Mario Castelnuovo-Tedesco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mario Castelnuovo-Tedesco (né à Florence le - mort à Los Angeles le ) était un compositeur italien, émigré aux États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mario Castelnuovo-Tedesco est un compositeur italien de tendance impressionniste et néo-romantique très prolifique ; descendant d'une illustre famille de banquiers qui vécurent dans la péninsule ibérique jusqu'à l'expulsion des Juifs d'Espagne en 1492, sa musique combine de fait des inspirations italiennes, juives et espagnoles, comme en témoigne son important catalogue (210 opus).

Il a écrit pour tous les genres et son style fluide s'adapte aux diverses situations évoquées dans sa musique, souvent descriptive ; ses très nombreuses pièces pour piano ou guitare sont souvent conçues comme des poèmes symphoniques en miniature ; sa musique, d'une grande puissance poétique et d'évocation, puise souvent sa source d'inspiration dans la littérature ou se marie souvent avec la poésie ou la scène : mélodies, mais aussi musique à programme (ballet, théâtre, opéra, cinéma, marionnettes, …) pour, ou bien d'après des textes poétiques ou narratifs : William Shakespeare, Federico Garcia Lorca, John Keats, Walt Whitman, Juan Ramón Jiménez, …

C'est logiquement en Italie qu'il commence sa formation musicale : il étudie le piano à Florence, puis la composition à Bologne avec le compositeur Ildebrando Pizzeti (1880-1968) et surtout Alfredo Casella (1883-1947) qui fut son grand mentor. Il déploie une activité de pianiste, de compositeur mais aussi de critique musical, et ses œuvres furent très vite jouées dans toute l'Europe.

Sa première œuvre d'importance est un opéra, La Mandragola (d'apres Machiavelli), crée à la Fenice de Venise en 1926.

Ses origines juives seront pour lui une source d'inspiration constante : (Naomi and Ruth op. 22, Sacred service for the Sabbath Eve) et notamment son deuxième concerto pour violon I Profeti, op. 66, écrit en 1931, en hommage à Jascha Heifetz. Mais ce furent ces mêmes origines juives qui l'obligèrent à quitter en 1939 l'Italie pour les États-Unis afin de fuir la politique antisémite du régime de Mussolini. Il s'installa à Hollywood où il écrivit la musique de plus de deux cents films.

Outre ses origines, les liens du compositeur avec l'Espagne sont aussi en partie dus à sa rencontre avec Andrés Segovia à Venise en 1932. Cette première rencontre lui inspira d'ailleurs son premier concerto pour guitare, qui devint l'un de ses instruments de prédilection : près d'une centaine de compositions, dont des concertos (2 pour Guitare, 1 pour 2 Guitares, 2 pour Violon, 2 pour Piano, 1 pour Harpe…) et aussi, certainement l'une des plus originale, son fameux Platero y yo, élégie andalouse pour narrateur et guitare, son opus 190 écrit en 1960 sur 28 des 138 courts chapitres du récit poétique éponyme du poète andalou Juan Ramón Jiménez.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Crédité[modifier | modifier le code]

Non-crédité[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]