Toto (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Toto.

TOTO

Description de cette image, également commentée ci-après

de gauche à droite : Nathan East, Simon Phillips, Steve Lukather, Joseph Williams, Steve Porcaro et David Paich

Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Pop rock
Jazz-rock fusion
Rock progressif
Hard rock
Soft rock
Funk
Années actives 19762008
2010
Labels Columbia Records
Frontiers Records
Site officiel www.totoofficial.com
Composition du groupe
Membres Steve Lukather
David Paich
Keith Carlock
Mike Porcaro
Steve Porcaro
Joseph Williams

Nathan East

Anciens membres Jeff Porcaro (†)
David Hungate
Fergie Frederiksen (†)
Bobby Kimball
Greg Phillinganes
Jean-Michel Byron Simon Phillips

Toto est un groupe de rock américain formé en 1977 à Los Angeles en Californie par Jeff Porcaro (batterie) et David Paich (clavier), auxquels se joignent Steve Lukather (guitare), Steve Porcaro (claviers), David Hungate (basse) et Bobby Kimball (chant).

Au début des années 1980, le groupe atteint la consécration avec son album Toto IV, mais les médias américains se déchaînent contre la formation. Cependant, elle demeure populaire en Europe et au Japon. En 1982, Mike Porcaro remplace David Hungate à la basse. En 1992, Toto doit faire face à la mort accidentelle de son membre cofondateur, Jeff Porcaro. Il est remplacé par l'Anglais Simon Phillips.

En 35 ans de carrière, Toto enregistre douze disques studio[Notes 1] vendus à trente-cinq millions d'exemplaires et quatre albums live. Il remporte par ailleurs sept Grammy Awards. Des hits tels que Hold the Line, Africa, Rosanna sont des références qui ont donné une grande notoriété au groupe.

Toto enregistre en février 2006 Falling in Between et son single Bottom of Your Soul. Entre 1979 et 2007, le groupe effectue une trentaine de tournées internationales. Le , Steve Lukather, alors seul membre de la formation d'origine, annonce son départ de Toto et la dissolution du groupe.

En 2010, Toto se reforme pour une tournée estivale en Europe afin de soutenir son bassiste Mike Porcaro, atteint de la maladie de Charcot. Pour ce retour sur scène, le groupe se compose de Steve Lukather, David Paich, Steve Porcaro, Joseph Williams et Simon Phillips. Après l'intégration inattendue de Leland Sklar à la basse en 2007 pour la tournée mondiale, Toto fait cette fois-ci appel à un autre bassiste légendaire : Nathan East. En 2013, Toto célèbre ses trente-cinq années de carrière en effectuant une nouvelle tournée internationale avec la même formation qu'en 2010.

En janvier 2014, le site officiel du groupe annonce que Simon Phillips quitte la formation après 21 ans. Un nouveau batteur, Keith Carlock, le remplace au sein de la formation.

Histoire du groupe[modifier | modifier le code]

Jeff Porcaro lors d'un concert de Toto en 1986.

Débuts (1977-1981)[modifier | modifier le code]

En 1976, à Los Angeles, deux amis de lycée, un claviériste nommé David Paich et un batteur du nom de Jeff Porcaro, âgés de vingt-trois ans, ont pour ambition de monter leur propre groupe. Les deux hommes sont déjà connus des studios[1]. En effet, ils ont à leur actif plusieurs participations sur divers albums des années 1970, dont deux de Steely Dan[2],[3] et ont également joué avec Boz Scaggs[4]. De plus, David Paich est aidé par son père Marty, chef d'orchestre et compositeur renommé[5]. Une fois leur projet réalisé, ils sont rejoints par Steve Lukather à la guitare, Steve Porcaro (frère cadet de Jeff) aux claviers, Bobby Kimball au chant puis David Hungate à la basse. Steve Lukather, âgé de dix-neuf ans, est le plus jeune membre du groupe[4].

Dès lors, Jeff propose pour le groupe le nom de « Toto » car c'est un nom simple et facile à retenir[Notes 2]. Par ailleurs, « Toto » en latin signifie « universel » ou « total », nom approprié pour un groupe qui veut s'illustrer dans tous les styles de musique[Notes 3],[6].

En 1977, le groupe a déjà acquis une certaine réputation[Notes 4] et, sans avoir encore donné le moindre concert, décroche son premier contrat avec CBS Records. Son premier album, intitulé Toto, est auto-produit, et sort en septembre de la même année. Il compte dix titres, dont huit sont composés par David Paich[Notes 5]. Le premier single extrait, Hold the Line, se hisse à la cinquième place des charts aux États-Unis[7]. Les deux autres titres, I'll supply the love et Georgy Porgy paraissent en single la même année, et atteignent respectivement les 45e et 48e places au Billboard Hot 100[7]. Les ventes s'élèvent à quatre millions d'exemplaires et Toto effectue sa première tournée de janvier à avril 1979[8],[9]. Par ailleurs, Toto participe pour la première fois à la cérémonie Grammy Awards, leur titre Georgy Porgy étant nommé dans la catégorie Best New Artist[Notes 6],[10]. Toto enregistre par la suite son second 33 tours, Hydra, avec comme titre phare 99. Ce morceau fait allusion au film de George Lucas THX 1138 où les personnages sont nommés par des chiffres[10]. Les huit titres sont de nouveau composés par Paich[Notes 7],[11]. Hydra ne remporte pas le succès du premier album, et ne permet pas au groupe de consolider la notoriété acquise lors de la sortie de Toto[12]. Le troisième opus de Toto, Turn Back, sorti en 1981, passe quant à lui inaperçu en Amérique et en Europe. En effet, depuis ses débuts, Toto connaît davantage de succès à l'étranger, notamment en Asie. Contrairement aux deux disques précédents, Turn Back se révèle décevant et ne compte aucun morceau mémorable[13]. La plupart des huit titres sont écrits et composés par Paich, et Steve Lukather signe sa première composition avec Toto avec le morceau Live for Today[14],[15].

Toto IV et le début de la notoriété (1982)[modifier | modifier le code]

David Paich en 1982.

L'année 1982 est l'année de la consécration. Toto sort alors son quatrième album intitulé Toto IV. Il s'agit d'un album orienté qui demeure à ce jour la meilleure production et le plus grand succès commercial du groupe[4]. La même année, le bassiste David Hungate quitte Toto pour se consacrer à sa vie de famille. Il est remplacé par Mike Porcaro, frère de Jeff et Steve[10]

Les deux grands hits Africa et Rosanna classent l'album quatrième des meilleures ventes pour l'année 1982 dans la catégorie « Pop Albums »[16]. Le morceau Africa, écrit par Paich et Porcaro[17], monte à la première place des charts américains dans la catégorie « Pop singles »[16], tandis que Rosanna occupe la deuxième place au classement américain[16]. Selon une rumeur tenace, le morceau Rosanna écrit par Paich, est dédié à l'ex-petite amie de Steve Porcaro, Rosanna Arquette. Cette rumeur est cependant fausse et a toujours été démentie par le groupe[18],[19]. Steve Lukather signe l'écriture de la chanson I Won't Hold You Back[15], autre succès du groupe qui atteint la 10e place au Billboard Hot 100[16]. En outre, Waiting for your love et Make believe sont les deux derniers singles de Toto IV[20].

Pour ce dernier, le groupe reçoit un total de vingt-huit nominations aux Grammy Awards de 1983 et en ressort avec six récompenses[21] :

  • meilleur album de l'année (Toto IV) ;
  • meilleure chanson de l'année (Rosanna) ;
  • meilleur producteur (Toto) ;
  • meilleur arrangement instrumental (Rosanna) ;
  • meilleur arrangement vocal (Rosanna) ;
  • meilleur ingénieur d’enregistrement (Toto IV).

De plus, les musiciens effectuent une tournée mondiale de mai à novembre 1982[9]. Parallèlement, Steve Lukather, David Paich, Jeff Porcaro, Steve Porcaro et Greg Phillinganes (futur membre du groupe) participent à l'enregistrement de l'album de Michael Jackson, Thriller[22],[23].

Les années Frederiksen et Williams (1984-1988)[modifier | modifier le code]

En 1984, après le succès international de Toto IV, le groupe décide de faire une pause en enregistrant son unique bande originale de film, pour Dune, un film de science-fiction de David Lynch[24].

Bobby Kimball est quant à lui contraint de quitter le groupe pour son absentéisme récurrent aux répétitions. Le succès engendré par Toto IV provoque en effet des perturbations au sein de la formation, comme un rythme de vie bouleversé et des consommations de drogues[25]. Fergie Frederiksen, un chanteur d'origine danois, lui succède[26],[27]. Les deux nouveaux membres participent aussitôt à l'enregistrement de l'album Isolation d'où ressortent deux hits singles : Stranger in town et Holyanna. Frederiksen participe à l'écriture de quatre des dix titres que compte l'album[28]. Isolation est un album au son plus rock que son prédécesseur[29]. Il se classe à la 42e place du Billboard 200[30] et remporte un franc succès auprès des fans[10],[31].

Toto enregistre également un instrumental pour les Jeux olympiques de 1984, Moodido, composé par Steve Lukather[15]. Fergie Frederiksen quitte aussitôt le groupe pour être remplacé par Joseph Williams, fils du compositeur John Williams[32] ; puis Toto enregistre Fahrenheit en 1986 avec son nouveau membre au chant. Cet album tire davantage ses influences de sons pop rock, funk et soul[33]. Le morceau I'll Be Over You, chanté par Steve Lukather, se hisse à la onzième place des charts américains au Billboard 100[34]. Sur cet album, est également enregistré le deuxième instrumental du groupe Don't stop me now avec la participation de Miles Davis, un morceau plus jazz que rock. Le succès du groupe sur cet album est mitigé, malgré la réussite des titres I'll be over you et Without Your Love[35]. Fahrenheit chute dans les charts par rapport à son prédécesseur, et occupe la 54e position au Billboard 200[36].

En 1987, Steve Porcaro quitte le groupe pour entreprendre une carrière solo[1]. Il continue cependant à collaborer à l'enregistrement de plusieurs albums, mais en tant que musicien additionnel ou ingénieur du son[Notes 8]. En 1988, Toto enregistre The Seventh One. Trois singles se distinguent : Pamela, Stop Loving You et Mushanga. Ces titres ont du succès surtout en Europe et au Japon. Une tournée d'une durée de quatre mois est commencée la même année[9].

Cependant, Joseph Williams est également contraint de quitter le groupe. En effet, après la tournée, ses prestation vocales diminuent, causées par une grande consommation de drogues. En 1989, Toto est donc réduit à quatre membres. Steve Lukather débute parallèlement une carrière solo. La même année, il enregistre son premier album qu'il intitule Lukather. Cet album se caractérise par un style différent de celui de Toto à cette époque, avec des influences de Led Zeppelin, Cream, Jimi Hendrix ou encore Pink Floyd[37].

Past to Present (1990)[modifier | modifier le code]

Le guitariste Steve Lukather pendant le Past to Present Tour en 1990.

En 1990, Toto décide d'enregistrer sa première compilation, en reprenant ses plus grands morceaux. Bobby Kimball et David Hungate sont rappelés par le groupe pour participer à l'album, qui s'intitule Past to Present (1977-1990). Un nouveau chanteur d'origine sud-africaine, Jean-Michel Byron devient la voix principale de Toto[38]. L'album comprend des titres tels que Hold the Line, 99, Africa, Rosanna ainsi que quatre morceaux inédits[Notes 9],[39].

Cependant, le nouveau membre du groupe, Jean-Michel Byron est imposé au groupe par leur maison de disque Sony. Il participe à la tournée suivante mais quitte la formation aussitôt car il fait l'objet de vives critiques[40].

Byron n'est en effet apprécié ni des autres membres du groupe, ni des fans[10]. Steve Lukather juge son attitude égoïste et son comportement sur scène ridicule. Malgré cela, le morceau inédit Out of love remporte un certain succès auprès du public européen. Par ailleurs, Past to Present devient disque de platine dans plusieurs pays[6]. En support de l'album, le Planet Earth World Tour s'effectue sur trois mois[9], avec la participation du chanteur sud-africain, mais celui-ci est contraint de quitter le groupe dès la fin de la tournée[41].

La mort de Jeffrey Porcaro (1992)[modifier | modifier le code]

Au début des années 1990, après la tournée de Past to present, le groupe est réduit à quatre. Il enregistre en 1992 son huitième album, Kingdom of Desire. La pochette de l'album est illustrée par Jeff Porcaro. Celle-ci représente un corps reposant sous terre. Cette pochette est prémonitoire dans la mesure où le batteur meurt quelques semaines avant la sortie de l'album [42].

En effet, le 5 août 1992, Jeffrey Porcaro est retrouvé inanimé dans son jardin, dans sa maison de Los Angeles. Malgré l'intervention de sa famille et des secours, le batteur succombe à un arrêt cardiaque dû à l'inhalation accidentelle d'un désherbant[43],[44]. Une rumeur de l'époque établit que sa mort est due à une surdose de cocaïne, mais celle-ci n'est jamais prouvée[45].

Abattus, les membres du groupe songent à dissoudre la formation, mais ils décident de continuer en jugeant que Jeff l'aurait voulu[1]. Cependant, la promotion que doit effectuer le groupe pour faire connaître l'album se révèle être un « cauchemar » pour ses membres[25]. La tournée suivante est dédiée à Porcaro et Simon Phillips est choisi pour le remplacer[Notes 10]. Celui-ci a déjà collaboré avec des groupes tels que The Who, Tears for Fears, Jeff Beck, Mick Jagger[46]. Phillips dispose alors de trois semaines de répétitions pour apprendre le répertoire de Toto[47].

Kingdom of Desire propose un changement radical dans le son du groupe. La majorité de l'album est en effet composé par Steve Lukather[15], qui occupe également le poste de chanteur principal. Le disque arbore ainsi un style plus électrique, aux influences hard rock[48]. Le groupe inclut dans son album un nouvel instrumental : Jake to the Bone, morceau de style jazz-rock fusion, plusieurs chansons rock telles que Kingdom of Desire ou Gypsy Train. Trois titres font également office de ballades (2 Hearts, The Other Side, Only you). Simon Phillips effectue la tournée Kingdom of Desire, et devient finalement membre du groupe à part entière[46].

L'enregistrement du premier premier album live du groupe est effectué durant cette tournée : Absolutely Live sort en 1993. Trois choristes renforcent le chant sur scène. L'année suivante, Steve Lukather sort son deuxième album avec les Lobotomys, Candyman[49].

Un nouveau son : Tambu (1995)[modifier | modifier le code]

Mike Porcaro en concert avec Toto.

Trois ans après la mort de Jeff Porcaro, Toto décide d'enregistrer son neuvième album studio. Tambu sort en septembre 1995. Steve Lukather est au chant et Simon Phillips est à la batterie. Le groupe, qui retourne vers un registre plus pop que Kingdom of Desire, aborde dans ses morceaux des thèmes comme l'espoir, l'hypocrisie, la rage, la Foi, la confiance[50]. Les choristes John James et Jenny Douglas McRae se joignent au groupe pour l'enregistrement des chœurs. Le percussionniste Lenny Castro, qui a longtemps collaboré avec Toto, est également présent sur l'album[51]. Le premier single extrait, I will remember, devient disque d'or en quelques semaines[6]. La tournée Tambu World Tour est effectué d'octobre 1995 à juillet 1996[9]. Cependant, à la suite de problèmes de santé, Simon Phillips est contraint de ne pas participer au début de cette tournée. Momentanément remplacé par Greg Bissonette, il ne rejoint le groupe qu'au début de l'année 1996[6].

Steve Lukather poursuit par ailleurs sa carrière solo en enregistrant son troisième album, intitulé Luke[Notes 11],[52]. Simon Phillips, quant à lui, sort son premier album solo, Symbiosis. Les deux hommes partent en tournée en Europe à tour de rôle. De leur côté, Steve et Mike Porcaro, et Joseph Williams enregistrent un single des Porcaro Brothers, intitulé Young at Heart[6]. Alors que les vingt ans du groupe approchent, Steve Lukather et David Paich sélectionnent les morceaux qui seront sur l'album anniversaire. Le live à Johannesburg de 1997, en Afrique du Sud, avec les morceaux Africa et Dave's Gone Skiing avec Simon Phillips à la batterie accompagné de nombreux chœurs et percussionnistes africains, font partie de cette sélection[53].

De plus, les anciens membres du groupe, Bobby Kimball, Steve Porcaro et Joseph Williams sont conviés à participer à la tournée[53]. Simon Phillips enchaîne parallèlement son deuxième album solo, Another Lifetime et part quelque temps au Japon pour une petite tournée, avant de participer à celle de Toto XX. Pendant ce temps, David Garfield termine l'enregistrement de Tribute to Jeff, en hommage à Jeff Porcaro[Notes 12],[6].

XX, Mindfields (1997-1999)[modifier | modifier le code]

David Paich durant un concert avec Toto.

Toto XX[Notes 13] sort fin mai 1998 et le groupe effectue plusieurs dates promotionnelles en Europe[9]. Bobby Kimball ayant participé à cette tournée, la formation lui propose de revenir pour l'enregistrement de leur nouvel album studio. Kimball accepte et devient de nouveau la voix principale de Toto. En mars 1999, Mindfields sort avec Kimball au chant sur la plupart des morceaux. Le disque de treize pistes est coproduit par Elliot Scheiner[54]. Le titre Caught in the balance remporte un franc succès auprès des fans, de même que Mad about you, chanson coécrite par Joseph Williams[54]. Mindfields offre par ailleurs deux power ballads : Melanie et Last love interprétées par Steve Lukather, du rock mélodique, un morceau aux airs de reggae (Mindfields) et un titre blues rock, High Price of Hate, de plus de neuf minutes, chanté par Bobby Kimball[55]. Les titres Mad about you et Melanie paraissent en single au cours de l'année 1999[56]. De plus, la version japonaise de l'album contient un titre bonus, Spanish Steps[57].

La tournée Mindfields Reunion Tour s'étend sur près d'un an et demi[9]. Le groupe est bien accueilli, aussi bien en Europe qu'aux États-Unis où il n'a pas fait en concert depuis six ans. Le succès est tel que certains concerts au Japon se jouent à guichet fermé[6]. Toto retrouve une réelle satisfaction à jouer aux États-Unis et dans le monde entier. Son second album live, Livefields, est enregistré pendant cette tournée en France, à Marseille et à Toulouse[58]. Il reprend les succès de l'album Mindfields ainsi que différents hits du groupe tels que Rosanna ou White Sister. Après la tournée, les membres du groupe ressentent le besoin de se reposer. Chaque membre s'isole pour se consacrer à des projets plus personnels. Bobby Kimball, Simon Phillips et Steve Lukather effectuent de petites tournées individuelles.

Trois ans après la sortie de Mindfields, le groupe décide de se réunir à nouveau pour reprendre des grands hits tels que Could You Be Loved de Bob Marley ou encore While My Guitar Gently Weeps de George Harrison et les enregistrer sur un disque entièrement consacré à des reprises : Through the Looking Glass[59]. Le succès est mitigé, les fans ayant attendu un album écrit et composé par le groupe lui-même[60].

Un an plus tard, le Toto enchaîne l'enregistrement de son troisième album live, intitulé Live in Amsterdam. Dans une interview, Steve Lukather dévoile son estime pour le public hollandais, d'où le choix du lieu d'enregistrement[61]. Par ailleurs, le guitariste enregistre la même année SantaMental, son quatrième album solo[62].

Falling in between et dissolution du groupe (2006-2008)[modifier | modifier le code]

Simon Phillips à la batterie.

Falling in Between sort en février 2006[63]. Le groupe fait alors appel à Steve Porcaro en tant qu'ingénieur du son ou encore à Lenny Castro pour les percussions. L'album est un mélange d'un grand nombre de styles musicaux rock, pop rock, folk, soul, jazz, funk. Le single Bottom of Your Soul occupe les premières places des charts européens durant quelques semaines. Fin février 2006, le groupe débute une tournée mondiale de plus de deux ans. Mike Porcaro se blesse à la main gauche et quitte la tournée à la fin de l'année 2006. À partir de 2007, il est remplacé par le bassiste Leland Sklar[64],[65] jusqu'à la fin de la tournée Falling in Between tour, qui se termine en avril 2008. Falling in Between Live, quatrième album live du groupe, enregistré en mars 2007 au Zénith de Paris, sort en Europe le 29 octobre 2007[66]. Parallèlement, le DVD de ce concert paraît le 26 février 2008 édité par Eagle Vision.

Après la tournée de l'album Falling in Between, Steve Lukather est le seul membre restant de la formation originelle de 1977. Le , le guitariste annonce sur son site officiel qu'il quitte Toto, que le groupe n'existe plus et que chaque membre s'exerce désormais sur des projets en solo[67],[68]. Lukather avoue avoir vécu de nombreux moments difficiles après les départs de Jeff Porcaro, puis de son frère et de David Paich, membre fondateur du groupe. Le groupe s'est ainsi dissous, après plus de trente-et-un ans de carrière, et près de trente millions de disques vendus[69].

Reformation et tournées estivales (2010 - 2013)[modifier | modifier le code]

Après deux ans de silence, David Paich contacte Steve Lukather pour lui proposer de reformer le groupe en hommage à leur bassiste Mike Porcaro, atteint de sclérose latérale amyotrophique[70]. Ce dernier accepte à la condition de rappeler des membres historiques, notamment Steve Porcaro au clavier et Joseph Williams au chant. À propos de choisir ce dernier plutôt que Bobby Kimball, Steve Lukather déclare que le groupe souhaite faire quelque chose de différent, précisant que Kimball préfère de son côté interpréter les chansons de Toto avec d'autres musiciens. Il dément par ailleurs l'existence de tensions entre eux. Il ajoute que Joseph Williams a totalement récupéré sa voix et que celui-ci souhaite une deuxième chance[71].

Le , les membres de Toto annoncent officiellement une réunion temporaire du groupe. Une première tournée est organisée en Europe à l'été 2010[72]. Pour cette occasion, le groupe est donc composé de Steve Lukather, David Paich, Joseph Williams, Steve Porcaro et Simon Phillips. Il fait par ailleurs appel au bassiste Nathan East[73]. Cette même équipe reprend les concerts en Europe et à travers le monde durant l'été 2011, 2012 puis 2013. La même année, le groupe fête son trente-cinquième anniversaire et entame notamment une tournée en France[74]. Une partie des fonds récoltés est destinée à la lutte contre la sclérose latérale amyotrophique[75]. Au mois de novembre 2013, David Paich et Steve Lukather annoncent officiellement qu'ils commencent à écrire des chansons pour le prochain album de Toto.

En route vers un nouvel album (2014)[modifier | modifier le code]

En janvier 2014, Toto rentre en studio pour commencer l'enregistrement de son futur album, dont la sortie est prévue en 2015. A cette occasion, le groupe annonce le départ du batteur Simon Phillips. Ce dernier, après 21 ans au sein de la formation, souhaite retrouver sa carrière solo et se consacrer à divers projets. Le batteur Keith Carlock (en) le remplace [76]. Par ailleurs, Steve Lukather annonce la sortie pour le 28 avril 2014 du DVD de la tournée 2013 (filmé en Pologne), puis une série de concerts à travers les États-Unis et le Japon ainsi qu'une tournée mondiale pour les deux prochaines années.

Identité artistique du groupe[modifier | modifier le code]

Style musical et influences[modifier | modifier le code]

Leland Sklar en août 2007.

Alors que le punk rock californien est en plein essor, le groupe, inspiré par des groupes comme Kansas, Journey ou encore Styx, sort son premier album en 1978 au terme d'un enregistrement de neuf mois en studio. Avec un son situé entre le rock progressif et le rock mélodique des arrangements musicaux et vocaux performants (le shuffle de Jeff Porcaro ; un son jazz-rock fusion inspiré de Steely Dan)[77]. Toto compte également The Beatles, The Beach Boys, les Bee Gees, Steely Dan et Yes parmi ses influences[78].

L'album Hydra, caractérisé par un son situé entre le soft rock et le rock symphonique et par la présence continue de synthétiseurs, est entièrement composé par David Paich, qui exprime, grâce à des morceaux comme Hydra, St George and the Dragon sa passion pour le monde médiéval[12]. Toto s'inspire sur cet opus de groupes comme Supertramp, ou encore Kansas. Avec son hit 99, le groupe entre progressivement dans l'ère FM. Cette entrée se confirme avec l'album Turn Back, qui se révèle décevant auprès des critiques[13].

Avec la sortie de l'album Toto IV et de ses hits Africa, Rosanna, Make Believe, Waiting for your Love et I Won't Hold You Back, le groupe connaît la notoriété internationale[16]. Ces morceaux plus pop, appelés power ballads, font leur apparition sur les radios américaines et japonaises. Le groupe entre ainsi définitivement dans son ère « Rock FM »[Notes 14],[79]. Fergie Frederiksen attire de nouveau un public hard rock grâce à l'album Isolation[28], tout en conservant ses influences de rock FM[80].

Par la suite, Toto s'initie davantage à la fusion du jazz, de la pop et du rock, avec les albums Fahrenheit et The Seventh One. C'est à cette époque que Joseph Williams fait un passage dans le groupe et que le trompettiste Miles Davis est invité à participer à l'instrumental Don't Stop Me Now[81]. Fahrenheit et The Seventh One mettent en avant les influences pop rock du groupe ; les claviers, les cuivres et les percussions sont mis en avant[82],[83]. Toto s'éloigne alors de ses racines et du rock californien[84].

Lors de la sortie de Kingdom of Desire, le son du groupe est transformé. Les synthétiseurs sont remplacés par des guitares saturées, tandis que les claviers se font plus discrets. Kingdom of Desire mêle ainsi des éléments de hard rock, de jazz et de funk[85]. La voix du guitariste sur toutes les pistes du disque donne un style plus électrique aux morceaux. Comme son prédécesseur, Tambu met en avant les riffs de guitares de Steve Lukather mais laisse cependant plus de place au piano[86]. Le retour de Bobby Kimball, pour l'album Mindfields en 1999 équilibre le son, qui devient plus pop rock. Mindifelds est caractérisé par le retour des cuivres et des percussions[87].

Falling in Between, sorti en 2006, est marqué par la présence nouvelle de Greg Phillinganes aux claviers mais aussi le retour de Steve Porcaro (en tant qu'ingénieur du son) et de Joseph Williams (en tant que voix additionnelle). Le percussionniste Lenny Castro, ainsi qu'une section cuivres participent également à l'album[88]. L'album est par conséquent riche tant au niveau instrumental que vocal. Le titre FM de cet opus est le single Bottom of your soul. Falling in Between est ponctué d'influences de rock progressif, pop rock, jazz, funk et soul, mais aussi de hard rock et de heavy metal[89].

L'identité artistique de Toto inspire des groupes tels que Cutting Crew, The Outfield, Glass Tiger ou encore Night Ranger[78].

Signification symbolique des pochettes[modifier | modifier le code]

Simon Phillips en août 2007.

Les pochettes d'albums de Toto présentent des particularités. En effet, elles sont ornées de plusieurs épées, anneaux et rubans. L'épée apparaît sur la pochette du premier album, Toto[90]. Elle est au centre d'un anneau de pierre et des rubans l'entourent.

Les couvertures sont l'œuvre du peintre Phillip Garris, à la demande du groupe[91]. L'artiste écoute les enregistrements de Toto puis part vers San Francisco afin d'en dessiner la pochette. Revenant avec son œuvre, il explique aux membres de Toto que l'épée est une représentation symbolique des sentiments que lui a inspiré l'écoute de l'album. Il trouve que la musique a « un style tranchant, comme une épée »[91]. Les divers symboles deviennent, au fil des albums, des marques chronologiques. En effet, sur Toto, une seule épée est présente, car il s'agit du premier album[92]. L'anneau de pierre, également conçu sur la base d'une idée de Garris, représente tout le travail effectué par le groupe, « lourd comme la pierre ». Sur le premier album, un seul anneau est dessiné[91]. Les rubans, pour leur part, ne sont présents que sur la pochette du premier album. Ils représentent selon l'artiste les « jeunes années » du groupe[91].

La pochette de Toto n'est pas la seule où figure une épée ou un anneau. Sur la pochette d'Hydra, le personnage tient une épée dans la main[93]. La pochette de Toto IV comporte quatre anneaux de pierre entourant une seule épée[94]. Ici, les quatre anneaux représentent les quatre albums composés par Toto jusque-là. L'anneau du haut (celui qui entoure la garde de l'épée) est intact, il désigne l'album le plus récent. Plus l'anneau est proche de la pointe de l'épée, plus il est abîmé et plus on remonte dans le temps dans la discographie du groupe[91]. Pour l'album The Seventh One dont le titre signifie « le septième », sept épées et un anneau sont dessinées et non l'inverse[95]. De même sur la pochette de Past to Present, huit objets tournoient autour d'une seule épée[96]. Les épées et anneaux ne sont pas systématiquement présents sur les albums du groupe mais ils demeurent néanmoins des symboles particuliers à Toto.

Les différents membres du groupe[modifier | modifier le code]

Anciens membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Évolution de la composition du groupe[modifier | modifier le code]

Date Guitare Clavier Basse Batterie Chant Second Clavier Albums Date
1977 Steve Lukather David Paich David Hungate Jeff Porcaro Bobby Kimball Steve Porcaro 1977
1978 Toto 1978
1979 Hydra 1979
1980 1980
1981 Turn Back 1981
1982 IV 1982
1983 Mike Porcaro Dune 1983
1984 Fergie Frederiksen Isolation 1984
1985 1985
1986 Joseph Williams Farenheit 1986
1987 1987
1988 The Seventh One 1988
1989 1989
1990 Jean-Michel Byron Past to Present 1990
1991 1991
1992 Kingdom of Desire 1992
1993 Simon Phillips 1993
1994 1994
1995 Tambu 1995
1996 1996
1997 1997
1998 Bobby Kimball XX 1998
1999 Mindfields 1999
2000 2000
2001 2001
2002 Through the Looking Glass 2002
2003 2003
2004 2004
2005 Greg Phillinganes 2005
2006 Falling in Between 2006
2007 2007
2008 2008
Du mois de mai 2008 au mois de juin 2010, le groupe est dissous. Aucun concert n'est donné et aucun album n'est enregistré.
2010 Steve Lukather David Paich Nathan East Simon Phillips Joseph Williams Steve Porcaro 2010
2011 2011
2012 2012
2013 2013
2014 Keith Carlock (en) 2014

NB : Mike Porcaro reste le bassiste officiel de Toto, mais en raison de son état de santé, il n'est plus en mesure de participer à l'activité du groupe depuis 2007. Il est remplacé par Leland Sklar durant la tournée Falling in Between en 2007 et en 2008, puis par Nathan East lors des différents concerts donnés par Toto depuis 2010. Par ailleurs, David Paich est souvent absent en tournée durant les années 2003 à 2008, il participe cependant à toutes les dates depuis la reformation du groupe en 2010.

Musiciens additionnels (en tournée)[modifier | modifier le code]

  • Amy keys : Chœurs (2013-présent)
  • Mabvuto Carpenter : Chœurs (2010-présent)
  • Nathan East : Basse (remplace Mike Porcaro, 2010-présent)
  • Jory Steinberg : Chœurs (2010)
  • Leland Sklar : Basse (remplace Mike Porcaro, 2007-2008)
  • Kenny Moran : Claviers, chœurs (2005-2008 ?)
  • Ricky Lawson : Batterie (remplace Simon Phillips, 2003 (NOTP))
  • Jon Farriss : Batterie (remplace Simon Phillips, 2003 (NOTP))
  • Greg Phillinganes : Claviers, chant (remplace David Paich, 2004-2007)
  • Jeff Babko : Claviers, chant (remplace David Paich, 2000)
  • Tony Spinner : Seconde guitare, chant (1999-2008)
  • Buddy Hyatt : Chœurs, percussions (1999-2000)
  • Sofia Bender : Chœurs (remplace Jenny Douglas McRae, hiver 1996)
  • Gregg Bissonnette : Batterie (remplace Simon Phillips, automne 1995)
  • John James : Chœurs (1992-1997)
  • Donna McDaniels : Chœurs (1992-1994)
  • John Jessel : Claviers, chœurs (198?-2004?)
  • Fred White : Chœurs (1991)
  • Jenny Douglas McRae : Chœurs (1990-1993, 1995, 1996-1997, 2011-présent)
  • Chris Trujillo : Percussions (1990-1993)
  • Jackie McGhee : Chœurs (1990-1991)
  • Luis Conté : Percussions (1988)
  • Warren Ham : Saxophone, flute, harpe, chœurs (1986-1988)
  • Ralph Rickert : Cuivres, chœurs (1986-1987)
  • Paulette Brown : Chœurs (1985-1987)
  • Scotty Page : Saxophone, seconde guitare, flute (1985)
  • Timothy B. Schmidt : Chœurs (1982 (EU))
  • James Newton Howard : Claviers (1982 (JP/US))
  • John Smith : Saxophone Ténor, chœurs (1982)
  • Lenny Castro : Percussions (1979, 1982 (EU)-1987)
  • Keith Landry : Seconde guitare, chœurs (1980)
  • Tom Kelly : Seconde guitare, chœurs (1979).

Discographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Discographie de Toto.

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce nombre inclut l'intégralité des albums studio enregistrés entre 1977 et 2006, sans inclure toutefois les deux compilations officielles du groupe Past to Present et Toto XX. Il n'inclut également pas la bande son du film Dune, de David Lynch.
  2. Après avoir vu Le Magicien d'Oz, Jeff Porcaro propose le nom de « Toto », qui est le nom donné au chien du film. Cependant, Porcaro ne l'a pas choisi pour cette raison, mais parce que le nom est simple, court et facile à retenir dans toutes les langues.
  3. Groupe polyvalent, Toto montrera à travers ses différents albums la richesse et la diversité des genres musicaux abordés : pop, rock, funk, jazz, hard rock.
  4. La réputation du groupe est due aux diverses collaborations de Jeff Porcaro et David Paich.
  5. Les deux autres titres, You are the Flower et Takin' It Back, sont respectivement composés par Bobby Kimball et Jeff Porcaro.
  6. « Meilleur Nouvel Artiste »
  7. David Paich a écrit et composé les huit titres, dont plusieurs seul, mais il est assisté d'autres membres sur certains morceaux.
  8. Steve Porcaro participe entre autres à la compilation des vingt ans du groupe, Toto XX, ainsi qu'à son dernier album studio en date Falling in Between
  9. Les morceaux écrits et chantés par Byron sont : Love Has the Power, Out of Love Can You Hear What I'm Saying et Animal.
  10. Le groupe décide de continuer malgré la mort de Jeff Porcaro, et Phillips a la lourde responsabilité de se faire une place auprès des fans, sans se substituer à Jeff Porcaro, toujours dans les mémoires.
  11. Luke est un des surnoms de Steve Lukather.
  12. Cet album hommage regroupe l'ensemble des membres de Toto et près de 80 musiciens
  13. XX, en chiffres romains signifie « 20 ».
  14. Le rock dit « FM » se définit par la diffusion récurrente à la radio de morceaux pop rock aux États-Unis.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (fr) « Biographie », hydrasolation.com (consulté le 9 juin 2013)
  2. (en) Stephen Thomas Erlewine, « Pretzel Logic > Credits », allmusic.com (consulté le 9 juin 2013)
  3. Stephen Thomas Erlewine, « Katy Lied > Credits », allmusic.com (consulté le 9 juin 2013)
  4. a, b et c (en) « Biography », stevelukather.net,‎ 2006 (consulté le 9 juin 2013)
  5. (en) « Marty Paich Biography », martypaich.com (consulté le 9 juin 2013)
  6. a, b, c, d, e, f et g « Biographie », totofanfrance.free.fr (consulté le 16 juin 2010)
  7. a et b « Toto > Charts & Awards », allmusic.com,‎ 2006 (consulté le 9 juin 2013)
  8. (fr) « Toto », totofanfrance.free.fr (consulté le 9 juin 2013)
  9. a, b, c, d, e, f et g (en) « Tourdates TOTO 1979 - 2007 », toto_rocks.tripod.com (consulté le 7 avril 2010)
  10. a, b, c, d et e « Biography », toto99.com (consulté le 9 juin 2013)
  11. (fr) « Hydra », totofanfrance.free.fr (consulté le 9 juin 2013)
  12. a et b William Ruhlmann, « Hydra > Overview », allmusic.com (consulté le 9 juin 2013)
  13. a et b William Ruhlmann, « Turn Back > Overview », allmusic.com (consulté le 9 juin 2013)
  14. (fr) « Turn Back », totofanfrance.free.fr (consulté le 9 juin 2013)
  15. a, b, c et d (en) « Lukather Facts », stevelukather.net,‎ 2006 (consulté le 11 avril 2010)
  16. a, b, c, d et e « Toto IV > Charts & Awards », allmusic.com,‎ 2006 (consulté le 7 avril 2010)
  17. (fr) « Toto IV », totofanfrance.free.fr (consulté le 18 avril 2010)
  18. « Biographie 1979 - 1983 », totofanfrance.free.fr (consulté le 7 avril 2010)
  19. « Interview du groupe en 1988 » (consulté le 7 avril 2010)
  20. (en) « Toto IV », stevelukather.net,‎ 2006 (consulté le 15 mai 2010)
  21. (en) « Toto IV > Grammy Awards », allmusic.com,‎ 2009 (consulté le 7 avril 2010)
  22. « La Saga de Toto », rtl.fr,‎ 2009 (consulté le 7 avril 2010)
  23. (en) « Jackson, Michael - Thriller », stevelukather.net,‎ 2006 (consulté le 15 mai 2010)
  24. (fr) « Dune », totofanfrance.free.fr (consulté le 18 avril 2010)
  25. a et b (en) Rhythm magazine, « Steve Porcaro interview »,‎ 2013 (consulté le 12 mai 2013)
  26. (en) « Toto - Isolation (1984, CBS) », stevelukather.net (consulté le 18 avril 2010)
  27. « Membres de Toto - Fergie Frederiksen », rocknheavy.free.fr (consulté le 9 avril 2010)
  28. a et b William Ruhlmann, « Isolation > Overview », allmusic.com (consulté le 8 mai 2013)
  29. (en) « Biography », fergiefrederiksen.wordpress.com (consulté le 9 avril 2010)
  30. (en) « Isolation > Charts & Awards », allmusic.com,‎ 2006 (consulté le 9 avril 2010)
  31. « Isolation », totofanfrance.free.fr (consulté le 18 avril 2010)
  32. (en) « John Williams Biography », filmreference.com (consulté le 9 avril 2010)
  33. (en) « Fahrenheit », stevelukather.net (consulté le 18 avril 2010)
  34. « Fahrenheit > Charts & Awards - singles », allmusic.com,‎ 2006 (consulté le 9 avril 2010)
  35. William Ruhlmann, « Fahrenheit > Overview », allmusic.com (consulté le 9 avril 2010)
  36. « Fahrenheit > Charts and Awards - Albums », allmusic.com,‎ 2006 (consulté le 9 avril 2010)
  37. (en) Steve Lukather, « Lukather (1989, CBS) », stevelukather.net,‎ 2006 (consulté le 9 avril 2010)
  38. (en) « Biography », jeanmichelbyron.com (consulté le 11 avril 2010)
  39. « Toto - Past To Present (1977-1990) », musicwaves.fr (consulté le 11 avril 2010)
  40. (en) « Past to Present », stevelukather.net,‎ 2006 (consulté le 18 avril 2010)
  41. « Toto - Biographie », musity.fr (consulté le 18 avril 2010)
  42. « Kingdom of Desire », totofanfrance.free.fr (consulté le 18 avril 2010)
  43. « Biographie », jeffporcaro.fr,‎ 2010 (consulté le 18 avril 2010)
  44. « R.I.P - Jeff Porcaro », rocknheavy.free.fr (consulté le 18 avril 2010)
  45. William Ruhlmann, « Jeff Porcaro, Rock Musician », answers.com (consulté le 14 mai 2010)
  46. a et b (en) « Biography », simon-phillips.com (consulté le 18 avril 2010)
  47. Christophe Rossi, «  Simon Phillips » (consulté le 12 mai 2013)
  48. « TOTO Kingdom of Desire », hardrock80.com,‎ 2003 (consulté le 18 avril 2010),« Kingdom of Desire > Overview », allmusic.com (consulté le 18 avril 2010)
  49. « Candyman », stevelukather.net (consulté le 18 avril 2010)
  50. (en) William Ruhlmann, « Tambu > Overview », allmusic.com (consulté le 14 mai 2010)
  51. « Tambu > Credits », allmusic.com (consulté le 14 mai 2010)
  52. (en) « Luke », stevelukather.net (consulté le 13 ami 2010)
  53. a et b (fr) « XX », totofanfrance.free.fr (consulté le 14 mai 2010)
  54. a et b « Mindfields », totofanfrance.free.fr (consulté le 16 juin 2010)
  55. « TOTO Mindfields », hardrock80.com,‎ 2005 (consulté le 16 juin 2010)
  56. (en) « Toto - Mindfields », stevelukather.net,‎ 2006 (consulté le 16 juin 2010)
  57. « Mindfields (1999) », toto99.com (consulté le 16 juin 2010)
  58. (en) « Livefields », steveLukather.net (consulté le 16 juin 2010)
  59. « TOTO - THROUGH THE LOOKING GLASS », toto99.com (consulté le 21 juin 2010)
  60. « Through the Looking Glass », artistdirect.com (consulté le 21 juin 2010)
  61. (en) Clemens Steenweg, « The Steve Lukather Interview », classicrock.com,‎ 2004 (consulté le 21 juin 2010)
  62. « SantaMental », stevelukather.net,‎ 2006 (consulté le 21 juin 2010)
  63. « TOTO Falling in Between », hardrock80.com,‎ 2006 (consulté le 7 avril 2010)
  64. Site sur Mike Porcaro
  65. « Toto se reforme », totoweb.org (consulté le 7 avril 2010)
  66. Hydrasolation, Falling in Between Live
  67. (en) Steve Lukather - The end of Toto (annonce du départ de Steve Lukather et de la fin du groupe Toto)
  68. (en) An Official Announcement From Toto (annonce officielle de la fin du groupe Toto)
  69. Toto Fan France - Actualités - La Fin de TOTO ?
  70. Dan Tordjman, « Immortel Luke »,‎ 2010 (consulté le 12 mai 2013)
  71. « Toto Summer Tour. », stevelukather.net,‎ 2010 (consulté le 21 juin 2010)
  72. « Toto se reforme ! », ondesderock.blogspot.com,‎ 2010 (consulté le 21 juin 2010)
  73. Pierre Mulder, « Toto se reforme pour une tournée européenne. », rtbf.be,‎ 2010 (consulté le 21 juin 2010)
  74. (en) « TOTO's 35th Anniversary Tour heads to Europe in Summer of 2013! »,‎ 2013 (consulté le 9 juin 2013)
  75. Éric Buggea, «  Luke quitte le côté obscur »,‎ 2013 (consulté le 12 mai 2013)
  76. Toto, « Toto Ramps Up », totoofficial.com,‎ 2014 (consulté le 31 janvier 2014)
  77. (en) William Ruhlmann, « Toto > Overview » (consulté le 8 mai 2013)
  78. a et b (en) William Ruhlmann, « Toto » (consulté le 9 mai 2013)
  79. (en) William Ruhlmann, « Toto IV > Overview » (consulté le 8 mai 2013)
  80. « Toto Isolation »,‎ 2011 (consulté le 9 mai 2013)
  81. Christian Larrède, « Biographie page 3 » (consulté le 9 mai 2013)
  82. « Fahrenheit » (consulté le 9 mai 2013)
  83. « The Seventh One » (consulté le 9 mai 2013)
  84. « The Seventh One » (consulté le 9 mai 2013)
  85. « Kingodm of Desire »,‎ 2011 (consulté le 9 mai 2013)
  86. « Tambu »,‎ 2011 (consulté le 9 mai 2013)
  87. « Mindfields » (consulté le 9 mai 2013)
  88. (fr) nightfall.fr, critique de Falling in Between.
  89. « Toto : Steve Lukather en eaux troubles » (consulté le 9 mai 2013)
  90. Christian Larrède, « Biographie page 1 » (consulté le 9 mai 2013)
  91. a, b, c, d et e « Le groupe > Les épées et Toto », totofrance.com (consulté le 10 juillet 2010)
  92. (en) « Toto », toto99.com (consulté le 10 juillet 2010)
  93. (en) « Hydra », toto99.com (consulté le 10 juillet 2010)
  94. (en) « Toto IV », toto99.com (consulté le 10 juillet 2010)
  95. (en). « The Seventh One », toto99.com (consulté le 10 juillet 2010)
  96. (en) « Past to Present », toto99.com (consulté le 10 juillet 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 16 novembre 2007 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.