Don Siegel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Siegel.

Don Siegel

Nom de naissance Donald Siegel
Naissance 26 octobre 1912
Chicago, Illinois
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès 20 avril 1991 (à 78 ans)
Nipomo, Californie
Profession réalisateur, producteur
Films notables L'Invasion des profanateurs de sépultures
À bout portant
Les proies
L'Inspecteur Harry

Don Siegel, né Donald Siegel le 26 octobre 1912 à Chicago en Illinois et mort le 20 avril 1991 à Nipoma en Californie, est un réalisateur et producteur américain.

Il fut le mentor de Clint Eastwood qui lui dédia son film Impitoyable (1992).

Carrière[modifier | modifier le code]

Don Siegel débute sa carrière en 1934 comme monteur pour la firme Warner Brothers et travaille notamment sur le classique Casablanca de Michael Curtiz. En 1945, il réalise deux courts-métrages qui remportent chacun un Oscar du meilleur film documentaire Hitler Lives et du meilleur court-métrage de fiction Star in the Night.

Il dirige son premier long-métrage, le film noir The Verdict en 1946 et quitte la Warner en 1949. Au cours des années suivantes, des films comme Les Révoltés de la cellule 11 (Riot in Cell Block 11, 1954), L'Invasion des profanateurs de sépultures (Invasion of the body snatchers, 1956), son seul film de science-fiction et L'Ennemi public (Baby Face Nelson, 1957) lui permettent d'asseoir sa réputation de solide réalisateur de films d'action.

Pendant les années 1960, il dirige notamment Les Rôdeurs de la plaine (Flaming Star, 1960), western dans lequel joue Elvis Presley, et À bout portant (The Killers, 1964), film noir inspiré d’une nouvelle d'Ernest Hemingway déjà adaptée au cinéma par Robert Siodmak. Le film est tourné pour la télévision, mais jugé trop violent pour être télédiffusé, il est distribué en salles.

En 1968, Don Siegel fait la rencontre de Clint Eastwood avec qui il travaillera sur cinq films et connaitra le succès à la fois commercial et critique; cette série de films comprend le polar Un shérif à New York (Coogan's Bluff, 1968), transposition d'un personnage de western à l'époque contemporaine, un diptyque de westerns, Sierra torride (Two Mules for Sister Sara, 1970), comédie picaresque avec Shirley MacLaine et Les Proies (The Beguiled), film cynique sur fond de guerre de Sécession, à nouveau un polar avec L'Inspecteur Harry (Dirty Harry, 1971), le film le plus célèbre et le plus controversé de sa carrière. En 1976, il tourne le western Le Dernier des géants (The Shootist), seule collaboration personnelle avec John Wayne et chant du cygne de l’acteur, puis travaille avec Clint Eastwood une dernière fois en 1979 pour L'Évadé d'Alcatraz (Escape From Alcatraz, 1979), suspense carcéral. Le réalisateur aura un impact décisif sur la carrière de Clint Eastwood en tant que réalisateur, lui donnant l'impulsion de passer derrière la caméra et apparaissant même comme acteur dans son premier film. En 1982, il réalise son dernier film La Flambeuse de Las Vegas (Jinxed !), pendant le tournage duquel il s’entend mal avec la vedette Bette Midler et est victime d’une crise cardiaque. À sa sortie, le film reçoit un accueil critique défavorable.

Vie privée[modifier | modifier le code]

De 1948 à 1953, il est marié avec l'actrice Viveca Lindfors, dont il eut un fils Kristoffer Tabori. Il se remaria avec Doe Avedon en 1957, dont il eut quatre enfants.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Directeur de la photographie[modifier | modifier le code]

Monteur[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompense 
* 1988 : Prix pour l'ensemble de sa carrière décerné par l'Association des Critiques de cinéma de Los Angeles
Nomination 
* 1955 : DGA Award de la meilleure réalisation pour Les Révoltés de la cellule 11

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Dès 1942, il fit part de son envie de réaliser des films, mais son contrat avec la Warner l'en empêcha, et Jack Warner lui-même refusa de résilier ce contrat afin de continuer à profiter du talent de Don Siegel pour le montage.
  • Il fut le premier réalisateur à signer un film du nom d'Alan Smithee : il renia son film Death of a Gunfighter (1969) car l'acteur vedette Richard Widmark, qui avait déjà fait virer le précédent réalisateur Robert Totten peu avant la fin du tournage, dénatura complètement l'œuvre en imposant ses propres choix artistiques.
  • Durant le tournage de L'Inspecteur Harry (1971), il souffrit d'une grippe et Clint Eastwood le remplaça provisoirement pour une scène, ce qui marqua ses débuts de réalisateur.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]