Jack Northrop

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

John Knudsen Northrop, dit Jack Northrop, né le 10 novembre 1895 à Newark (New Jersey) et décédé le 18 février 1981 est un constructeur aéronautique américain. Il fonda trois compagnies portant le nom de Northrop. Son nom reste associé aux plus grands avions américains, dont les fameuses ailes volantes qui donnèrent naissance au B-2.

Début dans l’aviation[modifier | modifier le code]

Jack Northrop commença ces débuts dans l’industrie naissante de l'aéronautique en travaillant pour Loughead Aircraft Manufacturing Company en 1916. Il y conçut le F-1, un hydravion de 10 places. Après la faillite de cette compagnie en 1921, il rejoignait l'atelier de son père, puis en 1923 entra à la Douglas Corporation, ou il mit au point les réservoirs des DWC[1] (Douglas World Cruiser qui fut le premier appareil a effectuer le tour du monde en 1924). C'est à ce moment qu'il rencontra Ed Heinemann. Il resta avec Douglas jusqu’en 1927.

Après son départ de la Douglas Corp., il rejoignit les frères Loughead, avec lesquels il fonda la Lockheed Corporation – initialement Loughead Aircraft Manufacturing Company – en 1927. Il dessina et conçut le Lockheed Vega, un appareil monoplan et fuselage monocoque. Ce fut un succès commercial.

Quelque temps plus tard, il quitta Lockheed et créa Avon Corporation. Mais il fut vite à court d'argent et fut absorbé par la United Aircraft and Transport Corporation (UATC). Il prit donc la tête de la Northrop Corporation, nouvelle division d'UATC.

Il conçut un appareil mono-moteur, entièrement en métal disposant d'un cockpit ouvert mais d'une cabine entièrement fermée, l'Alpha. TWA fut le premier client de l'Alpha. Malgré ce succès — 20 exemplaires vendus — Northrop rencontra quelques difficultés financières. Le 1er décembre 1931, l'UATC décida de regrouper Northrop et Stearman Aircraft et relocalisa cette nouvelle division à Wichita, au Kansas. Jack Northrop décida de ne pas suivre et quitta Northrop Corporation.

Il se rapprocha de nouveau de Douglas et créa Northrop Corporation, dans laquelle Douglas pris 51 % des parts. En septembre 1938, Douglas racheta les 49 % restants arguant le fait que Northrop perdait de l’argent et ferma la Northrop Corporation. Jack Northrop donna sa démission le 1er janvier 1938.

Nouvel essor[modifier | modifier le code]

En octobre 1939, il forma la Northrop Aircraft, Inc. et s'établit à Hawthorne, près de Los Angeles. La guerre sauva la Northrop Aircraft, Inc., grâce à un premier contrat de sous-traitant avec Consolidated — contrat de 20 millions de dollars pour la fabrication de sous ensemble de PBY. Il développa le N-3 Patrouilleur Bombardier, qui fut vendu à la Norvège. Puis un autre contact pour coproduire le Veangance, un bombardier en piqué destiné au Royaume-Uni. Et enfin un contact de 700 P-61 Black Widow, un des premiers chasseurs de nuit avec un radar embarqué, conçu des l'origine pour ce rôle.

Grâce à ces contrats, Jack Northrop eut son autonomie financière et lança l’étude, sur ses fonds propre, de la première aile volante baptisée N-1M. Comme il progressa dans l’étude du N-1M, Northrop consulta les études de l’ingénieur Dr Theodore von Kaman au California Institute of Technology. Northrop avec son chef ingénieur Walter J. Cerny conduisirent plusieurs tests d’ailes volantes en soufflerie. Ces essais démontrèrent la viabilité de l’aile volante.

L’envol des ailes volantes[modifier | modifier le code]

Le N-1M conduit au projet bombardier XB-35. En janvier 1941, l’US Army Air Force, commença à considérer le rôle important des bombardiers intercontinentaux. Après avoir reçu plusieurs projets, l’Armée sélectionna Northrop et Consolidated Aircarft. Le premier prototype du XB-35 vola en décembre 1942, mais les problèmes de vol dus aux dimensions de l’appareil en situation réelle de vol retardèrent le projet jusqu’en 1946.

Dans le même temps et malgré ces problèmes, l’Armée passa un premier contrat de 13 autres XB-35. Le premier appareil de présérie ne vola qu’en mai 1948.

À ce moment-là, l’aviation rentra dans l’ère du jet. Les onze YB-35, à moteur à piston, furent modifiés pour recevoir des réacteurs et prirent la désignation YB-49.

Malgré cette modification les performances de l’YB-49 restèrent médiocres. De plus un YB-49 s’écrasa lors d’un test, tuant tous les membres d’équipage, dont le capitaine Glenn Edwards, qui donna son nom à la base aérienne d'Edwards.

Le 11 janvier 1949, L’US Air Force annula le projet. Tous les appareils furent détruits. Les raisons de cet abandon créèrent une polémique : officiellement le projet fut abandonné vu les coûts de développement (88 millions de dollars), mais officieusement d’autres motifs circulèrent :

  1. Le YB-49 ne pouvait pas rivaliser avec le B-36 de Consolidated-Vultee d’un design plus traditionnel et équipé de six moteurs à pistons et quatre réacteurs.
  2. Le contrat aurait été annulé pour pénaliser Northrop, car celui-ci refusa la fusion de sa compagnie avec celle de Consolidated-Vultee. Dans une interview en 1979, Jack Northrop affirma que le projet des Ailes Volantes fut annulé car il refusa la proposition de Stuart Symington alors secrétaire du gouvernement en charge de l’USAAF de fusionner avec Convair. Il faut noter que M. Stuart Symington devient président de Convair juste après avoir quitté sa place au gouvernement[2].

Quelques fussent les vraies raisons, le concept des ailes volantes resta en sommeil plus de 40 ans, jusqu'à l’apparition du B-2 de la société Northrop-Grumman.

Source[modifier | modifier le code]

  • US centennial Of Flight Commissions
  • Jack Northrop And The Flying Wing; Ted Coleman & Robert Wenkam (Paragon House 1988)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mach 1, vol 8 page 1812
  2. en Anglais : There are long-standing conspiracy theories about the cancellation of the Flying Wing program; specifically, an accusation from Jack Northrop that Secretary of the Air Force Stuart Symington attempted to coerce him to merge his company with the Atlas Corporation-controlled Convair. In a 1979 taped interview, Jack Northrop claimed the Flying Wing contract was cancelled because he would not agree to a merger because Convair's merger demands were "grossly unfair to Northrop." When Northrop refused, Symington supposedly arranged to cancel the B-35 and B-49 program. It should be noted that Symington became president of Convair after he left government service a short time later. Bernard Fitzsimons - Illustrated Encyclopedia of 20th Century Weapons and Warfare .

Voir aussi[modifier | modifier le code]