Hawker Siddeley Harrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif Hawker Siddeley Harrier GR.3 Su-27 silhouette.svg
Harrierxv752.jpg Vue de l'avion

Constructeur Drapeau : Royaume-Uni Hawker Siddeley
Rôle avion d'attaque au sol
Premier vol
Mise en service 1969
Nombre construits 371
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Rolls-Royce Pegasus 11 Mark 103 (en)
Nombre 1
Type Turboréacteur à double flux
Poussée unitaire 95,6 kN
Dimensions
Envergure 7,70 m
Longueur 14,27 m
Hauteur 3,63 m
Surface alaire 18,67 m2
Masses
À vide 6 140 kg
Maximale 11 430 kg
Performances
Vitesse maximale 1 175 km/h (Mach 0,96)
Plafond 16 800 m
Rayon d'action 670 km
Armement
Interne Aucun
Externe 2 canons de 30 mm en pod sous le fuselage, jusqu'à 2 270 kg de charge sur 5 pylônes

Le Hawker Siddeley Harrier est un avion d'attaque au sol britannique apparu dans la seconde moitié des années 1960. Utilisé par plusieurs pays, il a été construit à environ 800 exemplaires et décliné en version navalisée capable de combat aérien, ainsi qu'en version avancée AV-8B Harrier II issue d'une collaboration américano-britannique.

Le Harrier est le premier avion à décollage et atterrissage vertical mis en service au monde. En pratique cependant, il est trop lourd pour décoller verticalement avec son équipement de combat, sans parler du fait que cette manœuvre consommerait beaucoup de carburant. Il est donc généralement plutôt utilisé comme STOVL (appareil à décollage court et atterrissage vertical), capable de se contenter de pistes de 180 mètres de long.

Bien que sa manœuvrabilité en combat aérien soit moyenne à cause de ses ailes réduites, le Harrier est cependant capable de manœuvres inédites. En dirigeant par exemple les tuyères vers le bas en plein vol, l'avion est simultanément ralenti et envoyé vers le haut, ce qui peut suffire pour échapper temporairement à un adversaire (principe de la poussée vectorielle). Les pilotes britanniques ont utilisé ces possibilités lors des combats aériens de la guerre des Malouines, avant qu'elles ne soient théorisées par l'US Marine Corps sous le nom de VIFF (pour « Vectoring in Forward Fight ») et conduisent à quelques modifications mineures sur leurs AV-8 Harrier.

Conception[modifier | modifier le code]

Du SC.1 au Kestrel[modifier | modifier le code]

Le Harrier est issu de travaux expérimentaux menés par Hawker dès les années 1950 : un premier engin vola en 1954, suivi trois ans plus tard par l'avion SC.1 équipé d'une aile delta. D'autres constructeurs dans le monde travaillaient sur le même sujet, notamment en France avec le projet du « Gyroptère » conçu par l'ingénieur Michel Wibault[1] qui proposait une solution originale : plutôt que d'avoir des réacteurs placés verticalement pour le décollage et l'atterrissage ainsi que des réacteurs placés horizontalement pour le vol normal, le même réacteur était utilisé pour toutes les phases de vol grâce à des tuyères orientables verticalement ou horizontalement. Ceci était évidemment nettement plus efficace en termes de poids.

Le P.1127

Le Gyroptere utilisait un réacteur BE 25 Orion fourni par la compagnie Bristol, qui fit progressivement évoluer son moteur vers le modèle BE 53 à double flux, dans lequel la soufflante tournait en sens inverse du compresseur afin d'éviter de faire tourner l'avion sur lui-même. La puissance avait également été augmentée de 25 %. Ce nouveau moteur fut la base du projet P.1127 lancé par Hawker en 1957. Sans commande officielle, le P.1127 fut d'abord développé sur fonds propres. Un financement américain à hauteur de 75 % fut obtenu en 1958 pour le développement du moteur. Finalement, en 1959, le ministère de la Défense britannique commanda deux prototypes.

Les premiers essais en vol du P.1127 commencèrent à la fin de l'année 1960. Comme le SC.1, une partie du souffle du réacteur pouvait être expulsé par des orifices dans le nez, au bout des ailes et dans la queue, afin de diriger l'avion en vol stationnaire. Le moteur Pegasus était développé en parallèle et amélioré de façon à augmenter encore sa puissance, passée progressivement de 39,2 à 66,7 kN. Le second prototype dépassa le mur du son en piqué à la fin de l'année 1961 mais fut perdu dans un accident quelques jours plus tard. Cependant, au vu des résultats, quatre prototypes supplémentaires avaient été commandés. En février 1963, des essais furent menés à bord du porte-avions HMS Ark Royal.

Un des Kestrel testés par les États-Unis

Peu de temps avant, un accord tripartie avait été signé entre le Royaume-Uni, l'Allemagne et les États-Unis pour construire en série en avion de combat dérivé directement du P.1127 : le Kestrel. Le premier Kestrel vola le 7 mars 1964. Par rapport au P.1127, il avait une nouvelle aile, un fuselage légèrement allongé, deux pylônes d'emport de charge sous les ailes et un aérofrein ventral. En un an, près d'un millier de vols d'essais furent menés sur les neuf prototypes, par des pilotes des trois pays. Le projet fut cependant abandonné en 1966 et une partie des avions envoyés aux États-Unis.

Du Kestrel au Harrier[modifier | modifier le code]

Début 1965, la Royal Air Force avait commandé six prototypes d'un dérivé du Kestrel réellement capable de missions de combat et donc, en particulier, équipé de l'électronique nécessaire. Le prototype du Harrier GR.1 fit son premier vol le 31 août 1966, motorisé par le dernier modèle de réacteur Pegasus, qui atteignait maintenant une puissance de 84,6 kN avec injection d'eau-méthanol. Son aile était entièrement nouvelle, cinq pylônes permettaient d'emporter 2 270 kg de charge, et il était équipé d'une centrale inertielle, d'un affichage tête haute et de divers autres systèmes.

Le prototype de la version biplace d'entraînement Harrier T.2 vola pour la première fois en 1969. En octobre de la même année, le premier escadron de Harrier était déclaré opérationnel. Des améliorations du réacteur Pegasus, toujours de plus en plus puissant, conduisirent à la production de deux versions supplémentaires : le GR.1A et son biplace T2.A, puis le GR.3 et son biplace T.4. La version GR.3 était également équipée d'un système de visée laser dans la pointe du nez, d'un détecteur d'alerte radar et d'une caméra permettant des tâches limitées de reconnaissance. Le laser fut également ajouté à tous les GR.1 restants.

Les États-Unis prirent une licence pour produire le Harrier, afin d'en équiper les troupes d'assaut de l'US Marine Corps. McDonnell Douglas était chargé de construire l'avion tandis que Pratt & Whitney produisait les moteurs. L'avionique et le siège éjectable étaient américains, mais équivalents à ceux des avions britanniques. L'USMC ne conserva en fait que les canons de 30 mm, bien que la norme américaine soit plutôt un canon de 20 mm. Les livraisons commencèrent en 1970 et le premier escadron fut opérationnel en 1971. De 1979 à 1984, 47 exemplaires du AV-8A furent modifiés pour pouvoir attendre l'arrivée de la version avancée AV-8B Harrier II : révision de la structure, mise à jour de l'électronique, ajout d'un générateur d'oxygène pour le pilote, suppression de la caméra.

L'Espagne commanda huit AV-8 en 1973, suivi de cinq autres en 1980. La première série fut assemblée aux États-Unis et la seconde au Royaume-Uni. Ces avions furent désignés « AV-8S » et « TAV-8S ». Suite à leur remplacement par des AV-8B Harrier II, les onze Harrier espagnols furent revendus à la Thaïlande en 1997.

Le ont eu lieu au Royaume-Uni les derniers vols des Harriers de la RAF qui suite à des restrictions budgétaires ont été retirés du service prématurément[2].

Le Sea Harrier[modifier | modifier le code]

Un Sea Harrier au décollage
Un Sea Harrier FA.2 sur le pont du HMS Invincible

Après avoir abandonné ses porte-avions classiques à la fin des années 1960, la marine britannique s'intéressa vite au Harrier, seul avion pouvant opérer à partir des porte-hélicoptères qui avaient été conservés. Une version spécifique fut alors développée, destinée non plus seulement à l'attaque au sol mais aussi au combat aérien. Elle fut logiquement équipée d'un radar, ainsi que d'un nouveau système de navigation et d'un pilote automatique. Entièrement modifié, le cockpit était surélevé de 28 centimètres, offrant enfin une bonne visibilité au pilote.

Le premier vol du Sea Harrier FRS.1 eu lieu le 20 août 1978 et les livraisons commencèrent l'année suivante. Pour l'entraînement au pilotage, la Royal Navy utilisa des Harrier T.4 qui ne disposaient pas de radar. L'entraînement au système d'arme se fit sur trois Hawker Hunter T.8M, dont deux avaient été utilisés pour la mise au point du radar du Sea Harrier. Parallèlement, les porte-aéronefs furent modifiés par l'ajout d'une rampe inclinée vers le haut en bout de pont, qui facilitait grandement le décollage des avions.

Les Sea Harrier britanniques furent modifiés immédiatement après la guerre des Malouines, entre autres pour pouvoir emporter quatre missiles air-air AIM-9 Sidewinder au lieu de deux ainsi qu'un réservoir de carburant largable plus gros. Un programme de mise à jour plus important aboutit à la version FRS.2, allongée de 35 centimètres, équipée d'un nouveau radar beaucoup plus performant et capable d'emporter quatre missiles air-air AIM-120 AMRAAM. Cette version fut redésignée « FA.2 » au milieu des années 1990.

L'Inde commanda huit Sea Harrier en 1983/1984, puis onze autres l'année suivante et encore huit de plus quelque temps plus tard. Les avions indiens ont un radar différents et sont capables de tirer le missile français Magic au lieu du missile américain AIM-9 Sidewinder. Quatorze de ces avions ont été mis à jour très récemment[Quand ?] avec du matériel israélien (nouveaux radars et missiles).

Initialement prévus pour être conservés jusqu'en 2012, les Sea Harrier britanniques ont finalement été retirés du service en 2006 et remplacés par des Harrier GR.7A. L'Inde semble vouloir racheter une partie des Sea Harrier réformés pour compléter sa flotte.

De mi-2010 à début 2011, un Sea Harrier retiré du service après un crash a été utilisé par l'artiste Fiona Banner (en) pour une exposition au musée Tate Britain. L'avion avait été repeint avant d'être exposé, suspendu le nez en bas, dans une galerie[3].

La seconde génération[modifier | modifier le code]

Article détaillé : AV-8B Harrier II.
Un Sea Harrier en vol

Engagements[modifier | modifier le code]

Le Sea Harrier FRS.1 a connu son heure de gloire pendant la guerre des Malouines, remportant 22 victoires en combat aérien contre les avions argentins sans aucune perte. Six des 28 avions engagés furent cependant perdus soit lors d'accidents soit à cause de la défense anti-aérienne argentine. Les Sea Harrier ont ensuite été déployés en Bosnie-Herzégovine lors de la guerre de Yougoslavie (un avion abattu), en Irak lors de l'Opération Southern Watch et en Sierra Leone pour soutenir les troupes de l'ONU.

Les Harrier GR.3 britanniques ont également participé à la guerre des Malouines : embarqués sur les mêmes porte-aéronefs que les Sea Harrier, ils ont assuré des missions d'attaque. Trois des quatorze avions engagés furent abattus par la défense anti-aérienne.

Sur les 1 315 missions effectuées par les Sea Harrier FRS 1 et les Harrier GR3, 215 (90+125) sont consacrées à l'appui au sol et la reconnaissance[4].

Variantes[modifier | modifier le code]

Remarque : pour les versions GR.5 et suivantes ainsi que AV-8B et suivantes, se reporter à l'article AV-8B Harrier II

  • Harrier GR.1 - Version initiale d'attaque au sol (61 exemplaires)
  • Harrier T.2 - Version initiale d'entraînement (10 exemplaires)
  • Harrier GR.1A - Réacteur plus puissant (17 nouveaux avions et mise à jour de tous les GR.1 restants)
  • Harrier T.2A - Biplace d'entraînement du GR.1A (4 nouveaux avions et mise à jour de tous les T.2 restants)
  • Harrier GR.3 - Réacteur plus puissant, système visée laser (40 exemplaires)
  • Harrier T.4 - Biplace d'entraînement du GR.3 (11 exemplaires pour la RAF, 4 pour la Royal Navy)
  • Harrier T.60 - Version du T.4 destinée à l'Inde (4 exemplaires)
Un AV-8S Harrier de la marine espagnole
  • AV-8A Harrier - GR.1 construit sous licence aux États-Unis (102 exemplaires)
  • TAV-8A Harrier - Biplace d'entraînement du AV-8A (8 exemplaires)
  • AV-8S Harrier - Version du AV-8A destinée à l'Espagne (11 exemplaires)
  • TAV-8S Harrier - Biplace d'entraînement du AV-8S (2 exemplaires)
  • AV-8C - Mise à jour du AV-8A (47 avions modifiés)
  • Sea Harrier FRS.1 - Première version multi-rôles navalisée (54 exemplaires)
  • Sea Harrier FRS.51 - Version du FRS.1 destinée à l'Inde (25 exemplaires)
  • Sea Harrier FRS.2/FA.2 - Nouveau radar, emport du AIM-120 AMRAAM (18 nouveaux avions et 29 FRS.1 modifiés)

Total première génération : 371 exemplaires (non compris les prototypes et avions de présérie)

Pays utilisateurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Chris Bishop, Aircraft carriers, Grand Rapids, Michigan, Zenith,‎ 2004 (ISBN 0760320055).
  • (en) Roy Braybrook, Battle for the Falklands: Air Forces. Oxford, UK: Osprey Publishing, 1982 (ISBN 0-85045-493-X)
  • (en) Kevin Brown, The Plane That Makes Airfields Obsolete - Popular Mechanics, 133(6), juin 1970, pp. 80–83
  • (en) Stephen Bull, Encyclopedia of military technology and innovation, Westport, Conn, Greenwood Press,‎ 2004 (ISBN 1573565571)
  • (en) Lawrence Burr et Peter Bull, US fast battleships, 1938-91 : the Iowa class, Oxford, Osprey,‎ 2010 (ISBN 1846035112)
  • (en) Tony Buttler, British secret projects : jet fighters since 1950, Earl Shilton England North Branch, MN, Midland Pub. North American trade distribution by Specialty Press Publishers & Wholesalers,‎ 2000 (ISBN 1857800958)
  • (en) William M. Carpenter et Wiencek, David G., Asian Security Handbook 2000, M. E. Sharpe,‎ 2000 (ISBN 978-0-7656-0715-7, lire en ligne)
  • (en) Congress Committee on Appropriations, Department of Defense Appropriations for 1979: Part 5, Washington D.C., USA : U.S. Government Printing Office, 1979
  • (en) Peter Davies et Anthony M. Thornborough, The Harrier story, Annapolis, Md, Naval Institute Press,‎ 1996 (ISBN 978-1557503572)
  • (en) Ken Ellis, Wrecks & relics, Manchester, Crécy,‎ 2008, 21e éd. (ISBN 978-0859791342)
  • (en) Andy Evans, BAE/MvDonnell Douglas Harrier, Ramsbury, Wiltshire, England, Crowood Press,‎ 1998 (ISBN 1861261055)
  • (en) Lawrence Freedman, The official history of the Falklands Campaign, vol. 2, London, Routledge,‎ 2007 (ISBN 978-0415419116)
  • (en) Norman Friedman, U.S. aircraft carriers : an illustrated design history, Annapolis, Md, Naval Institute Press,‎ 1983 (ISBN 0870217399)
  • (en) W. T. Gunston, Pegasus updating prospects, Flight International, 22 janvier 1977, pp. 189–191
  • (en) Paul Jackson, « British Aerospace/McDonnell Douglas Harrier », World Air Power Journal, Volume 6, été 1991, pp. 46–105.
  • (en) C.G. Jefford (éditeur), The RAF Harrier story, England, Royal Air Force Historical Society,‎ 2006 (ISBN 0953034526, lire en ligne) [PDF]
  • (en) Dennis R. Jenkins, Boeing/BAe Harrier, North Branch, MN, Speciality Press,‎ 1998 (ISBN 1580070140)
  • (en) R. D. Layman et Stephen McLaughlin, The hybrid warship : the amalgamation of big guns and aircraft, London, Conway Maritime,‎ 1991 (ISBN 0851775551)
  • (en) Steve Markman et Bill Holder, Straight up : a history of vertical flight, Atglen, PA, Schiffer Pub,‎ 2000 (ISBN 0764312049)
  • (en) Francis K. Mason, Harrier, Wellingborough, Stephens,‎ 1986 (ISBN 085059801X)
  • (en) Francis K. Mason, Hawker aircraft since 1920, London, Putnam,‎ 1991 (ISBN 0851778399)
  • (en) David M. O. Miller et Chris Miller, Modern naval combat, New York, Crescent Books,‎ 1986 (ISBN 0517613506)
  • (en) Julian Moxton, Supersonic Harrier: One Step Closer - Flight International, 4 décembre 1982, pp. 1633–1635
  • (en) Lon O. Nordeen, Harrier II : validating V/STOL, Annapolis, Md, Naval Institute Press,‎ 2006 (ISBN 1591145368)
  • (en) Mike Spick (éditeur), The great book of modern warplanes : featuring full technical descriptions and battle action from Baghdad to Belgrade, Osceola, Wis, MBI Pub. Co,‎ 2000 (ISBN 0760308934)
  • (en) Ray Sturtivant, Fleet air arm fixed-wing aircraft since 1946, Tonbridge, Air Britain (Historians) Ltd,‎ 2004 (ISBN 0851302831)
  • (en) Ray Sturtivant, Royal Air Force flying training and support units since 1912, Tonbridge, Air-Britain (Historians),‎ 2007 (ISBN 085130365X)
  • (en) John W. R. Taylor, Jane's all the world's aircraft, 1988-89, London New York, Jane's Defence Data,‎ 1988 (ISBN 0710608675)
  • (en) Frank Vann, Harrier jump jet, New York, N.Y, Mallard Press,‎ 1989 (ISBN 0792451406)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Aéronefs comparables

Lien externe[modifier | modifier le code]