Lockheed P-3 Orion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir P-3.
Lockheed P-3C Orion Update III
{{#if:
Un P-3 Orion en vol
Un P-3 Orion en vol

Constructeur Drapeau : États-Unis Lockheed
Rôle Avion de patrouille maritime
Statut En service
Premier vol 25 novembre 1959
Mise en service Août 1962
Nombre construits 757
Équipage
10
Motorisation
Moteur Allison T-56-A-14
Nombre 4
Type Turbopropulseurs, hélices 4 pales Ratier/Hamilton Sunstrand
Puissance unitaire 4 910 ch
Dimensions
Envergure 30 37 m
Longueur 35 61 m
Hauteur 10 27 m
Surface alaire 120 8 m2
Masses
À vide 27 892 kg
Maximale 64 410 kg
Performances
Vitesse maximale 761 km/h
Plafond 10 500 m
Rayon d'action 8 940 km
Armement
Externe 9 100 kg de bombes

Le Lockheed P-3 Orion est un avion de patrouille maritime quadrimoteur à hélices mis en œuvre dans le monde entier. Le P-3 Orion est un dérivé militaire du projet d'avion civil Lockheed L-188 Electra qui est abandonné.

Conception[modifier | modifier le code]

En 1957, US Navy exprime son besoin de remplacer ses P2V Neptune vieillissants, dotés de moteurs à pistons. Lockheed est sélectionné pour le développement de l'appareil et obtient l'autorisation d'utiliser la cellule de son modèle civil L-188 Electra qui est un quadriturbopropulseur.

Basé sur la troisième cellule de l'Electra, un premier prototype, désigné YP3V-1, est construit. Il effectue son premier vol le 25 novembre 1959. Par rapport au modèle civil, dont il est issu, il est plus court de 2,24 m et est modifié pour accueillir une soute à bombes.

Ses essais effectués, il reçut la désignation de P3V-1 et fut mis en service pour la première fois dans la marine des États-Unis en 1962. Équipés de propulseurs Allison T56-A-10W de 4 500 chevaux et du même système tactique que le P2V-7, cent cinquante sept appareils de ce type furent construits. À partir du 109e appareil, le système tactique fut remplacé par un système Deltic plus moderne tandis que les avions déjà en service furent rétrofités avec ce système. Les P-3A furent retirés du service en 1979.

Une seconde version vit le jour sous le nom de P-3B et fut construite à 145 exemplaires. Les différences avec le P-3A résidaient dans une nouvelle motorisation, des Allison T56-A-14, et la possibilité d'emporter des missiles AGM-12 Bullpup.

La version finale, P-3C, conserva la cellule et la motorisation de la précédente mais fut équipée d'un nouveau système de lutte anti-sous-marine et d'un Air Tactical Data System. Entre 1975 et 1984, trois modernisations furent effectuées. La dernière permet à l' Orion d'emporter diverses armes dont des missiles AGM-84 Harpoon sur des points de charges externes, 4 torpilles Mk.46 ou 2 bombes sous-marines Mk.101 en soute et peut aussi utiliser des bouées acoustiques.

Le dernier P-3C Orion construit quitta l'usine en 1990. Il reste cependant en service actif dans diverses marines. Aux États-Unis, les plus de 225 appareils en service seront remplacés à partir des années 2010 par 108 exemplaires d'une version militaire du Boeing 737, le Boeing P-8 Poseidon.

En tout 649 appareils furent produits, dont 110 par la firme japonaise Kawasaki.

Le 31 mars 2001, lors de l'Incident de l'île d'Hainan, un patrouilleur EP-3E Aries II de la US Navy a du atterrir en Chine, sur l'île de Hainan en Chine suite à une collision avec un chasseur chinois au-dessus des eaux territoriales chinoises.

Variantes[modifier | modifier le code]

2 WP-3D Orions de la National Oceanic and Atmospheric Administration des États-Unis : les chasseurs de cyclones.
  • YP3V-1 : Prototype aérodynamique issus du L-188 Electra (1 exemplaire)
  • P3V-1 renommé P-3A : Première version de série pour la patrouille maritime (157 exemplaires)
    • EP-3A : Version destinée aux essais de radars
    • NP-3A : Version aménagée en laboratoire
      • NP-3D : Version aménagée en laboratoire (3 exemplaires en 2010 à la VXS-1)
    • RP-3A : Version servant à la reconnaissance photo
    • TP-3A : Version destinée à l'entraînement
    • UP-3A : Version de transport
    • VP-3A : Version de transport V.I.P.
    • WP-3A : Version de reconnaissance météorologique
      • WP-3D : Version de reconnaissance météorologique (2 en 2009 à la NOAA)
  • P-3B : Seconde version de série doté d'une nouvelle motorisation (144 exemplaires)
    • EP-3B : Version de reconnaissance électronique
    • UP-3B : Version de transport
  • YP-3C : Prototype doté de nouveaux équipements électroniques
  • P-3C : Troisième version de série (348 exemplaires)
  • AP-3C : Version modernisée des P-3C australiens
  • RP-3D : Version de surveillance électronique (3 exemplaires)
  • EP-3E Aries: Version de reconnaissance électronique
  • EP-3J : Version de brouillage radar
  • P-3K : Version modernisée des P-3B néo-zélandais
  • P-3N : Version modernisée des P-3B norvégiens
  • P-3P : Version modifiée de P-3B australienne pour le Portugal
  • P-3T : Version modernisée de P-3A thaïlandais
  • UP-3A : Version modernisée de UP-3A thaïlandais
  • P-3 AEW & C : Version AWACS destinée aux douanes américaines

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

P-3C japonais.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Développement lié

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) L'encyclopédie des avions civils et militaires (trad. Christian Muguet), Nov'Edit,‎ 2004, 446 p. (ISBN 2-915363-17-X et 0-7858-1185-0)
  • Pierre Gaillard, Avions et hélicoptères militaires d'aujourd'hui, Éditions Larivière, coll. « Docavia »,‎ 1999, 304 p. (ISBN 2-907051-24-5)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Brazilian Minister of Defence welcomes first P-3 Orion modernised by Airbus Military into the Brazilian Air Force fleet », sur Airbus,‎ 1 octobre 2011 (consulté le 10 septembre 2011)
  2. (en) « Securing America’s Borders: CBP Fiscal Year 2009 in Review Fact Sheet », United States Customs,‎ 24 novembre2009 (consulté le 27 janvier 2011)
  3. Frédéric Marsaly, « La mission impossible des pompiers du ciel américains », Air & Cosmos, no 2322 S,‎ 20 juillet 2012

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • "AP-3C Orion maritime patrol aircraft." Royal Australian Air Force, 28 November 2008. Retrieved: 14 July 2010.
  • Brookes, Andrew. Destination Disaster. London: Ian Allan, 2002. ISBN 0-7110-2862-1.
  • (en) Paul Eden (éditeur), The Encyclopedia of Modern Military Aircraft, London, Amber Books, 2004,‎ 1er juin 2006, 512 p. (ISBN 978-1904687849).
  • McCaughlin, Andrew. "Quiet Achiever." Australian Aviation, December 2007.
  • Polmar, Norman. The Naval Institute Guide to the Ships and Aircraft of the U.S. fleet. Annapolis, Maryland, USA: Naval Institute Press, 2005. ISBN 1-59114-685-2.
  • Reade, David. The Age of Orion: The Lockheed P-3 Orion Story. Atglen, Pennsylvania: Schiffer publications, 1998. ISBN 0-7643-0478-X.
  • Upgrade of the Orion Maritime Patrol Aircraft Fleet. Canberra: Australian National Audit Office (ANAO), 2005. ISBN 0-642-80867-8.
  • Winchester, Jim, ed. "Lockheed P-3 Orion." Military Aircraft of the Cold War (The Aviation Factfile). London: Grange Books plc, 2006. ISBN 1-84013-929-3.

Lien externe[modifier | modifier le code]