Arthur Penn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Penn.

Arthur Penn

Nom de naissance Arthur Hiller Penn
Naissance 27 septembre 1922
Philadelphie, Pennsylvanie
États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Décès 28 septembre 2010 (à 88 ans)
New York, États-Unis
Profession Réalisateur
Films notables Miracle en Alabama
La Poursuite impitoyable
Bonnie and Clyde
Little Big Man

Arthur Penn est un réalisateur américain, né le 27 septembre 1922 à Philadelphie et mort le 28 septembre 2010 à Manhattan, New York[1].

Engagé dans l'armée en 1943 où il fait ses premières mises en scène théâtrales, il profite du G.I. Bill après guerre pour se former à la mise en scène et au jeu d'acteur. Il commence sa carrière à la télévision où il met en scène r des dramatiques, notamment une adaptation de Miracle en Alabama de William Gibson, texte qu'il adaptera aussi au théâtre et au cinéma. Il connait une carrière cinématographique marquée par de mauvais rapports avec les studios et de grands succès, notamment Bonnie et Clyde.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Né à Philadelphie, Arthur Penn est le fils d'un horloger et d'une infirmière[1]. Il est le frère cadet du photographe Irving Penn[1]. Ses parents divorcent lorsqu'il a trois ans[1]. Les deux enfants sont élevés par leur mère qui gagne difficilement sa vie et déménagent fréquemment, notamment à New York et dans le New Jersey[1]. Arthur Penn retourne vivre avec son père à l'âge de 14 ans et découvre le théâtre à l'école[1].

Il entre dans l'armée en 1943 et met en scène des pièces de théâtre avec les soldats avec qui il se trouve[1]. Après guerre, grâce à la loi G.I. Bill qui finance leurs études aux soldats démobilisés, il part étudier à l'université libre Black Mountain College[1]. Il étudie ensuite dans des universités italiennes et rentre aux États-Unis en 1948 où il apprend le jeu d'acteur avec l'Actors Studio à New York puis avec Michael Tchekhov à Los Angeles[1].

Débuts à la télévision et au théâtre et au cinéma[modifier | modifier le code]

Dans le milieu des années 1950, il commence à travailler à la télévisions des dramatiques, et il réalise en 1957 pour CBS une adaptation du livre de William Gibson Miracle en Alabama qui est un succès[1]. Il peut alors passer au théâtre, dirigeant pour Broadway la pièce Two for the Seesaw (Deux sur la balançoire), autre texte de William Gibson, où jouent Henry Fonda et Ann Bancroft, qui est un succès immédiat[1].

Il réalise son premier film en 1958, Le Gaucher où il retrouve l'esthétique et les moyens de production qu'il a connus en travaillent pour la télévision : noir et blanc, petit budget et jeu d'acteur venu des méthodes de l'Actors Studio[1]. Mais ses rapports sont très durs avec le studio qui produit le film, la Warner : une fois le tournage terminé, les rushes sont confiés à un monteur par la production et Arthur Penn n'a plus aucun contrôle sur son film dont il apprendra la sortie en la voyant annoncée sur une affiche à New York[2]. Le Gaucher est un échec commercial et critique, et Arthur Penn décide alors d'adapter pour le théâtre le texte qui a fait son succès à la télévision : Miracle en Alabama avec Ann Bancroft. La pièce est un succès et le metteur en scène comme l'actrice son récompensés d'un Tony Award[1]. Il dirige d'autres pièces à succès louis adapte pour le cinéma Miracle en Alabama qui est un succès public et critique[1].

Carrière cinématographique[modifier | modifier le code]

Il réalise en 1962 Miracle en Alabama (The Miracle Worker) d'après le livre de William Gibson qu'il avait précédemment mis en scène à la télévision sur CBS en 1957 puis sur scène à Broadway en 1959, gagnant un Tony Award[1]. Il est aussi connu pour avoir, lors de l'élection présidentielle américaine de 1960 conseillé le candidat vainqueur John Fitzgerald Kennedy pour les débats télévisés  : il lui aurait expliqué qu'il fallait qu'il regarde droit dans la caméra et qu'il préfère les réponses brèves, ce qui a permis à Kennedy d'avoir l'air plus confiant que son adversaire Richard Nixon, pourtant plus expérimenté[1].

Tout comme sur le Le Gaucher, ses rapport avec la production sont souvent difficiles : en 1964 il commence le tournage du film Le Train mais l'acteur Burt Lancaster obtient son renvoi et en 1965 le producteur Sam Spiegel lui interdit de participer au montage de son film La Poursuite impitoyable qu'il confie à « des monteurs professionnels[2]. » Selon Peter Biskind, l'un des problèmes que rencontre Arthur Penn est qu'il est un intellectuel, et que Hollywood n'est « surtout pas un endroit pour les intellectuels, quel que fût leur talent[2]. »

Il réalise en 1965, Mickey One un film inspiré par la Nouvelle Vague, apprécié en France par les Cahiers du cinéma mais pas par la critique américaine[1]. Même son interprète principal, Warren Beatty, n'aime pas ce film qu'il trouve prétentieux[2]. Mais l'acteur, qui cherche à produire Bonnie et Clyde, a essuyé plusieurs refus de réalisateurs et décide, sur les conseils des scénaristes du film qui eux, ont aimé Mickey One, de s'adresser à Penn pour lui demander d'en être le réalisateur[2]. Penn vit à l'époque à l'écart d'Hollywood, et s'il n'est pas enthousiasmé par le scénario, il accepte car il voit que ce film est une chance pour lui de faire son retour comme réalisateur de premier plan[2].

Beatty, en plus de produire ce projet qui lui tient à cœur, y joue le rôle de Clyde Barrow. Il voit d'un mauvais œil certains aspects du scénario qui présentent le personnage de Barrow comme impuissant, et ne se montre guère convaincu par sa partenaire, la jeune Faye Dunaway. Le film est malgré tout un succès au box-office qui permet à Penn d'aborder une grosse production, Little Big Man, épopée picaresque interprétée par Dustin Hoffman. Il réalise ensuite La Fugue (Night Moves, 1975) puis Missouri Breaks (1976) et connaît un déclin créatif dans les années 1980.

Regard sur son œuvre[modifier | modifier le code]

Selon le scénariste Paul Schrader, Penn a su apporter la sensibilité du cinéma européen des années 1960 dans le cinéma américain, le film Bonnie et Clyde ayant ouvert la voie aux films du Nouvel Hollywood[1]. Son enfance chaotique (il a déclaré se reconnaître dans l'histoire du film de François Truffaut Les Quatre Cents Coups) lui a donné le goût de personnages dont l'enfance a été difficile[1].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Prix et nominations[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r et s (en) Dave Kehr, « Arthur Penn, Director of Bonnie and Clyde, Dies », New York Times,‎ 29 septembre 2010 (lire en ligne)
  2. a, b, c, d, e et f Biskind, p. 32-33.
  3. (en) « Fiche d'Arthur Penn », sur Tony Awards (consulté le 12 janvier 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]