Douglas SBD Dauntless

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dauntless.
Pix.gif Douglas SBD Dauntless Su-27 silhouette.svg
Douglas A-24 Banshee.jpg
Un A-24 Banshee, version d'avion d'attaque au sol du SBD Dauntless

Constructeur Drapeau : États-Unis Douglas Aircraft Company
Rôle Bombardier en piqué
Statut Retiré du service
Premier vol
Mise en service 1940
Date de retrait 1949
Nombre construits 5 936
Équipage
2
Motorisation
Moteur Wright R-1820-66 Cyclone 9
Nombre 1
Type 9 cylindres en étoile
Puissance unitaire 1 200 ch
Dimensions
Envergure 12,65 m
Longueur 9,96 m
Hauteur 4 m
Surface alaire 30,19 m2
Masses
À vide 2 970 kg
Avec armement 4 720 kg
Maximale 4 850 kg
Performances
Vitesse de croisière 298 km/h
Vitesse maximale 410 km/h (Mach 0,33)
Plafond 7 800 m
Vitesse ascensionnelle 516 m/min
Rayon d'action 2 164 km
Charge alaire 160,4 kg/m2
Armement
Interne 2 mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm
3 mitrailleuses Browning 1919 de 7,62 mm
Externe 1 020 kg de bombes

Le Douglas SBD Dauntless (SB pour Scout Bomber, en français Appareil de Reconnaissance et Bombardier en Piqué, D pour Douglas) était un biplace embarqué de bombardement en piqué solide et sûr, qui encaissait assez bien les projectiles adverses. Sous-motorisé, vulnérable, fatigant à piloter, le Dauntless n'en fut pas moins apprécié par ses équipages qui le surnommèrent Slow But Deadly. Il finit par donner tort à ses détracteurs en coulant plus de navires que n'importe quel autre appareil engagé dans la guerre du Pacifique.

Historique[modifier | modifier le code]

Son histoire commence en 1934, quand la marine américaine cherche un bombardier à basse altitude et ayant une capacité d’attaque en piqué.

Les BT-1 en formation en Floride

Ayant récemment quitté la Douglas Corp, Jack Northrop proposa le BT-1. L’US Navy, après l’avoir vu en vol, passa une commande de 54 exemplaires en 1936. Mais après plusieurs tests sur les porte-avions USS Yorktown (CV-5) et USS Enterprise (CV-6), l’avion révéla quelques sérieux problèmes. Néanmoins Northrop continua à faire évoluer le BT-1 en remplaçant le moteur original par un Wright-Cyclone. Avec ce nouveau moteur le BT-1 prit la désignation BT-2.

En 1939 l’entreprise de Jack Northrop fut absorbée par Douglas et le BT-2 devient le XSBD-1 Dauntless.

Edward Heinemann ayant quitté Nothrop continua d’améliorer le Dauntless en rajoutant notamment des réservoirs supplémentaires (SBD-2). Cette version fut opérationnelle sur les porte-avions USS Lexington (CV-2) et USS Enterprise.

La version SBD-3 comprend une amélioration du blindage pour l’équipage et de nouveaux réservoirs auto-obturants. Une partie des 580 exemplaires du SBD-3 fut commandée par l’Armée de l’Air française, commande annulée suite à l’invasion de la France par l’Allemagne durant la Deuxième Guerre mondiale. Néanmoins, après le début de la libération de la France, les Forces françaises libres utilisèrent une douzaine de SBD-3 en mission d'appui au sol jusqu'à la fin de la guerre.

Engagements[modifier | modifier le code]

Douglas SBD Dauntless de l'USS Hornet se préparant à plonger sur le croiseur japonais Mikuma en feu.

Le Dauntless est entré dans l'histoire comme le vainqueur de la bataille de Midway. C'est en effet lui qui, après un premier assaut catastrophique mené par les TBD Devastator, survint au pire moment pour l'escadre japonaise, les chasseurs en cours de ravitaillement encombrant les ponts. Trois des quatre porte-avions japonais furent coulés lors de cet assaut, le tournant de cette bataille qui constitua elle-même le tournant de la guerre sur le théâtre Pacifique.

Variantes[modifier | modifier le code]

  • XSBD-1 : prototype obtenu par modification du Northrop XBT-2 (57 avions produits).
  • SBD-1P : Version SBD-1 modifiée pour la reconnaissance (8 avions produits).
  • SBD-2 : blindage amélioré et réservoirs autoobturants (87 avions produits).
  • SBD-2P : version SBD-2 modifiée pour la reconnaissance (14 avions produits).
  • SBD-3 : amélioration du SBD-2 (584 avions produits).
  • SBD-3A : désignation des SBD-3 de la Navy cédés à l'USAAF.
  • SBD-3P : version SBD-3 modifiée pour la reconnaissance (43 avions produits).
  • SBD-4 : amélioration du SBD-3, avec nouvelle hélice et nouveaux circuits électriques (780 avions produits).
  • SBD-5 : amélioration du SBD-4, avec moteur R-1820-60 (2 965 avions produits).
  • SBD-5A : avions construits sous contrat pour l'USAAF mais livrés à l'US Navy.
  • SBD-6 : amélioration du SBD-5, avec moteur R-1820-66 (450 avions produits + 1 prototype).
  • A-24 : version du SBD-3A utilisée par l'USAAF (168 avions produits).
  • A-24A : version du SBD-4 utilisée par l'USAAF (170 avions produits).
  • A-24B : version du SBD-5 utilisée par l'USAAF (615 avions produits).
  • RA-24A et RA-24B : désignation après 1942, indiquant le caractère périmé des Version A-24A et A-24B.
  • F-24A et F-24B : nouvelles désignations des derniers RA-24A et B après 1947.
  • QF-24A : modification de l'exemplaire 48-44 en avion cible téléguidé.
  • QF-24B : modification de l'exemplaire 48-45 en avion guide du précédent.

Autres caractéristiques[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]