Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Star Wars, épisode III :
La Revanche des Sith

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film La Revanche des Sith.

Titre original Star Wars Episode III:
Revenge of the Sith
Réalisation George Lucas
Scénario George Lucas
Acteurs principaux
Sociétés de production Lucasfilm
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Science-fiction
Sortie 2005
Durée 140 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith (Star Wars Episode III: Revenge of the Sithfilm américain de science-fiction de type space opera sorti en 2002 écrit et réalisé par George Lucas.

C'est le sixième opus de la saga Star Wars par sa date de sortie, mais le troisième par l'ordre chronologique de l'histoire. Sorti trois ans après La Menace fantôme, il est le dernier volet de la trilogie de préquelle, la « prélogie ». Le film est également la sixième et dernière réalisation de Lucas.

Le film se déroule trois ans après le début de la guerre des clones. Les chevaliers Jedi sont dispersés à travers la galaxie, à la tête d'une immense armée de clones dans la guerre contre les Séparatistes.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Toile de fond[modifier | modifier le code]

Vision depuis l'espace d'une planète noire avec beaucoup de points lumineux.
Vision d'artiste de la planète Coruscant.

L'univers de Star Wars se déroule dans une galaxie théâtre d'affrontements entre les Chevaliers Jedi et les Seigneurs Noirs des Sith, personnes sensibles à la Force, un champ énergétique mystérieux leur procurant des pouvoirs psychiques. Les Jedi maîtrisent le Côté Lumineux de la Force, pouvoirs bénéfiques et défensifs, pour maintenir la paix dans la galaxie. Les Sith utilisent le Côté Obscur, pouvoirs nuisibles et destructeurs, pour leurs usages personnels et pour dominer la galaxie[1].

Pour amener la paix, une République galactique a été fondée avec pour capitale la planète Coruscant. Mais, tout au long de son existence, la République est secouée par des sécessions et des guerres. C’est à nouveau le cas à partir de 22 av. BY[Note 1]. Une nouvelle guerre éclate entre la République galactique et la Confédération des Systèmes Indépendants, une organisation séparatiste[2].

Résumé[modifier | modifier le code]

Obi-Wan Kenobi et Anakin Skywalker ont été envoyés pour sauver le chancelier suprême. Après avoir atteint le vaisseau, les deux Jedi doivent de nouveau affronter le Comte Dooku, alias Dark Tyranus, qui les a vaincus dans l'épisode précédent. Obi-Wan est rapidement mis hors de combat par leur adversaire mais Anakin, dont les pouvoirs ont considérablement crû, lui tranche les deux mains. Palpatine convainc le jeune Jedi, en infraction avec le code Jedi, d'achever son prisonnier. Après diverses péripéties, Anakin, faisant la preuve de ses talents de pilote, réussit à faire atterrir l'appareil sur Coruscant, ramenant ainsi sain et sauf le chancelier suprême. Grievous s'est toutefois enfui.

Reconduisant le chancelier au Sénat, Anakin reçoit les félicitations des dignitaires de la République et retrouve sa femme Padmé Amidala, après de longs mois d'absence. Celle-ci lui révèle qu'elle est enceinte. Émerveillé par cette nouvelle, Anakin est cependant troublé la nuit suivante par un rêve qu'il fait. Padmé réveillée, il lui révèle qu'il l'a vue mourir en couches. Traumatisé par la mort de sa mère qu'il n'a pu empêcher, Anakin se jure de ne pas perdre une nouvelle fois celle qu'il aime : sauver Padmé devient une obsession.

Il va prendre conseil auprès de Yoda sans lui révéler les détails, mais ne reçoit pas la réponse qu'il attendait : selon le vieux maître Jedi, il est vain de chercher à fuir la mort ou sa destinée. Mieux vaut l'accepter.

Le Chancelier Palpatine continue de manœuvrer en secret pour parvenir à ses fins. Il flatte Anakin et s'ingénie à accroître sa méfiance et sa frustration envers le conseil Jedi. Il finit par faire nommer Anakin son représentant au sein du conseil Jedi et lui dit qu'il soupçonne les Jedi de comploter contre lui.

Le Conseil accepte mais refuse au jeune homme le titre de Maître Jedi, ce qui résonne comme un affront pour le jeune Skywalker. À la sortie du conseil, Obi-Wan confie à son padawan les véritables raisons de sa promotion : il doit espionner le chancelier qui adopte un comportement suspect aux yeux des Jedi en ne renonçant pas aux pouvoirs extraordinaires qui lui ont été confiés il y a quelque temps. Choqué de la suspicion du conseil envers un homme qu'il considère comme intègre, Anakin ne sait plus envers qui va sa loyauté.

Entre temps, il a été voté que Yoda partira diriger un bataillon de clones qui va aller combattre l'armée droïde des Séparatistes sur Kashyyyk, la planète des Wookies.

Palpatine commence à faire miroiter à Anakin la possibilité de sauver son épouse. Convoquant ce dernier à l'Opéra Galactique de Coruscant, où il assiste à une représentation, le chancelier conte l'histoire de Dark Plagueis, un Seigneur Sith qui, selon la légende, aurait acquis le pouvoir de créer la vie et de se préserver de la mort. Anakin entrevoit dans cette légende la possibilité de sauver Padmé de ses prémonitions. Le chancelier, précise que cette faculté n'est pas acquérable auprès d'un Jedi.

La guerre poursuit son cours et le général Grievous finit par être localisé sur la planète Utapau. Obi-Wan Kenobi y est envoyé sans Anakin, ce qui déçoit une fois de plus le jeune homme. Informé de la présence des troupes Séparatistes par les dignitaires locaux retenus en otage, Obi-Wan fait mine de repartir d'Utapau et parvient à s'infiltrer discrètement sur le terrain. Le maître Jedi provoque le général Grievous qui l'affronte en combat singulier. Quoique initié aux arts Jedi par le comte Dooku, Grievous est dominé par son adversaire. Une fois de plus, il parvient à s'échapper lors de la mêlée qui suit l'arrivée des troupes républicaines qui suivaient de près le général Kenobi. Ce dernier se lance alors à sa poursuite.

Sur Coruscant, Palpatine questionne le jeune Skywalker sur le rêve que celui-ci a fait. Conscient qu'il lui faut se dévoiler davantage, le chancelier aborde plus ouvertement la question du côté obscur jusqu'à dévoiler à son jeune protégé qu'il maîtrise les arcanes du pouvoir Sith, seuls à même de lui permettre de sauver Padmé. Anakin, choqué, comprend enfin que Palpatine est le Seigneur Sith que l'ordre Jedi recherche depuis dix ans ! Après un moment d'hésitation, il choisit d'en informer Mace Windu. Windu se rend immédiatement à la chancellerie, accompagné par trois autres maîtres Jedi, pour mettre aux arrêts Palpatine. Cependant, sentant le conflit qui règne chez Anakin, il lui intime l'ordre de demeurer au temple et d'attendre son retour.

Windu annonce au chancelier son arrestation. L'heure de vérité est arrivée pour Palpatine, qui dégaine son sabre laser et se rue à l'attaque. En un instant, le seigneur Sith abat les compagnons de Windu qui se retrouve ainsi seul. Leur duel dévoile les pouvoirs phénoménaux du chancelier.

Palpatine est désarmé par Windu, mais au même moment, Anakin, désobéissant aux ordres, se rend à la chancellerie et fait irruption dans le bureau où le combat s'est déroulé. Palpatine joue la victime, suppliant le maître Jedi de ne pas l'exécuter. Windu lui rappelle une première fois qu'il est en état d'arrestation, mais Palpatine fait jaillir de la foudre de ses mains que Windu renvoie sur lui à l'aide de son sabre. Le chancelier est défiguré par le processus et acquiert l'apparence monstrueuse qui est la sienne dans Le Retour du Jedi. Le maître Jedi, conscient du danger qu'il représente, décide finalement de porter le coup fatal. Anakin, pensant à Padmé, essaie verbalement de l'en empêcher mais Windu ne l'écoute pas. Skywalker lui tranche le bras ce qui signe la mort de Windu et marque le point de non-retour pour le Jedi désormais déchu. Le seigneur Sith foudroie le maître Jedi et le défenestre.

Conscient de la gravité de son geste que les Jedis ne peuvent pardonner, Anakin accepte donc de se soumettre à son nouveau maître. Palpatine fait alors solennellement d'Anakin son apprenti et le rebaptise Dark Vador. Lui-même revêt la tenue de Sith : une tunique à capuchon qui cache son visage de gargouille. Le seigneur Sith a ainsi achevé la première partie de son plan en faisant d'Anakin son apprenti et peut prendre le pouvoir ouvertement. Il donne l'ordre, aux officiers répartis sur les différents fronts de la galaxie, d'assassiner les Jedi qui sont à leurs côtés. Cette séquence permet de comprendre que Palpatine met en scène un plan mis sur pied depuis de longues années puisque l'assassinat des Jedi était programmé de longue date.

Seuls Obi-Wan et Yoda réchappent aux massacres. Sur Coruscant, l'élimination des Jedi est confiée au seigneur Vador, qui prend la tête d'un régiment de clones et massacre même les enfants du temple, scellant son passage au côté obscur de la Force. Sa sombre besogne effectuée, Anakin/Vador revient auprès de Padmé pour s'assurer qu'elle va bien. Il lui annonce que les Jedi se sont révoltés et qu'ils sont dorénavant des ennemis de la République, puis part mater la rébellion sur Mustafar avec R2-D2. Depuis la mort du général Grievous, Nute Gunray est le chef de la CSI. Les meneurs accueillent Vador en allié, n'ayant pas compris que le nouvel empereur n'a désormais que faire de ces témoins dangereux : Vador les massacrent froidement. La mort de Gunray, qui est le dernier à se faire tuer, sonne la dissolution de la CSI et la fin de la guerre des clones.

Entre-temps, Bail Organa, le sénateur d'Aldorande, a intercepté Obi-Wan et Yoda pour les prévenir du danger qui les guette sur Coruscant. Les deux Jedi décident néanmoins de retourner au temple pour faire la lumière sur les événements, tandis qu'Organa est convoqué au Sénat pour une session extraordinaire. Palpatine a en effet convoqué le Sénat pour achever l'exécution de son plan. Dénonçant la traîtrise des Jedi, il déclare sous les acclamations la dissolution de la République et l'avènement de l'Empire, afin de restaurer l'ordre et la sécurité. Padmé est attérée car elle y voit la disparition de la liberté et de la démocratie.

Au temple, Obi-Wan et Yoda découvrent la vérité. Il leur faut agir au plus vite pour tenter d'empêcher Palpatine d'arriver à ses fins. Yoda charge Obi-Wan, horrifié, de retrouver Anakin et de l'éliminer. Le vieux maître Jedi se charge lui du nouvel empereur, qu'il devine trop puissant pour Obi-Wan.

Obi-Wan, la mort dans l'âme, explique la situation à Padmé qui refuse de le croire et de lui révéler où se trouve son mari. Troublée, la sénatrice part immédiatement le rejoindre, emmenant C-3PO et, sans le savoir, Obi-Wan qui s'est caché dans son vaisseau. Lorsqu'elle retrouve Anakin, ivre de sa puissance et parlant déjà de renverser l'empereur pour lui succéder, elle ne peut cacher sa répulsion. Obi-Wan apparait et, croyant que c'est Padmé qui l'a amené de son plein gré, Anakin furieux l'étouffe et lui fait perdre connaissance.

Commence alors un duel long et spectaculaire entre les deux hommes dans un décor apocalyptique. Parallèlement, Yoda affronte Palpatine dans un combat indécis qui se termine dans l'amphithéâtre sénatorial. Même Yoda est incapable de défaire le nouvel empereur lequel s'ingénie, par l'intermédiaire de ses pouvoirs télékinésiques, à tenter de l'écraser à l'aide des capsules de la salle, à grand renfort de rires démoniaques. Maître Yoda doit ainsi se résoudre à fuir et à s'exiler. L'empereur a triomphé.

Sur Mustafar par contre, Anakin, malgré les mises en garde d'Obi-Wan, se lance imprudemment sur son maître, lequel lui tranche les jambes et le bras gauche d'un seul coup. Le jeune seigneur Sith qui se croyait invincible gît désormais mutilé au bord d'une rivière de lave, défiguré par la haine et la douleur. Obi-Wan lui exprime sa déception et sa tristesse, ramasse le sabre laser d'Anakin (sabre dont son fils, Luke, héritera dans l'épisode IV) et le laisse agoniser. Anakin, dont les moignons s'enflamment, parvient tout de même à ramper un peu plus loin. Obi-Wan rejoint C-3PO et R2-D2 qui ont transporté Padmé dans le vaisseau de cette dernière et tous 4 quittent Mustafar, rejoindre Bail Organa et Yoda.

Palpatine est cependant déjà en chemin, car il a senti que son protégé était en danger et arrive à temps pour le transporter sur Coruscant afin de lui prodiguer les soins nécessaires. Des machines médicales transforment Anakin en la créature qui apparaîtra dans les épisodes IV, V et VI : des membres mécaniques lui sont apposés sur les jambes et les bras, tandis que le fameux casque et système respiratoire se referment sur son visage calciné. En parallèle, Padmé met au monde les jumeaux Luke et Leia, mais désespérée du chemin emprunté par Anakin, elle renonce à la vie et ne survit pas à l'accouchement.

L'empereur fait croire à Vador qu'il a lui-même tué sa propre femme et sourit discrètement lorsque celui-ci s'abandonne à la furie. Dorénavant, il n'a plus d'autre choix que d'obéir aveuglément à son maître et de suivre le chemin qui lui est tracé.

Obi-Wan et Yoda savent que la période de domination des Sith s'est ouverte et que l'heure de la rébellion est loin d'être arrivée. Leur seul espoir réside dans les deux enfants mis au monde et chez qui, de par leur ascendance, la force est puissante. Leia sera ainsi confiée au sénateur Organa tandis que Luke ira sur Tatooïne, chez son oncle. Après cette décision, Yoda annonce à Obi-Wan qu'il a pris contact avec son ancien maître Qui-Gon Jinn qui est parvenu à ressortir des profondeurs de la Force. Obi-Wan s'exercera pour pouvoir communiquer avec lui et maîtriser cette technique d'immortalité.

La dernière scène présente la situation dans quatre lieux différents de la Galaxie, dont trois planètes avec des soleils couchants. Sur Naboo, une marche funèbre est organisée avec le corps de Padmé, la famille royale, la reine Apailana, Jar-Jar Binks, et la population de la planète. Dans le système de Despayre, Dark Vador et l'Empereur contemplent en compagnie du Grand Moff Tarkin le chantier d'une future station orbitale : l'Étoile Noire. Dans une scène coupée, Yoda atterrit sur la sinistre planète de Dagobah où il vivra jusqu'à la fin de ses jours pendant vingt ans. Bail Organa rentre sur Aldérande grâce au Tantive IV et présente à sa femme la fille qu'il a adopté. Celle-ci grandira dans le havre de paix qu'est la planète de la famille Organa, loin des périls des Siths qui ont pris le pouvoir sur la Galaxie. Enfin, Obi-Wan se rend sur Tatooïne et confie Luke à la famille Lars. Il restera également sur cette planète pour veiller sur lui.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, cette fiche technique est établie à partir d'Internet Movie Database[3].

Distribution[modifier | modifier le code]

Caméos[modifier | modifier le code]

George Lucas fait une apparition à l'Opéra de Coruscant avec un visage bleu, ce personnage est nommé Baron Papanoida, on peut le voir en dehors de la zone réservée à Palpatine et son entourage. Il s'agit de l'unique apparition de Lucas dans les six films Star Wars. Ses trois enfants apparaissent également dans La Revanche des Sith: son fils Jett en tant que Jedi en formation il est nommé Zett Jukassa, il est tué en défendant le Temple Jedi contre les soldats clones, sa fille, Amanda, comme un personnage appelé Terr Taneel, vu dans l'hologramme de sécurité du Temple, et sa fille Katie comme Pantoran à peau bleue nommée Chi Eekway, visible lorsque Palpatine arrive au Sénat après avoir été sauvé par la Jedi, et de parler au baron Papanoida à l'opéra (elle a aussi un rôle de parole brève dans l'une des scènes supprimées lorsque Padmé se réunit en secret avec d'autres sénateurs). Quand Anakin, Obi-Wan et Palpatine arrivent par navette vers les quais du Sénat après le sauvetage du chancelier qui avait été enlevé par le général Grievous, on aperçoit le Faucon Millenium en train atterrir sur l'une des plates-formes en arrière-plan[6].

Une grande partie de l'équipe de tournage fait des apparitions dans le film. Nick Gillard, le coordinateur des cascades, joue un Jedi nommé Cin Drallig (son nom orthographié à l'envers, sans le k)[7]. Jeremy Bulloch (qui a joué Boba Fett dans la trilogie originale), est apparu dans un rôle parlant en tant que capitaine Colton, le pilote du Tantive IV[8].

Production[modifier | modifier le code]

Écriture[modifier | modifier le code]

Lucas a déclaré qu'il a conçu histoire fondamentale de la saga Star Wars sous la forme d'un aperçu de l'intrigue de base en 1973. Plus tard, il a précisé, toutefois, que, au moment de la conception de la saga, il n'avait pas pleinement réalisé les détails mais seulement les principaux points de l'intrigue tout au long de la série, et ceux-ci évolueront au fil du temps[9]. Il a commencé à travailler sur l'épisode III avant même que l'épisode II ne soit terminé. Il propose aux artistes conceptuels que le film s'ouvre avec un montage de sept batailles sur sept planètes[10]. Michael Kaminski, dans The Secret History of Star Wars, conjecture que Lucas a constaté des lacunes avec la chute d'Anakin vers le côté obscur, et a fait massivement évoluer l'histoire du personnage central de la prélogie. Par exemple, au lieu d'ouvrir le film avec différentes guerres bataille des clones, Lucas a plutôt décidé de se concentrer sur Anakin, en terminant le premier acte du film avec son assassinat du Comte Dooku, une action qui signale sa descente vers le côté obscur[11].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a eu lieu principalement en Australie mais aussi en Thaïlande et en Italie, et a duré de plus de trois mois.

Effets spéciaux[modifier | modifier le code]

Le département de post-production a commencé à travailler pendant le tournage, travail qui s'est poursuivi jusqu'à la semaine de sortie du film en 2005. Les effets spéciaux ont été créés en utilisant presque tous les formats, y compris le travail de modèle, CGI et ses effets pratiques. Le même département a réalisé tous ces travaux pendant les scènes tournées mais pour certains effets les processus prennent près de deux ans à être achevés. La Revanche des Sith a 2 151 passages qui utilisent des effets spéciaux, un record du monde[12].

Le film a requis 910 artistes et 70 441 heures de travail pour créer 49 secondes de vidéo pour le seul duel sur Mustafar[13]. Les membres de l'Hyperspace, le fan-club officiel de Star Wars , ont reçu des avantages de la production. Les avantages sont non seulement des articles spéciaux, mais aussi l'accès à une webcam qui a transmis une nouvelle image toutes les 20 secondes pendant le temps qu'elle opérait dans les studios de la Fox en Australie. Plusieurs fois, les acteurs, et Lucas lui-même, ont été repérés sur la webcam[14].

Scènes coupées[modifier | modifier le code]

Pendant le processus d'élaboration du film pour sa sortie en salles, George Lucas et ses éditeurs ont laissé de côté de nombreuses scènes.

Lucas a supprimé toutes les scènes où un groupe de sénateurs (dont Padmé Amidala, Bail Organa et Mon Mothma) sont en train de former une alliance pour empêcher le chancelier de recevoir les plein-pouvoirs d'urgence. Bien que cela soit la création de l'alliance rebelle, les scènes ont été écartées pour mettre davantage l'accent sur l'histoire d'Anakin Skywalker[9]. La scène où Yoda arrive sur Dagobah pour commencer son exil volontaire a également été coupée au montage. Elle est insérée en bonus dans le DVD du film. Rick McCallum déclare que toutes les scènes coupées seront dans le coffret contenant les six films de la saga[9].

Beaucoup de scènes concernant le décès des Jedi lors de l’exécution de l'ordre 66 ont été coupées. Les morts de Barriss Offee et de Luminara Unduli n'ont pas été filmées dans un premier temps, puis dans un second temps réalisées avant, finalement, d'être coupées au montage. La scène où Shaak Ti meurt à bord du Main Invisible (que l'on peut voir en bonus dans le DVD) a été supprimée car, dans le jeu vidéo Le Pouvoir de la Force, elle apparaît vivante.

Bai Ling a filmé plusieurs scènes mineures où elle incarne une sénatrice, mais son rôle a été coupé au montage. Elle a prétendu que c'était parce qu'elle a posé nue pour le numéro de juin 2005 de Playboy, dont l'apparition dans les kiosques coïncidait avec le film. Lucas a nié, affirmant que la coupure avait été faite plus d'un an auparavant, et qu'il avait coupé les scènes de sa propre fille ainsi[15].

Bande originale[modifier | modifier le code]

La bande originale du film a été dévoilé par Sony Classical, le 3 mai 2005, plus de deux semaines avant la sortie du film. La musique a été composée et dirigée par John Williams (qui a composé et dirigé la musique pour les cinq autres films de la saga Star Wars), et interprétée par l'orchestre symphonique de Londres et par London Voices[16]. Un clip vidéo intitulé A Hero Falls a été créé pour le thème du film Battle of Heroes, avec des images du film, il est disponible sur le DVD du film[17].

La bande-son du film est sortie également dans le DVD de collection Star Wars a Musical Journey. Le DVD, géré par McDiarmid, propose seize clips sur les musiques remastérisées des six films mis dans l'ordre chronologique de la saga[18]. Cet album a été choisi par le site internet Amazon.com dans le top 100 editors Picks de 2005[19].

Accueil[modifier | modifier le code]

Réception[modifier | modifier le code]

La Revanche des Sith a généralement reçu des critiques favorables. The Ghost Critic lui accorde 4 étoiles et demie sur cinq, le qualifiant de sans aucun doute le meilleur de cette saga de science-fiction. De l'autre côté, Rolling Stone le déplore en ne lui donnant que 2 étoiles sur 4, disant que le film aurait été mieux s'il avait été muet et critiquant grandement les dialogues de George Lucas.

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film est sorti dans 115 pays. Il a rapporté environ 850 millions de dollars bruts, ce qui en fait le deuxième film de l'année 2005 derrière Harry Potter et la Coupe de feu[20]. Le film a gagné près de 16,5 millions de dollars seulement avec les séances de minuit après sa sortie. Il a remporté un total record de 50 millions de dollars lors de sa première journée de diffusion[21]. L'année suivante il est dépassé par Pirates des Caraïbes : Le Secret du coffre maudit qui a obtenu 55,5 millions de dollars lors de sa première journée[22].

Avec seulement les revenus enregistrés le 19 mai 2005 le film a déjà battu quatre records du box-office. Le bénéfice brut reçu lors des séances de minuit (précédemment détenu par Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi avec 8 millions de dollars), les bénéfices bruts lors d'une première journée (Spider-Man 2 avec 40,4 millions de dollars), bénéfices bruts sur une seule journée (Shrek 2 avec 44,8 millions de dollars) et les bénéfices bruts récoltés un jeudi (Matrix Reloaded avec 37,5 millions de dollars)[21]. Le record des bénéfices bruts sur les séances de minuit a été dépassé par The Dark Knight : Le Chevalier noir le 18 juillet 2008 avec 18,5 millions de dollars[23]. Cependant il détient encore aujourd'hui le record pour les bénéfices bruts enregistrés un jeudi. Selon les sites d'analyses du box-office, le film a établi des records américains sur les gains bruts reçus pour chacun dès ses douze premiers jours après sa sortie, sauf lors de la septième et de la huitième journée où le record est détenu par Spider-Man 2. Lors de son cinquième jour à l'affiche des cinémas il est devenu le film le plus rentable de l'année 2005 dépassant Hitch, expert en séduction (177,6 millions de dollars). Le film a récolté 158,5 millions de dollars dans sa première période de quatre jours surpassant le précédent record de Matrix Reloaded (134,3 millions de dollars), et rejoignant Spider-Man, Matrix Reloaded et Harry Potter et la Coupe de feu comme le seul film à atteindre les 100 millions de dollars en trois jours. En seulement huit jours il atteint les 200 millions de dollars de bénéfices bruts (co-record avec Spider-Man 2) et au bout de 17 jours il dépasse les 300 millions de dollars, dépassant ainsi le précédent record de Shrek 2 (18 jours). Il se classe à la troisième place des films les plus rapides à atteindre les 350 millions de dollars derrière Shrek 2 et Spider-Man[24]. Le film finit sa course dans les salles américaines le 20 octobre 2005, terminant avec un total brut de 380 270 577 dollars. Il se classe seizième film national de tous les temps et est le film le plus rentable de l'année 2005 aux États-Unis suivi par Le Monde de Narnia : Le Lion, la Sorcière blanche et l'Armoire magique est ses 90 millions de dollars[25].

Au niveau international La Revanche des Sith a dépassé les 10 millions de dollars dans dix pays: au Japon (avec 82,7 millions de dollars), au Royaume-Uni et en Irlande (72,8 millions), en France et en Algérie (56,9 millions de dollars), en Allemagne (47,3 millions de dollars), en Espagne (23,8 millions), en Australie (27,2 millions de dollars), au Mexique (15,3 millions), en Italie (11,3 millions de dollars), et en Corée du Sud (10,3 millions)[26].

Ressortie 3D[modifier | modifier le code]

Le 28 septembre 2010, il a été annoncé que les six films de la saga étaient censés être convertis en 3D. Les films devaient ressortir dans l'ordre chronologique en commençant par La Menace fantôme qui fut ressorti le 10 février 2012 aux États-Unis et le 8 février 2012 en France[27]. La Revanche des Sith était initialement prévu pour être ressorti en 3D le 11 octobre 2013 aux États-Unis[28], mais sa ressortie fut annulée en raison de la préparation de l'épisode VII[29].

Allusions cinématographiques et littéraires[modifier | modifier le code]

Tout au long de La Revanche des Sith, George Lucas se réfère à un large éventail de films et de nombreuses autres sources. Il s'appuie sur des motifs politiques, militaires et mythologiques pour améliorer l'impact de son histoire. La plus grande couverture médiatique a été donner à un échange particulier entre Anakin et Obi-Wan, qui a précipité la controverse précipitée: "Si tu n'es pas avec moi, alors tu es contre moi.", déclare Anakin. Le Seattle Times a conclu: "Sans nommer [Président George W.] Bush ou le Patriot Act, c'est tout équivoque, peu importe ce que vos propres opinions politiques peuvent être. George Lucas nie cela[30].

McDiarmid, Lucas, et d'autres ont également décri le parcours d'Anakin à la chute du côté sombre de la force comme un "pacte avec le diable" pour un gain à court terme. Dans le film, George Lucas a inséré un mélange de passage entre Anakin et Padmé où chacun pense à l'autre (l'un est dans le Temple Jedi et l'autre est dans son appartement). La séquence est sans dialogue et est complété par une mauvaise humeur. La couverture des paysages urbains extérieurs, les horizons et l'isolement intérieur de la séquence dite "Ruminations" de Lucas sont similaires à la cinématographie et mise en scène du bébé de Rosemary, un film dans lequel un mari fait un pacte littéral avec le diable[31].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le film est présenté en hors compétition lors du Festival de Cannes 2005.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Un jeu vidéo basé sur le film est sorti le 5 mai 2005, deux semaines avant le film. La plupart des niveaux du jeu suivent le scénario du film y intégrant même des scènes. Cependant de nombreuses sections du jeu sont tirées de scènes coupées du film final ou de scène n’existant pas dans le film[32]. Le jeu se base essentiellement sur le combat au sabre laser. Les personnages jouables sont Obi-Wan Kenobi et Anakin Skywalker[33]. Le jeu comprend deux modes de jeu: un mode solo et un mode multijoueur. Le multijoueur est composé d'un mode coopératif et d'un mode VS. En coopération deux joueurs unissent leurs forces pour repousser des vagues d'ennemies de plus en plus nombreux et difficiles à battre. Dans le mode VS les joueurs se livrent un duel à mort au sabre laser[33].

Anecdote[modifier | modifier le code]

Le doublage français de la voix de Dark Vador devait à l'origine être assuré par Richard Darbois. Finalement, Georges Aminel a accepté de lui prêter sa voix, sortant ainsi d'une retraite de dix-sept ans (son dernier doublage était pour le personnage de Sylvestre le chat dans Qui veut la peau de Roger Rabbit ? en 1988).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Patrice Girod, « L'Histoire : Toutes les grandes étapes du film », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film La Menace fantôme, no hors série no 1,‎ automne 1999
  2. Patrice Girod, « L'Histoire : D'après le scénario de George Lucas et Jonathan Hales », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones, no hors série no 2,‎ printemps 2002
  3. (en) « Équipe complète du film », sur IMDB (consulté le 27 août 2014)
  4. (en) Star Wars Ep. III: Revenge of the Sith sur The-numbers.com
  5. Apparaît dans des scènes coupées au montage.
  6. (en) « Episode III Easter Egg Hunt »
  7. (en) « Master Behind the Action: Nick Gillard »
  8. (en) « Star Wars: Boba Fett »
  9. a, b et c (en) Sur le DVD de Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith, commentaire avec George Lucas, Rick McCallum, Rob Coleman, John Knoll and Roger Guyett, 2005
  10. (en) J. W. Rinzler, The Art of Star Wars, Episode III - Revenge of the Sith,‎ 2005, pp 13-15
  11. (en) Michael Kaminski, The Secret History of Star Wars,‎ 2007, pp 380-384
  12. (en) « Revenge of the Sith: Part 1 — The Circle is Now Complete »
  13. DVD Star Wars: Épisode III La Revanche des Sith documentaire Within a Minute, 2005.
  14. (en) « Hyperspace Online Star Wars Fan Club »
  15. (en) « Ling Claims Star Wars Bosses Cut Her Out After Playboy Pose »
  16. (en) « BO La Revanche des Sith »
  17. (en) « A Hero Falls Music Video »
  18. (en) « Episode III Soundtrack Includes Bonus DVD »
  19. (en) « Top 100 Editors' Picks 2005 »
  20. (en) « Star Wars:Episode III - Revenge of the Sith box-office », sur http://www.boxofficemojo.com/
  21. a et b (en) « 'Sith' Destroys Single Day Record », sur http://www.boxofficemojo.com/
  22. (en) « Pirates Breaks Opening Day Record!! », sur http://www.comingsoon.net/
  23. (en) « Dark Knight Beats Spider-Man », sur http://www.guinnessworldrecords.com/
  24. (en) « Le box office de La Revanche des Sith »
  25. (en) « Revenche of the Sith box-office »
  26. (en) « STAR WARS:EPISODE III - REVENGE OF THE SITH results »
  27. « Une date pour Star Wars épisode I en 3D » sur Starwars-universe.com
  28. « Star Wars II et III ressortiront en 3D le... » sur Allociné.fr
  29. « Star Wars : pas de réédition en 3D avant l'épisode VII » sur Le Figaro.fr
  30. (en) « The Force is with Lucas in his Star Wars finale », sur http://seattletimes.com/html/home/index.html
  31. (en) « Lucas calls new Star Wars film a ‘tearjerker’ », sur http://www.today.com/
  32. (en) « Revenge of the Sith: The Goods »
  33. a et b (en) « Episode III Title Rumors »

Liens externes[modifier | modifier le code]


Erreur de référence : Des balises <ref> existent pour un groupe nommé « Note », mais aucune balise <references group="Note"/> correspondante n’a été trouvée, ou bien une balise fermante </ref> manque.