North American Sabreliner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
North American Sabreliner
Un T-39N du Training Air Wing SIX de l'US Navy
Un T-39N du Training Air Wing SIX de l'US Navy

Rôle Avion d'affaire
Avion d'entraînement
Constructeur Drapeau : États-Unis North American Aviation
Équipage 4 à 5 personnes
Premier vol 16 septembre 1956[1]
Mise en service 1962
Retrait Toujours en service
Dimensions
Image illustrative de l'article North American Sabreliner
Longueur 13,41 m
Envergure 13,56 m
Hauteur 4,88 m
Aire alaire 31,79 m²
Masse et capacité d'emport
Max. à vide 4,2 t
Max. au décollage 8,06 t
Motorisation
Moteurs 2 turboréacteurs Pratt & Whitney J60-P-3
Poussée unitaire 13,3 kN
Poussée totale 26,6 kN
Performances
Vitesse de croisière maximale 800 km/h
Vitesse maximale 885 km/h
Autonomie 4 020 km
Plafond Plus de 12 200 m
Rapport poussée/poids 0,338

Le North American Sabreliner (appelé plus tard Rockwell Sabreliner) est un avion d'affaire à réaction développé par North American Aviation. Il a été proposé à l'US Air Force en réponse au programme Utility Trainer Experimental (UTX). La version militaire, baptisée T-39 Sabreliner, est utilisée aussi bien par l'US Air Force que par l'US Navy. Des versions civiles de l'appareil ont aussi été développées. Il doit son surnom de « Sabreliner » au fait qu'il possède la même voilure que le F-86 Sabre.

Conception et développement[modifier | modifier le code]

North American commença le développement du Sabreliner sur fonds privé, et en réponse à l'appel d'offre UTX, ils proposèrent une version militaire à l'US Air Force. Le programme UTX visait un appareil pouvant servir au transport de passagers et à l'entraînement au combat[2].

Le prototype de la version civile, qui portait la référence NA-265, effectua son premier vol le 16 septembre 1958. Elle était motorisée par deux turboréacteurs General Electric YJ85. Le certificat de type de la Federal Aviation Administration fut obtenu en avril 1963. La version destinée au programme UTX, désignée T-39A avait une configuration identique au NA-265, mais quand le contrat fut signé et que le T-39A entra en production, il fut motorisé avec Pratt & Whitney JT12A8[2].

La version civile de série, ou Series 40, fut légèrement améliorée par rapport au prototype, avec une vitesse plus élevée et une cabine plus spacieuse. Plus tard North American allongea l'appareil de 96 cm, offrant ainsi une cabine encore plus spacieuse. Cette modification donna naissance à la Series 60 qui fut certifiée en avril 1967. Une version dotée d'une meilleure aérodynamique donna naissance à la Series 60A et une cabine plus haute à la Series 75[2].

En1973, North American fusionna avec Rockwell International, et la compagnie mit à jour le Sabreliner en l'équipant de réacteurs Garrett AiResearch TFE731 sur la série 60, qui devint alors Series 65A, et de General Electric CF700 pour la Series 75A. Ceux furent les deux dernières versions de l'appareil, la production du Sabreliner s'arrêtant en 1981. L'année suivante Rockwell vendit sa division Sabreliner à une sociétés à capitaux privés qui forma Sabreliner Corporation, chargée du soutien matériel aux opérateurs des appareils en service[1].

Plus de 800 Sabreliners furent produits dont 200 furent des T-39[2]. Nombre d'appareils militaires retirés du service continuèrent à servir dans le civil puisque la version militaire avait le même certificat de type de la FAA. Fin 2008, 56 appareils avait été détruit lors d'accidents[3]. La série 65 fut la dernière lancée et 76 exemplaires furent produits, principalement pour le marché privé. Le plus sûr des Sabreliner, le Series 65 ne fut jamais impliqué dans un accident fatal et à la date du 7 mai 2009, les 76 appareils était toujours en service.

La première version destiné à la marine, le T3J-1 (redésigné T-39D dans la nouvelle nomenclature américaine de 1962) était équipé du radar du chasseur tous-temps F3H-1 Demon et fut utilisé pour l'entraînement au radar des futurs pilotes de cet appareil. Les T-39N et T-39G sont toujours utilisés pour l'entraînement avancé sur avion à réaction des navigateurs de l'US Navy et de l'US Air Force. Des élèves étrangers utilisent aussi sur le T-39 à la place des T-1 Jayhawk pour l'entraînement intermédiaire.

Le Sabreliner requiert un équipage de deux personnes, et suivant la configuration de la cabine, peut emporter de 7 (NA-265 à NA-265-40) à 10 passagers (NA-265-60 et modèles supérieurs)[2].

Versions[modifier | modifier le code]

Civiles
  • Sabreliner (NA265 ou NA246) : Prototype motorisé par deux turboréacteurs General Electric J85-GE-X , un exemplaire construit parfois appelé de façon non officielle XT-39.
  • Sabreliner 40 (NA265-40 ou NA282) : Appareil civil de série pour 11 passagers motorisé par deux Pratt & Whitney JT12A-6A ou -8, deux hublots de cabine de chaque côté, 65 exemplaires construits.
  • Sabreliner 40A (NA265-40A ou NA285) : Version 40 avec une voilure modèle 75, systèmes améliorés et deux turbofans General Electric CF700, trois hublots de cabine de chaque côté.
  • Sabreliner 50 (NA265-50 ou NA287) : Un exemplaire construit en 1964 comme un Modèle 60 avec des moteurs JT12A, utilisé comme plate-forme expérimentale pour le système de refroidissement du radôme de nez.
  • Sabreliner 60 (NA265-60 ou NA306) : Version 40 allongée pour 12 passagers motorisée par deux moteurs JT12-A-8, cinq hublots de cabine de chaque côté, 130 exemplaires construits.
  • Sabreliner 60A : Version 60 avec des améliorations aérodynamiques.
  • Sabreliner 65 (NA265-65 ou NA465) : Dérivé d'une version 60, avec une voilure super-critique et motorisée par deux Garrett AiResearch TFE731-3R-1D, 76 exemplaires construits.
  • Sabreliner 75 (NA265-70 ou NA370) : Version 60A avec un plafond de cabine plus haut motorisée par deux JT12A-8, 9 exemplaires construits.
  • Sabreliner 75A (NA265-80 ou NA380) : Sabreline 75 avec de nombreuses mises à jour de l'aérodynamique et des systèmes, motorisé par deux General Electric CF700, 66 exemplaires construits.
Militaires
  • T-39A (NA265) : Version de série initiale pour l'entraînement au pilotage dans l'United States Air Force, fondée sur le prototype du Sabreliner mais dotée d'un nez plus long et d'équipements militaires. Elle est motorisée par deux Pratt & Whitney J60-P3, 143 exemplaires construits.
  • CT-39A : T-39A modifié en transport de passagers ou de fret. Elle est motorisée par deux P&W J60-P-3/-3A.
  • NT-39A : Un T-39A modifié pour tester les système électroniques.
  • T-39B (NA270 ou NA265-20) : Version destinée à l'entraînement au système radar pour l'US Air Force. Elle est équipée d'un radar doppler, 6 exemplaires construits.
  • T-39C : Projet d'avion d'entraînement au bombardement stratégique et aux contre-mesures électroniques. Aucun exemplaire construit.
  • T-39D (NA265-20 ou NA277) : Version destinée à l'entraînement au système radar pour l'United States Navy. Elle est équipée d'un radar AN/APQ-94 pour l'entraînement des navigateurs à l'interception par radar et d'un radar AN/APQ-126 pour l'entraînement des navigateur-bombardiers. La version était désignée T3J-1 avant 1962, 42 appareils construits.
  • CT-39E : Version de transport de l'US Navy, motorisée par deux JT12A-8 (désigné VT-39E avant 1962), 7 appareils modifiés.
  • T-39F : Version d'entraînement d'équipages à la guerre électronique, conversion de T-39A pour l'US Air Force.
  • CT-39G : Version de transport de l'US Navy fondé sur la version à fuselage allongé Sabreliner 60. Elle est motorisée par deux réacteurs JT12 équipés d'inverseurs de poussée, 13 exemplaires construits.
  • T-39G : CT-39G modifiés pour l'entraînement des navigateurs.
  • T-39N : Avions d'entraînement de l'US Navy pour les navigateurs.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Avions comparables[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Fiche du T-39 », Boeing
  2. a, b, c, d et e « Fiche du Sabreliner », Airliners.net
  3. « Fiche du Rockwell Sabreliner », Aviation Safety Network

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]