extérieur.

En 2009, acquisition de la compagnie Saeco grand connaisseur des machines à cafés espresso/cappuccino[2].

En avril 2011, le groupe décide de se retirer progressivement du marché du téléviseur en créant une coentreprise avec TPV Technology, et ne conserverait que 30 % des parts au bout de six ans[3].

En octobre 2011, le groupe annonce la suppression de 4500 emplois d'ici 2014 (dont 1400 aux Pays-Bas), afin de réduire les coûts de 800 millions d'euros[4].

En septembre 2012, 2200 emplois supplémentaires vont être supprimés "à travers le monde", ce qui porte le total des suppressions de postes prévues d'ici 2014 à 6700[5].

En janvier 2014 le groupe amorce une mutation stratégique en abandonnant son activité dans les téléviseurs et concentrant son activité sur la santé et l'éclairage[6].

Artistes phares du label Philips des années 1950 aux années 1990[modifier | modifier le code]

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Logotypes[modifier | modifier le code]

Dans les premières années d’existence du groupe, la représentation du nom Philips prend de nombreuses formes. L’une d’entre elles est un logo formé par les initiales de Philips & Co, une autre est le nom Philips imprimé sur le verre des ampoules à filament métallique. La première version du logo Philips a été créée en 1926. À cette époque, les emballages de tubes TSF miniwatt et le Philigraph – un des premiers appareils d’enregistrement – sont tous estampillés de trois vagues et quatre étoiles. Ces dernières symbolisent le ciel du soir tandis que les vagues représentent les ondes radio qui le parcourent.

Quatre ans plus tard, on voit pour la première fois les quatre étoiles accompagnées des trois vagues rassemblées dans un cercle. Cette identité visuelle est alors utilisée pour les publicités et un nombre croissant de produits. Afin de se distinguer et pour éviter tout conflit juridique avec des sociétés utilisant des logos circulaires, la société associe le cercle et le mot Philips au sein d’un blason.

Aujourd'hui, les sept lettres majuscules bleues du mot Philips, redessinées en 2008 pour refléter l’évolution du groupe, et le blason, symbole de son histoire, sont devenus les deux représentations graphiques indissociables de la marque.

Domaines[modifier | modifier le code]

Consumer Lifestyle (Produits grand public)[modifier | modifier le code]

Philips a intégré l’ensemble des produits à destination du grand public au sein d’une grande et même activité appelée Consumer Lifestyle (« Mode de vie du Consommateur »). Cette entité intègre les catégories de produits suivantes :

  • Image et son : télévision, home cinéma, hi-fi, lecteurs DVD et Blu-ray, baladeurs audio et vidéo, cadres photo numérique ;
  • Soin masculin : rasoirs, tondeuses ;
  • Beauté féminine : épilation, coiffure, sèche-cheveux ;
  • Bien-être et santé : puériculture, hygiène bucco-dentaire, réveils simulateur d'aube, masseurs sensuels ;
  • Petit électroménager : cuisine, soin du linge, aspirateurs ;
  • Téléphones et produits pour ordinateur personnel ;
  • Accessoires : casques audio, chargeurs universels, accessoires pour ordinateurs portables, stations d'accueil iPhone et iPod.

Lighting (Éclairage)[modifier | modifier le code]

Philips développe au sein de l’activité Lighting (« éclairage ») des solutions d’éclairage pour les professionnels adaptés à plusieurs types d’applications : bureaux, extérieur (villes et monuments), paysage, scolaire, commerces, hôtellerie, santé, industrie. Le segment professionnel couvre plusieurs catégories de produits :

  • Lampes professionnelles ;
  • Luminaires professionnels ;
  • Solutions LED ;
  • Ballasts ;
  • Systèmes de gestion de l’éclairage ;
  • Eclairage Automobile.

L’activité Lighting de Philips développe également des solutions d’éclairage pour les particuliers :

  • ampoules à économie d’énergie ;
  • ampoules et luminaires LED ;
  • luminaires ;
  • éclairage d’ambiance à changement de couleurs.

Healthcare (Solutions de santé)[modifier | modifier le code]

Philips a regroupé l’ensemble des systèmes médicaux conçus dans l’activité Healthcare (« soins de santé »). La conception des appareils s’appuie sur l’idée d’une simplification des démarches de soins pour alléger au maximum les contraintes des patients et des soignants. Philips se concentre aujourd’hui sur plusieurs domaines d’intervention en matière de santé :

De façon générale, dans sa démarche stratégique de développement de l’activité Healthcare, Philips met l’accent sur des spécialités cliniques particulières : santé de la femme, anesthésiologie, cardiologie, électrophysiologie, oncologie, orthopédie.

Philips aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Stratégie[modifier | modifier le code]

En 2008, Philips se positionne définitivement sur les marchés de la santé et du bien-être. Désormais recentrée autour de 3 activités – Lighting, Healthcare, Consumer Lifestyle – l’entreprise concentre ses efforts sur le développement d’innovations, de produits et de services destinés à "améliorer la vie des personnes".
Les produits grand public de l’activité Consumer Lifestyle sont développés pour accompagner et faciliter la vie quotidienne des consommateurs et, à leur mesure, leur procurer du bien-être et optimiser leur capital santé.
Il en est de même pour l’ensemble des solutions Lighting ; certaines d’entre elles concourent notamment à améliorer la vitesse de lecture des écoliers et les capacités de concentration des étudiants en leur fournissant un cadre lumineux confortable qui optimise les conditions d’apprentissage [7]
L’activité Healthcare intègre naturellement la notion de santé, mais aussi celle de bien-être du fait de l’intention de Philips de simplifier les soins en limitant au maximum les contraintes pour les patients et le personnel médical.

Philips Monde[modifier | modifier le code]

  • CEO : Frans van Houten, depuis avril 2011
  • Nombre d’employés : 116 000 en 2009
  • Présence dans plus de 60 pays

Recherche et développement[modifier | modifier le code]

Le premier laboratoire de Recherche et développement Philips a vu le jour en 1914, soit 23 ans après la fondation de la petite société familiale Philips & Co. Depuis lors, l’entreprise attache une importance toute particulière à l’innovation, plaçant ses laboratoires de R&D au cœur du processus de conception des produits.

La compagnie a commencé à protéger ses innovations grâce au dépôt de brevets au début des années 1920. Aujourd'hui, Philips possède un portefeuille de 55 000 brevets et consacre 7 % de son chiffre d’affaires à la recherche et développement.
La volonté de Philips de se positionner en tant « qu’entreprise de santé et de bien-être » conduit chaque année la société à réinvestir 9 % du chiffre d’affaires de sa division Healthcare en R&D.

Philips France[modifier | modifier le code]

Siège social de Philips France basé à Suresnes

Voir aussi Radiotechnique

Principales inventions[modifier | modifier le code]

Véhicule publicitaire Senseo lors du Tour de France 2014
  • 1963 : la Cassette audio (compact audio cassette) ;
  • 1979 : le V2000, format de vidéo analogique à usage domestique ;
  • 1982 : le disque compact (CD), développé avec Sony ;
  • 1990 : le luminaire Massilia (ou TrafficVision) ;
  • 1991 : le CD-i, un des premiers systèmes multimédias tout-en-un du marché ;
  • 1992 : la DCC, cassette audio numérique destinée au grand public, développée avec Matsushita ;
  • 2000 : le baladeur compatible MP3, appareils audio mobiles permettant d'écouter de la musique numérique compressée
  • 2000 : le luminaire Iridium, luminaire respectant la plupart des critères recommandés pour lutter contre la pollution lumineuse ;
  • 2001 : la Senseo, machine à café à dosettes, aux Pays-Bas,
  • 2006 : le disque Blu-ray, en partenariat avec Sony ;
  • 2009 : le téléviseur Philips Cinema 21:9, le premier téléviseur LCD au format 21/9e
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Développement durable[modifier | modifier le code]

Le premier programme Ecovision Philips a été développé en 1998 et concernait l’impact des activités industrielles et la qualité des produits commercialisés.

Le programme Philips Ecovision 5 comprend l’ensemble des dispositions et objectifs de Philips en matière de développement durable d’ici à 2015. Philips projette de fournir des soins à 500 millions de personnes, d’améliorer de 50 % l’efficacité énergétique de son portefeuille mondial de produits et de doubler ses activités de recyclage ainsi que l’utilisation de matériaux recyclés.

Le siège social Philips France situé à Suresnes a été certifié HQE Exploitation le 9 décembre 2009. Les sites industriels sont tous certifiés ISO 9001, OHSAS 18001 et ISO 14001.

La société a créé son propre label « Vert » pour lequel l’éligibilité d’un produit est fonction des mesures obtenues sur différents critères : efficacité énergétique, emballage, matières dangereuses, poids, recyclage, durée de vie.

Données boursières[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]